------ AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ------
Bienvenue à Tokyo, la capitale du Japon, ou plus de 13 474 454 habitants se croisent ici chaque jours, et chaque nuit. Le rythme Tokyoïte est parfois stressant, pressant, et pourtant, chaque année, de plus en plus d'étrangers rêvent de passer par la capitale Nipponne, pour parfaire leurs expérience, ou vivre l'expérience la plus folle de leur vie. Il faut dire que le Japon est un pays extraordinaire, tant par sa culture, son éducation, ses traditions et le bien être qui y règne. Les Japonais sont accueillants, souriants, bons vivants, tant de qualités qui font de l'archipel, la destination rêvée. Certes, vous allez vous envoler pour l'autre bout du monde, mais quelle folle aventure vous attend...

Il y a les Tokyoïtes, les travailleurs actifs, du grand PDG au vendeur de tomates sur le marché, en passant par le Cast-Member du Tokyo Disneyland. Les étudiants de Todaï University, le campus Tokyoïte, le plus réputé du pays, mais aussi les jeunes lycéens, les yeux remplis de rêves, d'espoirs et d'ambitions. Et puis il y a Eita Academy. Le phénomène de ces quatre-vingt dernières années. L'école des arts de la scène de Tokyo, qui a fait au fil des décennies, sa renommée, aujourd'hui mondiale. Eita forme les jeunes venus des quatre coins du globe, aux durs métiers de la scène, et depuis 2014, elle les produit officiellement, sous son propre label, Eita Entertainment. Une maison de production qui rafle tout en moins d'un an, avec son groupe pop le plus en vue du moment : B.A.G - Best Asian Generation. Partout ou ils mettent les pieds, ils provoquent l'hystérie, ne faisant que gonfler la popularité de l'école.

Ho tout serait bien trop beau s'il n'y avait pas une ombre à l'histoire. Celle ci se nomme Krystal. Une Gossip-Girl de talent, qui s'il fut un temps, ne s'attaquait qu'aux couloirs d'Eita, elle a aujourd'hui élargit son champs d'attaque à tout Tokyo. Son blog, dans le quel elle publie toutes sortes de rumeurs et secrets les plus intimes, est le plus visité de la toile nipponne. Krystal fait trembler la capitale, et prouve que chacun ici, de la plus grande idole à l'éboueur du quartier oublié, peu devenir un vrai phénomène de foire. C'est elle qui dirige, c'est elle qui décide qui ira haut, et qui retombera bien bas. Un conseil chers amis Tokyoïtes, surveillez vos arrières, Krystal est partout...
>>> The Dream Team
>>> Nos copains
>>> On les attend
Shia, Ryota et Liang sont là pour vous aider, n'hésitez pas à les contacter en cas de problème, ils ne mordent pas. Ils sont aidés par Rin, Erena et Heaven, la modo-team. ♥
>>> FÉLICITATION
>>> Navigation
>>> flash news
Félicitation à Arisa, Odeline, Shia, Rin, Yoko, Ryo, Mika, Yue, Shige, Ryan, Minami, et Risa, pour leur grand cumul de points cette année! Les compteurs sont remis à zéro.
19.02.2016. Attention les inscriptions à Eita en section Danse sont fermées, afin de remplir les cursus Comédie, Mannequinat et Musique. Evitez la section Chant, déjà bien encombrée aussi ;). Les inscriptions aux personnages Coréens, Chinois, Thaïlandais et/ou double nationalités similaires sont aussi fermées, pour cause de petite invasion temporaire. Merci de favoriser les personnages Japonais. Vous pouvez bien évidemment créer un personnage Japonais avec un avatar Coréen, Chinois ou autre asiatique bien évidemment. Plus d'informations sur ce sujet

18.02.2016. Grosse maj' du mois! Nouveau design, installation des fiches partenaires, ouverture du réseau Instagram pour vos personnages, et mise en place des tags pour tagguer les membres dans un sujet. Une boîte à idées a été ouverte pour vous, afin d'y donner vos suggestions, et le système des points a été remanié, et remis à zéro.

01.12.2015. La seconde génération des Best Asian Generation est enfin dévoilée! Découvrez la sur leur site officiel. L'équipe d'Eita Ent. remercie tous ceux qui ont voté lors de l'émission du casting!

29.09.2015. Les B.A.G créent la surprise en sortant un single, alors qu'on les croyait en hiatus, réduit à deux membres! Visiblement, rien n'arrête Rin et Shia, qui présentent aujourd'hui My Resistance, un clip vidéo qui fera la promotion de leur casting, en recherche d'une seconde génération. Des images exclusives de leur tournée d'été, des fans, et des backdancers, sont à l'honneur de ce clip, aussi dédié à Murakami, qui a quitté le groupe il y a une semaine. Pensez à en discuter sur le forum des fans!

20.09.2015. Murakami Shinsuke, membre des B.A.G, vient d'annoncer son retrait du groupe! Mais que les fans se rassurent, l'aventure continue, et l'Eita Ent. a dors et déjà lancé un grand casting national, afin de former la seconde génération du groupe, pour combler le vide laissé par Shinsuke. Et si tu tentais ta chance ?! Accéder au casting.

26.10.13. Rôle play ouvert à tous, que vous soyez plutôt petits rps (300/500 mots), si vous manquez de temps ou que vous débutez, ou bien plutôt roman rp (+1000 mots) pour les grands passionnés d'écriture, tout le monde est admis! Le plus important est de s'amuser.

26.10.13. Forum lancé depuis le 26.10.2013, optimisé pour Mozilla Firefox uniquement. Bannissez tout autre navigateur pour une bonne optimisation des codages!.
Forum optimisé pour Mozilla Firefox uniquement. Merci de bannir tout autre navigateur pour une meilleure optimisation des codages.
Forum city réel + niveau de rp ouvert à tous + avatars réels asiatiques, occidentaux...
©2013-2016 toute reproduction même partielle est strictement interdite.

 

 I'll be your man. |♥| HAROON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Lun 21 Nov - 22:54
I miss your scent that embraced me    × ft. Haroon ♡
Si seulement ils s'étaient recroisés ailleurs. Pas dehors, dans un lieu public. Il était le seul à blâmé, il n'aurait pas du attendre, il aurait du aller le revoir tout de suite. Mais ces histoires étaient compliqués, complètement folles, il ne voulait pas mêler Haruto à soit. Être totalement clean en le retrouvant. Comme si c'était possible, il savait que la situation n'allait pas s'arranger dans les jours qui suivraient. Il était stupide, vraiment stupide, son optimisme était revenu, et à vive allure. Il aimait Haruto, un peu trop, plus que ça ne devrait être autorisé. Il l'aimait d'un amour fort, unique, indestructible. C'était fou d'aimer à ce point, presque indécent. Ji Hoon avait l'impression de tout foutre en l'air, comme il le faisait si bien. Mais il craignait tellement que quelqu'un s'en prenne à Haruto, qu'on lui fasse du mal. Il ne le supporterait pas. Il ne pourrait pas tolérer qu'une chose pareille arrive. Il avait besoin de lui, de le voir heureux. Mais il ne faisait rien pour ça actuellement.

Mal lui parler, être agressif, méchant, il s'en voulait, il se haïssait. Il ne pouvait pas lui parler ainsi, pourtant il le faisait, pourtant il disait ces mots qu'il ne pensait pas. Il parlait avec ce ton qui ne lui allait pas quand il s'adressait à lui. C'était horrible, comme il avait l'impression de jouer une mauvaise scène d'un mauvais film. Ji Hoon n'avait pas envie de continuer, il voulait s'excuser, lui dire qu'il n'était pas ridicule, lui dire qu'il lui promettrait tout ce qu'il voulait s'il le fallait. Oui, tout ça. Il voulait qu'il le sache. Mais il ne pouvait pas le dire, ne pouvait pas le montrer, il restait juste silencieux aux supplications de Kimyaki de le prendre dans ses bras. Il voulait le saisir, le porter, le câliner, lui faire un bisou sur sa petite truffe, lui parler coréen pour le rassurer. Mais il ne pouvait rien faire, sauf essayer de fuir mais le bébé le suivait. Il ne comprenait pas pourquoi son père refusait de le porter, alors qu'il cédait toujours, même quand il semblait occupé. Kimyaki décidait toujours des moments où il voulait de l'amour, alors qu'on le lui refuse était une honte qui le traumatisait presque.

Les mots prononcés, il les regrettait mais il ne pouvait pas les reprendre. Il ne pouvait pas les effacer. Putain de chien. Non, il n'avait pas le droit. Ji Hoon n'osait pas regarder Kimyaki, de peur qu'il ait compris. Ce n'était pas un putain de chien. Vraiment pas. C'était son bébé, le plus beau bichon du monde, son petit chien adoré. Le regard d'Haruto lui fit mal mais il le méritait, il méritait pire que ça, le Coréen en avait conscience. Mais ça lui faisait mal, de parler ainsi, de faire encore du mal à Haruto. Il le faisait plus souffrir qu'il ne le rendait heureux, c'était horrible, terrifiant. Son rôle, c'était tout l'inverse. Faire sourire la personne qu'il aimait, le rendre heureux, lui ôter ses soucis, l'aider à oublier ce qui pouvait le tracasser ou être à ses côtés pour l'aider à s'en sortir. Mais il ne faisait rien de tout ça. Il lui ajoutait des problèmes supplémentaires, le rendait malheureux. Il le faisait souffrir, il lui causait des soucis. Il était le pire de tous.

Haruto s'avançait vers lui, et la respiration de Ji Hoon se coupa, son regard refusant de le lâcher alors qu'il s'approchait de lui. Il avait envie d'écarter les bras, de se blottir dans ses bras en lui demandant pardon. Mais aucun son ne quittait ses lèvres, son visage restait fermé, soutenant difficilement le regard de son amant. Un connard, oui. Il l'était. Et il ne pouvait pas le contredire. C'était la première fois que son homme l'insultait, en quatre ans. C'était encore un mot trop doux. Qui l'aguichait un peu venant de la bouche de Haruto mais il y fit abstraction. Il se connaissait des tendances gays mais des tendances aux relations sadomasochistes, pas vraiment. Faisant de son mieux pour ne laisser filtrer aucune expression, il resta droit, fixant devant lui alors que Haruto se baissait pour attraper le chiot qui ne parvenait pas à obtenir ce qu'il désirait. Alors que le Japonais se redressait, le Coréen l'entendit murmurer une suite de numéro. Il voulait jouer au loto ? Tentant de ne pas afficher une mine interrogatrice, il répéta plusieurs fois dans sa tête les cinq chiffres. Cinq chiffres. Le code de son immeuble avait changé ? Il ne comprenait pas. Il ne comprenait plus.

Son regard se perdit dans le sien une fois qu'il fut debout face à lui. Doucement, il secoua très légèrement la tête en guise de réponse, gardant la même expression que celle qu'il affichait jusqu'alors. Silencieux, il attendit que le Japonais prenne congé. Ils allaient dans la même direction alors Ji Hoon pressa le pas, frôlant Haruto en passant devant lui. Le toucher, juste un peu. Il en avait besoin ; c'était un peu stupide. Il en avait eu besoin. Son sac sur son épaule, il fonça droit au lieu de rendez-vous où il devait le remettre et où il dut expliquer son retard. On ne l'avait probablement pas suivi, cette soudaine réalisation lui fit encore plus de mal. Tout aurait pu se passer autrement. Il ne pouvait s'empêcher de penser à Haruto, encore et encore. Commander coréen. Peut-être voulait-il qu'il vienne chez lui ? Oui, sans doute. Il devait. Mais ce soir-là, il en fut incapable. Il avait quelque chose à faire avant d'aller chez Haruto.

_ _


Allez chez Haruto. Son cœur battait si vite. Il avait peur. Tellement peur. Ce chemin, il l'avait fait des milliers de fois, parfois sans raison, parfois dans un but précis. Surtout parce qu'il voulait voir Haruto, parce qu'il lui manquait et qu'il avait envie de passer du temps avec lui. Et aujourd'hui, plus que jamais, c'était le cas. Plus d'un mois était passé. Un mois sans le voir réellement, sans le toucher, sans sentir son odeur rassurant, entendre sa voix grave qu'il reconnaîtrait entre mille. Un mois, ça paraissait si long quand on le passait loin de la personne qu'on aimait. Qu'est-ce que Haruto allait lui dire ? Est-ce qu'il allait le couvrir de reproches ? Le serrer dans ses bras ? Est-ce qu'il allait lui annoncer quelque chose de grave ? Comme le quitter, par exemple. C'était horrible. Il ne s'était jamais posé autant de questions. Fermant les yeux, il tenta de se rassurer. Tout irait bien. Non, ça ne pouvait pas aller bien. Pas après tout ça. Il ne devait pas rêver, ne pas se bercer d'illusion.

Minuit approchait, par habitude, il regarda autour de lui avant de s'approcher de la porte, fermant les yeux pour se souvenir du code. Il s'y prit à deux fois avant de le taper correctement. Sa main tremblait un peu. Un soupir de soulagement quitta ses lèvres alors qu'il entra à l'intérieur. L'ascenseur ou les escaliers ? Les escaliers. Il devait ralentir le moment où il y arriverait. Il était trop angoissé. Grimant les marches, il arriva devant la porte. Il entendait vaguement le son de la télévision à travers. Il ferma les yeux un moment, sursautant en entendant un cri. Il ne regardait quand même pas un film d'horreur ? Serrant le sachet qu'il tenait entre ses doigts, il recula d'un pas. Il reviendrait demain, tant pis. Il avait essayé. Mais ce n'était pas le bon jour. Vraiment. La lune était pleine, ça apportait un mauvais karma, c'était bien connu... Non. Il devait le faire. Haruto était poli, il éteindrait la télévision avant d'ouvrir. Prenant une grande inspiration, il leva le point pour finalement sonner sagement. Frapper à la porte, c'était trop old-school.

Tendu, stressé, il attendit. Devait-il sonner encore une fois ? Sa main se leva mais il entendit des pas s'approcher. Qui allait lui ouvrir ? Kimyaki, Haruto, il ne savait pas. Riant nerveusement à sa blague intérieur, il se demanda si ce genre de stupidité venait du stresse. Non, même sans ça, il était nul. Mordillant sa lèvres, il baissa les yeux vers la poignet qui s'abaissait. Il allait mourir. Et la porte s'ouvrit, face à lui, la personne qu'il attendait de retrouver depuis toujours. Son regard croisa le sien et sans réfléchir davantage, il se jeta sur lui, ses lèvres retrouvèrent les siennes, comme un chemin absolument évident. Le forçant à reculer, il claqua la porte derrière lui, tenant fermement son visage entre ses mains. Il devrait parler, il ne devrait pas agir comme ça. C'était trop facile. Mais il en mourrait d'envie depuis si longtemps. « Je suis désolé... Tellement désolé... » Ses lèvres se décollait à peine des siennes pour parler, reprenant le baiser en ayant à peine fini son mot. C'était si bon. Il était si égoïste. Mais c'était tellement bon. Il sentait Kimyaki sauter sur sa jambe, mais il attendra. Celui qu'il se languissait le plus de retrouver restait son Japonais. Celui sans lequel il se sentait incapable de vivre. « Pardon... » Facile, trop facile, mais ça n'avait pas d'importance, ses lèvres aimaient trop rester sur les siennes. Elles y étaient bien. Ji Hoon voulait, pendant un court instant, tout oublier. C'était des retrouvailles comme celle-ci qu'il aurait aimé.
code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Mar 22 Nov - 18:05


♡ Haroon ♡

C'était incroyablement confus que Haruto rentra chez lui. Ji Hoon était de retour à Tokyo depuis deux semaines, et ne l'avait pas prévenu. Ni message, ni appel. Rien. Il foulait à nouveau les rues de la capitale, peut-être même s'étaient-ils croisés. Mais non, aucune nouvelle. Depuis un mois, le Japonais voyait les jours passer sans le compter, jours qui se ressemblaient terriblement à seulement quelques infimes variations près. Son cœur battait mal, mais toujours pour Ji Hoon. Il ne vivait plus vraiment. Kimyaki lui avait apporté un drôle de soutien psychologique, et sa présence aidait le psychiatre à plus ou moins supporter le manque. Ensemble, le bichon et lui avait attendu que leur Coréen rentre. Patiemment, se languissant d'entendre sa voix, de recevoir bisous et câlins, chacun de façon différente, mais tout aussi sincère. Oui, Ji Hoon rentrerait un jour, tous les deux y croyaient très fort, il ne pouvait pas les avoir abandonnés.

Pourtant, il était bien rentré. Sans leur dire, sans passer les voir. Pour les serrer contre lui, les embrasser. Et peut-être bien que le chiot eut autant le cœur brisé que son papa nippon. Ce dernier avait eu de la peine, de voir son bébé chouiner autant, alors qu'il rentrait chez eux. De sa voix douce et grave, il avait tenté de le rassurer durant tout le trajet. Les gens l'avaient observé du coin de l'œil mais ça lui avait été égal. Le plus important était son bichon tremblant contre lui. De froid, de tristesse, Haruto n'avait su dire. Son esprit était tourné vers Ji Hoon. Vers son comportement, ses mots. Malgré son pressentiment, le psychiatre ne pouvait nier qu'ils lui avaient fait mal. Le ton qu'il avait employé déchiraient encore ses oreilles, lui qui avait tant rêvé qu'il lui dise à nouveau les mots d'amour qu'il avait eu pour lui, il n'y avait pas si longtemps. Mais quelque chose clochait clairement. Jamais il ne l'aurait agressé gratuitement de la sorte, quelque chose devait troubler Ji Hoon. Et jamais il n'aurait parlé ainsi de Kimyaki. Son précieux bébé. Le leur, à tous les deux. Alors, le Japonais avait fait au mieux, était rentré inconsciemment dans son jeu. Ses lettres se pinçaient, quand il repensait à l'insulte balancée sans qu'il n'y ait vraiment réfléchi. Ça le faisait pouffer bêtement tout autant qu'il s'en voulait. Lui d'ordinaire si calme et mesuré. Il s'excuserait, espérait que Ji Hoon ne lui en voudrait pas.

Du moins, s'il avait raison. Mais ce ne pouvait être autrement. Non, Haruto refusait de croire que son Coréen l'ait ignoré délibérément. Il devait y avoir une bonne raison, une explication logique qui balayerait définitivement tout soupçon en lui. Ji Hoon était son meilleur ami. Son amant. L'homme de sa vie. Et il devait lui faire conscience. Cependant restait le doute, tenace. Peut-être se berçait-il réellement d'illusions. Qu'il n'acceptait pas l'évidence. Qu'il n'était qu'un fou qui croyait en un amour impossible. Leur histoire était peut-être trop belle. Méritaient-ils réellement un tel bonheur ? Ji Hoon l'aimait-il sincèrement ? Et lui, lui faisait-il entièrement confiance ? A toutes ces questions, Haruto balançait la même réponse. Oui, trois fois oui. Ils méritaient ce putain de bonheur. Leur amour était réciproque, et magnifique, tout simplement incroyable. Et il lui faisait confiance. Il le devait. Sinon, comment osait-il se considérer comme digne de lui ?

Quand il posa Kimyaki sur le parquet de leur appartement, après lui avoir essuyé les pattes, Haruto se débarrassa de son manteau. Sa main s'égara sur l'un des manches, et son esprit repartit dans cette rue où s'était déroulée cette scène étrange. Ji Hoon était parti dans la même direction, puis l'avait frôlé. Le Japonais sentait encore son cœur qui s'emballait. Déglutissant péniblement, ravalant un sanglot stupide, il s'éloigna de l'entrée. Viendrait-il vraiment ? Avait-il compris son indice un peu bizarre ? Mains sur la nuque, il laissa sa tête tomber légèrement en arrière. Il était fatigué, las d'être triste. Relâchant ses bras, il souffla fortement, avant de chercher Kimyaki des yeux. Le bichon, roulé en boule sur le canapé, restait sourd à ses appels. S'installant à ses côtés, Haruto le força à s'installer sur ses genoux, où il lui apporta le plein d'attention. Bientôt, ils seraient deux à se disputer le droit de le garder sur lui. Que dirait Ji Hoon quand il apprendrait que leur bébé avait pris la mauvaise habitude de dormir contre son homme ? Riant pour lui-même, ce dernier se demanda lequel serait le plus jaloux ? Avant que son esprit ne s'égare à nouveau. Dormir contre Ji Hoon, sentir son odeur. Pouvoir le toucher, l'embrasser. Fermant les yeux, Haruto voulait croire que ce serait pour bientôt. Il ne pouvait en être autrement.

