------ AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ------
Bienvenue à Tokyo, la capitale du Japon, ou plus de 13 474 454 habitants se croisent ici chaque jours, et chaque nuit. Le rythme Tokyoïte est parfois stressant, pressant, et pourtant, chaque année, de plus en plus d'étrangers rêvent de passer par la capitale Nipponne, pour parfaire leurs expérience, ou vivre l'expérience la plus folle de leur vie. Il faut dire que le Japon est un pays extraordinaire, tant par sa culture, son éducation, ses traditions et le bien être qui y règne. Les Japonais sont accueillants, souriants, bons vivants, tant de qualités qui font de l'archipel, la destination rêvée. Certes, vous allez vous envoler pour l'autre bout du monde, mais quelle folle aventure vous attend...

Il y a les Tokyoïtes, les travailleurs actifs, du grand PDG au vendeur de tomates sur le marché, en passant par le Cast-Member du Tokyo Disneyland. Les étudiants de Todaï University, le campus Tokyoïte, le plus réputé du pays, mais aussi les jeunes lycéens, les yeux remplis de rêves, d'espoirs et d'ambitions. Et puis il y a Eita Academy. Le phénomène de ces quatre-vingt dernières années. L'école des arts de la scène de Tokyo, qui a fait au fil des décennies, sa renommée, aujourd'hui mondiale. Eita forme les jeunes venus des quatre coins du globe, aux durs métiers de la scène, et depuis 2014, elle les produit officiellement, sous son propre label, Eita Entertainment. Une maison de production qui rafle tout en moins d'un an, avec son groupe pop le plus en vue du moment : B.A.G - Best Asian Generation. Partout ou ils mettent les pieds, ils provoquent l'hystérie, ne faisant que gonfler la popularité de l'école.

Ho tout serait bien trop beau s'il n'y avait pas une ombre à l'histoire. Celle ci se nomme Krystal. Une Gossip-Girl de talent, qui s'il fut un temps, ne s'attaquait qu'aux couloirs d'Eita, elle a aujourd'hui élargit son champs d'attaque à tout Tokyo. Son blog, dans le quel elle publie toutes sortes de rumeurs et secrets les plus intimes, est le plus visité de la toile nipponne. Krystal fait trembler la capitale, et prouve que chacun ici, de la plus grande idole à l'éboueur du quartier oublié, peu devenir un vrai phénomène de foire. C'est elle qui dirige, c'est elle qui décide qui ira haut, et qui retombera bien bas. Un conseil chers amis Tokyoïtes, surveillez vos arrières, Krystal est partout...
>>> The Dream Team
>>> Nos copains
>>> On les attend
Shia, Ryota et Liang sont là pour vous aider, n'hésitez pas à les contacter en cas de problème, ils ne mordent pas. Ils sont aidés par Rin, Erena et Heaven, la modo-team. ♥
>>> FÉLICITATION
>>> Navigation
>>> flash news
Félicitation à Arisa, Odeline, Shia, Rin, Yoko, Ryo, Mika, Yue, Shige, Ryan, Minami, et Risa, pour leur grand cumul de points cette année! Les compteurs sont remis à zéro.
19.02.2016. Attention les inscriptions à Eita en section Danse sont fermées, afin de remplir les cursus Comédie, Mannequinat et Musique. Evitez la section Chant, déjà bien encombrée aussi ;). Les inscriptions aux personnages Coréens, Chinois, Thaïlandais et/ou double nationalités similaires sont aussi fermées, pour cause de petite invasion temporaire. Merci de favoriser les personnages Japonais. Vous pouvez bien évidemment créer un personnage Japonais avec un avatar Coréen, Chinois ou autre asiatique bien évidemment. Plus d'informations sur ce sujet

18.02.2016. Grosse maj' du mois! Nouveau design, installation des fiches partenaires, ouverture du réseau Instagram pour vos personnages, et mise en place des tags pour tagguer les membres dans un sujet. Une boîte à idées a été ouverte pour vous, afin d'y donner vos suggestions, et le système des points a été remanié, et remis à zéro.

