------ AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ------
Bienvenue à Tokyo, la capitale du Japon, ou plus de 13 474 454 habitants se croisent ici chaque jours, et chaque nuit. Le rythme Tokyoïte est parfois stressant, pressant, et pourtant, chaque année, de plus en plus d'étrangers rêvent de passer par la capitale Nipponne, pour parfaire leurs expérience, ou vivre l'expérience la plus folle de leur vie. Il faut dire que le Japon est un pays extraordinaire, tant par sa culture, son éducation, ses traditions et le bien être qui y règne. Les Japonais sont accueillants, souriants, bons vivants, tant de qualités qui font de l'archipel, la destination rêvée. Certes, vous allez vous envoler pour l'autre bout du monde, mais quelle folle aventure vous attend...

Il y a les Tokyoïtes, les travailleurs actifs, du grand PDG au vendeur de tomates sur le marché, en passant par le Cast-Member du Tokyo Disneyland. Les étudiants de Todaï University, le campus Tokyoïte, le plus réputé du pays, mais aussi les jeunes lycéens, les yeux remplis de rêves, d'espoirs et d'ambitions. Et puis il y a Eita Academy. Le phénomène de ces quatre-vingt dernières années. L'école des arts de la scène de Tokyo, qui a fait au fil des décennies, sa renommée, aujourd'hui mondiale. Eita forme les jeunes venus des quatre coins du globe, aux durs métiers de la scène, et depuis 2014, elle les produit officiellement, sous son propre label, Eita Entertainment. Une maison de production qui rafle tout en moins d'un an, avec son groupe pop le plus en vue du moment : B.A.G - Best Asian Generation. Partout ou ils mettent les pieds, ils provoquent l'hystérie, ne faisant que gonfler la popularité de l'école.

Ho tout serait bien trop beau s'il n'y avait pas une ombre à l'histoire. Celle ci se nomme Krystal. Une Gossip-Girl de talent, qui s'il fut un temps, ne s'attaquait qu'aux couloirs d'Eita, elle a aujourd'hui élargit son champs d'attaque à tout Tokyo. Son blog, dans le quel elle publie toutes sortes de rumeurs et secrets les plus intimes, est le plus visité de la toile nipponne. Krystal fait trembler la capitale, et prouve que chacun ici, de la plus grande idole à l'éboueur du quartier oublié, peu devenir un vrai phénomène de foire. C'est elle qui dirige, c'est elle qui décide qui ira haut, et qui retombera bien bas. Un conseil chers amis Tokyoïtes, surveillez vos arrières, Krystal est partout...
>>> The Dream Team
>>> Nos copains
>>> On les attend
Shia, Ryota et Liang sont là pour vous aider, n'hésitez pas à les contacter en cas de problème, ils ne mordent pas. Ils sont aidés par Rin, Erena et Heaven, la modo-team. ♥
>>> FÉLICITATION
>>> Navigation
>>> flash news
Félicitation à Arisa, Odeline, Shia, Rin, Yoko, Ryo, Mika, Yue, Shige, Ryan, Minami, et Risa, pour leur grand cumul de points cette année! Les compteurs sont remis à zéro.
19.02.2016. Attention les inscriptions à Eita en section Danse sont fermées, afin de remplir les cursus Comédie, Mannequinat et Musique. Evitez la section Chant, déjà bien encombrée aussi ;). Les inscriptions aux personnages Coréens, Chinois, Thaïlandais et/ou double nationalités similaires sont aussi fermées, pour cause de petite invasion temporaire. Merci de favoriser les personnages Japonais. Vous pouvez bien évidemment créer un personnage Japonais avec un avatar Coréen, Chinois ou autre asiatique bien évidemment. Plus d'informations sur ce sujet

18.02.2016. Grosse maj' du mois! Nouveau design, installation des fiches partenaires, ouverture du réseau Instagram pour vos personnages, et mise en place des tags pour tagguer les membres dans un sujet. Une boîte à idées a été ouverte pour vous, afin d'y donner vos suggestions, et le système des points a été remanié, et remis à zéro.

01.12.2015. La seconde génération des Best Asian Generation est enfin dévoilée! Découvrez la sur leur site officiel. L'équipe d'Eita Ent. remercie tous ceux qui ont voté lors de l'émission du casting!

29.09.2015. Les B.A.G créent la surprise en sortant un single, alors qu'on les croyait en hiatus, réduit à deux membres! Visiblement, rien n'arrête Rin et Shia, qui présentent aujourd'hui My Resistance, un clip vidéo qui fera la promotion de leur casting, en recherche d'une seconde génération. Des images exclusives de leur tournée d'été, des fans, et des backdancers, sont à l'honneur de ce clip, aussi dédié à Murakami, qui a quitté le groupe il y a une semaine. Pensez à en discuter sur le forum des fans!

20.09.2015. Murakami Shinsuke, membre des B.A.G, vient d'annoncer son retrait du groupe! Mais que les fans se rassurent, l'aventure continue, et l'Eita Ent. a dors et déjà lancé un grand casting national, afin de former la seconde génération du groupe, pour combler le vide laissé par Shinsuke. Et si tu tentais ta chance ?! Accéder au casting.

26.10.13. Rôle play ouvert à tous, que vous soyez plutôt petits rps (300/500 mots), si vous manquez de temps ou que vous débutez, ou bien plutôt roman rp (+1000 mots) pour les grands passionnés d'écriture, tout le monde est admis! Le plus important est de s'amuser.

26.10.13. Forum lancé depuis le 26.10.2013, optimisé pour Mozilla Firefox uniquement. Bannissez tout autre navigateur pour une bonne optimisation des codages!.
Forum optimisé pour Mozilla Firefox uniquement. Merci de bannir tout autre navigateur pour une meilleure optimisation des codages.
Forum city réel + niveau de rp ouvert à tous + avatars réels asiatiques, occidentaux...
©2013-2016 toute reproduction même partielle est strictement interdite.

 

 VICTORY KOREA |♡| HAROON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Ven 5 Aoû - 22:39
Tell me what is love   × ft. Haroon ♡
Un gamin. Qui sautillait comme un idiot dans l'avion, impatient, regardant par le hublot, à moitié couché sur Haruto qui avait osé prendre cette place, ou qui n'avait pas lu dans sa tête pour entendre qu'il la voulait, il ne savait pas trop, pour voir quand ils arriveraient en Corée du Sud. Retrouver son pays, sa langue et faire découvrir tout ça à Haruto, il en avait rêvé sans doute depuis longtemps, presque depuis qu'ils apprenaint juste à se connaître. Ce pays dont il parlait tous le temps. Il espérait que Haruto aimerait, qu'il s'y sentirait bien, qu'il n'allait pas s'ennuyer. Qu'il se changerait les idées loin de Tokyo et de la vie stressante qu'il avait là-bas, qu'ils pourront se retrouver un peu mieux, plus posément, réfléchir sans trop de facteurs extérieurs pour les troubles. Ce voyage comptait beaucoup pour lui, puisqu'il en parlaient depuis tellement de temps, qu'ils se l'imaginaient, s'y projetaient. La Corée du Sud, son pays natal, celui qu'il avait quitté si longtemps, duquel il parlait dès qu'il le pouvait, surtout à Haruto. Il allait enfin le découvrir.

L'avion descendait doucement et sa main attrapa la sienne pour la serrer doucement. Ji Hoon voulait déjà y être, les panneaux qu'il arriverait à lire, les annonces dans les magasins qu'il comprendrait parfaitement, sans avoir besoin de se concentrer, parler à des gens dans la rue qui ne lui demanderont pas d'où vient son accent, qui parleront la même langue que lui. Aller dans des restaurants qui servaient de la vraie nourriture coréenne, voir de vrais produits coréens, de la vraie qualité coréenne. Et revoir sa famille, aussi. Sa mère, ses sœurs, leur présenter Haruto, en priant qu'elles ne se posent pas plus de questions. Son meilleur ami, juste ça. Son regard se leva vers lui alors que l'appareil se stabilisait au sol, un petit sourire se glissa au coin de ses lèvres. « On y est. » Enfin. Ils y étaient. relâchant sa main, il se leva pour attraper leurs bagages à main. Ils y étaient. A Séoul. En Corée du Sud. Son cœur battait un peu trop fort, du bonheur de retrouver son pays, de celui aussi d'y être avec Haruto.

Respirant une grande bouffée d'air une fois dehors, comme si c'était plus pur, meilleur qu'à Tokyo, il se tourna vers Haruto, tout sourire. Il devait se calmer un peu. Il n'y arrivait pas. Ça n'allait pas assez vite, il avait envie d'être déjà passé à l'hôtel déposer leurs affaires pour pouvoir sortir. Ils avaient tellement à voir, tellement à visiter, avant d'aller voir Busan et Jukdo. Il espérait vraiment que le Japonais aimerait. Qu'il ne serait pas déçu de ce pays que le Coréen avait, probablement, sur vendu. Entrant dans l'aéroport, ils attendirent leurs valises avant de devoir passer les douanes, séparés un court instant puisqu'ils ne passaient pas les mêmes bornes.

« On prend un train ? Il nous ramène directement au centre de Séoul, faudra juste prendre le métro jusqu'au quartier où se trouve l'hôtel. » Entendant quelqu'un parler coréen derrière lui, il sourit, satisfait avant de faire signe au Japonais de le suivre. Pour une fois qu'il avait l'impression de pouvoir le guider et non pas l'inverse. Il se sentait un peu comme au tout début, quand il comptait beaucoup sur Haruto pour l'aider à se repérer, à comprendre les panneaux, ou les choses qui se disaient. Ils ne parlaient pas la même langue, mais à force de passer du temps ensemble, il le comprenait un peu près, et pouvait l'aider. Là, ils se comprenaient, à force que Haruto l'aide avec sa langue, il la pratiquait plutôt bien. Ji Hoon gardait espoir, le Japonais, un jour, pratiquera tout aussi bien sa langue. « Tu as faim ? Tu veux prendre un truc à manger dans le train ou on attend d'avoir posé les valises pour aller quelque part ? » Il avait faim, mais il avait toujours faim, donc ça ne changeait rien pour lui. Attendant sagement la réponse du Japonais, il suivit les panneaux jusqu'au train où il acheta deux tickets pour le suivant. « J'ai vraiment hâte de voir comment c'est, Séoul. Pékin et Tokyo, c'est super différents, je me dis que ça doit être différents aussi. » Pinçant ses lèvres, il resta un instant silencieux avant de regarder son meilleur ami. « On dit que la chirurgie est tellement rependu à Séoul que tous le monde se ressemble. »

Et ça l'étonnerait à peine, en réalité. Il savait que son pays était un peu trop friand de cela. Chez beaucoup, c'était la normalité. Ji Hoon n'avait jamais vraiment été sensible à cela. Ses parents ne trouvaient pas ça forcément normal, et dans son village, ça ne se faisait pas. Pour le moment, il ne voyait pas vraiment l'intérêt de faire cela. Il était si beau naturellement. Il fallait se l'avouer. D'une beauté à couper le souffle. Il demanderait bien à Haruto de le lui rappeler mais il allait calmer ses élans narcissique. Il devait se préparer à être sage et adorable pour quand ils retourneront à Jukdo. Rien de bizarre. Juste lui, être merveilleux et son meilleur ami, tout aussi merveilleux. Par la fenêtre, il regarda le paysage défilé, commentant un peu quand il reconnaissait des choses, des bâtiments, des monuments, apportant son petit savoir personnel sur son pays. Peut-être qu'il s'était renseigné au maximum depuis qu'il avait planifié ce voyage. Il ne voulait pas ne pas pouvoir renseigner Haruto, c'était important qu'il sache tout, vraiment tout.