 _

Ji Hoon n'était pas venu. Traits tirés et visage fermé, Haruto s'était levé de forte mauvaise humeur. Il était en colère contre lui-même, s'excusait mentalement auprès de Kimyaki à qui il avait donné de faux espoirs. La déception lui broyait le cœur, et le dimanche s'annonçait déjà bien morne. Il ne ferait rien de la journée, la passerait comme un adolescent devant sa télévision, de la nourriture peu saine dans le ventre. S'il pouvait manger, ce qui n'était pas franchement certain. Le bichon tournait en rond, et une promenade rapide suffit les aérer. Le Japonais redoutait une nouvelle aventure comme celle de la veille, aussi avait-il décidé de faire court, et le chiot semblait de son avis. Le pauvre avait tout de même reniflé l'air ambiant, et son papa l'avait observé, tendu. Il ne voulait pas recroiser Ji Hoon dans cet état. Qui savait ce qu'il serait capable de lui balancer. Mais Haruto savait qu'il ne pouvait s'en vouloir qu'à lui-même. C'était de sa faute, à croire bêtement qu'il comprendrait son indice stupide. Il était en colère, contre lui, contre Ji Hoon, contre Kimyaki. Et la seconde d'après, il se maudissait d'avoir de telles pensées. Le bichon serré contre lui, il était rentré. Déprimé.

Les heures s'enchaînaient, les DVD également. Des films d'horreur qu'il avait vu et revu, un grand thermos de thé froid et une boîte de bento à peine entamée résumaient son dimanche. Le soleil s'était couché sans qu'il ne le remarque, et Haruto n'avait aucune idée de l'heure qu'il pouvait être. Hypnotisé par son écran, il ne s'était levé que pour assouvir un besoin naturel, et n'avait fait de pause que trois fois pour sortir Kimyaki quelques minutes. La fatigue ne l'atteignait pas, peut-être parce qu'il n'avait pas eu besoin de penser. Totalement absent, il avait simplement regarder sans les voir ces films qui d'ordinaire le fascinaient tellement. Un peu trop, d'après certains. Il ne sursauta pas, quand la sonnerie résonna dans l'appartement. Pendant une seconde, il s'imagina même avoir rêvé. Pourtant, Kimyaki, dressé sur ses pattes, fixait intensément la porte d'entrée. Un cri dans la télévision attira son regard vers le cadran digital de son lecteur DVD. Presque minuit. Clignant des paupières, Haruto parut enfin se rendre compte du temps qui avait pesé sur ses épaules, aujourd'hui. Mais alors qu'il allait s'étirer, le bichon fila du canapé, et aboya une seule fois vers la porte. Lui qui était resté amorphe semblait lui aussi se réveiller.

Et sans qu'il ne comprenne pourquoi, Haruto sentit son cœur s'accélérer dans sa poitrine. Une sorte d'urgence, de pressentiment, le força à se lever. Eteignant rapidement la télévision, plongeant ainsi son appartement dans le silence le plus complet, le Japonais avança vers l'entrée, sentant le regard de son bichon qui le suivait. Prenant une grande inspiration, il abaissa la poignée, tremblant un peu. Et son regard croisa le sien. Comme un éclair, comme s'il retombait amoureux. Encore une fois. Il ne cesserait jamais de tomber amoureux de lui. « Ji... » Son souffle fut coupé par le baiser du Coréen, et Haruto se sentit pousser des ailes. Pris de court, il se laissa complètement aller, mains maladroitement posées sur les hanches de son amant. Ses oreilles entendaient à peine qu'il s'excuser, alors qu'il secouait légèrement la tête dans leur échange passionné. Qu'il se taise, qu'il se taise. Affirmant sa prise, il le rapprocha plus près, le tint plus fermement contre lui. Sa langue attaqua la sienne, alors que son corps le repoussait contre la porte. Il était tellement heureux qu'il aurait pu exploser de bonheur en une pluie de confettis multicolores. Ji Hoon était là. Il l'embrassait comme un désespéré, et lui lui répondait avec autant de ferveur. Ça lui avait manqué, il en avait terriblement besoin. De cet amour si exceptionnel, si passionné. Si beau.

Mais bientôt, le souffle lui manqua vraiment, et lentement ses mains remontèrent le long du corps de son amant, s'attardèrent un peu dans son cou, glissèrent dans ses cheveux, avant de caresser ses bras pour finir sur ses poignets. Avec douceur, Haruto le força à se séparer de lui, sans pour autant le lâcher. Poussant un soupir de contentement, il rouvrit enfin les yeux. L'embrassant amoureusement, il laissa ses lèvres se poser sur son nez, son front. Ses joues, une à une. Consteller de petits baisers sa mâchoire, se perdre dans son cou. Et ses bras se glissèrent finalement autour de lui, le capturant égoïstement contre son corps. Le souffle encore court, il posa un instant sa joue sur son épaule, silencieux. Haruto devait retrouver son calme, son cœur semblait vouloir sauter de sa poitrine, tant il était heureux de sentir battre contre lui celui de l'être aimé. Après un instant dont il ne put évaluer la durée, il recula enfin. D'un tout petit pas, pour mieux l'observer. Toujours aussi beau, c'était affolant, désespérant. Il lui adressa un sourire tendre et un regard affectueux. Comme il pouvait l'aimer, il était si heureux. « Espèce d'imbécile. » Le bout de ses doigts frappèrent le front de son Coréen. Non, vraiment. Il le méritait. Un tout petit peu. S'accroupissant auprès de Kimyaki qui observaient ses deux papas en se languissant de lui aussi avoir un peu d'affection, Haruto caressa la tête de leur bébé. Ses yeux se levèrent vers Ji Hoon. « Excuse-toi auprès de lui. » Ses sourcils durement froncés retrouvèrent cependant rapidement leur accent circonflexe. « Et on te dira que tu nous as beaucoup manqué. » Lui souriant amoureusement, le Japonais se redressa, plongeant un regard tout aussi tendre dans le sien. Sa main se leva pour caresser sa joue, sa langue passant sur ses lèvres. Ji Hoon était bien là. Il pouvait le toucher, il l'avait embrassé. Il l'embrasserait encore. Maintenant. Lui tenant doucement les joues, Haruto posa ses lèvres sur les siennes, dans un lent baiser. Ses mains glissèrent ensuite dans les siennes, entremêlant leurs doigts, et il resta un instant son front collé au sien. Les yeux à moitié fermés, il laissa son regard se perdre entre le fin espace qui les séparait. « Ça m'a fait mal. » Et son cœur se tordait encore un peu, en y repensant. « Mais j'étais persuadé qu'il y avait une raison... » Presque timidement, ses yeux se levèrent vers les siens, l'interrogeant du regard. Il ne se trompait pas, n'est-ce pas ?

C'en était cependant trop pour Kimyaki. Le bichon manifesta bruyamment sa présence et son besoin d'attention. Son envie d'affection, que son papa coréen lui avait refusé. Haruto se recula un peu précipitamment, prenant le chiot dans ses bras, lui intimant de se taire en lui demandant pardon. Ils ne voulaient pas l'ignorer. Retournant son attention sur Ji Hoon il lui tendit doucement leur bébé, le collant à son torse pour qu'il le prenne. « Tu vois, il ne t'en veut pas. » Comme le prouvaient les coups de langue joyeux que le bichon lui donnait à la mâchoire. Un sourire attendri aux lèvres, Haruto lui fit signe d'entrer dans l'appartement. Leur maison. A tous les trois. Celle que Ji Hoon n'aurait jamais dû quitter. Frottant ses mains l'une contre l'autre, Haruto observa son homme et leur enfant. Sa petite famille rien qu'à lui. Il se retrouva nerveux. Il voulait tant savoir ce qu'il lui était arrivé, mais avait peur des réponses qu'il obtiendrait. Cependant, leur couple, c'était pour le meilleur et pour le pire, sans qu'un prêtre n'ait besoin de le leur dire. « Assieds-toi... ? » Par où devaient-ils commencer ? Le Japonais ne savait pas, ne savait plus. Pourtant, il s'était tout imaginé, ce qu'il lui dirait en le retrouvant, ce genre de choses. Mais là, tout ce qu'il arrivait à faire, la seule chose qu'il ait réellement envie de faire, en vérité, c'était de le regarder. Ji Hoon, son seul et unique amour. Haruto l'avait enfin retrouvé.

Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)

▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Mar 22 Nov - 23:07
I miss your scent that embraced me    × ft. Haroon ♡
Son cœur battait vite, son cœur battait fort. Mais son cœur battait. Pour l'homme qui se trouvait derrière cette porte. Il avait eu l'impression d'être devenu si froid depuis ce dernier mois, de se vider totalement de toutes ses forces. Il se sentait insignifiant, n'avait plus envie de rien. Son cœur ne battait plus, il se demandait parfois s'il était encore là, comment il faisait pour vivre quand même. Ji Hoon n'en avait pas la moindre idée. Comment faisait-il, sans Haruto ? Il avançait dans un brouillard épais, duquel il ne semblait pas pouvoir se tirer. Il avait besoin de cet homme bizarre qu'il avait rencontré il y a quatre ans, qui l'avait charmé sans rien faire, qui l'avait rendu accro à lui. Il avait besoin d'être avec lui. Et il gâchait tout, manquait de détruire la plus belle histoire d'amour existant sur cette petite planète. Ils devaient se retrouver, ils devaient reprendre leur relation où ils l'avaient laissé. Elle était trop belle pour être gâché, pour être interrompu à son apogée.

Fébrilement, il avait sonné, suivant attentivement ce que faisait Haruto. Éteindre la télé, se lever, avancer. Le petit aboiement de Kimyaki le fit sourire tendrement. Il avait hâte de le serrer dans ses bras. Mais il avait surtout hâte de serrer son autre père. Quand ce dernier ouvrit, il n'avait pas résisté. Se jeter à corps perdu sur lui, l'embrasser désespérément. Ça lui avait tellement manqué. Il en mourrait d'envie depuis le dernier qu'ils avaient échangé. Il avait peur que Haruto le repousse, lui dise qu'il en avait assez. Son cœur bondit en sentant ses lèvres répondre parfaitement aux siennes et ses mains se poser sur ses hanches. Il s'excusait, et son Japonais lui intima de ne pas le faire. Pas maintenant. Ils avaient mieux à faire. Enroulant ses bras autour de son cou, il glissa ses doigts dans ses cheveux. Il était bien là. C'était tout ce qui comptait. Ses lèvres devenaient plus passionnés, sa langue vint sensuellement combattre la sienne. Un gémissement de bonheur resta dans sa gorge quand Haruto le repoussa contre la porte. Ji Hoon réaffirma sa prise entre de lui, collant son corps à celui de son Japonais. Tout contre lui. Il voulait s'assurer qu'il était bien là, qu'ils étaient à nouveau réunis. Que plus rien n'existait sauf eux.

Ses mains sur son corps le fit frissonner, comme s'il le touchait pour la première fois. Il avait besoin de sentir ses mains sur lui. C'était vital. Mordillant la lèvre inférieur de son amant, il laissa sa main tendrement caresser sa joue puis glisser dans son dos. Il pouvait sentir que ce n'était plus aussi musclé qu'avant. Il s'était laissé allé. Ce n'était rien, ils reprendront ça ensemble. Souriant, plus heureux que jamais, en sentant son visage et son cou consteller de baiser par cet homme charmant qui se trouvait être le sien. Juste à lui. Un petit rire bienheureux lui échappa et il le serra un peu plus fort contre lui. Pinçant les lèvres à son insulte, il trouvait le mot imbécile moins choquant de sa part que connard. Moins excitant aussi. Laissant sa main glisser le long de son torse, il ferma les yeux, acceptant sa petite pichnette sur son front. Sans bouger de sa place, il regarda Haruto se baisser vers Kimyaki, un sourire honteux en repensant à ce qu'il avait osé dire à ce petit chien la veille. « Mianhe, nae agi. » Souriant à Kimyaki, il reporta son attention sur Haruto, enlaçant sa taille pour le forcer à revenir près de lui. « Vous m'avez horriblement manqué. » Flattant son flanc, il succomba à ce nouveau baiser, bien plus tendre, plus doux. Ses mains continuaient de caresser amoureusement sa peau qu'il avait retrouvé sous son haut. Il avait besoin de le toucher. Ça le rassurait. Et il aimait le toucher, aussi.

Fermant les yeux une fois son front contre le sien, il serra sa main plus fort. Il lui avait fait du mal, il le savait déjà. L'idée était insupportable. Il s'en voulait tellement, il ferait tout pour se rattraper. Il se rattraperait. Sa main vint caresser sa joue alors que son regard se perdit dans le sien. « Je t'expliquerai tout... Je veux plus rien te cacher Haruto. » Parce qu'il voulait que leur relation fonctionne. Qu'ils soient heureux ensemble. Et des mystères, ça ne peut qu'envenimer une belle histoire comme la leur. Il sera sincère avec lui. Il lui dira la vérité, tout ce qui s'était passé. Sursautant en entendant l'aboiement plaintif de son chiot, il sourit tendrement en constatant qu'il n'avait pas changé. Il avait tout pris de lui. Il espérait que Haruto ne lui en voudrait pas trop de léger son patrimoine génétique à Kimyaki. Observant son amant récupérer le petit chien, il sourit en le voyant lui tendre et il laissa doucement ses bras se refermer sur son bébé, un sourire aux lèvres quand il lui fit sa fête. « Non... » Il ne lui en voulait pas. Ses doigts passèrent sur son joli pelage, grattouillant son ventre avant de reprendre très sérieusement. « C'est parce que je l'ai dit en japonais, en coréen, il aurait compris. » Ji Hoon était persuadé que Kimyaki comprenait le coréen mieux que le japonais. Oui, il était persuadé que son chiot comprenait le langage humain. C'était son chien, après tout.

Gardant le chiot contre lui, il lui parla un peu en coréen pour le réhabituer à sa langue, souriant à Haruto quand il l'invita à s'assoir sur le canapé. « Je suis pas venu hier parce que les magasins étaient fermés et qu'il était tard. » Ce n'était même pas une excuse, c'était la verité. Il leva la main où se trouvait un sachet qu'il secoua un peu. « Je devais ramener un cadeau à Kimyaki. » Pour se faire pardonner, de l'avoir ignoré, de l'avoir insulté. Haruto, il savait que ce n'était pas si simple et qu'il aurait pu mal le prendre qu'il tente d'acheter son pardon. Ouvrant le sachet, il sortit un petit os à mâcher, une friandise que le petit chien adorait. Toujours posé sur ses genoux, il lui sourit en montrant l'os, lui faisant signe de s'asseoir pour pouvoir l'avoir. Heureux qu'il lui obéisse encore, même s'il avait un argument, il se pencha pour embrasser son chiot sur le sommet de son crâne, Ji Hoon le reposa à terre pour lui donner sa friandise.

Son regard se reposa sur Haruto et il lui sourit tendrement, s'approchant pour lui voler un léger baiser. « Tu m'as manqué. » Et le mot était faible. Il se souvenait de son état à Taiwan, de son désespoir, de son manque d'envie pour tout ce qui l’entourait. Sans Haruto, il ne se sentait plus vraiment vivant. Timidement, sa main vint saisir la sienne et il s'approcha un peu de lui. Son odeur l’enivrait toujours, son sourire le faisait fondre. Il était si heureux, rien qu'en le regardant. « J'ai rein vu de Taiwan, je suis resté à l'hôtel pendant deux semaines, à penser à toi, à me demander quand on se reverrait, ce que tu faisais... » Haruto l'obsédait et il ne pouvait pas en parler. Il avait peur d'embêter Liang alors il gardait tout pour lui, attendant simplement que le temps passe. « J'ai du revoir un millier de fois toutes les photos qu'on a pris ensemble. » Un petit rire quitta ses lèvres et il tenta de ne plus penser à ces moments si sombres. Son cœur se réchauffait, recommençait à battre avec amour, avec passion. « On a décidé de revenir au Japon, on arrivait pas à vivre à Taiwan, Liang non plus, on était pas bien, on aurait pas survécu comme ça. Je voulais revenir te voir, tout de suite, j'avais besoin de te voir... » Son regard se leva vers le sien, il devait le croire, il devait lui faire confiance. Il ne lui mentirait pas, il ne pourrait pas lui mentir. « L'homme qu'on a tué... » Pinçant les lèvres, il rectifia : « Qu'on pensait avoir tué. Il est pas mort. Il est revenu. Et c'est devenu compliqué... » Dans un murmure, il s'excusa encore.

Son regard se porta sur Kimyaki, si heureux avec son petit os. La vie d'un chiot est tellement simple, il l'enviait un peu. Il regarda à nouveau Haruto. Il espérait qu'il comprendrait. L'histoire lui semblait si invraisemblable, comme un mauvais feuilleton, le genre d'histoire qui nous amuse jusqu'à ce qu'on la vive. Le Coréen ne savait pas vraiment comment expliquer et, surtout, il ne savait pas comment s'en sortir. Mais Liang et lui y parviendront, comme ils avaient toujours réussi à se sortir de n'importe quelle situation. Et tout s'arrangerait. Il voulait le promettre à Haruto. Pour que tout redevienne aussi parfait que ça ne l'était cet été.
code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Mer 23 Nov - 18:30


♡ Haroon ♡

Voilà, c'était comme ça. Comme ça qu'auraient dû se dérouler leurs retrouvailles. C'était un échange comme celui-ci, qu'ils auraient dû avoir en premier. Ne pas parler, ne montrer aucune hostilité. Juste s'embrasser, et montrer à quel point ils s'aimaient. A quel point l'autre lui avait manqué. A quel point ils avaient besoin l'un de l'autre. Ça aurait dû, mais ils n'avaient pas pu. Alors devaient-ils rattrapé leurs premières retrouvailles ratées. Haruto avait presque envie de les effacer, de faire comme si elles n'avaient pas existé. Cependant, restait dans un coin de sa tête toutes les questions qu'il se posait sur le comportement de Ji Hoon. Plus tard. Là, actuellement, à cet instant précis, rien ne comptait plus que son homme. Son homme revenu à lui, qu'il embrassait comme un passionné, comme si c'était la première. Et comme si c'était la première fois, le Japonais en avait des frissons dans tous le corps. Il n'y avait que son Coréen pour le mettre dans un état pareil. Oui, définitivement, ces retrouvailles étaient les bonnes. Ji Hoon n'avait pas besoin de s'excuser, et en vérité, Haruto avait plutôt envie qu'il se taise. C'était là, maintenant, qu'il aurait dû lui balancer joyeusement qu'il était rentré. Aussi, alors qu'il secouait la tête, le Japonais souffla entre deux baisers un « okaeri » empli d'amour.

Il aurait pu y passer des heures. Collé contre Ji Hoon, coincé contre lui. Il aurait pu l'embrasser encore et encore, le caresser tout partout. Son Coréen, à lui. Si jamais il l'avait oublié, Haruto voulait bien le lui rappeler. Pourtant, celui-ci savait qu'il était plus sage de se maîtriser – pour le moment. Ils devaient parler. C'était nécessaire. Pour leur amitié, pour leur couple. Ji Hoon lui devait bien ça. Et Haruto devait l'écouter. Avec toute l'attention d'un petit-ami aimant, qui avait complètement confiance en sa moitié. Il l'avait, ce n'était pas feint. Et puis, Ji Hoon devait également s'excuser auprès de Kimyaki, ce qu'il lui rappela malicieusement. Le psychiatre était sûr que le bichon ne lui en voudrait pas. Lui aussi avait un sixième sens, et sûrement savait-il que son papa n'avait pas pensé un traître mot de ce qu'il avait balancé la veille. Ils formaient toujours leur petite famille adorable, tous les trois. Maintenant plus que jamais. Quand la demande de pardon se fit en coréen, Haruto craqua encore plus. Si c'était dans sa langue natale, c'était qu'il le pensait réellement. Il avait donc eu raison, et un sourire tendre étira ses lèvres, avant qu'il ne les repose sur celles de Ji Hoon, aimantes. Lui aussi leur avait manqué. Horriblement, terriblement. Aucun adverbe, aucun qualificatif, ne serait assez fort pour décrire la peine qu'il avait ressenti de son absence.