01.12.2015. La seconde génération des Best Asian Generation est enfin dévoilée! Découvrez la sur leur site officiel. L'équipe d'Eita Ent. remercie tous ceux qui ont voté lors de l'émission du casting!

29.09.2015. Les B.A.G créent la surprise en sortant un single, alors qu'on les croyait en hiatus, réduit à deux membres! Visiblement, rien n'arrête Rin et Shia, qui présentent aujourd'hui My Resistance, un clip vidéo qui fera la promotion de leur casting, en recherche d'une seconde génération. Des images exclusives de leur tournée d'été, des fans, et des backdancers, sont à l'honneur de ce clip, aussi dédié à Murakami, qui a quitté le groupe il y a une semaine. Pensez à en discuter sur le forum des fans!

20.09.2015. Murakami Shinsuke, membre des B.A.G, vient d'annoncer son retrait du groupe! Mais que les fans se rassurent, l'aventure continue, et l'Eita Ent. a dors et déjà lancé un grand casting national, afin de former la seconde génération du groupe, pour combler le vide laissé par Shinsuke. Et si tu tentais ta chance ?! Accéder au casting.

26.10.13. Rôle play ouvert à tous, que vous soyez plutôt petits rps (300/500 mots), si vous manquez de temps ou que vous débutez, ou bien plutôt roman rp (+1000 mots) pour les grands passionnés d'écriture, tout le monde est admis! Le plus important est de s'amuser.

26.10.13. Forum lancé depuis le 26.10.2013, optimisé pour Mozilla Firefox uniquement. Bannissez tout autre navigateur pour une bonne optimisation des codages!.
Forum optimisé pour Mozilla Firefox uniquement. Merci de bannir tout autre navigateur pour une meilleure optimisation des codages.
Forum city réel + niveau de rp ouvert à tous + avatars réels asiatiques, occidentaux...
©2013-2016 toute reproduction même partielle est strictement interdite.

 

 Green Glasses and Maple Trees |♥| ASUKA&LIANG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
▬▬▬▬▬▬
ADMINS + KOREAN' MAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3969-lee-liang-cellphone#277644 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3960-lee-liang-ft-lu-han http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3959-moi-aussi-j-ressemble-a-un-mexicain-avec-des-savates-maintenant#277308

Carte d'identité :
Né il y a de cela 24 ans, un 16 décembre où la neige recouvrait leur village. Sud-Coréen métissé Chinois. Frère jumeau d'un démon de charisme qui devrait être interdit par les lois intergalactiques. 1m78 d'amour, ou pas. Souvent appelé "Ryo" par erreur depuis leur arrivée au Japon. Végétarien (pour pas l'oublier). Peu sportif aussi.

— 酒说逢知已饮,诗向会人吟。 —

Activité de fainéant :
Étudiant quatrième année d’économie et commerce. Serveur dans un petit café/restaurant très tranquille. Il passe le plus clair de son temps libre à lire, apprendre de nouvelles choses et élaborer des plans à mettre en application avec son frère afin d’envoyer de l’argent à leurs parents et de pouvoir retourner auprès d’eux un jour.

Statut marital :

S'il n'a jamais cherché l'amour, c'est parce que la vie lui a, dès le départ, donné la moitié qui lui manquait. Les relations ne l'ont jamais vraiment intéressé, les connaissances et les livres comptant parmi ses véritables amours. Cela n'exclut pas que son coeur ait déjà battu pour quelqu'un, évidemment. Le hasard fait parfois si bien les choses...

BROLOVE FOREVER



(#trueloveisnear #nohomo)

Mes trucs à moi :
Liang est végétarien depuis ses 14 ans. Ça lui est venu comme ça, il ignore pourquoi. Il dort avec des bouchons afin de ne pas être dérangé par les bruits extérieurs. Les heures passées devant l’ordinateur l’ont contraint à porter des lunettes, lorsqu’il sort, il porte souvent des lentilles de contact. La proximité des gens lui fait peur, pour ne pas dire qu’elle l’angoisse un peu. Il compte énormément sur son frère et ferait presque n’importe quoi pour lui. Il craint toujours qu’un plan échoue, de peur qu’il arrive quelque chose à Ji Hoon. Ses études en économie sont bien secondaires par rapport à sa volonté d’envoyer assez d’argent à leurs parents pour leur permettre de subsister. Il est le cerveau des opérations Lee. Il n’aime pas les choses abstraites et n’accorde aucun intérêt aux mythes et légendes. Il préfère les actes concrets. Il travaille comme serveur lorsqu’il n’est pas à l’université.