Le terminus atteint, il passa distraitement sa main dans les cheveux du Japonais, terminant discrètement sa course sur sa joue et il l'invita à le suivre en un sourire. Ils étaient en plein coeur de Séoul, c'était tellement étrange. Il fallait qu'il se trouve un Japonais à Tokyo pour visiter la capitale Sud-Coréenne. Quittant le train, il tourna un peu sur lui même, comme pour bien s'imprégner des lieux. « C'est plus beau que la gare de Shibuya. Je le savais, la Corée, c'est mieux. » Un sourire amusé se dessina sur ses lèvres et il suivit les indications jusqu'au métro, essayant de trouver lequel était le bon avant de s'y glisser. « On a six arrêts. » Parler japonais en Corée du Sud, vraiment, ça le faisait presque rire. Néanmoins, pratiquer cette langue, quand c'était avec Haruto, ça lui allait. L'air coréen lui semblait infiniment meilleur, il était un peu trop gai d'y être, il en oubliait presque l'angoisse d'avoir laissé Kimyaki pendant au moins une semaine. Il espérait qu'ils le traiteront bien. Il n'avait pas peur pour la nourriture, Liang allait lui donner à manger, il le sortira aussi. Il avait peur qu'ils oublient de l'aimer et de lui apporter de l'amour. C'était un chiot très sensible qui avait vraiment besoin d'amour et d'affection. Mais ses frères n'avaient pas eu l'air réceptif quand il leur avait dit.

Une fois la chambre réclamé, avoir fixé longuement la réceptionniste qui les fixait d'un air interrogateur, essayé de brouiller les pistes en appelant Haruto "Hyung" et en essayant de sous entendre à cette petite dame que Haruto était fiancé, pas de mauvais plan, no homo, tout ça, ils purent regagner l'endroit dans lequel ils passeront les premières nuits. « Wah, c'est mieux encore que sur les photos ! » Posant sa valise, il se laissa tomber sur le lit, les bras écartés. Beaucoup mieux. Le lit était confortable, il y avait un mini-bar plus loin, une télé. Ils ne l'allumeront pas mais il était content de savoir qu'elle était là. « Je préviens Liang, lui dire qu'on est arrivés. » Sortant son téléphone, il envoya rapidement un message à Liang, levant immédiatement son regard vers le Japonais. « Tu veux rester là, t'as des trucs à faire ? Sinon, on peut y aller tout de suite. » Il voulait y aller tout de suite, trop impatient de sortir, de manger quelque chose de coréen, de visiter, vivre la vraie korean life, celle qu'il avait abandonné trop vite.

Quittant le lit, il s'étira longuement avant de s'approcher doucement de lui, glissant ses bras autour de ses épaules, son regard se plongea dans le sien. « On s'est pas encore embrassé aujourd'hui. » Pour le type qui essayait de feinter l'hétérosexualité devant la réceptionniste, il était quand même très gay. Souriant légèrement, il combla le vide entre leurs lèvres, le serrant un peu plus fort. Premier bisou coréen. En quelque sorte. Des baisers coréens, Haruto pouvait en avoir plein. Leur relation n'avait pas changé, il avait l'impression qu'ils étaient toujours un peu plus libre, ils avaient encore beaucoup de limites qu'ils n'osaient pas franchir, même si ce n'était pas défaut d'en voir envie, mais ça lui convenait déjà bien comme ça. Faisant glisser sa main de son épaule jusqu'à sa joue, il la tint fermement pour avoir un meilleur appuie, dominant sensuellement sa langue. Oui, très gay pour deux simples amis. La réceptionniste n'avait pas besoin de savoir. Elle était bizarre en plus, elle allait écrire des fanfics sur eux, ça le mettait mal à l'aise. Laissant sa main glisser le long de son torse, il détourna son chemin avant d'arriver à la fin, enlaçant son flanc. Il était sans doute un peu trop heureux d'être à Séoul, il fallait qu'il partage sa joie en embrassant Haruto, voilà tout. Appuyant encore un peu le baiser, il sépara leurs lèvres brusquement, un sourire satisfait sur le visage. « On y va. »

Sans lui laisser le temps de répondre, il le contourna, prenant les clés et son portefeuille pour finalement quitter la chambre, se plantant devant l'ascenseur pour l'attendre. Séoul, Séoul. Ils y étaient enfin. Passant sa langue sur ses lèvres pour goûter encore un peu celles du Japonais, il avait l'impression que tout était parfait. Vraiment parfait. Comme dans un rêve, mais celui-ci, il ne voudrait le quitter pour rien au monde.
code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Sam 6 Aoû - 20:40


Ji Hoon ♡ Haruto

Avait-il aperçu Jukdo sans le savoir, alors que son regard sondait les nuages cachant parfois le Pays du Matin Calme, comme hypnotisé ? Collé à son siège afin de permettre à Ji Hoon de lui aussi regarder à travers le hublot, Haruto gardait son bras par-dessus le dos de son meilleur ami, sa main posée négligemment près de sa nuque. En apparence, car l'envie de glisser ses doigts dans les cheveux du Coréen ne manquait pas, et il devait se faire violence pour s'en empêcher. L'avion, c'était public. Ils étaient trop exposés. Alors l'excuse d'avoir volé la place de Ji Hoon arrangeait le Japonais, qui posait parfois un regard attendri sur le visage de ce dernier. Les yeux brillants de son meilleur ami faisait battre joyeusement son cœur dans sa poitrine. Ils se rendaient enfin en Corée du Sud ensemble. Ji Hoon découvrirait Séoul avec lui, Haruto découvrirait enfin Jukdo. Il avait tellement hâte, n'avait plus que pensé qu'à ça ces derniers jours. Le psychiatre avait réglé la majorité de ses problèmes, après avoir informé sa famille qu'il partait en voyage.

Sa main serrée dans la sienne, Haruto détacha son regard du hublot, avant de les poser sur Ji Hoon. C'était la première fois qu'il sortait du territoire japonais, et il était bêtement heureux que ce soit avec lui. Que ce soit ici, dans ce pays. Il perdrait ses repères, son assurance. Il devrait se fier à son meilleur ami. Il l'entendrait parler coréen, souvent, et peut-être que ça l'aguichait un peu trop. Quand ils reviendront au Japon, Ji Hoon aurait peut-être retrouvé un plus fort accent, et Haruto devrait l'aider à pratiquer encore plus sa langue. Oui, définitivement, ça l'émoustillait pas mal. Et lui-même pourrait tenter de l'aguicher en se permettant d'user de sa langue. Il avait donc hâte, bien qu'une appréhension tenace ne le quittait pas. Ils allaient visiter Séoul, oui. Mais justement, Jukdo aussi. Enfin il rencontrerait madame Lee, ainsi que ses deux sœurs. Il découvrirait le village où avait grandi son meilleur ami, l'homme de sa vie. Peut-être que celui-ci se confierait enfin un peu plus, Haruto ayant toujours la sensation qu'il ne lui disait pas tout. Est-ce que ces choses que Ji Hoon devait lui avouer concernait sa famille ? Et est-ce que ce qu'il lui cachait était aussi grave que ça en avait eu l'air, lorsqu'il l'avait mentionné ?

Non. Haruto n'avait pas encore envie d'y réfléchir. Chaque chose en son temps, et actuellement, il restait concentré sur l'atterrissage. Son premier sur sol étranger. Ils y étaient, et il sourit bêtement à son meilleur ami. « Enfin... » Après tout ce temps. Ses doigts serraient fort ceux de Ji Hoon. Leur voyage à tous les deux. Comme halluciné par l'air coréen, Haruto laissait son regard se promener autour d'eux. Alors que ce n'était qu'un avion, une aire de débarquement comme une autre, les mêmes voyageurs qu'à Tokyo. Non, c'était légèrement différent. Ici, il n'y avait plus les problèmes qu'il avait laissé dans son pays. Il se sentait mieux, terriblement bien. S'il avait un instant culpabilisé de laisser derrière lui ce qui le tracassait, il se disait que finalement, être égoïste avait tout de même du bon. Ce voyage, le psychiatre en avait eu sacrément besoin. Pour une fois, il s'accordait enfin quelque chose pour lui, sans se soucier de qui ça arrangerait ou qui ça blesserait. Il partait en vacances avec Ji Hoon. Quelque chose qu'il aimait, avec quelqu'un qu'il aimait. Celui qu'il aimait.

Des hangul partout, du coréen à toutes les lèvres, et un pauvre petit Nippon perdu. Ce dernier suivait son meilleur ami, l'imitant dans les gestes, lorsqu'il fallut passer la douane, après avoir récupéré leurs bagages. Pas très bavard puisque trop absorbé par son observation des lieux, Haruto se rapprochait tout de même inexorablement de Ji Hoon alors qu'ils se dirigeaient vers la dernière étape avant de pouvoir quitter l'aéroport. Saisissant quelques mots par-ci par-là, il fut tout de même soulagé que la dame s'occupant de son passeport le guide dans sa propre langue. Bon, Haruto aimait beaucoup moins son accent qu'il n'aimait celui de Ji Hoon, mais le soulagement était sincèrement retranscrit dans le sourire qu'il accorda à l'employée de l'aéroport. Traînant sa valise derrière lui, il rejoignit Ji Hoon, ses lèvres s'étirant un peu plus. Hochant la tête à sa suggestion, il rangea son passeport dans une poche de sécurité de son sac. « Je te suis, ne nous perds pas. » Sourire malicieux aux lèvres, il attendit sagement que son meilleur ami le mène à ce fameux train. Marchant près de Ji Hoon, il se sentait idiot à être si fier. « Je préférerai qu'on aille manger dehors, tu veux bien ? J'ai vraiment très envie de découvrir la ville ! » Un coup d'épaule amical, et il éclata de rire. Comme ça. Parce qu'il était vraiment heureux d'être là.

« Et tu préfères Pékin ou Tokyo ? » Dardant son regard sur Ji Hoon, Haruto laissa un sourire planer au coin de ses lèvres, alors que l'un de ses sourcils se relevait. La Chine l'intéressait étrangement beaucoup moins. Il savait bien que c'était l'autre moitié de son meilleur ami, le pays natal de sa mère, mais rien n'y faisait. Rien ne l'attirait, là-bas. Mais sûrement que si Ji Hoon lui proposait, il l'y suivrait sans hésiter. La remarque sur la chirurgie le laissa un instant étonné, avant qu'il ne laisse un rire lui échapper. « Je devrais faire attention à ne pas suivre un autre par erreur, alors. » Se calmant un peu, il maintint tout de même son regard. Peut-être un peu trop profondément. « Non... Ces petits yeux sont uniques. » Et les siens se firent sérieux, alors que son sourire se fit lui moins accentué. Un court instant, ils se baissèrent sur ces lèvres que les siennes brûlaient d'embrasser. Mais, disciplinés à force de grands efforts quasi surhumains, ils rejoignirent à nouveaux ces petits yeux dans lesquels ils aimaient se perdre. « Et cette bouche, ce menton... » Ce visage qu'il aimait tant embrasser. Ce profil interdit qu'il aimait tant observer. Pinçant les lèvres, Haruto s'obligea à regarder ailleurs, espérant que personne d'autre aux alentours ne comprenne sa langue. « N'en fais pas d'accord ? Je t'aime comme tu es. Tu es parfait. » Son attention soit disant attirée par un détail quelconque, plus loin dans le wagon, Haruto évitait de regarder Ji Hoon, préférant cacher la rougeur de ses joues. Apparemment, sa niaiserie, il l'avait emmenée avec lui.