Mais c'était du passé. Son Coréen était bel et bien rentré. Et cette fois-ci, Haruto ferait tout pour le garder près de lui. Les épreuves, ils les surmonteraient ensemble, il s'en faisait la promesse. Il avait souffert, oui. Et leur rencontre de la veille, ainsi que les mots échangés lui avaient fait mal. Ça, il ne pouvait le nier, et ne voulait pas lui mentir sur le sujet. Ji Hoon lui avait déjà souvent reproché de tout accepter, de tout faire comme si tout allait bien même quand ce n'était pas le cas, de ne pas dire ce qu'il pensait vraiment de quelque chose. Et le Japonais tendait à modifier sa façon d'être, ce qui n'était pas franchement simple, quand il avait toujours été comme ça. Aussi, son cœur s'allégea, quand son Coréen lui certifia qu'il lui expliquerait tout. Il ne voulait plus rien lui cacher, et un sourire plus doux éclaira les traits du psychiatre. Frottant doucement son nez contre celui de Ji Hoon, ce dernier le remercia dans un souffle à peine audible. L'aboiement plaintif de Kimyaki recouvrit sa voix, et Haruto réagit immédiatement. Que c'était pénible, un couple aussi niais. On en oubliait même un bichon si adorable, quelle honte ! Son papa nippon le taquina un peu, avant de finalement le tendre à Ji Hoon. Lorsqu'il les voyaient tous les deux, Haruto craquait toujours. La seule chose pouvant rivaliser avec ce tableau si mignon, c'était les photos de ses sœurs, lorsqu'elles étaient bébés.

« Il a passé tout un mois avec moi, il s'est amélioré en japonais. » Mais inutile de souligner le fait que le psychiatre ne lui avait pas appris des mots aussi mauvais que ceux prononcés par Ji Hoon, la veille. Sa main vint caresser le pelage tout doux du chiot, avant de se perdre sur la joue de son homme. Avec de l'amour dans les yeux, il l'observa parler coréen avec Kimyaki. Il souriait largement, avec tendresse, alors qu'il l'invitait à entrer, lui proposant ensuite de savoir. Haruto laissa échapper un petit rire à l'explication sur la visite tardive. « J'ai crû... C'est pas important. » Et il le pensait. Ji Hoon n'avait pas besoin de s'accabler encore plus. S'installant à ses côtés, il l'observa donner le petit os à mâcher à leur bichon. « Tu le gâtes trop. » Si seulement il voyait le placard que le Japonais avait désormais dédié aux friandises pour Kimyaki... « Je lui ai expliqué que tu avais des choses à faire. »  Et le bébé comprenait. Si intelligent à son âge, ses papas pouvaient être si fiers. Ils l'étaient. Souriant dans le baiser volé, Haruto plongea ensuite son regard dans celui de son amant. « Toi aussi... Tellement. » Et ce n'était pas assez fort pour dire combien. Serrant ses doigts entre les siens, il sourit tendrement à Ji Hoon qui se rapprochait de lui. Si beau, si parfait. Il lui avait manqué, et plus jamais il ne voulait en être séparé. Plus comme ça. Haruto le suivrait.

Celui-ci baissa les yeux vers leurs mains liées, quand Ji Hoon lui avoua n'avoir rien vu de Taïwan. Le Japonais trouva ça un peu dommage, bien qu'au fond de lui, il savait que ça aurait été la même chose pour lui. Lui qui s'était enfermé dans une routine aussi monotone qu'infernale. Comme un cercle infini, dans lequel il s'était emprisonné lui-même, condamné à vivre une vie où les jours ses ressemblaient tous. Quand son homme mentionna leurs photos, Haruto laissa échapper un petit rire, lui aussi. Pas sûr qu'ils s'amusaient de la même chose, mais ça le rendait bêtement heureux de constater qu'ils avaient passer leurs journées à faire la même chose. Ji Hoon s'était-il aussi laissé emporter dans leurs souvenirs communs ? Penchant la tête, il l'embrassa doucement dans le cou, laissant son front contre sa tempe. « Tous les jours, tu étais avec moi. Je pensais à toi, à nous... » A leur si belle histoire qui ne pouvait pas se finir comme ça. Ses lèvres embrassèrent sa tempe, glissèrent sur sa joue, sur le coin de ses lèvres. De sa main libre, il posa le bout de ses doigts sur la mâchoire de Ji Hoon, le forçant avec tendresse à tourne le visage vers lui, l'embrassant une nouvelle fois amoureusement. Haruto avait besoin de ça. De son amour, de sa douceur.

Alors qu'il sentait que Ji Hoon était prêt à lui parler, il lâcha lentement sa main, avant de passer le bras sur ses épaules, l'attirant contre lui. Sa main se perdit dans ses cheveux, et ses lèvres restèrent tendrement collée contre sa tempe. Le parfum de son shampoing enivrait le psychiatre, qui écoutait sans l'interrompre. Son cœur tambourinait contre sa poitrine. D'appréhension. Mais aussi d'amour. Toujours. Ses sentiments pour son Coréen n'avaient pas faibli. Son regard croisa le sien, et il l'encouragea à continuer, la main du bras qui le serrait contre lui le tenant fermement, caressant sa joue de son autre main. L'homme n'était pas mort, et les yeux du Japonais s'agrandirent sous la surprise de la révélation. Il eut l'impression de ressentir son soulagement comme s'il recevait sur le crâne un seau d'eau fraîche en été. C'était une sensation surprenante, mais ô combien bénéfique. Son bras lâcha doucement Ji Hoon, le laissant se redresser dans une position peut-être plus confortable. Haruto ferma les yeux, retenant les larmes de soulagement qui menaçaient de s'écouler. Liang n'avait tué personne, Ji Hoon n'était pas complice d'un meurtre. Brusquement, il se pencha sur son homme, le serrant dans ses bras. De toutes ses forces, de tout son amour. Il remerciait le ciel, et il ne savait quels dieux. Reniflant ses larmes, Haruto le lâcha doucement, ravalant un sanglot de joie. Il lui sourit tendrement, retenant un soupir de contentement.

Mais les choses étaient devenues compliquées, lui avait précisé Ji Hoon. « Hé... Ne t'excuse pas, d'accord ? » Doucement, il l'embrassa encore, chastement. Plusieurs fois. Avant de se rasseoir dans une position plus convenable. « Compliqué comment ? » Roulant ses lèvres l'une contre l'autre, le Japonais ne pouvait néanmoins pas cacher sa joie de savoir cet homme en vie. Cette nouvelle, même si elle avait entraîné une autre galère, restait une bonne nouvelle. « Tu peux tout me dire, tu le sais. » Ses mains joignirent les siennes, et pendant un instant, il laissa son regard s'égarer sur ses doigts jouant avec les siens. « J'ai eu le temps de réfléchir, pendant ces longues journées sans toi. » Sa lèvre humecta ses lèvres, avant que Haruto ne relève les yeux vers Ji Hoon. « S'il devait t'arriver quoique ce soit, je ne le supporterais pas. » Instinctivement, ses mains serrèrent les siennes. « J'ai trop besoin de toi... Alors... Alors, je suis prêt à t'aider. Pour quoique ce soit. Si tu en as besoin, je serai là. » Il se pencha une nouvelle fois vers lui, posant encore une fois son front contre le sien. « Je sais ce que tu vas dire, tu ne veux pas me mêler à ça. » L'une de ses mains se délia de la sienne, remontant sur le torse de Ji Hoon, se posant au niveau de son cœur. « Mais c'est trop tard... » Son autre main entraîna celle de Ji Hoon contre son propre torse, afin qu'il sente les battements frénétiques de son cœur. Les deux battaient au même rythme. « Tu es à moi, je suis à toi. » Pour toujours.

Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)

▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Mer 23 Nov - 23:12
I miss your scent that embraced me    × ft. Haroon ♡
Si seulement il pouvait passer son temps à ça. L'embrasser, le toucher. On devrait leur autoriser à s'enfermer dans leur petite bulle où plus rien ne les touchait, rien ne pouvait les atteindre comme ils s'aimaient assez fort pour ça. Oui, si fort. On ne pouvait le nier, c'était presque une honte que Haruto puisse en douter. Non, il n'en doutait pas. Hier, il avait compris son petit manège, il avait pu voir aux travers de ses mots qu'il y avait quelque chose, il lui avait fait confiance. Haruto devait savoir combien il l'aimait, combien il tenait à lui. C'était sincère. Il l'aimait, depuis quatre ans, et la distance n'y avait rien changé, ni ces histoires. C'était le plus important. Il sentait à nouveau son cœur battre, se réchauffer sous les lèvres délicieuses de son amant, de cet homme qui avait su le charmer. Un homme, oui. Ça lui paraissait toujours dingue que lui, Lee Ji Hoon, soit tombé amoureux d'un homme, contre toute attente. C'était l'opposé de ce qu'il avait toujours pensé et, s'il avait eu du mal à l'accepter, il savait désormais que ça n'avait pas d'importance. Que le plus important, c'était eux. L'amour qu'ils se portaient. Le bonheur qu'ils pouvaient s'apporter.

Avoir un bichon ne les rendait pas moins gay, au contraire, il le savait. Et il s'en foutait pas mal. Il adorait Kimyaki, depuis la seconde même où son regard s'était posé sur la petite boule blanche que sa voisine avait encore. Elle n'arrivait pas à le vendre, les autres étaient déjà partis. Il était mignon mais un peu peureux et chouineur. Ji Hoon l'avait regardé de plus près et le chiot avait chouiné en sa direction, il l'avait trouvé si mignon. Puis il l'avait porté et il s'était si bien blotti contre lui que le Coréen n'avait eu d'autres choix que de l'adopter, ce petit chien peureux et chouineur. Et depuis, il ne regrettait pas, c'était devenu leur bébé, qui savait montrer sa présence. Pas très courageux, mais avec du caractère. Il savait s'imposer, il savait montrer qu'il était là, bouder un peu quand il n'était pas content. L'avoir à nouveau contre lui le rendait heureux, il ne voulait plus le lâcher, il voulait lui parler coréen pour qu'il se souvienne de sa première langue, le câliner, souriant en le voyant se dandiner un peu dans ses bras pour avoir plus de grattouilles. Son regard réprobateur se posa sur son homme. Il n'avait pas essayé de lui parler coréen pendant ce mois ?

« Quel indignité. » Ses lèvres se pincèrent alors que son accent avait haché chaque syllable de ce qu'il venait de dire. Il faudra qu'il parle tout le temps coréen avec le bichon pour qu'il se remette bien dans sa propre langue. Incroyable, tout ce qu'il devait faire. Il ne releva pas quand Haruto ne termina pas sa phrase, il se doutait bien de ce qu'il allait dire. Jamais il ne les aurait abandonné, jamais il n'aurait manqué à son devoir, de revenir près de celui qu'il aimait, qui avait besoin de lui. « Moi je le gâtes trop ? Hé ho, avec moi, au moins, il marche. » Référence à hier, il avait bien vu qu'il avait glissé Kimyaki dans son manteau. Le chiot avait besoin de bouger, sinon il allait devenir un peu dodu et on allait se moquer de lui au parc. Et Ji Hoon ne voulait pas s'abaisser à les menacer de les manger. Il le ferait, mais il avait la flemme de les tuer et les dépecer. Dans tout les cas, il fit une petite grimace à son meilleur ami en guise de défense.

Reposant le petit animal au sol, il s'approcha de Haruto pour l'embrasser furtivement, souriant en levant son regard vers lui. Son cœur reprenait ce rythme fou quand il était près de lui. Son regard lui avait manqué, son sourire, ses mots tendres. Haruto dans sa totalité. Taiwan avait été un enfer. Son retour à Tokyo l'avait remis d'aplomb malgré les difficulté, car il savait qu'il allait retrouver Haruto, qu'ils allaient à nouveau passer du temps ensemble. Qu'ils n'auront plus à se quitter. Il avait repensé à leur passé, leurs souvenirs. A ces moments heureux, il en avait imaginé d'autres qui n'arriveront sans doute jamais. Des moments ensemble, des moments où tout était possible, où rien ne pouvait les atteindre. Frissonnant en sentant ses lèvres dans son cou, il ferma doucement les yeux, sa main serrant plus fort la sienne, un sourire aux lèvres. Évidemment que Haruto avait pensé à lui. Mais il était bêtement heureux de l'entendre. Mordillant sa lèvre en sentant les siennes se poser sur son visage, il se laissa volontiers embrasser, y répondant tendrement.

Se confier à lui était important, désormais, il s'en rendait compte. Il ne devait plus rien lui cacher, il en allait de leur avenir. La joie de Haruto quant à l'annonce de la survie de Jésus le fit légèrement sourire. Oui, il était vivant. En le revoyant, Ji Hoon avait été soulagé, si soulagé. Ils n'étaient pas des meurtriers, un poids énorme avait quitté sa poitrine. Il était si heureux, si soulagé. Malgré la suite, il était rassuré. Ils n'avaient pas encore commis l'irréparable. Sursautant quand Haruto le prit soudainement dans ses bras, un sourire tendre étira ses lèvres et il le serra à son tour, frottant doucement son dos pour le rassurer, ou il ne savait pas vraiment. Tout allait bien pour cet homme. Tout allait bien pour eux. Presque. Sa main caressa doucement sa joue alors qu'il s'éloigna. Il devait s'excuser, mais il ne le ferait plus, si Haruto ne le souhaitait pas. Répondant à ses baisers, il haussa un peu les épaules à sa question. Il ne savait pas par où commencer. « Je sais, Haruto. » Il pouvait tout lui dire, c'était normal. Ses doigts se mêlèrent aux siens et son regard se fit sérieux en l'écoutant parler. Non, il ne pouvait pas impliquer Haruto là-dedans, le Japonais le savait. Pourquoi le demandait-il ? Il était fou. L'amour rendait fou, Ji Hoon le réalisait.

Sa main se porta à son torse et il regarda Haruto, souriant légèrement en sentant son cœur battre. « Pour toujours. » Ça ne pouvait pas être autrement. Riant un peu, il lança un regard à Kimyaki qui était encore occupé avec sa friandise et il se pencha doucement pour l'embrasser, mordillant légèrement sa lèvres avant de laisser quelques baisers papillons sur sa mâchoires puis son cou. Sa main glissa de son coeur pour enlacer sa taille, laissant ses lèvres se perdre un peu. « Tu ne m'aideras jamais pour ça. » Se serrant un peu contre lui, il finit par capturer son visage entre ses mains pour le regarder. « Parce que je veux pas que tu fasses ça, je t'aime en docteur. » Pas en docteur escroc, jamais il ne pourrait l'accepter. Il était si droit, si juste. au fond, son côté un peu trop honnête lui plaisait bien trop. « Et je suis meilleur seul. » Un léger sourire et il captura ses lèvres à nouveau. Il imaginait assez mal Haruto se mettre dans ce genre de situation. « Compliqué dans le sens où ils nous suivaient depuis quelques temps. Ils savaient exactement ce qu'on fait, comment on fait. » Avec une précision affolante, des détails que Ji Hoon avait été surpris de lire dans leurs petits registres. « On doit travailler pour eux, sinon... » Sinon quoi ? Son regard se leva vers Haruto et il haussa les épaules. Les menaces n'avaient pas été dites clairement mais le mystère lui faisait bien plus peur. « Je veux pas que tu rentres là-dedans. C'est égoïste, mais je veux pas que tu fasses partie de genre... Ce monde. » L'embrassant à nouveau, il laissa son front se coller aux siens. « Je préfère qu'on reste dans notre monde à nous. » Où tout était mieux, plus beau, plus fort. Où ils étaient simplement heureux.
code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Jeu 24 Nov - 17:24


♡ Haroon ♡

Presque quatre ans, sans comprendre qu'il l'aimait. Et s'ils ne l'avaient pas accepté ? Les deux meilleurs amis seraient passés à côté de cette si belle histoire. Oui, ils traversaient des périodes difficiles, mais à côté de l'amour que Haruto portait à Ji Hoon, ce n'était rien. Ils étaient plus forts que tout ça. Le Japonais en était persuadé. Et son homme devait le savoir. Personne ne comptait comme lui. Il avait toujours cette place spéciale, dans son cœur. Haruto aimait leur couple. Il aimait leur relation si particulière. Meilleurs amis, amants. Il aimait leur histoire. Haruto aimait aussi leur enfant. Kimyaki, ce petit bichon tout blanc et tout doux, que Ji Hoon avait choisi. Un bébé adopté, mais qu'il n'aimait pas moins pour ça. Tout au fond, il savait bien que c'était un chiot. Qu'ils exagéraient peut-être un peu, en le traitant comme ça. Mais en vérité, il aimait bien la petite famille qu'ils formaient, tous les trois. C'était un bonheur indescriptible, que de se retrouver dans les bras de Ji Hoon. Ça l'amusait, de voir Kimyaki bouder parce qu'on ne lui accordait pas assez d'attention à son goût. Ça le faisait fondre, de voir comment Ji Hoon le câlinait, la façon dont il lui parlait. Haruto aimait leur couple, il aimait leur bébé. Son cœur battait à nouveau comme avant, plus vite qu'à l'ordinaire. D'une cadence joyeuse et fébrile. Il avait l'impression de défaillir, quand Ji Hoon posait les yeux sur lui, et indéniablement, il retombait amoureux. Qu'ils aient mis quatre ans avant de le comprendre et l'accepter lui paraissait si fou.

Clignant bêtement des yeux, le psychiatre fixa Ji Hoon. Quel quoi ? « ... Indignité ? » Malgré lui, un sourire vrilla le coin de ses lèvres. Où l'avait-il encore entendu, celui-là. Secouant la tête, Haruto rit un peu. « J'ai essayé, tu sais. J'ai lu dans ses yeux qu'il préférait que je lui parle japonais. » Doucement, il lui pinça le bras. « Et le petit chien si intelligent qu'il est m'a toujours très bien compris. » Pourquoi Ji Hoon doutait-il des capacités de leur fils à apprendre plusieurs langues. Il fallait les habitués tôt. A la pique, le Japonais leva un doigt, signifiant qu'il y avait là une bonne excuse. « Il faisait froid. Et mes voisins ne doivent pas le voir. » Son sourire, cependant, se fit un peu moins malicieux. « Et il t'aurait couru après... » Ses yeux se baissèrent sur le bichon, trop heureux que son papa coréen lui montre autant d'amour. Sa main s'égara également dans son pelage, rencontrant les doigts de son amant. Il releva les yeux vers lui, lui souriant plus largement. « On le gâte trop. » Mais ils ne regrettaient pas. Kimyaki, enfant roi du couple Kamiya-Lee. Ce n'était pas grave. Tous les trois étaient très heureux comme ça.

L'embrasser, le toucher, il ne s'en lasserait jamais. Haruto en avait terriblement besoin, et ils avaient du temps à rattraper. Il devait se maîtriser, il le savait pertinemment. Ji Hoon voulait s'expliquer. C'était pour leur bien, à tous les deux. A leur couple, à leur petite famille si mignonne. Main dans la sienne, il l'écouta commencer. Cet homme encore une vie, c'était un poids qui s'envolait. Haruto se sentait soulagé comme jamais, ce qui lui donnait envie d'embrasser son homme encore plus que d'ordinaire. Ce dernier n'avait pas besoin de s'excuser, ce n'était pas ce que le Japonais voulait entendre. Il lui intima de continuer. Les choses s'étaient compliquées, Haruto avait peur d'apprendre de quelle manière. Mais il devait savoir. Ji Hoon pouvait tout lui dire, il en avait déjà tellement entendu. En échange, il lui promettait d'être là pour lui, d'être présent s'il avait besoin de son aide. Bien sûr, la réponse, le psychiatre la connaissait. Sa main sur le cœur de son Coréen, il tenta de lui faire comprendre qu'il était déjà mêlé à tout ça. Parce qu'ils étaient ensemble, qu'ils formaient un couple uni et aimant. Et qu'il ne pouvait pas vivre sans lui. Son histoire, Haruto l'acceptait. Il acceptait Ji Hoon, avec ses défauts, ses qualités. Ses méfaits passés. Peut-être, oui, qu'il tremblait d'appréhension en attendant de savoir de quoi il en retournait désormais, mais quoiqu'il arrive, il ne le laisserait pas tomber. Il était son meilleur-ami, son amant. L'amour de sa vie. Il resterait auprès de lui. Pour toujours, oui. Et Ji Hoon le fit une nouvelle fois tomber amoureux de lui. Un soupir glissa d'entre ses lèvres, alors qu'il se laissait embrasser. Ses baisers étaient à la fois tendres et passionnés. Haruto laissa ses bras glisser autour de son cou, se perdant sous ses lèvres. Il devenait fou, il aimait peut-être un peu trop ça.