__________#liamo ___________



La meilleure femme



Mer 19 Oct - 23:19

" Green Glasses and Maple Trees "

Depuis des milliers et des milliers d’années, les Hommes ont besoin de croire en quelque chose. Certains décident de lui donner un nom, quel qu’il soit, l’imaginent sous forme humaine ou animale. D’autres encore préfèrent imaginer des énergies venues des cieux, atterrissant sur Terre, entrant en contact avec l’environnement dans lequel ils évoluent et grandissent. Enfin, il reste ceux qui croient en la science. Quand les premiers bâtissent et temples et récitent leurs prières, les derniers s’essaient aux calculs mathématiques, aux analyses et à la découverte de ce qui n’est pas visible. Ils s’acharnent à essayer de prouver que les autres ont tort, qu’il existe une explication plausible, logique, à ce que tant de croyants nomment les « miracles ».

C’est à cette population d’athée convaincus qu’appartenait Liang. Parti d’une enfance bercée par la lecture des quelques livres de sciences qu’il trouvait à l’école, il était devenu un étudiant avide de connaissances, qui passait des heures assis dans la bibliothèque universitaire, espérant en apprendre davantage sur l’économie, les mathématiques ou d’autres sciences qui l’intéressaient également. Les rayons qui concernaient les cultes n’avaient que peu d’attrait à ses yeux. Il ne voulait croire ce qui ne paraissait pas rationnel, ce que son esprit traitait comme illogique, insensé. L’idée d’une chose supérieure à l’Homme, incontrôlable et incompréhensible, entrait parfaitement dans cette catégorie.

Pourtant, cette conviction se trouvait ébranlée par les événements des mois précédents. Les plans qui tournaient mal, l’impression d’être soudainement malchanceux, lui qui n’avait jamais connu de véritable problème, sans parler de cette fille qui s’était trouvé à plusieurs reprises sur son chemin et semblait prendre un malin plaisir à lui rappeler à quel point leurs rencontres étaient inexplicables. Puis, il y avait cet homme. Cet homme que Ji Hoon et lui avaient envoyé au bas d’une falaise, qui gisait certainement quelque part, et, c’était bien le pire, lui donnait l’impression d’être constamment observé, surveillé. Comment aurait-il pu, dans de telles conditions, continuer à affirmer qu’il avait raison ? Lui-même en doutait.

En vérité, Liang espérait. Il espérait que quelque chose, là, quelque part, soit responsable de ce qu’il s’était passé. Il espérait ne pas être le fautif, celui à cause de qui la vie d’un autre avait soudainement basculé, pour ne plus jamais continuer. Les livres n’offraient pas de réponses à ses questions, juste les explications trop précises de ce qui risquait de leur arriver, à son jumeau et à lui, si quelqu’un avait la malheureuse « chance » de tomber sur le corps de cet homme et parvenait à l’identifier. La technologie et les sciences étaient assez performantes pour permettre aux enquêteurs de remonter jusqu’à eux. Si cela arrivait, ils étaient foutus.

Pour toutes ces raisons, Liang descendait en traînant des pieds la rue dans laquelle avait eu lieu cinq mois plus tôt le Sanja Matsuri. La foule était bien moins dense qu’à l’époque, il s’entendait presque penser. Son regard s’attarda un instant sur un garde qui se trouvait à trois bons mètres de lui, droit comme un i, et il remonta calmement la fermeture éclair du manteau qu’il portait afin de dissimuler en partie son visage, continuant sa route sans même s’arrêter.