La main dans ses cheveux le sortit de ses pensées, et il accorda un sourire timide à son meilleur ami. Son cœur s'emballait toujours aussi fort, à son contact. Cette main sur sa joue suffisait à le faire stupidement sourire. Haruto aimait tant ses gestes tendres... Arriverait-il vraiment à jouer la comédie ? Devant des inconnus, soit. Ils ne les reverraient jamais, s'ils paraissaient louches à leurs yeux, ça n'avait pas grande importance. Mais devant la famille de Ji Hoon ? Sa mère et ses sœurs seraient-elles réellement dupes ? Haruto appréhendait grandement cette rencontre pour ça. Pourtant, paradoxalement, il souhaitait déjà y être. Cependant, Jukdo attendrait encore un peu. D'abord, Séoul, qui leur tendait les bras. Secouant la tête, amusé, le Japonais ne sut quoi rétorquer. Cette gare lui semblait plus belle à lui aussi, mais Shibuya, c'était la grise routine. Son jugement n'était sûrement pas objectif. Aucun des deux, d'ailleurs. Dans le métro, Haruto continuait d'observer, glissant sa main sur la barre que tenait également son meilleur ami, jusqu'à ce qu'elle cogne doucement la sienne. Il se rapprocha sans réellement s'en rendre compte, tout en restant tout de même à une distance raisonnable. Comme s'il avait peur que Ji Hoon l'oublie, ce rêveur nippon qui essayait de déchiffrer les hangul étalés sur les pancartes publicitaires affichées le long de le rame.

Son regard se posa sur Ji Hoon, remarquant ainsi qu'ils étaient tout de même assez près. Pinçant les lèvres, il lui sourit. « Je me sens un peu perdu, alors tu permets que je te regarde ? » Le visage familier de l'homme de sa vie, ce visage qu'il ne se lasserait jamais de fixer. Haruto avait tellement envie de poser sa tête sur l'épaule de Ji Hoon. Ses grandes oreilles perçurent tout de même un léger gloussement, attirant l'attention curieuse du Japonais. Et quand son regard croisa celui d'une lycéenne qui les observait, lui et Ji Hoon, il comprit qu'il avait sûrement l'air un peu trop gay. Puisqu'elle étouffa un nouveau rire contre la paume de sa main, penchée vers une autre jeune fille qui riait avec elle. Ne trouvant rien d'autre à faire que s'incliner légèrement pour les saluer, un sourire embarrassé aux lèvres, le rouge colorant un peu ses joues, Haruto se trouva bien idiot, alors que les deux amies se mirent à couiner en trépignant et secouant les bras. Les Coréennes étaient décidément très bizarres. D'accord, sûrement pas plus que les Japonaises devant leur idole. Haruto se demanda vaguement s'il ressemblait à l'un de ces membres de groupes de k-pop, genre, le rappeur d'un boysband ultra populaire, sur qui les fans inventaient une vie. Non, sûrement pas. Quelle idée.

Agréablement surpris par l'hôtel qui semblait plus luxueux que sur les photos proposées par le site internet, le Japonais posa son sac de voyage sur sa valise qui trônait fièrement à ses côtés. Heureux d'avoir quitté les transports en communs, il se permit d'attendre que Ji Hoon s'occupe de tout. L'envie de s'affaler sur le comptoir de la réception ne lui manquait pas, mais on ne saurait dire que Nippon était mal élevé, avec l'aîné Kamiya. Il se détendrait plus tard, dans l'intimité de leur chambre. La leur, à eux deux. Dans un hôtel d'une ville où personne ne les connaissait. Cela aidait également beaucoup à rendre Haruto plus détendu. Il ne craignait pas de croiser une connaissance à qui il devrait justifier les marques d'affection pas toujours nécessaires qu'il accordait à son meilleur ami. Meilleur ami qui s'obstinait à l'appeler hyung. Un sourire amusé aux lèvres, le Japonais ne s'en formalisa pas, comprenant très bien pourquoi. Lui non plus ne pourrait se montrer à l'aise, et même à Séoul, n'assumait pas tout à fait, bien que les pulsions restaient les mêmes qu'à Tokyo. Cette envie presque irrépressible de le toucher. Plus tard.

Dans le chambre. Qu'ils découvraient enfin. Poussant un profond soupir, Haruto afficha un sourire radieux. Enfin, leur voyage commençait réellement. Il avait envie de sauter sur le lit. Lit qu'ils partageraient. Lit sur lequel s'allongeait Ji Hoon sans pitié. « Tout est très beau, jusqu'ici ! » Avançant dans la chambre, il fit un rapide tour, se rafraîchissant rapidement dans la salle de bain, touchant quelques objets décoratifs, se permettant d'ouvrir le mini-bar, fronçant les sourcils en y découvrant le contenu... « Oui vas-y, je vais faire de même avec Haruno. » Sa petite-sœur lui en voulait un peu, sans que l'aîné ne comprenne trop pourquoi. D'accord, lui aussi lui avait fait comprendre que ce voyage au Mexique ne lui avait pas plu, mais c'était différent. Se saisissant de son téléphone, il lui envoya un message plein d'amour fraternel. Alors qu'il relevait les yeux vers Ji Hoon, son ventre répondit pour lui. Son grognement indiqua clairement la faim qui le tiraillait. Un rire embarrassé quitta ses lèvres, alors qu'il se passait une main nerveuse sur la nuque. La gêne passa bien vite, une fois Ji Hoon contre lui. Son regard plongea dans le sien, et son sourire se fit plus malicieux aux paroles du Coréen. « C'est vrai... » Et c'était clairement un crime, alors qu'il en avait eu tellement envie depuis qu'il avait récupéré Ji Hoon à son appartement, afin qu'il dise lui aussi au revoir à Kimyaki.

Ses mains se posèrent sur les hanches du Coréen, tandis qu'il répondit joyeusement au baiser qu'il lui donnait. Son cœur battait de bonheur dans sa poitrine, le surprenant toujours que rien que le fait de l'embrasser le mettait dans un état pareil. Et quand Ji Hoon l'approfondit, Haruto pencha docilement la tête, se laissant dominer, alors que ses mains affirmèrent leur prise sur ses hanches, avant de glisser sur son dos, le rapprochant un peu plus contre lui. Tous les efforts pour paraître deux meilleurs amis innocemment hétérosexuels, envolés en fumée. Personne ne pouvait les voir, alors peu importait, au final. Haruto était si heureux, à l'heure actuelle que même contre les lèvres de Ji Hoon, il lui semblait que les siennes souriaient. Paupières closes, il apprécia les caresses de sa langue sur la siennes, ses lèvres suçotant les siennes. Et ses mains sur son corps, qu'il n'aimait jamais plus que lorsqu'elles le caressaient. Empêchant ses propres doigts d'empoigner la chemise du Coréen, il les fit glisser à nouveau vers ses hanches, tandis que ce dernier s'éloignait de lui. Le souffle court, le Japonais ne lui en voulut même pas. Ji Hoon embrassait terriblement bien, et il se rendait compte qu'il aimait beaucoup trop ça, mais sans honte, il voulait bien l'admettre, et en profiter encore et encore.

Un nouveau rire, devant le caprice de son meilleur ami, et Haruto lui emboîta le pas. Croisant quelques touristes dans le couloir, il espéra très fort se retrouver seul avec Ji Hoon dans l'ascenseur. Ce qui fut le cas, puisque les portes dévoilèrent une cabine vide, une fois à leur étage. S'y engouffrant, il attendit que les battants se referment avant de se coller à son dos, le laissant appuyer sur le bouton du rez-de-chaussée. Ses bras entourant sa taille, il posa son menton sur son épaule, avant d'enfouir son visage contre le creux de son cou, sa voix ainsi légèrement étouffée. « Je suis si heureux d'être là... » Il respira ce parfum qui l'obsédait, l'odeur de Ji Hoon qu'il aimait tant, avant de relâcher sa prise à regret, apercevant le voyant d'un étage du dessous s'allumer. Un vif baiser sur la joue de son meilleur ami, et Haruto se laissa doucement tomber contre le mur de la cabine, mains enfoncées dans les poches de son pantalon. « Qu'est-ce que tu aimerais manger ? » D'un hochement de tête poli et avenant, il salua les deux touristes occidentaux qui entrèrent dans l'ascenseur. Au moins, ils ne comprendraient pas le japonais. Retournant son attention sur Ji Hoon, il laissa l'une de ses main lui pincer gentiment le bras. « Il faudra qu'on aille boire du cheongju ce soir, du vrai. Il n'y en a pas dans le mini-bar. » Pinçant les lèvres en secouant la tête, il avait trouvé ça choquant, quelques minutes plus tôt.

Une fois de retour dans le hall de l'hôtel, Haruto avança vers les portes de sortie. Quand le soleil coréen caressa sa peau, il ferma les yeux, penchant la tête comme pour mieux l'apprécier. Généralement, ses vacances d'été, il les passait à la mer, non loin de Tokyo. Ils devraient aussi y faire un tour, à la mer. Ils devraient voyager autour du monde, s'il s'écoutait. Un sourire aux lèvres, le Japonais reposa le regard sur son meilleur ami. « Alors, où va-t-on ? » Ses yeux balayèrent la ville qui leur ouvrait grands ses rues. Ça lui semblait si familier, et pourtant tellement inconnu. Son excitation grandissait au fur et à mesure qu'il réalisait qu'il s'y trouvait enfin. A Séoul, pour ce voyage que Ji Hoon lui avait pendant si longtemps promis. Au début simple blague, Haruto l'avait finalement ardemment souhaité. Il avait l'impression qu'il ne s'était pas senti aussi bien depuis un bon moment. Et pourtant, ils sortaient d'un voyage en avion, en train, et en métro. Mais force était de constater qu'il ne se sentait nullement fatigué, et que l'envie de découvrir enfin le pays dont Ji Hoon lui avait inlassablement vanté les mérites le pressait de plus en plus. Il sentait son cœur battre joyeusement dans sa poitrine, tandis que ses doigts se saisirent de la joue du Coréen, tirant gentiment dessus. « Gaja ! » Haruto se mit à rire, sans trop savoir pourquoi. Simplement qu'être avec Ji Hoon, à Séoul, le rendait réellement heureux.


Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)

▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Dim 7 Aoû - 17:45
Tell me what is love   × ft. Haroon ♡
Tokyo ou Pékin. Son sourire s'était agrandit face à ce choix d'apparence cornélien. La Chine, il avait aimé y vivre comme il avait été heureux de la quitter. Liang était terriblement attaché à leur côté chinois, les coutumes chinoises lui avaient toujours plus parlé que les coutumes coréenne. Pour autant, ça n'avait pas été particulièrement le cas de Ji Hoon. Il n'avait jamais été tellement touché par les coutumes coréennes non plus à vrai dire mais il s'était toujours senti mieux en Corée du Sud qu'à Pékin. Tokyo, il n'y connaissait rien au début, pas la langue, ni la culture, ni les coutumes, absolument rien . C'était comme arriver dans un nouveau monde où tout était à découvrir. C'était étrange, comme sensation. Au début, il avait peur, il était perdu, puis, peu à peu, il s'était mis à s'y sentir chez lui. À avoir ses habitudes, ses repères, les lieux qu'il affectionnait le plus. Et l'homme qui l'accompagnait aujourd'hui l'y avait terriblement aidé. Haruto avait été là quasiment depuis le début, il lui avait beaucoup appris, l'avait beaucoup guidé et il savait que l'amour qu'il avait pour le pays du soleil levant lui avait été largement transmis par l'homme duquel il était tombé amoureux en même temps qu'il tombait amoureux du pays qui l'avait vu naître.

S'approchant un peu de lui, un sourire malicieux sur les lèvres, il lui donna un léger coup d'épaule, ne quittant pas son regard. « Tokyo. » La question lui paraissait presque stupide. Il aimait Tokyo, peu importe combien il pouvait critiquer cette ville et quelque part, c'était tant mieux. Il allait sans doute passer la grande majorité de sa vie là-bas, avec Liang, mais aussi avec Haruto. C'est ce qu'il souhaitait le plus. Rester près d'eux le plus longtemps possible, les amours de sa vie, ceux qui comptaient le plus, pour qui il ferait tout. Sa boutade laissa le Coréen perplexe un instant et il plissa les yeux pour le dévisager. En suivre un autre ? Comment ça ? Personne ne lui ressemblait. Lee Ji Hoon avait un visage unique, une façon de se tenir bien à lui et un style irréprochable, Haruto ne pourrait pas le perdre. Levant la main, il frappa son torse à moindre force, continuant à le fixer en sentant le regard de son meilleur ami sur lui. Un sourire bêtement niais se forma sur ses lèvres. Uniques, oui. Encore plus quand ils le regardaient lui, un peu trop intensément. Ses dents mordillèrent distraitement sa lèvre inférieur en sentant le regard du Japonais s'y poser. Il devait arrêter. De lui parler comme ça, de le regarder de cette façon. Pourquoi lui faisait-il cela ? Il ne pouvait pas s'approcher, ni le toucher. Et il avait terriblement envie de l'embrasser, mais il ne pouvait pas. Juste rester à une distance raisonnable, lui sourire, ne pas quitter son regard jusqu'à ce qu'il le fasse de lui-même. « C'est pas dans mes projets. Je sais que t'as aucun moyen de me perdre. » Sourire satisfait et fier, il sentait son cœur battre chaudement dans sa poitrine. Il l'aimait comme il était. Il était parfait. Ji Hoon le savait mais il aimait beaucoup trop l'entendre dire et son regard se détourna pour que Haruto ne voit pas combien ça lui faisait plaisir, retenant au possible le sourire stupide sur ses lèvres.

Se comporter normalement avec lui était bien plus compliqué que le Coréen ne l'aurait imaginé. Déjà à Tokyo, c'était limite une épreuve invivable, ne pas trop le toucher, ne pas être plus affectueux qu'il ne devrait. Fixer tous les endroits possible dans le métro, ne pas trop sourire quand la main de son meilleur ami cogna la sienne, ne pas laisser son cœur trop s'emballer quand il le voyait s'approcher. « Tu peux. Je suis plus beau que les publicités ou les autres personnes ici. » Il approcha un peu son visage, les yeux grands ouverts pour le narguer un peu. Oui, bien plus beau. Un sourire amusé se forma sur ses lèvres, un peu calmé par des rires derrière lui. Deux lycéennes. Il les fixa un instant, perplexe alors qu'elles riaient un peu plus. Plus étrange que des Japonaises. Elles devaient être attardées, ce n'était pas possible sinon. Il se mit à rire en voyant son Japonais s'incliner devant elle. Sans y prêter plus attention, il quitta la rame, Haruto à sa suite, orchestra un combat avec la réceptionniste et, basiquement, avec toutes les personnes qu'il croisait et qui semblaient se poser des questions. Il fallait qu'il prouve son hétérosexualité. À laquelle il ne croyait pas lui-même, vu la passion qu'il mettait à embrasser l'homme qui l'accompagnait une fois à l'abris des regards indiscrets, une fois certain qu'ils n'étaient qu'eux deux.

Ji Hoon aimait un peu trop ça, embrasser Haruto. Le Japonais avait une façon assez particulière de le faire, qui lui faisait un pu trop d'effet, qui lui plaisait beaucoup trop. Il doutait pouvoir s'en lasser un jour. Surtout quand il répondait de la sorte, quand il le touchait comme ça, l'attirait près de lui. Ça lui faisait de réaliser combien ça avait changé entre eux et en même temps, il songeait à regret qu'il aurait du commencer à en profiter bien plus tôt. Des mois, voire des années, de perdus. C'était scandaleux. Glissant sa main jusqu'à ses fesses, il l'amena toujours plus près, le souffle venant à lui manquer mais il voulait l'embrasser le plus longuement possible. Qui sait quand il en aurait à nouveau l'occasion ? Souriant une fois pleinement satisfait, il attendit sagement qu'il le rejoigne, entrant dans l'ascenseur, sa main se posa sur les siennes quand il vint se coller dans son dos. Vraiment, ça allait être compliqué de rester éloigner l'un de l'autre, de ne rien montrer. Sa tête bascula doucement en arrière, se posant sur son épaule. « Moi aussi, si tu savais... » Depuis le temps qu'il attendait ça. Une semaine, tous les deux, rien que tous les deux. Frissonnant en sentant son souffle dans son cou, une moue frustrée déforma son visage en voyant le voyant d'un étage inférieur s'allumer et il alla s'appuyer contre la paroi de l'ascenseur, il avait l'impression de pouvoir encore sentir les lèvres du japonais contre sa joue.

« Peu importe, on peut aller dans un restaurant et se laisser surprendre. » Un sourire fut adressé au Japonais et il observa du coin de l'oeil le couple occidental, se décidant à les saluer malgré tout. Il était en Corée du Sud, il se devait d'être poli et gentil. Un peu près. Une fois l'air coréen retrouvé, il posa ses lunettes de soleil sur son nez, souriant sans réellement avoir de raison valable. Il était heureux. Vraiment très heureux. « On reste dans le quartier ? Comme ça on regarde ce qu'on peut faire après. » Il n'était pas très organisé alors, s'il avait regardé ce qu'ils pourraient faire, il n'avait rien planifié. Il préférait voir ça avec Haruto, selon ce qu'ils avaient envie de faire sur le même. Réfléchissant à dans quelle direction aller, il fronça les sourcils en sentant les doigts du Japonais pincer sa joue et donna une petite tape dessus, l'air mécontent. « C'est moi qui fais ça. » Son truc à lui. Scandaleux. Riant un peu, il se radoucit néanmoins après l'avoir entendu parler coréen. « Gaja. » Doucement, il poussa son épaule, optant pour sa droite. Ils allaient marcher un peu, ils trouveront bien un restaurant. Attendant le Japonais pour avancer à ses côtés, il essaya de ne pas trop le coller même s'il avait l'impression que son corps se dirigeait naturellement vers le sien. Comme pour s'en empêcher, il sortit son téléphone. « Liang nous souhaite de nous amuser ! Il dit que Kimyaki chouine un peu. On aurait du l'emmener. » Ses lèvres se pincèrent. Son bébé. Leur bébé. Il allait leur manquer, pour sûr.

S'approchant d'une enseigne qui lui semblait un peu moins moderne, plus traditionnel, il lu rapidement la carte qui était affiché devant avant de se tourner vers son meilleur ami. « C'est que des trucs assez traditionnel, tu veux essayer ? Autant se mettre dans le bain tout de suite. » Lui souriant, il passa affectueusement sa main dans son dos, son regard se perdant dans le sien quelques secondes. Il devait arrêter ça. Mordillant sa lèvre, il s'écarta de lui pour pénétrer dans le restaurant où quelques clients mangeaient déjà. Se laissant guider à une table pour deux, il se pencha un peu pour désigner le nom d'un plat écrit en hangul. « Bi-bim-bap. C'est un peu le plat traditionnel coréen par... Ex quelque chose. » Excellence. Il avait vu le mot à la télévision, l'avait répété plusieurs fois mais ça n'avait pas voulu rentrer. « C'est du riz, des légumes et de la viande avec un œuf dessus. Sinon y a aussi le Bul-go-gi. Ici c'est du bœuf mais souvent c'est avec du porc, c'est de la viande mariné, c'est souvent le plat préféré des enfants. Très bien pour toi. » Une moue innocente orna le visage du métis qui vint doucement tirer la joue du Japonais, par petite vengeance. « Ou bien du Sal-gye-tan. » Son regard se leva vers le Japonais et il répéta une seconde fois l'intitulé. « C'est un peu bizarre, c'est genre un bouillon avec dedans un tout petit poulet. C'est pas mal non plus. »

Souriant doucement, il lécha ses lèvres, commençant à avoir faim rien qu'à regarder les différents plats proposés. « Sinon, y a des nouilles froides, ou des sortes de ramens, plus épicés qu'au Japon cela dit. Ou des gimbap mais ça ressemble trop à ce que t'as d'habitude. » Son sourire s'accentua et il leva doucement, la glissant sur sa joue sans réellement y prêter attention. Ça lui faisait plaisir d'être là, terriblement. Reprenant sa main, il le fixa longuement, détournant son regard vers le serveur qui vint leur demander s'ils avaient choisi. Il secoua la tête avant de demander deux bières d'une marque typiquement coréenne. Attendant qu'il s'éloigne, il regarda à nouveau son Japonais, son sourire n'arrivant décidément pas à quitter ses lèvres. « Je suis tellement excité d'être ici. J'ai l'impression d'avoir attendu toute ma vie pour venir ici, surtout d'y être avec toi. C'est encore mieux. » Tellement mieux. Sa jambe s'approcha doucement de la sienne, la caressant un peu trop sensuellement. « J'espère que ça va continuer. Le début de cette année, c'était difficile... Pour nous deux. Il s'est passé beaucoup de trucs. » Reprenant sa jambe, il baissa son regard un instant, pinçant ses lèvres, il osa le regarder à nouveau. « A partir de maintenant, je veux que ça reparte de manière positive, même si on choisit pas toujours mais... On peut y arriver. » Peu importe les circonstances, il avait cette impression qu'avec Haruto, tout était possible.

code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Lun 8 Aoû - 23:15


Ji Hoon ♡ Haruto

Regarder Ji Hoon, Haruto aimait un peu trop. Parce qu'il était beau, oui, mais pas seulement. Il ne savait pas trop quoi, mais quelque chose l'attirait vraiment. Bien sûr, il savait qu'il en était amoureux, et que ce devait être l'une des raisons. Cependant, il y avait autre chose. Ji Hoon le fascinait. Et il y avait cette envie irrépressible de constamment le toucher. Jamais Haruto ne s'était montré aussi tactile. Jamais il n'avait eu besoin d'être aussi proche de quelqu'un. Même de ses sœurs. Non, là, c'était autre chose. Il avait besoin de sa peau contre la sienne, et ce n'était pas forcément lié à un désir quelconque. Comme si le bout de ses doigts exigeait de suivre ces courbes, de les redécouvrir sans cesse. Ji Hoon était parfait, et Haruto le pensait. Ses yeux ne se lasseraient jamais de le regarder, ses mains de le toucher, sa bouche de l'embrasser. Jamais le Japonais ne serait rassasié.