Un rire bref lui échappa, quand Ji Hoon lui dicta la réponse qu'il avait craint. Le Japonais laissa glisser ses bras entre eux, alors qu'il rouvrit les yeux pour le regarder. Un sourire tordu demeurait sur ses lèvres. Il l'aimait en docteur. Son cœur rata un battement. « Ji Hoon... » Ses yeux se baissèrent légèrement, alors qu'il ne trouva quoi répondre. Mais il disparurent bien vite, alors que son homme l'embrassait à nouveau. Haruto lui répondit avec douceur. Ji Hoon l'avait eu. Ses paupières dévoilèrent à nouveau ses grands yeux sombres, alors que son Coréen lui expliqua enfin de quoi il en retournait. Les jumeaux étaient suivis ? L'idée lui avait traversé l'esprit, pour expliquer le comportement de Ji Hoon, mais Haruto pensait ça tellement fou. Le genre de chose qui n'arrivait que dans les romans policiers. Travailler pour eux... « Mais... Qui c'est ? Des yakuzas ? » Sourcils froncés, le Japonais avait murmuré le dernier mot, une peur irrationnelle d'être entendu l'ayant pris soudainement. Poussant un soupir, il se détacha de Ji Hoon, l'écoutant lui expliquer pourquoi il ne voulait pas le mêler à ça. Un monde à eux. Un fin sourire étira ses lèvres. Leur bulle, si agréable. Si seulement ce pouvait être vrai. Si seulement ils pouvaient rester dans cet appartement pour toujours, sans devoir se soucier du monde autour.

Se laissant doucement tomber contre le dossier du canapé, Haruto observa un instant Kimyaki, qui attaquait toujours soigneusement son os. Soufflant du nez, il se frictionna le visage des deux mains. Ji Hoon était sain et sauf. Il l'aimait. Cet homme n'était pas mort, mais ils étaient plus ou moins piégés. Ses doigts se glissèrent dans ses cheveux. Le psychiatre ne voyait pas comment il pouvait aider l'homme de sa vie, et ça le rendait dingue. « D'accord, je reste en dehors de ça... » Se redressant, il plongea néanmoins son regard dans celui de Ji Hoon. « Mais promets-moi de tout me dire. » Son regard se fit plus tendre, plus inquiet. « Et de faire attention à toi. Surtout, ne prends aucun risque, je t'en supplie. » Sa main caressa une nouvelle fois amoureusement sa joue. Capturant doucement sa mâchoire, il l'attira vers lui, l'embrassant encore. « C'est toujours chez toi, ici. » Ses yeux se levèrent vers l'entrée, vers le meuble qui y trônait, avant de retrouver les siens. « Le double des clés est toujours là. » Ses clés à lui. Lentement, il s'approcha de lui, avant de se blottir contre lui. Enfouissant à moitié son visage contre son torse, Haruto ferma un instant les yeux. Il s'enivra de son parfum, alors que son cœur se calait au même rythme que celui de Ji Hoon. Après un instant, il tendit le cou, l'embrassant paresseusement, amoureusement. « Tu dors là ? » Sa langue passa sur ses lèvres, avant que celles-ci ne roulent l'une sur l'autre. Il le fixait tendrement, dans ces deux petits croissants qu'il aimait tant. « Saranghae. » Un doux murmure, avant que Haruto ne capture à nouveau ses lèvres. Il voulait retrouver ce monde dont avait parlé Ji Hoon. Ce monde à eux. Rien qu'à eux. Il voulait le retrouver ce soir.

Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)

▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Dim 27 Nov - 2:07
I miss your scent that embraced me    × ft. Haroon ♡
Indignité, oui. Il connaissait ce mot compliqué et il bomba un peu le torse, l’air fier en toisant son Japonais. Il connaissait du vocabulaire de pointe, il ne voulait plus qu’on doute de lui, Lee Ji Hoon, parfaitement connaisseur de la langue nippone. Il avait bien travaillé. Très bien travaillé. Bon, il avait encore son accent abominable, et il butait parfois à sortir des explications cohérentes mais il savait dire insignité alors on se disait qu’il n’était plutôt pas mal en Japonais. Tout le monde ne connaissait pas ce mot. Peu de Japonais l’utilisait, ça le rendait encore plus cool, il espérait que son Japonais s’en rendait compte et l’aime pour ça. Pour son talent incroyable à maîtriser la langue d’Aki Hito et autres japoniaiseries dont son bel amant était si friand. Il pouvait l’impressionner. C’était fantastique. Il se trouvait lui-même plutôt fantastique quand il disait des mots compliqués dans cette langue, il fallait savoir apprécier son talent. Il faisait de son mieux tous les jours pour se perfectionner un peu. Il avait eu le temps d’apprendre quelques nouveaux mots loin de Haruto, mais il préférait définitivement quand c’était lui qui les lui apprenait. Ses cours de langues étaient les meilleurs qui soient.

Son regard se posa à nouveau vers Kimyaki. Le petit bichon le plus intelligent du monde, vraiment. Il sourit en sa direction, un peu trop attendri. Il préférait que Haruto lui parle Japonais pour pouvoir perfectionner sa maîtrise de sa seconde langue. C’était normal. Il était vraiment très intelligent, très malin. Il l’avait tout de suite su en l’adoptant, qu’il était spécial, mieux que les autres. Un chiot fait pour eux, avec ses petits yeux ronds tout noirs, tout beaux. Il était toujours impressionné par lui. Il était devenu propre très rapidement, avait toujours compris ce qu’il lui disait. Il n’arrivait pas très bien à le dresser mais c’était parce que le petit avait son caractère et qu’il ne se laissait pas facilement dominer. Il n’aimait pas trop l’autorité, un peu comme lui. Parfois, ça le troublait. Kimyaki pourrait vraiment être son fils. Biologique. Mais il gardait bien à l’esprit qu’il s’agissait un chien. Enfin, il faisait de son mieux pour ne pas l’oublier.  

Il s’amusa de sa remarque sur son cher et tendre qui le gâchait trop, mais son sourire se tarrit légèrement à sa dernière réponse. C’est vrai. Il faisait froid, et Kimyaki restait malgré tout un petit chien d’une race relativement fragile et sensible. Il trouvait d’ailleurs la veste que lui avait acheté Haruto très mignonne mais il allait éviter de lui dire, il voulait quand même garder un minimum de crédibilité hétérosexuel de son côté. Habiller son bichon, c’était très gay. La fin de l’explication lui brisa un peu le cœur. Oui, Kimyaki aurait sans doute chouiné, aurait essayé de retourner vers lui. Et il ne savait pas trop s’il aurait supporté de voir son bébé agir comme ça. Il serait venu le récupérer et l’aurait kidnappé. « C’est parce qu’il me préfère… » Son sourire se fit un peu malicieux, du moins, du mieux qu’il le pouvait. Oui, bon, là n’était pas la question. Caressant le bichon, il sourit quand Haruto le rejoignit, finissant par laisser sa main se mêler à la sienne. Ils le gâtaient trop. Définitivement. Mais ça n’allait pas les empêcher de le gâter moins, il se connaissait et il connaissait son Haruto. Ils étaient fous du petit animal, ce serait terrible que de le gâter moins. Kimyaki pourrait se sentir moins aimé et il refusait que son bébé bichon puisse imaginer une chose pareille.

Pour que ça marche, il fallait parler, il fallait tout lui dire. Ji Hoon avait compris que lui cacher des choses rendaient tout plus compliqué. Et leur relation était déjà incroyablement compliquée sans ça. Haruto pouvait comprendre, il savait écouter, il devrait le savoir. Il n’aurait pas dû tant craindre de lui en parler, même si au fond, il ne lui avait pas vraiment tout dit. Il ne lui avait pas dit en quoi consistait les arnaques, ce qu’ils avaient fait. Non, c’était mieux s’il ne savait qu’approximativement ce qu’ils faisaient, il ne voulait pas lui expliquer, il ne voulait pas de détail. Le mystère, c’était bien aussi. Ils avaient besoin de mystère dans leur couple, on disait que c’était bien, de laisser un peu de mystère dans un couple. Il allait laisser ça comme mystère. Haruto allait conserver le mystère de ses belles dents si blanche et de son sourire de star Hollywoodienne. S’approchant un peu, il avait légèrement secoué la tête pour lui répondre. Des yakuzas, il ne savait pas. Il espérait que ça ne soit pas le cas, sinon, ils étaient un peu mal parti. Là, avec Haruto, il avait l’impression que tout ne pourrait que bien aller. Forcément, oui. Tout irait bien, puisqu’il était là, puisqu’ils pouvaient prendre soin l’un de l’autre. Son odeur l’enivrait, lui faisait perdre la tête, il avait l’impression que tout devenait possible, que plus rien de grave ne pouvait arriver. Il lui faisait perdre la tête et le Coréen se laissait faire avec plaisir, laissait son esprit se vider de tout ça sans crainte. « Je sais pas trop ce qu’ils sont, je veux pas vraiment savoir. » Un rire nerveux quitta ses lèvres alors qu’il se rapprocha de son amant, se collant pratiquement à lui. Non, il ne voulait pas savoir. S’il ne savait pas, il s’inquiéterait peut-être moins. Déjà qu’actuellement, il était stressé et un peu paranoïaque, ça n’arrangerait définitivement pas son cas.

Se redressant, il contempla Haruto en silence, attendant qu’il parle, qu’il réagisse. Haruto allait rester en dehors de tout ça. Ça le rassurait. Il ne devait pas s’en mêler, ça serait trop risqué, il refusait qu’on fasse du mal à celui qu’il aimait. Au père de son fils. Il allait se calmer avec ça. Ji Hoon plongea son regard dans le sien quand son meilleur ami se redressa et il sentit son cœur battre un peu plus fort. Toujours plus fort quand il le regardait. Haruto le faisait toujours tomber un peu plus, comment était-ce seulement possible ? Fermant les yeux, il apprécia cette caresse sur sa joue, hochant doucement la tête. « Je vais faire attention, c’est promis. » Il ne voulait pas mourir, près de Haruto, il réalisait combien il devait vivre. Il voulait vivre tout ça maintenant, pas dans une autre vie. Il avait été stupide de penser que ça pourrait lui convenir. Docilement – et avec plaisir – il se laissa embrasser à nouveau. Le double de clé posé à l’entrée. Oui, c’était toujours chez lui. Ji Hoon se sentait toujours encore chez lui dans cet appartement de Shinjuku. Même s’il n’y vivait pas officiellement, au fond, c’était un peu le cas, et ça lui plaisait. Il aimait cet appartement, il aimait celui qui y vivait de façon permanente. C’était chez eux. « Je les récupérerai. » S’approchant, il laissa son nez titiller le sien avant de lui voler un nouveau baiser. Sans attendre, ses bras le capturèrent contre lui et il laissa ses doigts caresser amoureusement ses beaux cheveux, si doux, se perdant parfois doucement jusqu’à son dos. Le toucher lui avait terriblement manqué. Il pourrait le toucher encore et encore. Il était tellement parfait. Il pourrait éternellement continuer à le toucher ainsi, à glisser ses doigts sur lui, à le caresser tendrement. Sa joue se posa sur le crâne de son amant et il ferma les yeux quelques secondes, profitant de cet instant si doux. Ses lèvres finirent par s’étirer dans un sourire en sentant ses lèvres se poser sur les siennes et il y répondit lentement, comme pour le faire durer un peu plus longtemps.

« Si je dors là ? » Son sourire se fit amusé alors que sa main se posa doucement sur sa joue. « Tu me poses vraiment la question ? » Ji Hoon n’aurait envie de partir pour rien au monde. Il était bien trop bien dans ses bras. Son regard resta un instant figé sur les lèvres du Japonais. Il devait arrêter de les lécher et de les rouler l’une contre l’autre. C’était indécent. Qu’il vienne plutôt le faire contre les siennes. Bêtement, comme un adolescent qui vivait son premier amour une fois de plus – ce qui, au fond, était un peu le cas – il se mit à sourire bêtement à la déclaration du beau Japonais et son regard se leva vers le sien, étincelant. « Nado saranghae. » Tellement, tellement fort. Ça devait être interdit. Il s’en voulait tellement de l’avoir fait souffrir ce mois-ci. Plus jamais. Non, il se le promettait. Posant ses mains sur ses joues, il répondit à son baiser, se laissant paresseusement retomber contre le dossier du canapé, amenant Haruto avec lui. Sa langue, joueuse, exigea à retrouver celle qu’elle aimait le plus pour reprendre un combat qu’elle avait craint de ne plus jamais pouvoir mener. Il embrassait si bien, ça le rendait fou. Il pourrait l’embrasser comme ça pendant des heures, des jours. Pour toujours. L’une de ses mains glissa dans son cou, puis dans son dos, finissant sa course dans la poche arrière du pantalon du Japonais, l’approchant un peu plus de lui alors qu’il continuait doucement à le caresser. Il lui avait tellement manqué.

Ji Hoon se redressa un peu, sans chercher à éloigner Haruto de lui, reprenant doucement le souffle qu’il avait perdu dans la bataille. Il se perdit un instant dans les beaux yeux de son amant, toujours si beaux, si grands, si expressifs et un sourire se forma sur ses lèvres qui vinrent chastement retrouver les siennes, continuant leur chemin le long de sa mâchoire puis dans son cou. Il aimait tellement le goût de sa peau. Elle était douce, chaude, parfaite, délicieuse. Une fois suffisamment satisfait de son petit cheminement il retourna retrouver son visage qu’il tint entre ses mains, ses pouces caressaient encore sa joue avant de devenir statique. « Eh attend, je dois te montrer un truc ! » Pouffant un peu, il le fixa quelques secondes avant de contourner son visage et s’approcher de son oreille qu’il mordilla légèrement, approchant ses lèvres comme s’il allait lui confier un secret. « Psychiatre. » Son sourire n’était pas peu fier alors qu’il revenait pour pouvoir voir sa réaction. Il l’avait dit. Il avait eu du mal à réussir à le reprononcer, mais il s’était beaucoup entraîné. La prononciation n’était pas parfaite, mais assez pour comprendre le mot et c’était tout ce qu’il comptait. Mordillant sa lèvres, il resta mollement contre le dossier du canapé, son sourire malicieux et incroyablement fier au visage. Finalement, il parvenait à le dire. Psychiatre. Le métier adoré du grand amour de sa vie.

code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Dim 27 Nov - 20:50


♡ Haroon ♡

Haruto n'avait jamais vraiment désiré d'animal, et encore moins d'un enfant. Ses études ne lui en avaient jamais laissé le temps, et il ne se voyait pas encore prêt à être père. Pourtant, quand Ji Hoon lui avait présenté Kimyaki, le Japonais avait tout de suite fondu devant le petite boule de poil. Leur bichon, leur bébé. Il l'avait adopté au premier couinement que le chiot lui avait timidement dédié. Peut-être bien qu'ils le gâtaient trop, mais ça n'avait pas vraiment d'importance. Kimyaki était heureux comme ça, et eux aussi. Quand ils plaisantaient ensemble sur ces trois enfants qu'ils n'auront jamais, Haruto se disait qu'ils en avaient de toute manière déjà un. Qu'importe que le petit chien préfère Ji Hoon ou non – le Japonais savait que c'était vrai – il l'aimait de tout son cœur. Ce petit animal était trop mignon pour ne pas être aimé. Trop doux, pour ne pas être tenté de laisser sa main se glisser dans son pelage immaculé. Et à voir sa réaction, il aimait beaucoup ça, ce qui arrachait invariablement un sourire attendri au Japonais. Ce dernier laissa ses doigts se perdre entre ceux de son homme. Lui aussi aimait beaucoup ça. Son cœur battait joyeusement, tant il était heureux.

Sur le canapé, leur petite bulle tardait à faire effet. Si Haruto se sentait soulagé d'apprendre que l'homme que Ji Hoon pensait avoir tué était finalement bien vivant, il ne pouvait s'empêcher d'être inquiet. Un stress qu'il maîtrisait tant bien que mal faisait trembler tous ses membres. Il voulait protéger son Coréen, il le devait. C'était son rôle. Bien sûr que Ji Hoon n'était pas d'accord, il aurait dû s'y attendre. Et en toute honnêteté, le psychiatre ne voyait pas comment l'aider. Comment pourrait-il seulement lui être utile ? Ji Hoon avait raison, chacun son monde, mais peut-être que ça lui brisait un peu le cœur de se l'avouer. Ça lui rappelait un peu trop brutalement qu'il restait sûrement des zones d'ombre qui ne seraient peut-être jamais dévoilées. Tête baissée, il déglutit péniblement, tentant au mieux de ne pas se sentir trop amer. Ils venaient de se retrouver, après un mois infernal où il avait crû ne jamais le revoir. Ce Coréen borné qui avait presque réussi à lui faire croire que tout était définitivement fini entre eux. Peut-être que la réaction naturelle à avoir aurait été de le repousser. De ne pas aussi vite l'accueillir à nouveau chez lui. Ji Hoon lui avait brisé le cœur, et ça n'avait pas été la première fois.

Cependant, Haruto ne voulait pas penser à ces choses-là. Sa seule certitude, actuellement, était qu'il l'aimait. Qu'il était l'amour de sa vie. Alors, le Japonais voulait lui faire confiance. Même si son cœur souffrait par sa faute. Il lui promit de rester en dehors ça – mais on sait tous qu'on ne tient pas toujours ses promesses, n'est-ce pas ? Il essayerait, du moins. Yakuzas ou non, au final, ça n'avait que peu d'importance quand Ji Hoon y était mêlé. Secrètement, le psychiatre se promit de veiller sur lui, du mieux qu'il le pourrait. Il voulait le protéger, que cette bulle les enveloppe pour de bon, que rien de mal ne puisse plus leur arriver. Ce n'était pas possible, mais Haruto voulait vraiment y croire. Ils avaient le droit à leur bonheur, et le sien se trouvait ici, dans cet appartement, auprès de l'homme qu'il aimait et leur petit chien. Le tableau parfait. Il lui fit promettre de faire attention, espérait qu'il l'écouterait. Ce boulot ne pouvait pas être trop dangereux, le Japonais se refusait à le croire. Un angoisse terrible se saisit de son âme, alors qu'il s'imaginait son amant en mauvaise posture. Rien de devait lui arriver, il le voulait sain et sauf. Par des gestes tendres, il le montra à Ji Hoon, avant de lui rappeler qu'ici, c'était aussi chez lui. Ces clés, il devait les reprendre. Sa mère les lui avait réclamé de façon détournée, et Haruto avait dû trouver quelques parades plus ou moins réussies pour l'empêcher de mettre la main dessus. Evidemment, elle soupçonnait maintenant son fils de lui cacher une petite-amie. Et s'il avait bien quelqu'un dans sa vie, le psychiatre n'était pas sûr d'être prêt à lui présenter officiellement. Surtout qu'elle connaissait Ji Hoon. Mieux, elle l'appréciait assez pour le trouver drôle et charmant. Haruto repensait alors à Erena et sa hâte que son frère apprenne à leur famille de qui il était tombé amoureux.

Mais un problème à la fois. Il avait envie de croire qu'ils avaient tout le temps devant eux pour penser à un éventuel coming-out. Il l'avait, ce temps. Définitivement. Ji Hoon était l'homme de sa vie, et Haruto comptait bien la passer auprès de lui jusqu'à la fin. Pour le moment, il préférait profiter de l'instant présent. D'eux deux, enlacés sur son canapé. Les mains de son Coréen faisaient courir des frissons le long de sa peau, ça ne manquait jamais, et il adorait ça. Son odeur semblait annihiler tous les sens du psychiatre, qui était alors celui qui perdait la raison. Ce n'était pas grave, Ji Hoon le tenait fermement serré contre lui. Tout allait bien. Quand il l'embrassait, tout allait toujours bien. Tout était toujours parfait, comme une parenthèse délicieuse. Leurs lèvres se complétaient si bien. Sa langue aimait tant titiller ses lèvres, jusqu'à ce que le bout de la sienne vienne jouer avec elle. Elle se retirait cependant bien vite, l'échange devait encore rester sage. Pour le moment. Elle trépignait de jouer à nouveau avec celle de Ji Hoon. Ce n'était jamais assez. Ça ne le serait jamais. Haruto ne savait jamais quels baisers étaient ses préférés. Les passionnés comme les paresseux le laissaient toujours un peu plus amoureux. Son cœur s'envolait dans sa poitrine, son sang courait joyeusement dans ses veine. A chaque fois, il tombait un peu plus amoureux de Ji Hoon, se demandant s'il pourrait s'arrêter un jour.