La ville pullulait de personnes aux vies plus complexes les unes que les autres, mais Liang était prêt à parier que peu d’entre eux en avaient une aussi compliquée que celle des Lee, à l’exception de sombres individus aux passe-temps particuliers. C’était peut-être ce qui l’empêchait d’agir avec eux comme avec sa famille. Peut-être était-ce tout simplement parce qu’il n’était pas, contrairement à nombre d’entre eux, capable d’imaginer une potentielle amélioration alors que tout le préparait au pire ? Il n’en savait rien, il s’en sentait frustré, plus que jamais il ne l’avait été, mais ne pouvais rien y changer. Ses calculs et analyses ne lui étaient d’aucune aide lorsqu’ils touchaient aux sentiments, à la pensée, à cette peur qui se lovait confortablement au creux de son ventre et l’empêchait de dormir sur ses deux oreilles.

Liang tourna au coin de la rue, abandonnant derrière lui la grande porte du sanctuaire où s’attardaient quelques personnes. Il laissa ses yeux courir sur les différentes enseignes, essayant de se rappeler du chemin qu’il avait emprunté en mai. Son téléphone pesait contre sa cuisse, au repos dans la poche de son manteau, mais il avait dû en changer, pour des raisons de sécurité. L’utiliser n’aurait servi à rien. Le seul espoir qu’il lui restait était celui d’une mémoire assez bonne pour le ramener à ce jour où il avait abouti, sans trop savoir comment, devant le petit temple shinto où travaillait Asuka.

Car c’était bien elle que l’étudiant allait voir aujourd’hui, en traversant courageusement un quartier dans lequel il ne se sentait pas à l’aise. Son explication se résumait un mot : comprendre. Il voulait savoir pour quelle raison elle croyait tant en le « hasard » qu’elle évoquait si souvent. Il voulait saisir les raisons qui l’empêchaient (ou plus exactement lui permettaient, à elle) d’imaginer des choses qui n’avaient pas lieu d’être. S’il l’avait demandé à Ji Hoon, il n’aurait certainement jamais obtenu de réponse sérieuse. Hiromu ou Ana aurait peut-être pu s’en charger, mais il avait choisi la Miko. De par son métier, elle devait s’y connaître un peu, avoir une petite idée sur la question.  

Quand se dessinèrent enfin les contours du petit temple, au bout de quelques tentatives ratées pour changer de rue, un sourire satisfait vint étirer les lèvres du métis. Il avait malgré tout réussi à retrouver cet endroit. Les quelques secondes où il avait hésité à faire demi-tour, quelques rues plus tôt, s’envolèrent mystérieusement de sa mémoire, un profond soulagement succédant au désespoir. Son regard se posa rapidement sur les quelques hommes et femmes qui s’approchaient du temple ou en sortaient. Pas un signe de la Miko. Devait-il entrer ? Il pinça les lèvres, pensif, et décida de s’avancer vers l’entrée. Restait encore à ne pas trop se faire remarquer.

Il gravit doucement les escaliers qui menaient à l’intérieur, posa les yeux sur les autres occupants de l’endroit afin de déterminer la marche à suivre. Il connaissait les rites sans les comprendre. Comment pouvait-on s’adresser à une chose qui n’existait pas ? Au lieu de se concentrer sur leurs gestes, il laissa son regard errer autour de lui, découvrant au passage les décorations et autres objets qui se trouvaient dans l’espace cultuel, dans l’espoir d’enfin tomber sur la personne qu’il était venu voir. Mais cette fois encore, pas une trace de la miko. Un soupir échappa à ses lèvres entrouvertes et, remarquant la présence d’un individu revêtant l’habit traditionnel qui allait de pair avec le culte shintoïste, Liang s’en approcha avant de s’incliner poliment.

« Excusez-moi, les miko ne travaillent pas aujourd’hui ? »
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



« hey brother » there's an endless road to rediscover. hey brother, i know the water's sweet but love is thicker...omega

▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
種ヶ島 飛鳥 Tokyo 27.11.1994 163cm sagittarius B- Eita student miko stay positive (sauf pour les mst, protégez-vous les enfants)


Activité de fainéant :
Elève à Eita & miko, parfois. Souvent grande enfant !