Alors oui, bien sûr que Ji Hoon était plus beau que n'importe quel mannequin posant pour une publicité coréenne, à ses yeux. Et peut-être que ces derniers le dévoraient un peu trop. Que Haruto le regardait de manière un peu trop intense, un peu trop passionnément. Mais il ne le contrôlait pas, c'était là son regard pour le Coréen. Attendri, affectueux, amoureux. Cependant, comment pourrait-il seulement en être autrement ? Quand Ji Hoon lui affirmait préférer Tokyo, lui faisant comprendre que c'était en partie grâce à lui. Quand il le rassurait en lui disant qu'il ne le perdrait pas. Son meilleur ami avait-il seulement conscience de l'effet que tout ça faisait au pauvre psychiatre ? Ce tsunami intérieur qui balayait toutes ses convictions, à chaque fois qu'il se trouvait en sa présence. Ces dizaines de papillons qui voletaient dans son ventre, à chaque fois qu'il lui parlait. Il suffisait d'un rien, simplement qu'il soit là. Une émotion qu'il n'avait jamais connu jusque là submergeait alors le Japonais. Amoureux, profondément amoureux, pour la première fois de sa vie. D'un homme, mais pas n'importe lequel. De celui de sa vie, le seul, l'unique.

Celui qui le rendait dingue lorsqu'il l'embrassait. Fermement serré contre lui, Haruto lui rendait furieusement son baiser. Avec passion, sentant la chaleur se diffuser en lui, alors que Ji Hoon le rapprochait toujours plus, semblant vouloir être plus proche que jamais. Cette main sur ses fesses, ça aussi il aimait un peu trop. Et peut-être bien qu'il en ondulait contre lui, que ses oreilles s'empourprèrent en s'en rendant compte. Leurs deux souffles mêlés, Haruto trouvait ça terriblement érotique. Mais il allait se calmer. Ils venaient d'arriver, ne s'était pas embrassé depuis presque vingt-quatre heures, et c'était définitivement trop long. Vraiment, Haruto se demandait comment il pourrait faire, une fois à Jukdo. Est-ce qu'ils auraient seulement l'occasion de partager un court moment intime ? Ji Hoon voudrait sûrement profiter de sa famille, il ne pouvait donc pas lui demander l'exclusivité, durant leur séjour dans son village natal. Le Japonais ferait un effort, c'était pour leur bien à tous les deux. Il ne souhaitait pas mettre son meilleur ami dans l'embarras. S'ils devaient un jour l'annoncer à leurs proches, autant que ce soit fait correctement, et non pas à cause d'une bourde.

Son meilleur ami. Officiellement, Ji Hoon l'était toujours. Il l'était encore, le serait jusqu'à la fin. Haruto ne voyait pas ça autrement. Voilà pourquoi il ferait son possible pour que ce soit l'image qu'ils donnent. Deux amis proches, vraiment proches. Ce qu'il se passait de façon officieuse ne regardait qu'eux, après tout. A chaque fois qu'il en aurait l'occasion, le Japonais se promit de montrer son affection à son meilleur ami. Comme le permettait l'intimité de cette cabine d'ascenseur, par exemple. Il ne put se contrôler, et serrer Ji Hoon contre lui lui paraissait presque vital, à cet instant là. Tout comme lui avouer d'à quel point il était heureux d'être là. Entendre que pour lui aussi c'était le cas ne le rendit que plus joyeux, plus gai. Gay, il le serait plus tard, loin des yeux de ce couple occidental qui venait gâcher leur petit moment niais.

Se laisser surprendre, Haruto était pour, tout comme rester dans le quartier de leur hôtel. Souriant à Ji Hoon pour lui signifier qu'il approuvait, il se permit un geste qui lui était familier. La réaction du Coréen le fit éclater de rire. Un sourire en coin faussement désolé en guise d'excuses, le Japonais lança cette expression coréenne qu'il n'était pas certain de maîtriser, soulagé néanmoins de constater que son meilleur ami employait la même. Avançant un peu trop gaiement à ses côtés, il observa Séoul, ne réalisant pas encore tout à fait qu'ils y étaient enfin. Il reposa le regard sur Ji Hoon lorsque ce dernier lui fit part du message envoyé par son jumeau. L'évocation de Kimyaki lui tira une moue un peu triste. Pauvre bébé... Le psychiatre espérait que cette séparation n'affecte en rien le caractère du petit chiot. Il faudrait qu'ils le comblent d'amour, une fois de retour. « Remercie-le, et demande-lui de prendre soin de Kimyaki. » L'inquiétude dans sa voix était désespérément réelle. Et le pire dans tout ça ? Haruto se fichait éperdument d'avoir l'air niais. « Tu crois que si on lui demandait, il accepterait de passer un appel en visio, pour qu'on voit Kimyaki ? » Le léger froncement de sourcil témoignait du sérieux de sa question. Tout pour leur bichon.

Lorsque Ji Hoon s'arrêta près d'un restaurant, Haruto laissa ses yeux se perdre sur la carte. Mais bien vite, son regard se porta sur son meilleur ami. Un léger sourire aux lèvres, il l'observa étudier la carte comme s'il cherchait à être sûr que ce serait le lieu parfait pour lui faire découvrir des spécialités coréennes. « Je veux bien. » Avec Ji Hoon, il était prêt à essayer tellement de choses... La main de ce dernier dans son dos le fit bêtement sourire. Haruto aimait un peu trop les gestes d'affection qu'il pouvait avoir en public. Et cet échange de regards, à force, il allait finir par vraiment devenir dingue. Détournant les yeux lorsque Ji Hoon se mordit la lèvre, il préférait limiter les dégâts, avant de céder à une pulsion stupide. Le suivant dans le restaurant, Haruto s'épongea rapidement le front. L'été à Séoul était si chaud. Une fois assis à sa place, il se pencha légèrement au-dessus de la table, l'écoutant attentivement. « Excellence. » Un sourire attendri aux lèvres, Haruto fixa son Coréen, menton posé dans la paume de sa main. Même l'entendre simplement énoncer des plats de son pays l'aguichait. Mentalement, il se répéta le nom des spécialités qu'il lui épelait, serrant les paupières de façon comique lorsque Ji Hoon lui pinça la joue. Il ne râla même pas, bêtement heureux. Se redressant en riant légèrement, Haruto secoua la tête. « J'aimerais goûter au bibimbap. Toi le bulgogi, je suppose ? » Qu'il respecte son hyung, un peu.

Rougissant légèrement lorsque les doigts de Ji Hoon vinrent caresser sa joue, le Japonais baissa les yeux. Sa timidité naturelle ressortait un peu trop maladroitement. Et lorsque ses yeux rencontrèrent à nouveau les siens, Haruto sentit le rythme de son cœur battre si fort qu'il en eut le vertige. Il n'avait pas le droit de le regarder comme ça. A chaque fois, Haruto avait l'impression de retomber amoureux. Un sourire affectueux aux lèvres, il voulut se saisir de sa main, mais l'arrivée du serveux gâcha ses plans, et, gêné, le rouge de ses joues se faisant plus vif, le Japonais détourna la tête, mimant de l'intérêt pour la décoration intérieure. Pouffant contre sa paume qui cachait plus ou moins son visage écarlate, il reporta son attention sur Ji Hoon, une fois le serveur éloigné avec la commande de bière à annoncer. Forcément. Les mots du Coréen firent fondre une nouvelle fois son cœur, et il dut faire preuve d'une grande maîtrise de lui-même pour ne pas sursauter en sautant sa jambe venir frotter la sienne. Pourquoi faisait-il ça. C'était de la torture pure et dure. Il n'avait pas le droit. Interdit, illégal. Se raclant la gorge, Haruto pinça les lèvres, fermant un instant les yeux. Une fois ses sentiments disciplinés, d'un geste habile de la cheville, il fit en sorte que sa propre jambe emprisonne celle de Ji Hoon. Son mollet caressa le sien, il laissa un sourire triomphant planer sur ses lèvres.

« Ji Hoon... » Doucement, Haruto le laissa récupérer sa jambe, légèrement bouleversé par les paroles du Coréen. Il le fixa affectueusement, attendant patiemment qu'il continuer, n'en ayant visiblement pas fini avec son aveu. « Hoonie. » Tant pis si des regards indiscrets les épiaient, le Japonais se saisit furtivement de sa main, la serrant dans la sienne, avant de la reposer innocemment de son côté de la table. « C'était difficile, oui. Mais hé, regarde où on en est maintenant ! » Toujours ensemble, furieusement gay l'un pour l'autre. Presque en couple. Pères d'un adorable bichon. « Je te l'ai promis, non ? Je serai toujours là pour toi. Yeongwonhi. » Son regard se fit peut-être un peu trop sérieux, mais il tenta de l'adoucir au mieux grâce à son sourire. Il l'aimait tellement, qu'il ne voyait pas comment il pourrait un jour abandonner Ji Hoon. Son cœur ne supporterait pas de le perdre un jour, d'une quelconque manière. Il avait décidément trop besoin de son Coréen dans sa vie.

Le serveur arriva avec leurs bières, et Haruto le remercia d'un hochement de tête. Se saisissant de son verre rempli d'un doux liquide jaunâtre, il le leva vers le centre de la table. « A nous. » D'un ton plus joyeux, moins lourd qu'il y avait quelques secondes à peine. « Geonbae ! » Trinquer en coréen, souriant largement à son meilleur ami alors qu'il cognait doucement leurs verres. De façon un peu trop excitée. Cette formule lui rappelait cette fameuse soirée. Et l'aveu qu'il lui avait fait ce soir-là lui revint bizarrement en tête, sans qu'il ne s'y attendait vraiment. Toussant dans la bière qu'il venait de porter à ses lèvres, il reposa son verre. « Si je devais être attiré par un homme... Ce serait toi... » Ses propres mots répétés à quelques mois d'intervalle. Ses propres mots qui prenaient tout leur sens, maintenant. Un léger fou rire le prit. « J'y crois pas. Comment on a fait, Hoonie... » Son propre aveuglement le surprenait énormément. Oui, comment avaient-il pu bien faire pour ne pas se rendre compte qu'ils étaient amoureux l'un de l'autre. Calmant son fou rire embarrassé, Haruto replongea ses yeux dans les siens. « Depuis tout ce temps... »

Et comme à cette fameuse soirée, le Japonais se trouva bien bête lorsque le serveur revint auprès d'eux pour s'enquérir de leurs choix. A Ji Hoon de parler, lui n'était pas encore tout à fait prêt, même s'il désirait l'impressionner par ses nouvelles connaissances acquises à force de travail. La langue du Coréen, il voulait la maîtriser au mieux, toujours un peu plus, à chaque fois. Haruto, lui, se contenta de boire une nouvelle gorgée de son verre. Son regard voyagea dans le restaurant, n'apercevant aucune jeune femme à draguer potentiellement. Sorry. He's gay. S'il avait su. Oui, tiens, s'il avait su, qu'aurait-il fait ? Rien, sûrement. Irrémédiablement, il se serait rendu compte qu'il en était lui-même amoureux. Ces sentiments qui lui réchauffait le cœur étaient là depuis plus longtemps qu'il ne se l'imaginait, Haruto le savait bien. Toujours là, comme Ji Hoon avait toujours fait parti de sa vie. Comme si avant, il n'avait existé qu'à moitié. Qu'enfin, en rencontrant le Coréen, il s'était mis à vivre vraiment. Et pour rien au monde, il ne renierait ça. Jamais il ne regretterait. Malgré les difficultés, les craintes, et les doutes, Haruto ne pensait pas une seule seconde à revenir en arrière. Ça valait la peine qu'ils vivent cette histoire, aussi étrange qu'elle pouvait paraître. Ji Hoon valait la peine qu'il renie ses convictions, que le psychiatre se remette en question. L'amour véritable, on ne le trouvait qu'une fois.

Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)

▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Mer 10 Aoû - 0:09
Tell me what is love   × ft. Haroon ♡
Retrouver la Corée du Sud le rendait terriblement heureux, et réaliser ce voyage avec lui rendait la chose encore plus belle. Peu importe ce qu'ils feraient, ça lui conviendrait. Ji Hoon avait vraiment envie d'être là, avec lui, concrétiser un projet qu'ils avaient depuis des années, même si au début, il était de toute évidence le seul excité par ce voyage. Petit à petit, Haruto s'était joint à lui, et parfois, il lui avait semblé que le Japonais était aussi excité que lui à l'idée de découvrir Séoul, de faire ce voyage. Qui plus est, c'était la toute première fois qu'ils partaient en voyage aussi longtemps ensemble, s'ils avaient déjà été un weekend à la montagne, c'était tout. Et il était ravi qu'ils s'autorisent ça, surtout durant cette période vraiment bizarre, avec la réalisation de leurs sentiments, le bébé de Minah qui s'était désormais envolé. Ils pouvaient profiter de leur temps ensemble. S'inquiéter pour Kimyaki ensemble, mais pas trop. Il avait rassuré son meilleur ami, ses frères en prendront bien soin, Jin Seok et Liang l'aimaient bien aussi, le plus jeune aimait bien le câliner également.

Ce restaurant coréen, premier lieu où ils se rendaient en dehors de l'hôtel, premier vrai moment rien qu'à eux. Il se sentait un peu comme un couple qui partait enfin quelques jours sans leurs enfants. Il voulait que le Japonais se change les idées et, égoïstement, avoir toute son attention, qu'il ne pense et ne voit que que lui. C'était toujours ce côté possessif qui ressortait mais Ji Hoon ne s'en formalisait même plus, il n'essayait même plus de cacher combien il souhaitait avoir Haruto rien qu'à lui, sans avoir à le partager avec quiconque. On ne pouvait pas l'appeler en urgence pour qu'il aille à l'hôpital, aucun autre amis ne pouvaient avoir besoin de lui, ni sa famille. Personne. Il pouvait le monopoliser autant qu'il le souhaitait. Le monopoliser en lui expliquant attentivement les plats présents au menu, aussi. Il le remercia furtivement quand il lui dit le mot qu'il cherchait même s'il allait l'oublier dans la minute. Ji Hoon s'arrêta quelques secondes dans ses explications, perturbé par le Japonais et sa façon de le regarder. Son cœur battait un peu plus vite, il se sentait comme hypnotisé. Si mignon, si attirant. Le regard du Japonais l'avait toujours fasciné. Il était si doux, si profond. Ses grands yeux brillaient tellement qu'il ne se lassait pas de les regarder, un peu trop intensément. Il fallait qu'il se reprenne, qu'il continue ses explications. Après un moment difficile pour se reprendre, il continua de noter les plats, se moquant, toujours avec amour, du petit Japonais.

Terminant d'énoncer, il le fixa à nouveau, attendant son verdict, un petit sourire collé au coin des lèvres. Bibimbap. Évidemment. La suite le fit pouffer un peu. C'était Haruto l'enfant, ici. Qu'il soit le Hyung n'y changeait rien. Il était si adorable, il avait l'air encore tellement innocent, bien qu'il ne l'était plus. Plus du tout. « Oui, le bulgogi ! J'ai toujours aimé les plats d'enfants, si je m'écoutais je mangerais que ça. » Jamais de légumes. Mais il se forçait à avoir une alimentation saine pour rester en forme physiquement, même s'il avait un brave métabolisme qui le laissait manger presque n'importe quoi, sans rien prendre. Le sport aidait beaucoup aussi. « J'aime bien le bibimbap aussi, mais comme ça, tu peux goûter les deux. » Il lui sourit, se retenant une fois encore de lui pincer la joue. Il devait arrêter de le toucher à outrance. De façon visible. Caresser sa jambe, il avait le droit de le faire. Encore plus en voyant que ça faisait de l'effet au Japonais qui fermait les yeux. Prit au piège, il sourit un peu plus en sentant le mollet de son meilleur ami glisser contre le sien. C'est vrai qu'il était heureux d'être là, près de lui. Lui confier paraissait important aux yeux du métis et son sourire s'accentua quand Haruto saisit sa main, la serrant doucement dans la sienne. Oui, regarde où ils en sont. Sortis d'un déni qui devait durer depuis quatre ans, digne parent d'un bichon, plus proche que jamais. Plus soudés et complices qu'ils ne l'avaient été. Un doux sourire se forma sur ses lèvres et il hocha doucement la tête. « Moi aussi... Je serais toujours là pour toi. Toujours avec toi. » C'était ambitieux, mais il y croyait. Il croyait sincèrement qu'ils seront toujours ensemble, qu'on ne parviendra jamais à les séparer. Ça devait continuer, il ne survivrait pas sinon.

Remerciant le serveur pour la bière, il leva gaiement son verre vers son Japonais. « A nous ! Geonbae ! » Un rire léger s'échappa de ses lèvres et il amena la boisson à ses lèvres pour en boire une longue gorgée. Il mourrait de soif. Son regard se perdit un instant sur les autres clients du restaurant, tous parlaient coréens, ils devaient être les seuls touriste. Quelque part, ça lui donnait l'impression d'être encore plus incrusté dans ce pays, dans ce pays. D'être vraiment chez lui. Interloqué par les mots de Haruto, il arqua un sourcil. Ça sonnait étrangement familier dans son esprit et un sourire se forma sur ses lèvres en se remémorant cette soirée. Ces petites déclarations, qui paraissaient alors, encore tellement innocente. Suivant son rire, il haussa les épaules. Comment ils avaient fait, il ne savait pas. C'était bizarre, pourtant, maintenant qu'il le savait. Il trouvait ça juste terriblement évident. « Ah. ~ Tout ce temps, oui. Sûrement presque quatre ans. » Sa voix s'était faite songeuse alors qu'il fixait le vide, souriant légèrement. Quatre ans. C'était long. Revenant à lui en voyant le serveur planté devant lui, il commanda leurs plats, se concentrant à nouveau sur lui.

« Y a tellement de trucs comme ça, où on aurait du se dire que c'était ça, mais on était encore trop aveugle. » Il pourrait citer pleins d'exemple, Ji Hoon se disait qu'au fond, s'il voulait autant attirer son attention, s'il voulait tellement que Haruto l'apprécie, devienne son ami, soit proche de lui, c'est qu'il y avait bien une raison. Il était toujours distant, voulait toujours voir ce que les gens pouvaient lui apporter. Mais avec lui, ça n'était pas le cas. Il n'avait rien à y gagner. Ou peut-être bien que si. Il avait à gagné bien plus qu'avec personne d'autres. L'amour, le vrai. Avoir dans sa vie l'être humain le plus exceptionnellement adorable qui existe. Ça n'avait pas de prix, il avait été terriblement chanceux de le rencontrer. De le retrouver enfin. Il avait fallu qu'il traverse trois pays pour finalement tomber sur lui. Tomber pour lui. « Quand j'ai compris que c'était de l'amour, j'ai repensé à tellement de choses, et je me suis dit que c'était juste tellement... Évident. Et on a jamais rien vu, rien remarqué. Embrassé son meilleur ami quand on a trop bu, ça arrive, pour tester, tout ça. Mais avoir le cœur qui bat si fort, c'est bizarre. » Un petit rire quitta ses lèvres et il passa doucement sa main dans ses cheveux. Avoir envie de recommencer aussi, d'ailleurs. Pour vérifier qu'il avait bien senti. « Y repenser pendant longtemps après, c'est bizarre aussi. » Très bizarre. Mais ça ne l'avait pas inquiété. Passant sa langue sur ses lèvres, il fixa le vide, posant sa joue contre son poing. Tout avait pris du sens après qu'il ait réalisé.

Observant le Japonais en silence, il se demandait sincèrement comment l'aveuglement avait pu durer si longtemps. « La Coréenne que tu avais essayé de draguer. Je lui faisais des petits sourire dans ton dos pour essayer de détourner son attention, je voulais pas que tu y arrives, je voulais que tu restes avec moi. » Oui, il s'en fichait totalement de la Coréenne à ce moment-là. Il n'avait comme unique but que de récupérer son Japonais. Et il avait réussi, même s'il avait essayé de justifier sa sexualité ensuite. Et elle ne l'avait pas cru. Gueuse. Bon, en soit, elle avait raison. « Haley aussi... Peut-être bien que j'attisais la flamme pour que tu la largues. » Elle était moche de toute façon. « J'aimais pas, quand t'étais en couple. » Il devait être en couple avec lui, c'est mieux. Il était plus sexy que Haley. Vraiment plus sexy. Mordillant sa lèvre, il finit par regarder à nouveau le Japonais, un peu plus intensément. « Je sais pas depuis quand c'est comme ça. Depuis quand je te veux juste pour moi, depuis quand ces sentiments sont là. Assez longtemps pour ne pas douter. » Qu'il l'aimait, vraiment. Très fort. Personne ne réalisait. Souriant, plus affectueusement, il feinta d'aller lui pincer la joue et laissa à la place juste ses doigts l'effleurer. « Maintenant on sait. Je sais pas si c'est une bonne ou une mauvaise chose... Mais j'ai plus envie de retourner en arrière. » Mine de rien, c'était chiant, de se torturer l'esprit en permanence, de ne pas comprendre pourquoi son cœur battait si vite, pourquoi il se sentait si mal quand Haruto lui parlait d'une fille.