Dormir là. Sa question à peine débutée, et le psychiatre se rendit compte du double-sens de sa question. Un fin sourire avait étiré ses lèvres. Son rythme cardiaque s'accéléra à la réponse de Ji Hoon, qu'il connaissait avant même de l'entendre. Bêtement heureux, Haruto lui adressa un large sourire. Il l'aimait. Ils s'aimaient. Fermant les yeux au contact des lèvres du Coréen sur les siennes, il perdit à nouveau pieds. Tout ça lui avait tellement manqué. Avec joie, ses lèvres mangeaient à nouveau les siennes, sa langue rejouait avec la sienne. Son corps amoureusement pressé contre le sien, le Japonais se laissa dominer, retrouvant avec bonheur ces instants d'intimité. Il aimait ça, comme il aimait quand Ji Hoon le regardait comme ça. De ses deux petits croissants sombres. Les plus beaux yeux dans lesquels il s'était perdu. L'une de ses mains vint caresser son visage. Il était tellement parfait. Ses lèvres rencontrèrent à nouveau les siennes, et Haruto laissa échapper un soupir de contentement lui échapper, en les sentant sur sa peau. Celle de son cou était si sensible, qu'il en frissonnait de plaisir. Un gémissement se coinça dans sa gorge, et une moue d'incompréhension déforma les traits de son visage, en le sentant stopper ses attentions. Le Japonais voulut lui demander de continuer, mais les paroles de Ji Hoon le rendirent curieux. Sourcils très légèrement froncés face à l'appréhension, il le fixa en retour, tremblant en le sentant fondre vers son oreille. Le bout de sa langue passa sur ses lèvres, goûtant encore un peu à leurs baisers. Sentant le souffle chaud de son amant contre son oreille, Haruto cessa néanmoins tout mouvement. Le murmure lui provoqua un drôle de frisson, comme une petite décharge électrique. Ça l'aguichait beaucoup trop, ça ne le devrait pas. De quel droit. Comment Ji Hoon avait-il pu apprendre à prononcer ce mot presque correctement. Son accent ne rendait la chose que plus érotique encore, et le justement nommé psychiatre n'osa pas bougé. Son cœur tambourinait contre sa poitrine, et ses yeux dévorait le corps de Ji Hoon. S'il bougeait, il ne se maîtriserait pas.

Sa respiration ne suivait pas un rythme normal, et son regard s'était fait beaucoup plus intense, dans celui de son amant. Déglutissant bruyamment, il le fixa, tentant de calmer cette drôle de pulsion qui secouait toute son âme. Un simple geste, un simple mot, ne pouvaient provoquer ça en lui. Pourtant, c'était bien le cas. Parce que ça venait de Ji Hoon, tout simplement. Se redressant, Haruto ne le quitta pas du regard. Chacun de ses bras autour de son cou, il passa une de ses jambes par-dessus celles de Ji Hoon. A genoux sur le canapé, il le domina de toute sa hauteur. « C'est très mal ce que tu as fait là... Redis-le. » Ses lèvres retrouvèrent passionnément les siennes, sa langue se fit décidée à gagner cette bataille-ci. Ses mains se glissèrent sous le haut de son amant. Vaguement, il entendit Kimyaki emporter son os dans la cuisine, alors qu'il perdait son souffle contre celui de Ji Hoon. L'une de ses mains glissa finalement le long de son torse, avant de se perdre contre son pantalon, au niveau de son entrejambe. « Redis-le ? » Sa bouche glissa sur son cou, ses doigts se faisaient pressants. Son souffle, irrégulier, brûlant, rencontrait la peau du Coréen sans aucune gêne. Retrouvant le chemin jusqu'à ses lèvres, Haruto l'embrassa encore. Ses jambes glissaient lentement du canapé, alors que son corps se détachait peu à peu de celui de Ji Hoon. Une fois sur ses deux jambes, un sourire malicieux vrilla le coin de ses lèvres. Un clin d’œil parfait, et Haruto recula. « T'as pas faim, dis ? » Mais ce n'était pas vers la cuisine que ses jambes le dirigeaient. Vers sa chambre. Leur chambre. Et alors qu'il se mordillait la lèvre, Haruto ne quittait pas Ji Hoon du regard. Tout l'amour qui brûlait en lui pour cet homme se reflétait dans ses yeux. Plus que jamais, il réalisait à quel point il avait besoin de lui, envie de lui. D'être près de lui. D'être à lui. Pour toujours.

Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)

▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Lun 28 Nov - 22:26
I miss your scent that embraced me    × ft. Haroon ♡
Ses pas l’avaient à nouveau mené vers cet appartement qu’il aimait tellement. Celui de son meilleur ami. De qui il était tombé amoureux, accessoirement. Un peu plus qu’accessoirement. Il était si heureux d’être là, de sentir l’odeur familiale des lieux, retrouver ses habitudes. Rien n’avait changé, pas un objet en plus, pas un objet en moins. Le canapé était toujours aussi confortable, il s’y sentait si bien. C’était chez lui, depuis que Haruto y avait emménagé, depuis qu’il squattait sans jamais en demander la permission. Il savait exactement où se trouvait les choses, il avait ses habitudes. Ses affaires de toilettes dans la salle de bain – il avait confiance, Haruto ne les avait pas jeté – un tiroir réservé à ses affaires. Deux. Et il squattait un peu l’armoire de son amant parce qu’il avait besoin d’un peu plus d’espace que deux pauvres tiroirs. Haruto le savait. Il le comprenait. C’était pour ça qu’ils étaient si bien ensemble. Plus jamais ils ne devaient se quitter. Plus jamais l’un sans l’autre. Il voulait plus que deux tiroirs, qu’une partie de l’armoire. Il voulait un dressing tout entier, mais ça, c’était une autre histoire. Il voulait sincèrement pouvoir construire quelque chose avec lui.

Ça lui semblait important, plus que jamais. Il devait tout lui dire, ne plus rien lui cacher. Il devait prendre ça au sérieux. Oui, au début, il avait eu peur de ne pas y arriver. Il s’était dit qu’il ne pouvait pas tenir une vraie vie de couple, qu’avec un homme, c’était encore plus bizarre et déjà avec une femme, ça l’était pas mal. Mais il voulait se dire qu’il en était capable. Il l’aimait tellement, bien sûr qu’il en serait capable. Ensemble, ils pouvaient tout faire. C’était si rare, une histoire comme la leur, si puissant, si incroyable. Peu de gens pouvaient vivre un amour aussi fort. Ils n’étaient sans doute pas les seuls, sinon, ce serait si injuste. Et en même temps, il ne voulait pas que d’autres aient ce privilège. Il voulait qu’ils soient les seuls à connaître ça. Il voulait que leur histoire soit unique, extraordinaire. C’était cupide, mais important. Quand Haruto lui souriait, il comprenait la chance qu’il avait, il comprenait combien il pouvait s’estimer heureux de l’avoir rencontré. C’était le plus beau des cadeaux, quelque chose qu’il n’aurait jamais pensé vivre. Il se sentait si niais. Il l’avait été tout ce mois durant, à ne s’imaginer ne jamais le revoir. A réaliser tout ce qu’il pourrait rater. Ji Hoon savait qu’ils n’auraient jamais le parcourt typique d’un couple à l’ancienne. Il y a peu de chance qu’ils puissent se marier un jour, encore moins qu’ils aient des enfants. Mais il acceptait le sacrifice, ils seraient heureux quoiqu’il arrive, ils trouveront comment l’être, ils trouveront leur bonheur. Ils continueront à le cultiver. Personne ne pourra les empêcher. Personne ne pourrait jamais s’y opposer, ni ce gang bizarre, ni leur famille, ni un gouvernement hostile à cela. Il n’y avait plus qu’eux pour en décider désormais.

Il avait peur de l’avenir, de ce qui allait lui arriver, mais en même temps, ici, il n’avait plus peur de rien, près de Haruto, ses inquiétudes n’existaient plus. Il sentait juste son cœur battait chaleureusement, amoureusement. Ça le rassurait, il se sentait bien, si bien. Il n’aurait plus pensé pouvoir se sentir aussi bien un jour. Il avait envie de rester dans cette petite bulle pour toujours. C’était une protection si forte, qui était totalement invisible. Mais eux, ils la savaient présentes, c’était le principal. C’était bien tout ce qui comptait. Ce soir, c’était leurs vraies retrouvailles. Celles qu’il avait cruellement attendu pendant un mois. Dormir ici, une évidence. Oui. Un petit sous-entendu à peine voilé, du moins, il croyait le voir. Il désirait Haruto en permanence, il avait toujours envie de le toucher, de l’embrasser. Plus que ça. Ses lèvres dévoraient les siennes, l’amenant toujours plus près de lui. Il avait besoin de sentir sa chaleur, de sentir son cœur battre.

Taquin, malicieux, il arrêta ses baiser pour amener Haruto plus près. Lui confier un secret. Non, mieux que ça. Une consécration dans leur relation. Psychiatre. Haruto avait tellement essayé de lui apprendre et finalement, il y était arrivé. Son regard ne quittait pas le sien, impatient d’avoir sa réaction. Son regard sur lui laissa penser que ça avait fait son petit effet et ça ne pouvait qu’exciter davantage le Coréen qui trépignait d’impatience en attendant sa réaction. Sans bouger, il se mordit la lèvre la lèvre en le voyant changer de position pour le surplomber. Par automatisme, ses mains se posèrent sur ses hanches et il garda son regard totalement encré sur lui. Très mal ce qu’il avait fait ? Ji Hoon rit un peu, toujours aussi fier, un regard teinté d’insolence quand il lui demanda de le redire. « Psychiatre. » Il eut à peine le temps de le finir que ses lèvres furent prise en otage par celles du beau Japonais. S’accrochant davantage à lui, il se laissa totalement faire, laissant Haruto prendre le dessus en ne parvenant pas à luter face à tant de détermination. Et ses mains sur son torse le perturbaient, l’aguichaient. La température de son corps venait de doubler en quelques secondes, sa respiration devenait haletante. Il allait mourir à nouveau, comme à chaque fois qu’il l’embrassait et le touchait ainsi. Ce mois avait été long, si long. Trop long.

Un gémissement franchit ses lèvres en sentant sa main glisser de son torse pour venir titiller une zone bien plus sensible. Fourbe. Pourquoi s’en prenait-il à lui comme ça ? tentant de reprendre son souffle sans y parvenir une fois que sa bouche fut libérée, il bascula la tête en arrière, laissant à Haruto un total accès à son cou. « Psykaitsz… » Sans concentration, c’était compliqué. C’était fourbe, de lui demander de le redire maintenant. Ses doigts se glissèrent dans ses cheveux, appréciant un peu trop ses lèvres dans son cou, il fut déçu en le sentant s’arrêter. Son autre main vint capturer son visage qui venait rejoindre le sien, répondant avidement au baiser. Il n’avait même pas remarqué que Kimyaki avait pris la bonne initiative de fuir. C’était mieux. Leur bébé ne devait pas les voir comme ça. La luxure jusqu’au bout des doigts. Doigts mêler à celui de son amant qui quittait le canapé, l’emmenant à sa suite. Sa question laissa son regard étincelant se perdre dans le sien. S’il avait faim ? « Je meurs de faim. » Sa langue passa sur ses lèvres, le suivant vers la chambre en le pressant un peu. Il avait envie d’être dans la chambre, de laisser son corps se coller au sien. De retrouver ses lèvres, sa peau.

Fermant la porte derrière lui, il n’attendit pas une seconde pour se jeter à nouveau sur lui, dévorant ses lèvres avec fougue, un peu trop de passion. Il l’aimait tellement. Il aimait tout chez lui absolument tout. Son corps collé au sien, il le repoussa en arrière, jusqu’à ce lit qui lui avait tellement manqué, ses doigts venant se perdre contre son torse, levant toujours plus le vêtement qui le gênant pour finalement le retirer totalement et le laisser tomber au sol. A califourchon sur son bel amant, il mordilla sa lèvre avant de glisser ses lèvres dans son cou, puis sur son épaule. Sa peau était chaude, douce, délicieuse. Elle lui avait tellement manqué. Il avait tellement désiré la retrouver, jamais il ne pourrait s’en lasser. Continuant son périple sur son torse, ses tétons, son ventre, il remonta doucement, faisant onduler son corps contre le sien, ses lèvres retrouvèrent les siennes. « J’aurais pas pensé pouvoir être à nouveau aussi heureux un jour… » Son souffle se perdait mais il avait eu besoin de lui dire alors qu’un tendre sourire se forma sur ses lèvres, finissant par rejoindre les siennes, une fois encore.

code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Mar 29 Nov - 17:25


♡ Haroon ♡

Tout était parfait, à nouveau. Tout rentrait dans l'ordre. Haruto le sentait, leur bulle les enveloppait doucement une nouvelle fois. Une nouvelle fois, elle les protégeait du monde extérieur. Une nouvelle fois, il n'y avait plus qu'eux qui comptaient. C'était égoïste, il le savait. Mais ça lui suffisait. Là, contre Ji Hoon, il se fichait de tout le reste. Dans ses bras, tout allait bien. Les problèmes n'existaient pas. Contre lui, Haruto n'avait peur de rien, il était prêt à affronter toutes les batailles. Il le serrait fort, le plus fort possible. Pour le protéger, lui prouver qu'il serait toujours là pour lui. Il ne l'abandonnerait pas. Comment en serait-il seulement capable, alors qu'il l'aimait tellement. A un point inimaginable. Un futur sans Ji Hoon ne pouvait avoir lieu. Ils affronteraient tout ensemble. Parce qu'ils formaient un formidable duo, qu'une amitié sincère et qu'un amour profond unissaient. Haruto avait trouvé cette partie de lui qui lui avait toujours manqué. Il s'était senti si vide, avant que Ji Hoon n'entre dans sa vie. Petit à petit, le Coréen y avait fait sa place, et enfin, il s'était senti vivant. Il s'était senti réellement lui. C'était peut-être un bête, très niais, mais c'était là ce que le Japonais croyait. Il en était persuadé, ils étaient faits l'un pour l'autre. Pour toujours.

Paradoxalement, le psychiatre ne voulait pas trop se projeter. Si durant l'absence de son homme, il s'était souvent imaginé leurs retrouvailles, le futur restait incertain dans son crâne. Seule la certitude qu'ils seraient ensemble perdurait. Mais comment, il ne savait pas. Il ne voulait pas savoir. C'était tellement plus excitant de le découvrir peu à peu. Même si ce mois l'avait fait souffrir, ces derniers jours faisaient partie intégrante de leur histoire, et c'était ce genre d'imprévus qui en faisait la force. Les moments difficiles, comme les bons, modelaient leur vie commune. Ils en connaîtraient sûrement d'autres, mais c'était le fait de ne pas savoir qui rendait tout ça bizarrement excitant. Toutes ces choses, Haruto voulait les vivre avec Ji Hoon. Tous les deux ne formaient pas un couple traditionnel, et rien que ça représentait le plus grand imprévu de sa vie. Jamais le Japonais n'aurait crû tomber amoureux d'un homme. D'un Coréen. De son meilleur ami. Son homme, son Coréen, son meilleur ami. L'amour de sa vie. Et c'était parfait. La plus belle histoire dont il aurait pu rêver. Non, mais dans ses rêves les plus fous, il ne s'était jamais crû capable de tomber aussi fort pour quelqu'un. Et il ne voulait pas le perdre, d'aucune façon.

Parce que leur relation était si particulière. Unique, le psychiatre voulait bien y croire. Au fond, c'était peut-être un peu triste qu'ils soient les seuls à connaître une histoire comme la leur, mais fièrement, il se disait que c'était impossible qu'un autre amour aussi puissant puisse exister. Oui, ils étaient les seuls à vivre ce qu'ils vivaient. Avec leurs qualités, leurs défauts. Avec leurs souvenirs et leurs blessures. Avec leurs tendances bizarres, aussi. Psychiatre. L'accent de Ji Hoon. Ça l'aguichait plus que nécessaire. Un peu trop. Surtout soufflé contre son oreille. Haruto aimait le frisson qui lui glissait dans le corps, le faisant trembler de désir pour cet homme qui savait un peu trop bien l'effet qu'il avait sur lui. Incroyable qu'il use si facilement de son charme, éhontément. Tout simplement scandaleux. Scandaleusement excitant. Le Japonais l'embrassa de toute sa passion, amoureusement, langoureusement. Il glissa sur ses jambes, assis à califourchon, le dominant un peu. C'était très mal, ce qu'il avait fait, oui. Ça avait éveillé en lui des pulsions jamais tout à fait endormies. Ji Hoon le rendait fou sur bien des points. De désir, surtout. Son cœur cognait dans sa poitrine, impatient. Haruto se découvrait charmeur, séducteur, avec son homme. Il aimait le titiller, jouer un peu. Ses lèvres capturaient sensuellement les siennes, avant que sa langue ne vienne caresser la sienne. Il se collait à lui, laissait ses mains parcourir son ventre, taquines. Qu'il le redise ? Un soupir de contentement s'échappa de ses lèvres, contre la peau de son Coréen. Se redressant pour lui faire face, Haruto approcha son visage tout près du sien. « Allumeur. » Ses lèvres retrouvaient rapidement les siennes, avides de baisers, jamais rassasiées. Ses doigts glissaient sur sa peau, s'accordant un passage sous son haut. Si douce, si chaude. Plus malicieuse, l'une de ses mains se permit de le taquiner davantage. Et visiblement, elle y arrivait plutôt bien. Fier de lui, Haruto le mit une nouvelle fois au défit. Pouffant contre ses lèvres, il l'embrassa encore. Ce n'était pas grave, ça l'aguichait quand même.

Joueur, il trouva la force de se décoller de lui. Lui aussi voulait l'aguicher. Toujours plus. Ji Hoon devait le désirer comme lui le désirait. Ce fut pourquoi il le mena à sa suite. Haruto était affamé, et jamais il n'aurait crû se retrouver dans un état pareil. C'en était presque indécent. Non, ça l'était complètement. La passion qui brûlait entre haut rendait l'atmosphère bien chaude. Un peu trop. Son regard empli de luxure, le Japonais ne quitta son amant des yeux, tandis que ce dernier le pressait de s'engouffrer dans sa chambre. Dans leur chambre. Fermer la porte, oui. C'était mieux. Si jamais Kimyaki jetait un coup d'œil indiscret vers cette pièce... Non. Ils devaient préserver leur bébé aussi longtemps que possible. Un sourire aux lèvres, il se laissa embrasser, passant ses bras autour de Ji Hoon, le serrant amoureusement contre lui, comme s'il ne voulait jamais le lâcher. Le Japonais n'opposa aucune résistance quand il le repoussa sur le lit. Sa respiration avait perdu son rythme stable depuis un moment. Haletant, il l'aida à se débarrasser de son vêtement, frissonnant un peu. Plus de désir qu'autre chose. Ses dents vinrent mordiller sa lèvre inférieure, son regard ne quittant jamais celui de son amant. Ses mains trouvèrent leur place sur ses hanches, alors qu'il soupirait d'aise sous ses baisers. Yeux clos, Haruto retrouvait avec bonheur cette délicieuse sensation. Celle d'être aimé et désiré. Lentement, il rouvrit les paupières et un large sourire étira ses lèvres, avant qu'elles ne soient capturées par celles de Ji Hoon. Son nez se frotta contre le sien, tendrement. Si heureux, oui. Haruto répondit à son baiser, langoureux, amoureux. Ses mains remontèrent vers son haut, le remontant jusqu'à ses épaules. Brisant leur échange, il passa le vêtement, s'en débarrassant rapidement. Sa bouche se perdit sur l'épaule de son homme. Il mordilla sa peau, délicieusement chaude sous ses lèvres. Il retrouva sa joue, le coin de ses lèvres, son front.