Statut marital :
Célibataire. #àmwa, mine,
mein, 俺の, 我的人, 광산 ♥


Mes trucs à moi :
sait raper, et pas que du fromage possède un matou gay nommé Freddy Purrcury Jr sait compter jusqu'à 10 en chinois apprend le swahili a son permis moto, mais se déplace en trottinette sait cuisiner + que des onigiris est volontaire dans un planning familial sait accorder une guitare, mais pas en jouer dit être fan de Pokémon, mais ne connait que la première génération porte une perruque quand elle officie en tant que miko, parce que le blond swag ça le fait moyen adore le nattô télécharge des séries illégalement, mais du coup se retrouve avec une collection de films porno sait dessiner un rond presque parfait à la main est gauchère




Dim 30 Oct - 14:00

" Green Glasses and Maple Trees "

La dispute avait éclaté très tôt dans la matinée. Les murs de la petite maison traditionnelle nipponne avaient tremblé, et ses occupants s'en souviendraient sûrement pour un moment. Deux d'entre eux n'ayant rien à voir là-dedans, se contentaient de fixer l'origine de la tempête : les deux autres. Un père un peu trop strict et sa fille un peu trop libre. Au centre de tout ça, une perruque abîmée, des cheveux blonds non-acceptés. Un étrange problème finalement pas si extraordinaire que ça, pour la famille Tanegashima. Ce nom à rallonge, dont personne ne se souvenait jamais vraiment, à part eux.

Asuka dardait sur son père un regard noir, brandissant d'une main sa fausse chevelure ébène. Sa perruque foutue, elle ne pouvait plus officier. Du moins, d'après son père, le prêtre du temple qu'occupait sa famille depuis maintenant cinq générations. Un coup d’œil vers son bon-à-rien de frère, la jeune femme sous-entendit clairement que ce serait la dernière. Si elle mettait du sérieux, en tant que miko, elle ne voudrait pas finir sa vie ici. De toute façon, elle ne pourrait accéder au même statut que son père, et son frère était trop changeant pour accepter une vie comme celle-ci. Que cela brise ou non le cœur de leurs parents, Asuka ne voyait ce qu'elle pouvait faire contre tout ça. Surtout quand le grand prêtre la grondait comme une petite fille, à cause de simples mèches décolorées. Le blond lui allait nettement mieux, lui donnait un visage moins sévère. Mais elle était Japonaise, officiant comme miko pour le temple familial. Hérésie que de montrer une image trop moderne.

Claquant la porte de sa chambre, Asuka se laissa tomber à plat-ventre sur son lit, fixant d'une mine boudeuse la perruque qu'elle avait emporté avec elle. C'était un accident tout bête qui l'avait détruite. Dans un soupir, elle la balança dans un coin de sa chambre, sans un regard. Irrécupérable. Glissant sur le dos, la jeune femme fixa un moment le plafond, mains posées sur son ventre. Elle n'habitait plus ici, et peut-être avait-elle brisé le cœur de son père pour de vrai, en quittant le domicile familial, en choisissant de poursuivre ses études à Eita. Son rêve depuis toujours ; danser. Pourquoi ne comprenait-il tout simplement pas ? Poussant un nouveau soupir, elle ferma les yeux un instant. Tanegashima, du même nom que l'île. Qu'un clan, de l'ère Sengoku à Meiji. Peut-être étaient-ils d'anciens puissants quelque chose. Et que désormais, ils ne se battaient plus qu'entre eux, pour savoir s'il serait correct de laisser une miko blonde faire le service. Ce n'était pas comme si le temple était grand, ou connu. Les festivals qu'ils organisaient étaient petits, et surtout fréquentés par des habitués, quelques familles qu'ils connaissaient depuis longtemps. Personne n'était dupe, tout le monde savait que les cheveux de la fille du prêtre étaient artificiels.

Asuka ferait la grève. Peut-être qu'elle était Française, en réalité. Comme le blond lui allait mieux, et qu'elle n'avait pas l'esprit aussi fermé et traditionnel que son père. Et un visage particulier. Attrapant un jean et un pull over assez large, la jeune femme s'habilla, quittant son pyjama un peu trop rose. Ignorant sa mère qui lui demandait où elle allait, la jeune femme enfila des tennis blanches, passant une veste de baseball pour lui tenir chaud. Elle sortait, voilà tout. Le silence contrit de sa mère lui fit un peu de peine, mais elle quitta la maison sans se retourner. L'automne était sa saison préférée, après le printemps. Les arbres orangés entourant le temple rendaient l'endroit étonnamment chaleureux. Moins féerique que lorsqu'ils étaient en fleurs, mais beau malgré tout. Ses pieds foulant les feuilles mortes qui tapissaient le sol, Asuka avança timidement vers le temple. Même si elle se montrait forte tête, elle ne pouvait s'empêcher de se sentir légèrement coupable.