D'un mouvement habile du bassin, Haruto les fit pivoter, se retrouvant au-dessus de son amant. Un sourire malicieux aux lèvres, il embrassa les siennes. L'une de ses mains caressa ses cheveux, puis se perdit sur sa joue. « C'est toi qui me rends heureux. Tu n'as pas idée d'à quel point. » Il fondit dans le creux entre son épaule et son cou, embrassant, mordillant, avant de retrouver sa bouche. Se collant lascivement à lui, en faisant toutefois attention à ne pas l'écraser, il laissa ses grands yeux se perdre dans ses petits croissants. « Je t'aime. Ça n'a pas changé, ça ne changera pas. » Encore une fois, il l'embrassa. « Mon... » Un sourire taquin se ficha au coin de ses lèvres. « Masulsa ? » Son accent était épouvantable, mais Haruto était plutôt fier de s'en être souvenu. Ça ne devait pas avoir le même effet que le mot psychiatre sur lui, mais tout de même. Son magicien. Celui qui l'avait charmé sans qu'il ne s'en rende vraiment compte. Un merveilleux tour de passe-passe dont le psychiatre ne voulait connaître le truc. Son rire se perdit contre la bouche de Ji Hoon que la sienne retrouva à nouveau avec bonheur. Lentement, ses mains redécouvraient son corps, si parfait. Il le rendait fou, vraiment. Jamais le psychiatre n'aurait pensé être excité par une silhouette comme la sienne. Pourtant, ces traits étaient si beaux, si marqués. Comment ne pas tomber pour lui ?

Se redressant, Haruto le domina de sa hauteur, tentant en vain de retrouver son souffle. Se passant une main dans les cheveux, il le fixa d'un regard admiratif, amoureux. Délicatement, il fit courir le bout de ses doigts sur sa peau, le chatouillant légèrement à leur passage. Sourire taquin aux lèvres, il joua un peu, avant de les laisser atteindre leur but. Habilement, le Japonais défit cette ceinture qui le dérangeait grandement. L'une de ses mains s'occupait d'ouvrir doucement le vêtement, tandis que l'autre s'appliquait à le caresser scandaleusement. Malicieux, ses yeux retrouvèrent les siens. Haruto pinça les lèvres, s'empêchant de se montrer trop fier de lui. Ne tenant plus, il se pencha finalement vers Ji Hoon, l'embrassant de tout son amour. Doucement, il fit glisser son pantalon sur ses hanches, alors que sa main se fraya un passage sous le dernier vêtement que son amant portait encore.  Ses lèvres se perdirent dans son cou, marquant sa peau. Son cœur battait si fort qu'il lui en donnait le vertige. « Je ne te laisserai plus jamais me quitter. Tu entends ? » Afin de s'en assurer, Haruto lui fit à nouveau face. Il avait du mal à articuler. « Il n'y a que toi qui me rende heureux comme ça... Il n'y a qu'avec toi que je suis tout à fait moi. » Qu'avec Ji Hoon qu'il se laisse autant aller à ses pulsions. Il le désirait, dans tous les sens du terme. Ses mains passèrent sous son corps, alors qu'il le serrait contre lui, l'embrassant passionnément, à en perdre le souffle. Collé contre Ji Hoon, ondulant de manière indécente, Haruto savait qu'il l'avait trouvé, qu'il ne pouvait le perdre. Leur amour était assez fort pour supporter. Ils étaient faits l'un pour l'autre, et ça ne changerait pas. Leur histoire parfaite.

Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)

▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Mer 30 Nov - 1:51
I miss your scent that embraced me    × ft. Haroon ♡
Allumeur ? Lui, jamais. Mais Haruto devait sérieusement se remettre en question. Comment pouvait-il lui faire subir des tortures aussi rudes ? Lui qui était si faible. Ça lui avait manqué. Cette intimité, cette proximité. Elle l’avait obsédé pendant ce mois loin de lui. Il rêvait de l’embrasser, de le toucher. Se dire qu’il y avait des chances pour que plus jamais il n’y ait droit lui faisait tellement de mal. Pendant quatre ans, ils avaient pourtant vécu sans. Du moins, en quelques sortes. Ils étaient toujours incroyablement proche l’un de l’autre. Installé à une infime distance. Il ne pouvait s’empêcher de toucher Haruto. Sa main posée sur sa jambe, appuyé contre son épaule ou juste son genou qui effleurait le sien. Il en avait besoin. Il avait tellement besoin de contact avec celui qu’il qualifiait à raison comme étant son meilleur ami. Il l’était toujours, il le serait pour toujours. Jamais Ji Hoon ne trouverait quelqu’un pouvant être un meilleur ami que lui. Personne ne le faisait autant rire, il ne s’amusait jamais autant qu’avec lui. Quand ils sortaient boire un verre et qu’au final, ils en buvaient un peu trop. C’était toujours avec lui qu’il avait ses meilleurs souvenirs. Aussi différents qu’ils étaient, au fond, ça n’avait rien empêché. Ils étaient bien ensemble.

Si bien, ce soir. L’avoir retrouvé lui donnait l’impression de sentir des ailes pousser dans son dos, de s’envoler pour un autre monde, leur monde à eux. Dans cette bulle qui était revenue les envelopper, leur faire oublier qu’en dehors de cet appartement, il y avait un monde qui continuait de tourner, des gens qui dormaient, pour la plupart. D’autres qui riaient, qui pleuraient. Certains qui devaient faire la même chose qu’eux. S’embrasser à en perdre leurs soufflent, faire passionnément l’amour. Avec la personne qu’ils aimaient, ou avec un parfait inconnu. Mais Ji Hoon s’en fichait pas mal des autres actuellement. Le seul qui comptait était en train de, sans honte, ni reproche, lui faire perdre la tête sous ses baisers, sous ses sourires aguicheurs, son rire contre ses lèvres et sous ses mains baladeuses. « C’est toi, l’allumeur. » Un sourire malicieux étira ses lèvres. Il n’avait donc pas honte. Comment osait-il lui faire ça. Il voulait qu’il continue. Ji Hoon aimait bien se faire allumer de la sorte. Il aimait quand Haruto le faisait. C’était parfait comme ça. Quand il l’embrassait ainsi. Il ne savait pas comment il avait fait pour y survivre pendant un mois. Pire. Pendant quatre ans.

La chambre lui sembla si loin, son corps se pressait contre celui de son aman, lui intimant de se dépêcher alors que son regard dévorait le sien. Il en avait envie. Il avait toujours envie de Haruto. Jamais il n’avait désiré quelqu’un autant, jamais il n’avait été aussi impatient, aussi désireux. Et en même temps, il voulait prendre son temps, y aller doucement. Savourer chaque baiser, chaque caresse, chaque seconde qui passaient près de lui. Il voulait ressentir chaque moment que Haruto lui offrait, profiter de tout ça. Il voulait le rendre fou, fou de lui, d’amour, encore plus accro à lui. Lui faire plaisir, le rendre totalement heureux à nouveau. Il avait beaucoup à se faire pardonner. Dans cette chambre, plus rien ne pouvait les éloigner et il l’amena jusqu’à ce lit, le leur. Qui lui avait également manqué. Un petit sourire tendre se dessina sur son visage alors qu’il frottait son nez contre le sien. Ça aussi, ça lui avait manqué. Cette douceur qu’il avait. Il l’aimait tellement, ça devrait être interdit d’aimer autant.

Le laissant retirer son haut, il ferma les yeux, appréciant avec bonheur ses lèvres et ses dents contre sa peau mais il les rouvrit en le sentant inverser les tendances. Riant un peu, il se calla confortablement dans le lit, posant sa main derrière sa nuque pour l’amener plus près et pouvoir l’embrasser à nouveau. Ses mots le touchèrent et il le fixa de ses petits yeux brillants. Il voulait le rendre heureux. Il devait le rendre heureux. C’était une obligation. Laissant sa tête retomber en arrière, il se mordit la lèvre sous ses baisers et ses morsures. Il le rendait dingue, il avait si chaud, sa peau frissonnait, jamais on ne l’avait mis dans des états pareils pour quelques baisers un peu trop bien placé. Des sensations inconnues, un désir puissant. Haruto lui faisait voir un tout autre aspect de la sexualité. Plus intime, plus forte, encore meilleur. « Moi aussi. Aucune chance pour que ça change. » Il ne voyait pas comment. Ils étaient si parfaits ensemble. Le Japonais le rendait si heureux. Plus qu’il n’aurait pu imaginer l’être un jour. C’était fantastique, formidable, tout simplement unique. La plus belle histoire ne pouvait qu’être la leur. De ça, Ji Hoon en était tout à fait convaincu.

Son regard se leva vers lui. Masulsa. Un petit rire quitta ses lèvres et il hocha la tête, un peu fier que Haruto s’en souvienne. « Ton accent est si… Sexy. » Mais sexy, seulement quand c’était de lui. Il aimait quand Haruto parlait coréen, même pour dire simplement des mots. Ça lui plaisait. Ça l’aguichait. Un homme l’aguichait plus que toutes les femmes qu’il avait connues. Tellement improbable. Ou pas vraiment ? Il n’était pas tombé amoureux de Haruto pour son physique, c’était venu avec le temps, sans doute. Sans qu’il ne s’en rende compte, l’amour changeait ce genre de chose. Il était tombé amoureux de tout ce qui faisait Kamiya Haruto, des détails plus ou moins important. Sa façon de penser, de parler, de se tenir. Il aimait tout chez lui. il aimait aussi ce corps qu’il redécouvrait toujours. Si similaire mais si différent du sien.

Le voyant se redresser un peu, il ne le quitta pas du regard, un léger sourire aux lèvres. Il était si beau. Si parfait. Il avait tellement de chance, il le savait. On ne pouvait que l’envier. Haruto était un homme qui semblait sans le moindre défaut, Ji Hoon savait la chance qu’il avait. Que cet homme-là soit tombé amoureux de lui. Même s’il était si fourbe, à le toucher ainsi, le chatouiller sans état d’âme. Un couinement qu’il n’assumait pas vraiment quitta sa bouche, causé par ses mains tentatrices, surtout celle qui le caressait après avoir ouvert son pantalon. Si cruel. Il le mettait tellement à sa merci. C’était si fourbe. Il se vengerait. Ses lèvres acceptèrent de retrouver les siennes, il l’aida à se débarrasser de son pantalon et se colla à nouveau à lui. à lui qui trouva visiblement une nouvelle combine pour lui donner l’impression que la température de la pièce doublait. Sa respiration se faisait difficile, surtout si à sa main, il y avait ses lèvres qui l’accompagnaient plus haut. Entendant ses paroles, il répondit d’un léger gémissement. Il pouvait dire oui à tout, quand sa main se trouvait sur son pénis. Mais non, il ne voulait plus jamais le quitter. Plus jamais être sans lui. pour rien au monde. Ses ongles griffèrent doucement son dos et ses yeux se posèrent sur lui une fois qu’il lui fit face à nouveau. « Je te laisserai plus jamais Haru… Jamais.. » Ses doigts glissaient le long de son torse, venant ouvrir à son tour le pantalon que portait Haruto, il sourit contre les lèvres de son amant en sentant sa virilité gonflée sous ses doigts. Doucement, sa main vint glisser dans son dos, son bassin se soulevant un peu pour venir titiller celui de son homme, ondulant sensuellement contre lui, perdant lui-même la tête à ce contact.

Cependant, le désavantage de cette position lui rappela les risques qu’il courait et, embrassant Haruto avec plus d’avidité, il le força à reprendre sa place initiale, se débarrassant vivement du pantalon qu’il portait. « T’es tellement parfait. » Ses lèvres se perdirent avidement dans son cou, y marquant son passage plusieurs fois. Il avait besoin de se venger comme ça aussi. Il savait que d’habitude, c’était surtout Haruto qui faisait ça. Satisfait, il retourna à ses lèvres. « Redis-le ? Masulsa ? » L’embrassant avec fougue, il glissa à nouveau dans son cou, laissant sa langue goûter à sa peau, son torse si chaud. Il ne pouvait se lasser de le goûter, encore et encore. C’était tellement bon. Ses mains se chargèrent de doucement descendre son boxer alors qu’il continuait à mordiller son torse, l’une de ses mains pris l’initiative de caresser doucement cette virilité qui avait cruellement besoin d’attention. « Haruto, dis-le encore. » ses yeux se levèrent vers lui alors qu’il descendit plus bas, s’arrêtant à son bas ventre. Son cœur battait vite, si vite, son regard descendit doucement vers le sexe de son amant que sa main relâcha délicatement, remplacé par un coup de langue. Il n’était pas très sûr de lui, il se sentait un peu anxieux mais son regard se posa sur le Japonais. Il voulait se venger, il voulait être le meilleur à ce jeu-là. Sans jamais le lâcher, il laissa sa bouche prendre le relai. C’était bizarre, tellement bizarre. Pas aussi dégueulasse qu’il le pensait, loin de là. Ça ne valait pas une sucette. Au melon. C’était ses préférés. Mais une sucette au melon n’était pas aussi excitante que de regardant les réactions de son amant à chaque mouvement, à chaque coup de langue bien placé sur les zones les plus sensibles. « Tu peux encore le dire ? » Sa main vint apporter un peu de repos à sa bouche, reprenant le travail avant de se relayer une fois encore. C’était bien plus amusant qu’il n’y paraissait. Bien plus excitant. Terriblement excitant. Il peinait à respirer correctement, son regard était désormais plus allumé que jamais d’un désir qu’il semblait ne jamais avoir connu avant. Haruto lui faisait faire des choses complètement folles. Mais pour lui, tout était possible.

code by lizzou × gifs by tumblr
[/quote]
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Mer 30 Nov - 17:15


♡ Haroon ♡

Haruto n'était pas ignorant sur le plan sexuel. Il avait eu assez de partenaires pour apprendre ce qu'un homme devait savoir. Et d'après ce qu'il en savait, il se débrouillait plutôt pas mal. Bien évidemment, il n'avait jamais demandé à ses conquêtes de commenter – et encore moins de noter – ses performances. Mais il savait, l'affirmant sans crainte de se tromper, que le timide Kamiya était doué au lit. Avec une femme. Inutile de préciser qu'avant Ji Hoon, aucun homme ne l'avait connu de façon aussi intime. Aucun homme ne lui avait fait tourner la tête à ce point, ne l'avait touché de manière si indécente. Jamais le Japonais ne se serait pensé capable de faire preuve de sensualité avec un homme. Avec son homme. Son meilleur ami. Avec Ji Hoon, il se découvrait plus joueur, taquin. Il l'aimait, voulait lui montrer à quel point. Toujours plus fort, toujours plus sincèrement. Il n'avait plus peur, les doutes l'avaient quitté depuis un bon moment déjà. Haruto se laissait simplement guidé par ses envies, par son désir pour lui. Son cœur battait si fort, et sentir celui de Ji Hoon battre en harmonie avec le sien le rendait plus heureux encore. Jamais dans sa vie il n'avait connu de pareil bonheur. C'était tout simplement fou, incroyable. Vivre une histoire d'amour aussi intense, avec le plus parfait des compagnons. Le Japonais voulait s'envelopper dans cette joie extatique, ne jamais en sortir. Il savait qu'il était né pour l'aimer. Il avait mis quatre ans à le réaliser. Ils devaient rattraper ce temps perdu, profiter de chaque instant. Ne plus se séparer, car ça leur faisait trop de mal.

Contre Ji Hoon, Haruto devenait terriblement sensuel. Il s'était trouvé des talents insoupçonnés pour rendre son amant fou de désir. Il avait appris à bonne école. Ses sourires charmeurs, il les lui rendait en miroir des siens. Ses caresses, sa peau les avait assimilé pour mieux les lui rendre. Ses baisers, sa bouche ne voulait que lui rendre la pareille. La façon dont son corps se mouvait contre le sien, ce n'était que parce que le sien l'attirait à un point inimaginable. C'était lui, l'allumeur ? Mais à qui la faute ? Dans ses baisers, Haruto souriait toujours. Il la sentait, l'aura de bonheur intense qui émanait d'eux, qui les enveloppait. Comme cette bulle protectrice qui ne les quittait jamais, lorsqu'ils se retrouvaient. Elle guérissait les blessures que la distance avait creusé dans son cœur. Celui-ci battait plus fort que jamais. Haruto le voulait. Il voulait que Ji Hoon soit à lui, qu'il le fasse sien. De toutes les façons possibles. Son amour pour lui dépassait tout ce qu'il avait connu jusqu'ici. Il ne voulait plus penser au passé, l'important, c'était ici et maintenant. C'était ses mains qui titillaient la peau de son homme, les bras de ce dernier qui le tenaient fermement. C'étaient leurs bouches scellées l'une contre l'autre, leurs langues qui dansaient ensemble. C'était lui qui l'allumait éhontément, c'était Ji Hoon qui le pressait vers leur chambre. Haruto qui souriait fièrement, son homme qui l'embrassait passionnément. C'était parfait. C'était ce qu'il aimait.

Ji Hoon le rendait heureux, si heureux. Et il n'avait pas idée d'à quel point, non. Haruto lui-même avait du mal à décrire avec des mots convenus ce qu'il ressentait vraiment. C'était un langage inconnu que lui dictait son cœur. Des sentiments qui ne se disaient pas, mais qui se vivaient. Des sentiments qui se partageaient. C'était tellement intense, ça le consumait joyeusement. Un amour brûlant. Un amour sincère qu'il ne souhaitait jamais perdre. Le Japonais se promit de tout faire pour le garder, pour que jamais la flamme ne vacille. Il l'aimait, ça ne changerait pas. Ji Hoon était cette personne faite pour lui. L'amour vrai qu'on ne connaissait qu'une fois dans sa vie. Dans les précédentes et les suivantes aussi. Ils se suivraient toujours, quoiqu'il arrive. Cependant, Haruto voulait vivre pleinement celle-ci. Avec son amant à ses côtés, jusqu'à la fin. C'était là le seul souhait que le psychiatre avait. Son seul vœu égoïste. Il désirait leur bonheur, à tous les deux. Ensemble.

A lui, et son magicien. Le mot en coréen lui était subitement revenu, entre deux baisers et quelques caresses taquines. Masulsa. C'était un joli mot. Ça lui allait bien. Et visiblement, il faisait son petit effet sur Ji Hoon. Ses dents mordirent doucement la chair de sa lèvre inférieure, tandis qu'il le fixait intensément. Haruto avait tellement envie de lui. Ses doigts redécouvraient son corps, ne se lassant jamais de leurs explorations. Il aimait sentir la chaleur du corps de son homme contre sa peau. Il aimait le voir apprécier ses attentions. Avec douceur, précaution, et un peu de malice, le Japonais défit la ceinture qui retenait le pantalon de Ji Hoon. Ce dernier glissa rapidement sur les jambes de son propriétaire avant de s'échouer plus loin, quelque part au sol, rapidement oublié. Bientôt, Haruto s'appliqua à le caresser de façon bien plus scandaleuse encore. Sa main se mit à l'exciter habilement, avec douceur, en des gestes lents et appuyés. Si ce contact l'avait d'abord dérouté, il ne provoquait en lui plus que désir et envie. C'était différent que de se caresser soi-même, et d'autant plus excitant. Surtout quand Ji Hoon gémissait de la sorte, et quand de jolis spasmes de plaisir déformaient les traits de son visage. C'était parfait, mais Haruto en voulait plus, l'amener à ses limites. Qu'il ne le laisse plus jamais. De toute manière, il ne le permettrait pas. L'embrassant avec fougue, il serra Ji Hoon contre lui, frottant de façon lascive son corps contre le sien. Gémissant en sentant son bassin contre le sien, le Japonais se rendit compte qu'il n'était peut-être celui qui menait la danse.

Etouffant un rire, il se laissa finalement dominer à nouveau, passant sa langue sur ses lèvres. Sa main se posa sur sa joue, alors qu'il relevait son bassin pour l'aider à se débarrasser de son pantalon. Un nouveau rire lui échappa. « C'est toi qui l'es... » Un soupir de plaisir quitta ses lèvres, alors que Ji Hoon se perdait dans son cou. Une nouvelle fois, sa lèvre inférieure fut martyrisée par ses dents, sentant sa peau marquée de celles de son amant. Il lui appartenait. Ses bras se refermèrent autour de son cou, alors qu'il l'embrassait à pleine bouche. Dans son crâne résonnait ce mot. Haruto le répéterait autant de fois que nécessaire, s'il lui demandait. Ayant du mal à retrouver son souffle, une fois leurs lèvres séparées, il le laissa échapper dans un soupir à peine audible. Masulsa, masulsa... Ji Hoon l'était. Il arrivait si bien à le charmer, ce devrait être interdit. Une nouvelle fois, son bassin se releva légèrement. Désormais nu face à son amant, Haruto ne ressentait aucune honte. Il aimait le regard que celui-ci posait sur lui. Un gémissement empli de désir franchit ses lèvres en le sentant caresser son intimité. « Ma-masulsa... » Sa voix devenait rauque, et sa respiration était haletante. Yeux clos, il suivit mentalement le trajet de la bouche humide de Ji Hoon sur sa peau. « Ma... » Mamia. Son cœur rata un battement, deux. Cinq. Tout son corps se tendit – de toutes les façons possible. Son souffle se fit plus irrégulier encore. Les yeux désormais grands ouverts, Haruto resta un instant cloué au matelas, incertain. Déglutissant bruyamment, il se redressa finalement lentement sur ses coudes. Il crut bien éjaculer devant la vision qui s'offrait à lui. « Hoonie... » Il reconnaissait à peine sa propre voix. Pleine de luxure. Haruto gémit entre chaque syllabe. Rêvait-il ? Se retrouvait-il dans un de ses fantasmes matinales qui le prenaient parfois sous la douche ?

Très lentement, il secoua la tête. Non, impossible qu'il parle. Ji Hoon avait gagné. Tête renversée en arrière, le Japonais peinait à croire que tout ça était réel. Et pourtant. Ces sensations, aussi forte était son imagination, il ne pouvait les créer. Des gémissements rauques s'élevaient dans la pièce. Les siens. Uniquement provoqués par la bouche de son amant. Sur son sexe. Ses poings serrèrent les draps, ses jambes glissèrent lentement sur ceux-ci. Ce n'était pas la fellation la plus parfaite, mais définitivement la plus incroyable. De quel droit. Le souffle court, il se redressa soudain, conscient de l'imminence de la délivrance. « Hoonie... ! » Son corps se tendit, encore un peu plus. Un râle contenu, un flash qui l'aveugla même les paupières fermées. Se redressant entièrement, Haruto posa ses mains sur chaque joue de son amant. Encore haletant, il plongea son regard dans le sien. Un regard amoureux, brillant. Sa bouche rencontra la sienne, sans honte. Haruto ne pensait plus à rien. Simplement au fait qu'il était terriblement amoureux de Ji Hoon. « Mon amour... » L'une de ses mains glissa dans son dos, tandis que l'autre remonta sur sa nuque, pour se perdre dans ses cheveux. Toutes les sensations qu'il avait ressenti le secouaient encore. Attirant son amant sur lui sans le lâcher, il l'embrassa passionnément, langoureusement, se fichant bien d'où se trouvait cette bouche l'instant d'avant. La main dans son dos termina son lent parcours sur ses fesses, appréciant leur rondeur toujours parfaite, leur fermeté. Puis, elle glissa sur sa hanche, la caressant au passage, avant de retrouver le sexe gonflé de son amant. Ses jambes encerclèrent son corps, le désirant plus que jamais. Sa tête retomba contre son oreille, la respiration dérangée. Ses lèvres déposèrent de courts baisers sur les siennes, alors que son autre main trouvait l'une des siennes. « Prends-moi. » Un souffle rauque, sa voix pleine de désir. Lentement, sans le quitter des yeux, Haruto porta la main de Ji Hoon à sa bouche. Celle-ci captura trois de ses doigts en elle, qu'il suça tout aussi lentement. Son cœur cognait fort contre sa poitrine, son corps brûlait sous le sien. Salivant abondamment, le Japonais se rendait à peine compte des bruits obscènes qu'il faisait. Sa langue, ses gémissements, ses caresses de plus en plus pressantes, il ne contrôlait plus rien. Après un instant dont il ne put mesurer la durée, il lâcha la main de son homme, son regard plongé intensément dans le sien. Ses doigts sur son poignet, il lui fit comprendre ce qu'il désirait. « Prends-moi... Hoonie... Tout de suite... » Ses deux mains remontèrent jusqu'au visage de Ji Hoon, l'encadrant d'autorité, qu'il embrassa encore, et encore. Haruto ne voulait faire qu'un avec lui. Entièrement.

Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)

▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Mer 30 Nov - 23:20
I miss your scent that embraced me    × ft. Haroon ♡
C’était bon, si bon. Ses mains sur sa peau, ses lèvres qui embrassaient si bien les siennes, qui se posaient sur son corps. Ji Hoon retrouvait cet amour incroyable qu’il portait à son Japonais, ces moments intimes qui lui avaient tellement manqué pendant ce mois.  Il avait besoin de ça, de cette proximité de ces baiser, de sa douceur. Il aimait tellement l’homme qui se trouvait contre lui que toutes ses pensées s’évaporaient en sa présence. Il en oubliait quasiment qui il était, d’où il venait. Ça n’avait plus d’importance. Il y a quelques mois à peine, tout était si différent. Il était si différent. Des femmes, toujours de passage, sans la moindre importance. Il se souvenait à peine des visages, encore moins des prénoms, c’était son quotidien. Aucune attache particulière, elles venaient, repartaient, et ça lui allait parfaitement. Aucune n’avait jamais attiré suffisamment son attention pour qu’il ait envie de les revoir, de les toucher à nouveau. Il se lassait vite, il ne voyait pas l’utilité. Pourquoi faire ? Il n’avait besoin d’elles que pour d’une seule chose et elles étaient facilement remplaçables, substituables. C’était un jeu, qui l’amusait, qui devait rester un jeu. Le sexe, ce n’était rien d’important. Il n’avait jamais compris comment on pouvait s’y attarder. Qu’est-ce que c’était, sauf un acte quasiment animal ? Une pulsion à assouvir. C’était juste du sexe, rien de plus. Rien qui méritait qu’on en fasse une cérémonie. Il aimait ça, il faisait ça bien, on le lui rendait parfois bien, parfois il se demandait si c’était autorisé d’être un si mauvais coup et au bout du compte, il trouvait regrettable d’avoir fait honneur de son génialissime pénis à une païenne à qui il faisait un geste de bonne grâce.

Néanmoins, tout était différent désormais. Haruto avait changé sa perception de cet acte, c’était devenu bien plus important. Il comptait plus. Il n’y avait pas seulement lui qui devait aimer ça.  L’acte en lui-même n’était plus la seule chose qui comptait, mais tout ce qu’i y avait autour aussi. Le rendre fou, titiller son corps, regarder ses réactions, les aimer, chercher à en avoir toujours plus. Il voulait lui faire plaisir, lui faire perdre la tête, qu’il soit toujours plus amoureux, comme il l’était toujours un peu plus en le regardant. C’était bizarre. L’amour changeait tellement de chose. Ce n’était plus seulement du sexe, c’était de l’amour, oui. Le vrai amour, celui qui faisait oublier tout ce qu’on avait connu avant, celui qui nous rendait meilleur parce que c’était définitivement ce qu’il voulait devenir pour Haruto, il voulait se surpasser, lui plaire, le charmer toujours davantage pour ne jamais le perdre. Comment une rencontre banale pouvait tout bouleverser ? Il n’avait pas la réponse et sans doute ne l’aurait-il jamais. Ji Hoon ne voulait pas savoir, il ne voulait pas d’explication scientifique qu’il ne comprendrait de toute façon pas. L’amour, c’était plus beau quand c’était mystérieux, inexplicable, comme la relation qui les unissait, comme les moments qu’ils partageaient.

Personne n’avait besoin de leur expliquer, leur relation ne concernait qu’eux. A deux, c’était suffisant. Il ne voulait pas quitter cette bulle, devoir expliquer leur relation. Personne ne pouvait comprendre. Il était tout simplement heureux, très heureux, quand Haruto était là. Ce soir plus que jamais. Ce mois s’effaçait doucement, les blessures se pensaient d’elles-mêmes. Les caresses de son homme lui faisaient perdre la raison, son bassin qui se mouvait contre le sien davantage encore. C’était délicieux, parfait. Il avait l’impression de doucement sombrer dans un délicieux univers duquel il voulait sortir vainqueur en reprenant le dessus. Jouer avec Haruto comme il avait joué avec lui un peu plus tôt. Retourner ses armes contre lui, mais en les rendant encore plus puissante. Ils étaient parfaits tous les deux, les plus beaux. Ils surpassaient le monde entier, Ji Hoon y croyait. Ses lèvres se perdaient dans son cou, mais, malicieuse, elles voulaient explorer des lieux encore jamais tout à fait exploités par elles, curieuses de savoir l’effet qu’elles pouvaient avoir. C’était impressionnant, un peu bizarre. En bon hétérosexuel qu’il avait été, il n’aurait pas pensé faire ça un jour. Il ne s’était jamais vraiment posé la question, de ce que ça faisait, si c’était excitant ou non. Il aimait qu’on lui fasse. Ça donnait un petit sentiment de puissance alors qu’en même temps, il se sentait à la merci de la fille qui le faisait. Ce n’était pas lui qui dirigeait.

Une petite appréhension le gagnait. Ce n’était pas difficile. Un peu comme manger une glace. On léchait doucement, sensuellement, plus attentivement le bout, comme pour s’assurer que le goût convenait. On se permettait un peu de retenu au début, comme si on goûtait un nouveau parfum.  De la glace. Une glace bien dure et un peu chaude, mais une glace quand même qu’il pouvait au final prendre à pleine bouche. Ice scream, he screams.

code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Jeu 1 Déc - 14:35


♡ Haroon ♡

Avec le temps, Haruto aurait dû s'habituer à ces baisers, à ces caresses qui le comblaient. Non, impossible. Ses sentiments pour Ji Hoon étaient si forts, qu'il avait l'impression de retomber amoureux à chaque regard qu'il posait sur lui. Chaque déclaration paraissait être la première avouée. Et les attentions de son amant ne cessaient de le faire craquer, toujours un peu plus. S'il y avait eu une certaine appréhension, la première fois qu'ils avaient fait l'amour ensemble, aujourd'hui, le Japonais assumait pleinement ses désirs, une fois allongé contre Ji Hoon. Sa timidité s'envolait, et il devenait un amant passionné. Les battements de son cœur rythmaient ses gestes, ses baisers, ses pulsions de luxure. Il aimait beaucoup ça, et son homme le lui rendait bien. Il y avait une parfaite alchimie entre eux, bien qu'il doutait que leur attirance l'un pour l'autre pouvait s'expliquer aussi facilement qu'une formule mathématique. Non, leur amour était bien plus profond que ça, bien plus particulier. Il allait au-delà d'une simple sexualité. Il n'avait pas de nom, ou alors juste le leur. C'était l'histoire parfaite, celle dont tout le monde rêvait secrètement de vivre. Et ils la vivaient. Pleinement. Sans retenue. Leurs préférences, ce qu'ils faisaient ici, ça ne regardait personne d'autre qu'eux. Ici, dans cette chambre, contre Ji Hoon, Haruto avait l'impression d'être vraiment lui. Le bonheur qui le submergeait le rendait si heureux qu'il pensait que son cœur allait exploser. Il volait sur un nuage, tombait un peu plus pour son homme. C'était loin d'être une sensation désagréable. Elle était simplement indescriptible. L'Homme connaissait rarement un état de telle extase, qu'il n'en avait inventé des mots assez forts pour en parler. De toute manière, ça ne s'expliquait pas. Ça se vivait. Ce qu'ils faisaient bien, tous les deux.

Le Japonais ne se disait pas qu'il perdait, quand Ji Hoon reprenait le dessus. Au contraire, il pensait sincèrement qu'il n'y avait que des gagnants, dans ces moments-là. Il avait rapidement accepté de se faire dominer. Il mentirait s'il disait ne pas aimer. C'était des sensations inédites, qui le faisaient toujours frissonner. C'était excitant, parce que c'était Ji Hoon. Ce dernier le couvrait d'attentions, savait comment parfaitement le détendre. Il était doux et passionné à la fois. Ça le rendait dingue, mais Haruto ne pouvait lui en vouloir. Au contraire, il en redemandait, encore et encore. Ils avaient appris à mettre de côtés tous leurs a priori. Pour le meilleur. Leurs sentiments étaient si forts, si complémentaires, qu'ils n'avaient même pas eu besoin d'en discuter. Tout se déroulait toujours naturellement entre eux, même dans ces moments-là. Un simple regard, un simple geste, suffisaient à faire comprendre à l'un ce que l'autre désirait. Et parfois, ils se surprenaient. Quelques fois assez pour que l'autre ait du mal à distinguer s'il rêvait ou non. Comme ce soir.



Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)

▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Jeu 1 Déc - 23:07
I miss your scent that embraced me    × ft. Haroon ♡
Ji Hoon avait pensé ne plus avoir droit à tout ça, à un bonheur si grand, si fort. Il avait cru pendant un moment que jamais plus Haruto ne le couvrirait de baiser et d’attention, que jamais plus il ne pourrait être proche de lui de cette façon. Il n’avait pas envie de s’éloigner de lui, d’aller plus loin. Il l’aimait, ils s’aimaient. Niaisement. Personne ne pouvait comprendre, le Coréen en était persuadé, du plus profond de son cœur, ils étaient les seuls à connaître ça, à vivre un bonheur aussi fort ensemble, à pouvoir être aussi heureux avec pas grand-chose. A se faire des petites histoires justes tous les deux, à se dire que le monde extérieur ne comptait pas. Les seuls qui comptaient, c’était eux, le moment qu’ils vivaient ensemble. Ses lèvres l’embrassaient, son corps frémissait, chauffait comme ça ne devrait pas être permis contre le sien. Il avait chaud, si chaud. Le corps de son amant le rendait fou, lui faisait faire des choses qu’il n’aurait jamais imaginé faire, jamais imaginé vivre. Lui, si fier, si hétérosexuel. Oui. La bonne blague, il ne voyait plus une once d’hétérosexualité en lui actuellement. Ça lui revenait parfois, quand son regard se perdait malencontreusement sur une personne de sexe féminin un peu trop bien faite, mais jamais elle n’arrivait à lui ôter Haruto de la tête. Il était devenu son seul objet de convoitise.


code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Ven 2 Déc - 23:01


♡ Haroon ♡

Haruto voyait des étoiles, des flashs de couleurs. Dans ses veines coulait du feu, mais c'était agréable. Son cœur battait frénétiquement, mais sans l'inquiéter. Au contraire. Les sensations que lui procurait Ji Hoon était à peine descriptibles. Ji Hoon. Qui arrivait toujours à lui faire perdre la tête de la plus sensuelle des façons. De la plus indécente, également. C'était absolument scandaleux, cette facilité avec laquelle il le faisait tomber pour lui. Mais en vérité, Le Japonais ne luttait même pas. Pourquoi donc le ferait-il ? Il était la victime consentante du charme du Coréen. Jamais, même pas une seule seconde, ne lui était venu à l'esprit l'idée de le repousser. S'il avait douté, ce souvenir n'en était que très lointain. Leurs corps s'attiraient mutuellement. Ils se complétaient si bien, arrivaient à comprendre le désir de l'autre d'un simple regard, d'un simple geste. Haruto pensait crever de bonheur, tant tout était parfait. Leur petit monde tournait à nouveau dans le bon sens, il était plus heureux que jamais. Cette bulle si précieuse les entourait encore, et il ne désirait plus en sortir. Ils le devraient, il le savait bien, mais y rester le plus longtemps possible était son leitmotiv.



Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)

▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Dim 4 Déc - 11:28
I miss your scent that embraced me    × ft. Haroon ♡
Retrouver Haruto, pouvoir être avec lui. Ji Hoon l’avait tellement désiré. Il avait souvent relativisé. Ils se retrouveraient. Oui, à un moment ou à un autre. Il y avait cru, toujours cru. Du moins, autant qu’il pouvait. Il se disait souvent ne pas mériter ça, le bonheur qu’ils avaient. Il était trop fort, trop parfait. Comment pouvait-on être aussi bien avec quelqu’un ? Comment pouvait-on être autant sur la même longueur d’onde ? Ils se comprenaient si bien, étaient si heureux ensemble. Actuellement, il avait l’impression de vivre le bonheur parfait, contre lui, près de lui, à l’embrasser infiniment, à perdre son souffle contre son corps, à faire des choses qu’il n’aurait jamais s’imaginer faire avant. Jamais il n’aurait envisagé pouvoir faire ça, même à Haruto. Bien sûr, il savait que leur sexualité serait différente de ce qu’il avait connu, qu’il allait devoir faire des choses qui sortaient de ce qu’il avait toujours eu l’habitude de faire. Tout ça, il s’en doutait, il s’y préparait psychologiquement. Pour Haruto, il se sentait prêt à aller au-delà de ses à priori, à faire des choses un peu folles. Comme ce soir, lui faire plaisir, le rendre fou. Il était prêt à tout pour ça. Pour faire oublier ce long mois, se faire pardonner de l’avoir fait souffrir, faire quelque chose qui lui plairait, qu’il aimerait, du moins, il faisait de son mieux pour et, oui, ça lui avait visiblement plu.

Jamais, avant de pleinement réaliser ses sentiments et son attirance pour lui, Ji Hoon n’avait envisagé devenir aussi intime avec son meilleur ami. Lui faire l’amour, non, jamais. Jamais ses pensées n’avaient été déplacé envers lui. bien sûr, il se surprenait parfois à trop le regarder, à l’admirer silencieusement, fasciné par cet homme qui acceptait de passer du temps avec lui, même si parfois, ça l’embêtait un peu. Il le trouvait beau, bien fait. Mais non, jamais il n’aurait pensé un jour faire ce genre de choses avec lui. Il n’aurait jamais imaginé que le sexe serait aussi divin avec lui, que cette personne qu’il connaissait et côtoyait depuis quatre ans se trouvait être celle qui lui ferait connaître la définition vraie du mot orgasme, d’un plaisir inimaginable. D’un désir surpuissant. C’était bizarre, de se dire qu’il y a quelques mois, ils n’étaient pas encore proche à ce point là. Ils étaient encore un peu distants, ils n’osaient pas se toucher comme ça, même après s’être avoué leurs sentiments. Ils avaient passé quelques semaines très chastes, à dormir parfois dans le même lit, à s’embrasser de manière de plus en osé sans jamais avoir le courage de franchir le pas, sans aller plus loin. Mais, même ça, il ne regrettait pas. La première fois qu’ils l’avaient fait ensemble était parfaite. A Séoul, dans cette chambre d’hôtel. Ça avait été parfait, vraiment. Le Coréen ne regrettait pas. Quand cela le concernait, il ne regrettait jamais rien. Ils étaient si heureux ensemble, pourquoi se mentir ? Pourquoi ne pas apprécier les choses qui nous étaient offertes.

Après s’être finalement libéré, il resta encore un peu au-dessus de lui, l’embrassant, laissant ses mains glisser sur son corps, son souffle se perdre contre le sien. Il était si heureux. Il l’aimait tellement, tellement que ça devrait être interdit. Il savait qu’il pourrait tout faire pour Haruto, absolument tout. Il avait de la chance qu’il ne l’ait pas abandonné, qu’il ne l’ait pas rejeté. Que malgré le mal qu’il lui avait fait, Haruto accepte encore de le voir, de l’embrasser, de partager ces moments avec lui. Ji Hoon ne pourrait être plus heureux qu’à cet instant, collé contre l’homme qui hantait toutes ses pensées. « Non, je suis le plus chanceux des deux. » Ses sourcils se froncèrent et il se colla davantage à son Japonais, lui volant un baiser. Tellement de chance. Haruto était parfait, tout le monde rêverait d’avoir quelqu’un comme lui dans sa vie. Tout le monde voudrait connaître ça. Un amant aussi tendre, aussi passionné, un amoureux aussi attentionné, un meilleur ami aussi dévoué. Tout le monde. Et c’était lui qui y avait droit. « Tu peux pas juger, tu sais pas ce que c’est d’être avec toi. J’te jure que j’ai plus de chance. » Riant un peu, il mordilla son épaule, reposant doucement sa tête sur cette dernière ensuite. Son regard resta accroché au sien, malicieux, heureux, si heureux. ll ne pouvait cesser de le regarder, trop heureux, trop amoureux. Ses mots le firent sourirent et il plissa légèrement le nez. « Seulement si tu regardes que moi aussi. » Ses doigts vinrent pincer affectueusement son bras qu’il vint embrasser ensuite pour se faire pardonner.