Une autre miko officiait pour elle. Une étudiante qu'elle supportait à peine, en plus de la vieille Kaede. Il n'y avait pas vraiment de hiérarchie, chez les prêtresses, surtout chez elles. Mais Asuka étant la fille du prêtre du temple, il était de mise qu'elle en soit la principale. Se voir remplacée sans difficulté la fit peut-être un peu paradoxalement bouder. Pinçant les lèvres, elle les observa d'un œil noir, et peut-être même envieux. Elles se préparaient à l'abri du regard des visiteurs déjà présents. Quand une voix familière la fit légèrement sursauter. Clignant plusieurs fois des yeux, elle le fixa. Liang. Ayant d'abord l'idée de se dérober, Asuka changea finalement d'avis, mue par une étrange sensation. Elle n'entendit pas ce qu'on lui répondit, si on lui précisa que l'office n'avait pas encore commencé, qu'il fallait simplement patienter. De toute façon, elle était persuadée de savoir qui il cherchait exactement. La jeune femme se planta devant lui en le fixant. Que faisait-il là. Que lui voulait-il. Parce qu'elle savait. Cette fois-ci, pas de hasard, leur rencontre était voulue. « Certaines font la grève, aujourd'hui. » Elle sentit bien les regards sur elle, mais, les lèvres pincées, Asuka continua de fixer Liang, ne lâchant pas son regard une seule seconde. Poussant un soupir, elle se saisit de son poignet, le forçant doucement à le suivre à l'extérieur.

Une fois à l'abri des oreilles indiscrètes – et du regard sévère de son père – elle le lâcha, se tournant enfin vers lui. Mains enfoncées dans les poches de sa veste, Asuka le scruta. Qu'il vienne ici de son propre chef la surprenait un peu, elle devait l'avouer. Liang n'était pas du type à s'inviter dans un lieu comme celui-ci par plaisir. « Vous avez pu revenir à Tokyo, c'est bien. » En vérité, le garçon déroutait beaucoup la miko. Il était si bizarre, différent des personnes qu'elle avait l'habitude de côtoyer. Peut-être aurait-elle dû simplement le laisser se débrouiller, ce fameux jour. Elle espérait qu'il ne lui demanderait pas ce qu'il pourrait faire pour elle en retour, car elle ne voyait franchement pas. Ils ne se ressemblaient en rien, et Asuka s'interrogeait sérieusement sur le fait que le destin semblait s'acharner à les faire se rencontrer. « Tout va bien ? » Elle allait finir par s'inquiéter pour lui. C'était quoi, ce stress bizarre qui la submergeait, tout d'un coup ?
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



I love myself
   I don’t play games
I’m honest with my feelings
I have different worries from other girls
Go Girl Crush!
▬▬▬▬▬▬
ADMINS + KOREAN' MAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3969-lee-liang-cellphone#277644 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3960-lee-liang-ft-lu-han http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3959-moi-aussi-j-ressemble-a-un-mexicain-avec-des-savates-maintenant#277308

Carte d'identité :
Né il y a de cela 24 ans, un 16 décembre où la neige recouvrait leur village. Sud-Coréen métissé Chinois. Frère jumeau d'un démon de charisme qui devrait être interdit par les lois intergalactiques. 1m78 d'amour, ou pas. Souvent appelé "Ryo" par erreur depuis leur arrivée au Japon. Végétarien (pour pas l'oublier). Peu sportif aussi.

— 酒说逢知已饮,诗向会人吟。 —

Activité de fainéant :
Étudiant quatrième année d’économie et commerce. Serveur dans un petit café/restaurant très tranquille. Il passe le plus clair de son temps libre à lire, apprendre de nouvelles choses et élaborer des plans à mettre en application avec son frère afin d’envoyer de l’argent à leurs parents et de pouvoir retourner auprès d’eux un jour.

Statut marital :

S'il n'a jamais cherché l'amour, c'est parce que la vie lui a, dès le départ, donné la moitié qui lui manquait. Les relations ne l'ont jamais vraiment intéressé, les connaissances et les livres comptant parmi ses véritables amours. Cela n'exclut pas que son coeur ait déjà battu pour quelqu'un, évidemment. Le hasard fait parfois si bien les choses...

BROLOVE FOREVER



(#trueloveisnear #nohomo)

Mes trucs à moi :
Liang est végétarien depuis ses 14 ans. Ça lui est venu comme ça, il ignore pourquoi. Il dort avec des bouchons afin de ne pas être dérangé par les bruits extérieurs. Les heures passées devant l’ordinateur l’ont contraint à porter des lunettes, lorsqu’il sort, il porte souvent des lentilles de contact. La proximité des gens lui fait peur, pour ne pas dire qu’elle l’angoisse un peu. Il compte énormément sur son frère et ferait presque n’importe quoi pour lui. Il craint toujours qu’un plan échoue, de peur qu’il arrive quelque chose à Ji Hoon. Ses études en économie sont bien secondaires par rapport à sa volonté d’envoyer assez d’argent à leurs parents pour leur permettre de subsister. Il est le cerveau des opérations Lee. Il n’aime pas les choses abstraites et n’accorde aucun intérêt aux mythes et légendes. Il préfère les actes concrets. Il travaille comme serveur lorsqu’il n’est pas à l’université.


__________#liamo ___________



La meilleure femme



Sam 5 Nov - 0:39

" Green Glasses and Maple Trees "

Une fois dans le temple, Liang s'était demandé pour quelles raisons il avait décidé d'y venir. Pour rencontrer Asuka ? Il avait beau répéter cette idée, cela ne lui semblait pas suffisant. Il y avait tant d'autres raisons pour lesquelles il aurait pu souhaiter se rendre dans un bâtiment comme celui-ci: le tourisme, l'envie d'en apprendre un peu plus sur le culte en lui-même, cette de découvrir à quoi ressemblait l'endroit où avaient lieux les cérémonies. Voir la miko. Cette miko qu'il avait rencontré plusieurs fois et qui s'opposait diamétralement à l'idée qu'il se faisait des prêtresses shintos. Asuka était à des millénaires de la fille parfaitement rangée au style vestimentaire sobre. Ses cheveux étaient d'or, elle parcourait sur le siège d'une moto et, de ce qu'il avait pu entendre, elle avait des idées assez saugrenues. Liang ne savait même pas qui, de la religion ou de la miko, l'intriguait le plus.

Et une fois de plus, la jeune femme se faisait remarquer. Par son absence, qui contrariait l'étudiant qui, les lèvres pincées et les sourcils légèrement froncés, cherchait d'un regard attentif celle qu'il était venu voir, sans jamais la trouver. Avait-elle abandonné ? Avait-elle décidé de se tourner vers une vie de débauche et de pécher ? L'idée manqua de le faire rire, tant ce n'était pas sérieux. Il n'avait jamais compris pourquoi les religions mettaient en avant des tendances naturelles, comme celle de la reproduction, s'il pouvait la nommer ainsi. C'était le genre de raisonnement qui l'empêchait de trouver un quelconque intérêt dans la pratique d'un culte. Renier l'aspect humain de l'homme n'avait aucun sens. L'expliquer par des histoires mystérieuses et infondées, encore moins.

Pourtant, c'était bien lui qui avait décidé de venir jusque-là. Il était curieux, cherchait des réponses. La culpabilité qu'il éprouvait à cause des derniers événements l'empêchait de penser correctement et le poussait à penser que la logique n'était pas forcément la solution à tous les problèmes. Les miracles existaient-ils ? Si oui, pourquoi la mort de son père n'avait-elle pas été évitée ? Pourquoi le hasard faisait-il les choses d'une façon aussi aléatoire ? Les probabilités permettaient de déterminer ce qui risquait de se produire avec une précision relative. Pourquoi ne pouvait-on pas tout prévoir ? Les interrogations fleurissaient dans l'esprit de l'étudiant, toujours plus nombreuses, alors qu'il essayait de comprendre pourquoi certains croyaient tant en l'existence d'une force supérieure, incontrôlable, qui influerait sur la vie des Hommes. Il exagérait.