Son ventre grognait un peu. Il n’avait pas eu le temps de manger depuis midi, et ça lui faisait un peu de peine. Bon, manger Haruto était ce qu’il avait le plus désiré mais son estomac clamait que lui, ça ne l’avait pas rassasié. Il était moyennement satisfait par ce qu’on venait de lui donner et se demandait ce qu’était que cette nourriture étrange. « Des onigiris… » Encore. Mais les onigiris de son meilleur ami lui avaient manqué et il avait vraiment envie d’en manger. Sa phrase en suspens, il ne chercha pas à connaître la fin, souriant simplement sans rien dire. Il ne voulait plus parler de ce mois. C’était mieux de ne plus jamais l’évoquer. Se sentant un peu pousser, il laissa échapper un gémissement contrarié. Il était bien, là. Il ne voulait pas encore prendre sa douche. Se redressant un peu pour aller enfin sous la douche, il s’arrêta en entendant Haruto lui parler à nouveau, souriant en comprenant de quoi il parlait. Visiblement, sa petite gâterie lui avait plu et Ji Hoon en était ravi. Il n’aurait plus manqué qu’il n’ait pas aimé. « Le refaire ? » Pouffant un peu à son explication, il se pencha pour l’embrasser. « T’as aimé ? » Sa langue passa sensuellement sur ses lèvres sans qu’il ne le quitte du regard. « C’était un peu bizarre, mais assez amusant à faire. » Surtout regarder Haruto totalement perdre pied et devenir complètement fou à chaque mouvement, à chaque coup de langue. Ça l’excitait rien que d’y penser et Ji Hoon ferma les yeux un instant pour se calmer. « Je m’entraînerais pour me perfectionner. Sur toi, si t’es sage, Hyung. »

Glissant ses doigts dans ses cheveux quand il se colla à lui et deposa des baisers sur son torse, un sourire un peu trop fier vint se dresser sur son visage. « J’ai pas besoin de m’entraîner alors… ? » Un petit rire quitta ses lèvres, trop heureux. « On est parfait ensemble. » Vraiment parfait, appelons un chat un chat. Se laissant faire, il explosa de rire quand son amant vint lui mordre les fesses, lui donnant une petite tape sur le torse pour la forme. « J’y vais. » lentement, il quitta le lit, se redressant mollement, il s’étira de tout son long une fois debout. Son corps était parfaitement détendu, un peu fatigué, mais le genre de fatigue qu’il aimait ressentir. Passant sa main dans ses cheveux, il se retourna, souriant en coin à l’attention de Haruto, l’air un peu charmeur, il lui obéit, avançant doucement vers la porte, il l’ouvrit, cherchant Kimyaki du regard. Il s’était endormi dans son petit panier. Comme quoi, il arrivait à dormir dedans quand on ne cédait pas à son caprice. Il avait dû pleurer à la porte, heureusement, ils ne l’avaient pas entendu.

Son regard se posa sur le miroir et il sourit un peu en se voyant. Ça faisait longtemps qu’il ne s’était plus vu aussi heureux. Trop longtemps. Ouvrant les armoires, il sortit du bain de bouche et sa trousse de toilettes que Haruto avait soigneusement gardé à sa place. S’occupant de rincer tout ça, il fila sous la douche – avec son gel douche coréen – se lavant rapidement pour ressortir le plus vite possible. Il ne pouvait pas rester trop longtemps loin de Haruto. Une fois séché, il retourna dans la chambre, tournant sur lui-même devant son homme pour qu’il l’admire, il récupéré un de ses boxers, qu’il avait également laissé ici, l’enfilant rapidement avant de chercher un bas de jogging. « Vas te doucher aussi, allez ! » Il le détailla du regard, mordillant sa lèvre inférieure avant de sortir de la chambre, filant à la cuisine pour voler des onigiri et se servir une canette de soda qu’il avait encore acheté avant de s’en aller. Mangeant tranquillement, Kimyaki vint le rejoindre et il l’accueillit sur ses jambes, lui racontant en coréen le mois passé loin d’eux. Il voulait que son bébé comprenne qu’il n’avait pas eu le choix et il sembla comprendre. C’était bien le plus intelligent des bichons. Il était si heureux de l’avoir adopté, de l’avoir près de lui. Leur bébé, à Haruto et lui. On ne pouvait rêver plus belle famille.


code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Dim 4 Déc - 16:20


♡ Haroon ♡

Enfin ils s'étaient retrouvés, de la plus délicieuse façon qui soit. Haruto était si heureux, il sentait son cœur battre comme jamais. Une chaleur douce et agréable avait chassé le vide froid qui s'était installé en lui durant ce mois décidément bien trop long. Il avait l'impression de revivre enfin pleinement. Ji Hoon lui était nécessaire pour ça. Rien n'allait correctement quand il était loin. Son monde gravitait autour du sien, ils s'attiraient l'un à l'autre. Ce n'était jamais plus parfait que lorsqu'ils se retrouvaient tous les deux, ensemble dans cette bulle protectrice, confortable, de laquelle le Japonais ne voudrait sortir. Leur zone de confort à tous les deux, là où ils pouvaient s'aimer sans avoir besoin de justifier quoique ce soit. Juste être eux-même, deux meilleurs amis éperdument amoureux l'un de l'autre. Qui se le montrait de façon aussi adorable qu'indécente. Haruto n'échangerait ces moments privilégiés avec Ji Hoon contre rien au monde. Ils lui étaient trop précieux pour ça.

La passion de Ji Hoon quand il lui faisait l'amour, la douceur qui suivait toujours l'extase la plus totale, le Japonais ne s'en lasserait pas. Son amant l'attirait, l'excitait, le troublait, le charmait. Avec tendresse, il lui répondait au mieux. L'embrassant amoureusement, le caressant doucement, de manière possessive tout de même. Son homme, le sien, à lui. Haruto pouffait dans ses baisers, soupirait sous ses caresses. Il se sentait extrêmement bien. Son monde tournait à nouveau rond, Ji Hoon serré contre lui. L'odeur de son shampoing lui chatouillait le nez, l'enivrait encore plus. Ses bras le gardait collé à lui, ne voulant pas qu'il s'écarte déjà. Sa peau contre la sienne frissonnait de bonheur de la retrouver. Leurs corps allaient si bien ensemble. Il voulait apprendre le sien par cœur, encore et encore. Ses yeux le dévoraient, le trouvaient si beau. Avait-il seulement conscience d'à quel point ? Sûrement, mais jamais autant que Haruto le savait. Lui ne le constatait pas d'après son reflet dans le miroir, il le voyait, pouvait le toucher, l'admirer réellement. Il voyait à quel point son homme était parfait, et voulait croire qu'il n'était jamais plus beau que dans ses yeux.

Un petit rire amusé lui échappa, en voyant la moue de Ji Hoon, mais il mourut bien vite contre les lèvres de ce dernier. Le plus chanceux des deux... Haruto n'en était pas sûr. Pourtant, les mots de son Coréen firent battre chaleureusement son cœur. Le revers de sa main caressa sa joue. « Alors on a tous les deux de la chance de s'être trouvés. » Il émit un gémissement faussement mécontent quand il le mordit. Le psychiatre ne pouvait s'empêcher de se dire que lui avait énormément de chance de l'avoir à ses côtés, de la plus belle façon qui soit. Ji Hoon lui avait tellement apporté, et il ne pouvait même pas exprimer par des mots à quel point. Il ne voulait pas le perdre. Il voulait qu'il ne regarde que lui, pour toujours. Comme il le regardait là. Avec ses deux petits yeux qu'il aimait temps. Son regard qui pouvait aussi bien être doux que brûlant de désir. Ses paupières qui s'étrécissaient jusqu'à ne plus former que deux fentes adorables. Son eyes smile qui le faisait à chaque fois fondre. Râlant pour la forme quand il le pinça, Haruto embrassa son nez, faisant mine de le mordiller. « Je ne vois que toi, de toute façon. » C'était peut-être niais, mais pas moins vrai.

Ses fameux onigiris. Au moins, avec le temps, le Japonais avait complètement maîtrisé son sujet, et il pensait sincèrement qu'ils étaient très bons, voire meilleurs que la majorité des onigiris qu'il avait pu manger dans sa vie. En y pensant, il réalisa qu'il avait un peu faim, lui aussi. Et la phrase de Ji Hoon lui revint en mémoire. Haruto rougit légèrement, alors qu'une pensée lubrique lui traversa l'esprit. Son amant avait déjà un peu mangé, et rien que de visualiser à nouveau la scène sembla l'exciter. Stop. Il devait se calmer. Son corps ne supporterait une nouveau tsunami de bonheur et de luxure. « J'ai beaucoup aimé. » Et encore, c'était peu dire. Que Ji Hoon arrête de l'aguicher, son regard fixa un instant ces lèvres si attirantes. Haruto réussit tout de même à relever le regard vers lui. « C'était... Terriblement érotique. » Et il en avait des frissons rien que d'y penser. Oui, définitivement, ils devaient le refaire. « Bien sûr que si ! Même les plus grands sportifs s'entraînent encore, et encore. » Haruto l'embrassa. « Les plus parfaits... » Mais il allait se calmer. Juste des baisers chastes, pas de léchouilles indécentes. Contre ses lèvres, pourtant, sa peau avait si bon goût. Le Japonais ne s'en lasserait jamais. Ce fut plus fort que lui, d'ailleurs. Ces si belles fesses, à la merci de sa bouche. Ses dents la mordillèrent, et sa langue lécha ensuite la petite rougeur. Il en voulait encore, toujours plus, mais pas maintenant.

Lâchant son amant, Haruto affichait un large sourire permanent, tandis qu'il s'étirait mollement. Ses reins étaient légèrement douloureux, mais ce n'était pas si désagréable que ça. Ça le renvoyait à ces minutes de pure extase qu'il venait de connaître. Roulant sur le matelas, il ferma un instant les yeux. Un sourire niais aux lèvres, il enfouit son visage dans son coussin. Un bonheur indescriptible réchauffait toute son âme. Depuis combien de temps n'avait-il pas été aussi heureux ? Il avait envie de rire, de s'enrouler dans les draps... Qu'il devait changer. Roulant à nouveau sur le dos, les bras en croix, il ne voulait plus bouger. Paupières toujours closes, il essaya de compter les battements de son cœur, qui tambourinait toujours gaiement contre sa poitrine. Nu sur son lit, il frissonna un peu, mais ne bougea pas pour autant. Peut-être qu'il s'endormit. Ji Hoon était déjà revenu, quand il ouvrit les yeux. Se redressant lentement, le Japonais ramena l'une de ses jambes contre lui. Un gémissement témoigna pour lui. Cependant, il refusait de se dire qu'il avait mal et qu'il regrettait. Au contraire. Il voulait recommencer, encore et encore. Ça avait été bien plus excitant que toutes les fois précédentes, pourtant terriblement érotiques, elles aussi. « J'y vais, j'y vais... Il faudra que je change les draps, aussi... » Glissant sur le matelas, Haruto s'assit au bord de celui-ci, appuyant sur ses bras pour s'aider à se redresser. Lèvres pincées, il réalisa qu'il avait du mal à tenir correctement debout. Ça avait été si intense, que son corps mettait du temps à se remettre complètement.

Ses jambes le portèrent lentement vers la salle de bain, avançant précautionneusement, s'aidant des meubles et des murs. Le psychiatre s'enferma ensuite dans la salle de bain, s'appuyant contre le lavabo. Pouffant bêtement, il releva le visage pour s'observer. Enfin, le miroir lui renvoyait ce sourire sincère qui illuminait à nouveau ses traits. Son reflet avait été si terne, ces derniers jours, au point où Haruto s'empêchait de se regarder. Celui-ci apprécia sa douche. Une douche longue et chaude. Il le fallait. Une fois dehors, il se rinça la bouche, bêtement heureux de revoir les affaires de Ji Hoon à côté des siennes. Son peignoir enfilé, il sortit de la salle de bain, s'essuyant les cheveux à l'aide d'une petite serviette éponge, qu'il balança sur son épaule une fois dans la cuisine. Ses chaussons raclaient le sol, son corps pas encore entièrement remis. « Hey, Kimyaki... » Sa main se posa sur le crâne du bichon qui avait pris place sur les genoux de son autre papa. Le caressant affectueusement, Haruto se sentit honteux, espérant que leur bébé n'avait rien entendu. Ses yeux se posèrent alors sur Ji Hoon, et il n'en fallut pas longtemps pour qu'il craque et l'embrasse. Un baiser doux, chaste, tandis que son autre main se posait sur sa joue, l'aidant à approfondir son baiser. Ses lèvres l'embrassèrent alors sur la joue, alors qu'il le contournait pour s'asseoir à ses côtés. Coudes sur la table, il laissa ensuite ses deux mains frotter son visage, poussant un soupir de contentement. Joue contre paume de sa main, il laissa la seconde se poser sur la cuisse de son amant, ses yeux le dévorant avidement. « C'est la première fois que j'ai envie de dormir depuis des jours. » Sa main caressait sa cuisse en de lents mouvements. « On pourra traîner au lit demain matin, je ne travaille que l'après-midi. » Haruto se pencha vers Ji Hoon pour lui voler un baiser, alors que sa main vola un onigiri. Riant malicieusement, il le mangea lentement, sans quitter son homme des yeux. Parfois, sa main remontait vers Kimyaki, se perdant dans son pelage tout doux, avant de retrouver la cuisse de son Coréen.

Son onigiri avalé, le Japonais se releva lentement. « Je vais changer les draps, puis on va dormir. » Une dernière caresse à son bichon, un baiser sur la tempe de son amant, et Haruto fila plus ou moins rapidement vers leur chambre. Une fois sa tâche accomplie, il fouilla son armoire, enfilant boxer, bas de pyjama et un t-shirt souvenir acheté à Séoul. Il retourna vers la porte, appuyant son épaule contre le chambranle. « Tu viens ? » Ce fut Kimyaki qui réagit le première. Sautant des genoux de Ji Hoon, il trottina joyeusement vers son deuxième papa qui pouffa en le prenant dans ses bras. « C'est vrai que tu as pris cette habitude, toi. » A qui la faute ? Le psychiatre assumait pleinement. Faisant un signe de la tête à son homme pour lui dire qu'il allait se coucher, Haruto entra dans la chambre, avant de poser Kimyaki sur le lit, puis de tamiser les lumières. Se glissant sous la couette, il observa, amusé, le bichon tourner en rond, comme pour trouver la place parfaite. Son regard glissa vers la place vide, dans le grand lit. Celle de Ji Hoon. Qui cette nuit ne resterait pas froide.

Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)

▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Dim 4 Déc - 22:52
I miss your scent that embraced me    × ft. Haroon ♡
Heureux, si heureux. Etait-ce possible de l'être autant ? Ji Hoon en doutait. Sous cette douche, l'eau lui brûlait doucement le corps et il continuait à sourire, à rire un peu bêtement en pensant à l'instant qu'il venait de passer ensemble. Il avait beaucoup aimé cette petite gâterie. Il aurait aimé un terme plus fort que beaucoup aimé de la bouche de son amant, mais il s'en contentait. A sa façon, d'agir, il voyait bien que ça avait fait son petit effet et que Haruto avait définitivement adhéré à ça. En même temps, il s'était lui-même trouvé plutôt doué avec sa bouche et sa langue. Il n'aurait pas pensé le faire, mais il savait que c'était peut-être plus facile pour un homme de savoir comment faire. Après tout, il savait ce qui lui plairait à lui, comment il aimerait qu'on lui fasse, ce qu'il aimerait ressentir. Et il voulait faire sentir ce genre de sensation à Haruto, encore et encore. Même s'il se doutait qu'il devrait à chaque fois s'encourager un peu mentalement, ça en valait totalement la peine. Tellement érotique. Il voulait l'être pour Haruto, seulement pour Haruto.

Il deviendrait un grand sportif pour Haruto. Qui allait s'entraîner pour garder la forme. Il pouffa à nouveau sous la douche, passant sa main à l'endroit où ses fesses avaient été mordu. Ses fesses, oui. Il pinça légèrement les lèvres. Non, il n'était pas prêt. Il ne savait pas trop. Haruto n'avait pas l'air d'avoir particulièrement envie de changer. Plus tard, peut-être. Sûrement, oui, il le savait. Mais il n'avait pas besoin de penser à ça maintenant. Un soupir de contentement quitta ses lèvres. Le monde tournait à nouveau, et ça le rendait si heureux. D'avoir retrouvé Haruto, Kimyaki, et cet appartement qui était définitivement un peu le sien aussi. Demain, en sortant, il reprendrait ses clés. Peut-être Kimyaki. Il ne savait pas, Haruto lui avait proposé hier de le reprendre, mais peut-être était-ce juste que le coup. Au fond, peu importe où était le bichon, tant qu'ils étaient là, c'était le principal. C'était leur bébé, à tous les deux.

Rapidement, il quitta la douche, passant la serviette sur son corps le plus rapidement possible, ainsi que dans ses cheveux désormais légèrement ébouriffés. Tant pis. Il était quand même beau. Il était toujours beau, même en blond. Il se trouvait presque plus sexy en blond, il avait l'impression que lui donnait moins des airs de gamins qu'avec sa couleur naturelle. Sa mère n'approuverait pas. Mais il y avait beaucoup de choses qu'elle n'approuverait pas, ce n'était pas pour autant qu'il devait l'écouter, n'est-ce pas ? Souriant à son reflet, il regagna la chambre, offrant un petit défilé à son homme avant de s'habiller, riant comme un idiot. Changer les draps, oui. « La prochaine fois, il faudra qu'on recommence à prendre des précautions. » S'ils devaient changer les draps à chaque fois... Il repensa à la pauvre femme de ménage qui avait du laver leurs draps à Séoul. Peut-être qu'elle n'avait rien vu. Il l'espérait de tout son coeur.

Regagnant la cuisine, il se servit sans gêne, trouvant les onigiri à leur place habituelle, il tenta de deviner s'il y en avait au poisson ou à la viande. Les umeboshi, non merci. Une fois le St Graal trouvé, il s'installa avec son bichon. Il avait besoin de lui parler, en coréen, pour que Kimyaki se réhabitue à sa langue. Il allait être tout perdu en retrouvant Liang et Jin Seok qui ne parleraient jamais japonais avec lui. Il lui parla un peu de Taiwan, des chiens qu'il avait vus là-bas. Aucun plus beau que lui, il le jurait. Et il n'en avait touché aucun autre, leurs pelages n'étaient surement pas aussi doux. En le voyant le fixer en remuant la queue, il sourit à son petit chien. Il le comprenait, il en était certain. S'assurant que Haruto ne venait pas, il partagea un peu son onigiri avec lui, déposant un petit baiser sur son crâne avant de le serrer contre lui. Il avait tellement attendu d'avoir enfin ce petit chien, le retrouver faisait partie également du bonheur insolent qu'il ressentait.

Haruto vint interrompre leur petit moment de retrouvailles mais sans les gêner. Ils étaient heureux de voir qu'il les rejoignait. Son regard se leva vers lui, son sourire ne parvenait plus à quitter ses lèvres. Lèvres trop heureuses de retrouver les siennes et ses paupières se fermèrent pour pouvoir mieux apprécier ce baiser qu'il lui rendit amoureusement. Appréciant ses lèvres sur sa joue, il le suivit du regard alors qu'il s'installa à côté de lui, souriant à ses mots et à cette main sur sa cuisse. « On va bien dormir cette nuit... » Affichant une petite grimace taquine, il mordit à nouveau dans son onigiri, ignorant Kimyaki qui essayait de lui en piquer encore un peu. « Que jusqu'à midi ? » Une mine un peu déçue se dessina sur son visage. « T'es vraiment obligé d'y aller ? Reste avec moi. » Il lui rendit son baiser avant de se pencher à nouveau pour lui en voler un autre et tenter de le convaincre. « Je suis là toute la journée. » Rien que pour lui, tout à lui.

Hochant la tête quand il se leva pour aller changer les draps, il fit signe qu'il finissait son soda et son onigiri, sa main continuant à passer dans le pelage de Kimyaki. Terminant tranquillement, il leva la tête en entendant son amant sortir, il fut surpris de voir Kimyaki sauter de ses jambes et perdre les siennes pour courir vers la chambre. Ji Hoon rit en voyant le petit manège du bichon, davantage aux explications de Haruto. « Il pense que ça lui est dû maintenant. » Et effectivement, c'était le cas. Kimyaki était leur petit prince, il les dirigeait et le menait à la baguette. Mais c'était mignon, il pouvait. Quittant la table, il ne les fit pas attendre plus longtemps, laissant la porte ouverte pour que Kimyaki puisse sortir dans la nuit, il se glissa dans le lit à la place de libre. Sa place. Ça fait du bien d'être rentré... » Pinçant les lèvres, un nouveau sourire orna ses lèvres. Il rapprocha son coussin du sien, posant sa tête ensuite. « Bonne nuit. » Relevant la tête pour l'embrasser tendrement, il alla doucement se coller à lui après avoir éteint la lumière. Tout reprenait son sens.

code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
Contenu sponsorisé


——————————————— EITA ACADEMY ———————————————
 

I'll be your man. |♥| HAROON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EITA ✩ ACADEMY :: Tokyo City :: shinjuku :: Quartier résidentiel Wataha :: Immeuble Ibaru (Les appartements)-