Liang commençait à perdre espoir quand il se décida à questionner l'homme présent, visiblement occupé, qui lui répondit si rapidement qu'il ne parvint pas directement à saisir le sens de ses paroles. Heureusement, la réponse à l'autre question qu'il aurait pu poser, à savoir celle de la présence d'Asuka, lui parvint comme par miracle.

« Tan... » Réalisant qu'il commençait à douter, il se ravisa et opta pour un sourire avenant. « Asuka-san. »

Cette histoire de grève l'interpela quelque peu, mais il n'était que trop heureux d'avoir pu la trouver. Enfin, qu'elle l'ait trouvé, compte tenu de la situation qui, une fois encore, lui rappelait à quel point il était difficile de prévoir ce qui allait se produire, approfondissant ses réflexions et troublant son esprit déjà bien encombré. Maintenant qu'elle l'avait trouvé, il ne savait plus quoi dire: n'avait-il pas des questions à poser? Le véritable miracle aurait été qu'il parvienne à trouver quoi dire du premier coup.

À l'extérieur, Liang laissa son regard voyager d'un bâtiment à l'autre, s'attardant brièvement sur les feuilles de l'arbre voisin. Elles étaient rougeoyantes, comme celles de tous les autres en cette saison, et lui offraient un magnifique point d'accroche afin d'éviter de croiser le regard de la miko, qu'il sentait posé sur lui depuis qu'ils étaient sortis.

« Oui, le mécanicien a réparé le problème assez rapidement, en fait. » Répondit-il, suivant du regard une feuille plus claire, comme si elle n'avait pas eu sa place à cet endroit. « Heureusement. »

Il réalisait à quel point sa conversation devait être ennuyeuse, comme toujours. Il avait l'habitude d'écouter Ji Hoon parler, lorsqu'ils étaient à la maison. Il lui posait quelques questions sur sa journée, son jumeau commençait à parler et comblait les vides qu'il pouvait laisser. Ici, il devait faire un effort, essayer de trouver quelque chose à dire. Quelque chose qui n'était pas trop ridicule et ne risquait pas de poser de problèmes. Après tout, il avait fait le chemin jusqu'à ce temple, ce n'était pas pour regarder les arbres en attendant la chute des feuilles. Tout ce qui lui manquait, c'était un brin de courage.

« Ça va, ça va... » Pas aussi bien qu'il l'aurait souhaité. Plutôt mal, en vérité, mais il ne pouvait le lui expliquer. « Et vous ? Vous avez l'air... » Énervée? Furibonde ? « Froissée ? » Simple constatation.

Après que ces mots lui avaient échappé, Liang réalisa qu'il n'aurait peut-être pas dû s'exprimer et pinça les lèvres. Peut-être était-il plus judicieux, désormais de continuer à parler ?

« En fait, je pensais que vous officieriez aujourd'hui, je ne savais pas que les miko pouvaient ... » Il essaya de revenir sur le terme qu'elle avait employé, auquel il n'était pas habitué. « Faire drève? Grève ? Faire grève. »

Habituellement, les personnes qui travaillaient dans un lieu de culte ne le faisaient-elles pas par amour pour leur religion ? Il n'avait jamais entendu parler d'un arrêt de travail pour les personnes de ce domaine. Mais peut-être avait-il tort ? Était-ce encore une des fantaisies d'Asuka, qui chaque jour l'étonnait davantage ? Les solutions étaient aussi nombreuses que les questions, et il se demandait sincèrement s'il allait réussir à trouver un jour les réponses.

« Je ne dérange pas? »
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



« hey brother » there's an endless road to rediscover. hey brother, i know the water's sweet but love is thicker...omega

Contenu sponsorisé


——————————————— EITA ACADEMY ———————————————
 

Green Glasses and Maple Trees |♥| ASUKA&LIANG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EITA ✩ ACADEMY :: Tokyo City :: Aux alentours-