Quand le serveur posa son plat devant lui, il sursauta légèrement. Il n'avait pas réalisé qu'il fixait le Japonais. Remerciant une fois encore le serveur, il huma le délicieux parfum du bulgogi, zieutant sur le bibimbap du Japonais. « C'est presque aussi beau que c'est bon ! » Sa phrase était moyennement japonaise, mais il s'en fichait. Prenant une tranche de viande entre ses baguettes, il les approcha des lèvres de Haruto. « Goûte le bulgogi déjà. Tu dois voir comme c'est bon ! » La viande, si tendre, si juteuse, il en deviendrait carnivore. Glissant la nourriture entre ses lèvres, il attendit son verdict. « Tu devras goûter au porc aussi, même si le bœuf, c'est meilleur. » Du moins, pour lui. Son regard ne le lâchait plus, il avait presque oublié la faim qui le tiraillait. En présence du Japonais, il oubliait littéralement tout. Il n'y avait plus que lui qui comptait, comme si Haruto brouillait son esprit, ne lui permettant de se concentrer que sur ses belles oreilles. Et ça ne le gênait pas le moins du monde.

code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Jeu 11 Aoû - 0:15


Ji Hoon ♡ Haruto

Regarder Ji Hoon devenait son passe-temps favori, vraiment. Haruto n'avait plus honte de le fixer de la sorte, comprenant maintenant pourquoi ça le fascinait autant. Pourquoi tout chez lui le fascinait. Il ne parvenait toujours pas à bien saisir comment il avait pu tomber aussi irrémédiablement amoureux de son meilleur ami, mais les faits étaient là. Et, au fond, il n'avait pas envie de comprendre. Ça ne s'expliquait, et plus le Japonais tenterait de trouver une explication, plus cela deviendrait confus. La seule chose qui comptait résidait dans le fait qu'il l'aimait, voilà tout. Un homme qui tombe pour un autre, la belle affaire, rien de nouveau à Tokyo. Ni à Séoul, d'ailleurs. Ou qu'importe l'endroit.

Haruto avait grandement conscience des difficultés que généraient une telle relation. Surtout qu'il ne se sentait pas forcément homosexuel. Juste très amoureux de Ji Hoon, qui se trouvait être du même sexe que lui. Soit. Il était gay pour son meilleur ami. Et actuellement, toutes les histoires qu'il avait pu avoir avant semblaient ne plus exister. Le Japonais avait envie de rire de lui-même, si un autre lui avait raconté ça, sûrement l'aurait-il pensé fou. Mais fou, il l'était bel et bien. D'amour, pour le Coréen. Et pour ce dernier, il était prêt à vivre caché, puisque c'est ainsi que l'on vivait soi-disant heureux. Et heureux, il l'était déjà tellement. Tellement que ça en devenait illégal. A trop sourire, ses joues le feraient certaines souffrir à la fin de leur séjour. Mais son bonheur était réel, et au maximum, Haruto souhaitait le partager avec Ji Hoon.

Ji Hoon, qui lui faisait faire des gestes qu'il n'aurait jamais eu en public avant. Frotter sa jambe contre la sienne ? Peu importe si un regard curieux s'égarait sous leur table, Haruto aimait un peu trop ça. Et puis, comment résister quand en face se trouver l'amour de sa vie ? Qui osait faire son mignon sans le prévenir au préalable ? Un large sourire attendri avait étiré les lèvres du Japonais, lorsque son meilleur ami lui avait confié n'aimer majoritairement que les plats pour enfants. Et lui, c'était lui qu'il préférait. Mais Haruto n'était pas assez innocent pour ne pas comprendre le sous-entendu que pouvait avoir cette déclaration, aussi préféra-t-il la garder pour lui-même. Cependant, il laissa tout de même un sourire orner le coin de ses lèvres. Un hochement de tête pour signifier qu'il était d'accord pour partager les deux plats, et Haruto replongea son regard dans celui du Coréen.

Toujours là pour lui, et pour toujours. Il le pensait sincèrement, ne se voyait pas abandonner Ji Hoon. Et sa main dans la sienne en était comme la preuve symbolique. Au milieu d'un petit restaurant traditionnel, en Corée du Sud, ils se faisaient la promesse en japonais. Haruto aimait ce contact chaud et rassurant. Et son sourire ressortit encore plus clairement lorsqu'ils trinquèrent. A eux. Juste à eux. Le psychiatre avait décidé que ce n'était pas grave, d'être un peu égoïste, de temps en temps. De toute manière, son euphorie semblait de plus en plus inhiber son sens de la retenue. Cet aveu vieux de plusieurs mois lui était venu comme ça, et sans réfléchir, il l'avait énoncé à nouveau. Cet aveux vieux de plusieurs mois, mais plus d'actualité que jamais. S'il devait être attiré par un homme, ce serait Ji Hoon. A jamais. Le seul, l'unique. Son évidence à lui, qu'il avait mis si longtemps à remarquer. Il en pouffait dans son verre, tellement ça lui paraissait énorme. Oui, par quelle bizarrerie n'avaient-ils pas remarqué ?

Depuis quatre ans ? Son cœur battit plus rapidement. Alors, lui aussi le pensait ? Ça avait dû être un coup de foudre si évident qu'ils n'y avaient pas fait plus attention que ça. Après tout, pourquoi un Coréen très patriote se lierait d'amitié avec un étudiant japonais un peu chauvin. Et ce besoin grandissant de l'avoir près de lui, d'avoir son approbation, de vouloir le voir. Toutes ces choses, tous ces détails qui auraient dû sauter aux yeux d'un observateur comme Kamiya, et qu'ils n'avait pas vu. Qu'il avait peut-être ignoré inconsciemment, tant ça paraissait saugrenu. Maintenant, il comprenait mieux Erena, et sa réaction lorsqu'ils s'étaient vu, la dernière fois. Lorsqu'il lui avait fait son coming out. En quelque sorte.

Ses yeux se baissèrent timidement, lorsque Ji Hoon évoqua ce baiser si chaste, et pourtant si important. Un sourire ému affecta ses lèvres, tandis qu'il apprenait que son meilleur ami avait connu les mêmes sensations. Son cœur qui battait aussi fort, aussi rapidement. Haruto l'avait connu, le connaissait toujours. « Et avoir envie de recommencer ? Pour voir ? » Lentement, il releva des yeux malicieux qui s'accrochèrent à ceux du Coréen. « J'y pensais plus souvent que je voulais bien me l'admettre. Tes lèvres avaient été si douces... » Comme par magnétisme, son regard glissa justement vers sa bouche. Depuis ce moment, Haruto crevait d'envie de les manger, encore et encore. Ça n'avait été que très court, et pourtant si bon. Maintenant qu'il savait qu'il en avait le droit, le Japonais ne voulait plus se gêner. Dès qu'il en aurait l'occasion, ses lèvres captureraient celles de Ji Hoon. Et qu'importe qui gagnait le combat, la bataille était ici bien plus intéressante.

Incrédule, Haruto cligna plusieurs fois des paupières lorsque le sujet de la Coréenne vint sur le tapis. Ouvrant légèrement la bouche, il la referma aussitôt. Sourcils froncés, regard fixant un point au sol, il tentait au mieux de se remémorer la scène. « Je n'avais rien remarqué... » Son bras se tendit, et gentiment, il pinça le bras de son meilleur ami. « T'es trop fourbe, je devrais me méfier ! » Mais son éclat de rire prouvait qu'il ne lui en tenait pas rigueur. Pas le moins du monde. « Au final, c'était moi qui avais raison. » Ou bien était-ce le karma ? Non, cela signifiait que leur amour était négatif, et ça, Haruto se refusait à le croire. C'était pur. Alors, il se permettait d'arborer un sourire en coin. Ji Hoon devait se souvenir aussi bien que lui de cette excuse stupide qu'il avait donné à la jeune femme. Et il devait avouer qu'il ne regrettait pas. Jamais. Cependant, son sourire s'effaça un peu, lorsque la discussion vira sur Haley. Une légère grimace tordit le coin de sa bouche. Lui qui avait toujours été persuadé qu'il avait pris sa décision seule, concernant sa rupture avec la blonde. Maintenant qu'il y pensait, oui, peut-être bien que oui. Ji Hoon avait joué un rôle, dans cette histoire. Heureusement, la suite lui mit du baume au cœur, le flattant également pas mal. L'avoir qu'à lui, mais il le pouvait ! Haruto n'attendait que ça. Etre à lui.

« Je ne veux pas retourner en arrière. Ça m'avait fait trop de mal, lorsque tu me l'avais demandé. » Sa voix s'était atténuée à chaque nouveau mot, finissant dans un murmure. La caresse sur sa joue l'apaisa un peu. « Je suis à toi, tu sais. » Haruto n'osait pas le regarder dans les yeux, sa bière lui paraissant soudain très intéressante. « Je supportais de moins en moins que tu me racontes tes conquêtes. Mes études pour justifier mes sautes d'humeur avaient bon dos. Et si je répétais que tu devais te trouver quelqu'un de sérieux, j'espérais au fond que jamais tu ne viennes me la présenter. » Il pinça les lèvres. « Je suis jaloux de toutes les femmes qui t'ont approché. » Manière polie de parler de celles avec qui son meilleur ami avait couché. Parce qu'elles connaissaient de Ji Hoon quelque chose que lui ignorait encore, qu'il avait pu entrapercevoir, sans vraiment s'y abandonner. Mais le Japonais devait arrête de penser à ce genre de choses, sachant très bien que si ça devait arriver, ça arriverait.

Sursautant légèrement lui aussi, une fois les plats apportés à leur table, il fixa bêtement son assiette. L'odeur alléchante de son plat raviva son sourire fané. « J'espère ! » Son regard retrouva joyeusement celui de Ji Hoon. Se penchant légèrement en avant, Haruto ouvrit la bouche, une fois les baguettes à sa hauteur. Sa langue attrapa sensuellement le morceau de viande, juste avant que ses lèvres ne se referment sur les baguettes de son meilleur ami. Peut-être ne devrait-il pas continuer à le fixer comme ça, alors qu'il faisait glisser ses lèvres le long des bâtonnets en bois. Se reculant à nouveau sur sa chaise, Haruto porta ses doigts à sa bouche. Un vrai délice ! Ji Hoon avait totalement raison. Pourquoi n'avait-il pas joué à l'enfant ? Plantant ses propres baguettes dans son bibimbap, il leva sa main, mimant le geste de Ji Hoon, comme pour lui faire goûter. Mais au dernier moment, il enfourna sa bouchée entre ses lèvres, un sourire en coin taquin éclairant malicieusement les traits de son visage. Riant un peu, il secoua la même pour s'excuser, avant de réitérer son geste, jusqu'au bout, cette fois-ci. Bon, Ji Hoon avait dû en manger des meilleurs, mais durant ce séjour, ils partageraient tout.

« C'est vraiment très bon ! » Un peu trop enthousiaste, Haruto voulut se calmer grâce à son plat, source même de son excitation. Paradoxal, mais enchaîner les allers et retour entre son bol et sa bouche ne lui faisait pas peur. Ce qu'il fit donc joyeusement, s'empêchant à peine de gémir de bonheur à chaque fois. Posant ses baguettes en travers de son bol, il tendit la main pour attraper son verre de bière, buvant une gorgée en fixant le plat devant Ji Hoon. Puis Ji Hoon. Et son bulgogi. « Encore. » Ouvrant la bouche d'autorité, il se pencha à nouveau vers le centre de la table. Juste une fois ? Mais peut-être qu'il le regardait trop intensément. Alors, tout vas, Haruto ne se gêna pas pour lui avouer. « J'ai envie de t'embrasser. » Se mordillant la lèvre inférieure, il laissa son regard déraper vers les lèvres du Coréen, avant de le relever vers le sien, se passant distraitement la langue sur les lèvres. Rougissant légèrement, comme s'il prenait enfin conscience de ce qu'il venait de lui dire, Haruto baissa les yeux. « Qu'est-ce qui fait que je t'aime autant... Son index et son pouce se pincèrent négligemment l'oreille, avant que sa main ne retombe sur sa cuisse. Redressant la tête, il sourit à Ji Hoon. « Moi aussi, je te veux rien qu'à moi. » Mais ça, il le savait, n'est-ce pas ? Avançant presque timidement son bol de bibimbap vers le centre de la table, il le désigna de ses baguettes. « Sers-toi, Hoonie. » Et sous la table, ses genoux capturèrent l'un des siens. Si Haruto osait, ce serait Ji Hoon qu'il mangerait.

Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)

▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Jeu 11 Aoû - 17:53
Tell me what is love   × ft. Haroon ♡
Le froid de la montagne, il pouvait encore se le remémorer, sans doute moins bien que la chaleur de ses lèvres contre celles de celui qu'il considérait à ce moment là que comme son meilleur ami. Le meilleur de tous, celui qui comptait le plus. Pourtant, à ce moment-là, il ne voyait même pas l’ambiguïté de leur relation, combien ils étaient faux, combien c'était différent de la réalité. Ils savaient depuis longtemps qu'ils comptaient l'un pour l'autre, qu'ils avaient besoin de se voir souvent, qu'ils s'aimaient beaucoup. Mais ils ne réalisaient pas l'ampleur véritable de leurs sentiments, de leur relation. Ji Hoon trouvait ça tellement bizarre. Ce genre de sentiments, pouvoir ne les réaliser pleinement qu'après quelques années, et surtout, comprendre qu'au final, l'amour ne s'attardait pas sur des détails stupides comme le sexe de la personne. Deux hommes. Ça rendait la chose infiniment plus compliqué. S'il avait vécu ce coup de foudre avec une fille, sans doute l'aurait il réalisé immédiatement. Tout devenait plus compliqué, mais plus le temps passait, plus Ji Hoon acceptait. Ses sentiments pour Haruto, son attirance pour lui aussi. Oui, il l'avait accepté. Du moins, avec le principal intéressé.

Avoir envie de recommencer, parce qu'il n'avait pas eu le temps de bien sentir. Un léger ricanement quitta ses lèvres. Oui, exactement. Alors Haruto avait ressenti la même chose ? Ça lui faisait sans doute un peu trop plaisir, en plus de le rassurer. Il se souvenait de son cœur qui battait si vite, si fort. De cette envie d'y retourner, de l'embrasser encore, toujours plus fort. « Au final, t'as recommencé. Pour voir. » Quand il était revenu de Corée du Sud, le regard d'Haruto, sa main sur sa joue. Il n'avait pas eu le temps de bien voir. Ses lèvres sur les siennes. Puis au final, un véritable baiser. Sans retenu, sans excuse, parce qu'il en avait eu envie. Ils en mouraient d'envie tous les deux. Un sourire se forma sur ses lèvre en voyant le Japonais les regarder et il s'amusa à passer doucement sa langue dessus. Il se faisait du mal, à en parler. Il avait terriblement envie de l'embrasser, le baiser qu'ils avaient échangé à l'hôtel, ça n'avait pas été assez. Selon lui, ce n'était jamais assez.

Leur relation était si étrange au fond, tant de jalousie, de possessivité, et de déni. Avec la Coréenne, mais aussi à la montagne, où il avait malgré tout pris sur lui pour Kaede, pour ne pas empêcher Haruto de danser avec elle, même si ça ne lui plaisait pas et qu'il avait été un peu trop heureux de n'être à nouveau qu'eux deux. Un sourire victorieux orna ses lèvres. Il n'avait rien remarqué, ce qui était normal. Ji Hoon était extrêmement discret. Et fourbe, aussi, mais il ne regrettait pas, cette fille n'avait pas à se mêler de leur soirée, Haruto devait rester avec lui, quoiqu'il arrive. « Je suis pas gay ! » Son ton s'était fait un peu trop outré, et ses sourcils se froncèrent en fixant le Japonais. Non, il n'était pas gay. Ça le révoltait encore, un peu trop. « Je suis pas gay. Bon, plus vraiment hétéro non plus. Bi je sais pas si ça va non plus, parce que c'est les femmes et les hommes et t'es le seul homme qui m'attire. Ah... On questionne sa sexualité à quatorze ans, pas à presque vingt-cinq ! » Et encore, même à quatorze ans, il ne s'était jamais posé la question. Il aimait les femmes, point. Pas besoin de plus se creuser la tête. Il s'était sans doute un peu trompé quelque part. Un peu beaucoup.

Son regard se baissa. Il lui avait fait du mal, et Ji Hoon voulait éviter de lui en faire à l'avenir. Faire souffrir Haruto lui était insupportable. Il l'aimait tellement et il lui faisait du mal, c'était simplement intolérable. Il était à lui. Son cœur s'emballa un peu et un petit sourire se glissa sur ses lèvres alors qu'il hochait la tête. Oui, il était à lui. Rien qu'à lui. Et l'inverse était vrai aussi. Ça le frustrait, de ne pas pouvoir le toucher. Il avait envie de le serrer contre lui, de passer sa main dans ses cheveux, déposer ses lèvres contre les siennes, et contre sa peau, aussi. Devoir se retenir était une horrible torture. « Je t'en parlerai plus. » Parce qu'il n'avait plus aucune raison de le faire. Au fond de lui, il ne voulait plus de conquêtes. Il voulait juste Kamiya Haruto. Pour toujours. « T'as plus à être jaloux d'elle. » Il comptait infiniment plus que ces filles, il était le seul qu'il aimait, avec qui il avait envie d'être. Elles, ça n'avait été que superficiel, alors qu'il était terriblement sincère avec le Japonais, qu'il l'aimait réellement. N'était-ce pas évident ? Depuis tout ce temps, Haruto était toujours passé avant les autres, il avait toujours eu une place importante. La place de l'homme qu'il aimait. De l'homme de sa vie.

L'homme de sa vie à qui il voulait faire goûter toutes les spécialités coréennes possible durant leur séjour, à commencé par le bulgogi. Il n'aurait pas pensé qu'il se permettrait de devenir aussi illégal, avec un simple morceau de viande. Ji Hoon le fixant un peu trop intensément alors que la langue du Japonais saisit ce qu'il lui tendait avant que sa bouche ne se referme autour des baguettes. La bouche légèrement entrouverte, il déglutit doucement, mordillant sa lèvre inférieur. Interdit. Il l'aguichait beaucoup trop. Au milieu d'un restaurant coréen. Ji Hoon se faisait tellement violence depuis l'incident Hanae, pour rester sage, soft, ne plus y penser, même s'il avait dépassé ses propres limite dans le baiser qu'ils avaient échangé à l'hôtel. Il avait envie de lui sauter dessus, de le traîner à l'hôtel, de tout lui arracher, finir ce qu'ils avaient commencé il y a quelques semaines. Il y pensait un peu trop souvent pour son propre bien, c'était devenu son ultime fantasme, il désirait un peu trop Haruto, le Japonais ne devait même pas réaliser. Tentant de se reprendre, il approcha sa tête pour goûter le bibimbap, un gémissement mécontent quitta ses lèvres quand il recula les baguettes. Les sourcils froncés, il le fixa jusqu'à ce qu'il revienne, hésitant un instant pour s'assurer qu'il n'allait pas lui refaire le coup, il glissa ses lèvres autour des baguettes, amenant doucement la nourriture jusqu'à sa bouche.

« Hm, vraiment délicieux oui. » Il goûta le bulgogi désormais. La viande était tendre, c'était terriblement bon également. Sa mère le faisait mieux mais sa mère faisait tout mieux. S'il s'écoutait, il mangerait tout d'une traite mais il tentait d'être civilisé, au moins un peu. Un sourire amusé se dessina sur son visage en voyant Haruto approcher son visage et en redemander. Malicieux, il saisit un morceau de bulgogi, s'amusant à l'approcher plusieurs fois de ses lèvres pour finalement les éviter, finissant par déposer la nourriture dans sa bouche. Continuant à le fixer tandis qu'il mâchait, sa soudaine déclaration laissa comme une décharge électrique le gagner. Son regard s'alluma davantage, d'une certaine adrénaline. « Alors, embrasse-moi. » Ils ne pouvaient pas, mais il en avait terriblement envie aussi. Ses lèvres l'appelaient toujours. Personne ne l'avait jamais embrassé comme le faisait Haruto et sans doute qu'y repenser l'excitait un peu trop. Sa question, probablement rhétorique, le ramena un peu sur terre et il rit un peu. « Mon charme naturel. » Omniprésent, par ailleurs. « T'es vraiment mignon quand tu rougis, j'espère que t'arrêteras jamais. » De rougir quand il avait l'impression de dire quelque chose de gênant. Quand il avouait quelque chose sans trop l'assumer. Il le faisait déjà avant et Ji Hoon mentirait s'il disait qu'il n'avait jamais essayé de le provoquer un peu juste pour voir ses oreilles s'empourprer.

Prenant nonchalamment encore un peu de son plat, il secoua doucement les épaules. « Tu sais bien que je ne suis qu'à toi. » C'était tellement évident, comme le kimchi sur une table coréenne. « A toi et à personne d'autres. Il n'y a qu'avec toi que j'ai envie d'être. » En couple, ou peu importe, de toutes les façons possible. Son regard accrocha à nouveau le sien et il le remercia, plongeant ses baguettes dans son bol pour en piquer un peu. Beaucoup, puisqu'il fit plusieurs allers retours. « Haruto. » Son ton s'était fait plus sérieux tandis qu'il continuait à piocher tranquillement tantôt chez lui, tantôt chez son meilleur ami. « Personne n'essaie de m'allumer sans en subir les conséquences. » Oui, son petit jeu avec le bulgogi, ses genoux sous la table, il voyait clair en son jeu. Et peut-être bien que comme c'était lui, ça marchait un peu trop bien. « Alors, soit tu te calmes... » Ses lèves se pincèrent un peu et il posa ses baguettes sur le rebord de son bol, levant ses yeux vers lui. « Soit tu seras puni pour aujourd'hui et on retourne à l'hôtel. » Peut-être n'aurait-il pas du prendre une voix aussi sensuelle pour le dire. Ni faire glisser sa jambe près de son entre-jambe avant de la récupérer. Qu'on le pardonne, mais Haruto le cherchait vraiment. Et il l'aguichait plus que jamais. Ji Hoon n'était toujours pas très assuré sur ça, mais il le désirait, ardemment. Il voulait qu'il lui appartienne, tout entier, dans les moindre détails, ce n'était pas si difficile à comprendre.

« Finis ton plat. » Il repoussa doucement le bol vers le Japonais, s'attaquant plus sagement au sien. Il avait envie de bouger d'ici. Non, il avait surtout envie de se coller contre le Japonais, de laisser ses lèvres posséder les siennes, sa langue dominer celle de Haruto sans pitié. Sentir son souffle se mêler au sien, son corps le plus près possible du sien. Toujours plus près. Ses dents vinrent furieusement mordiller sa lèvres après que son regard se soit à nouveau perdu sur lui. Il allait calmer, son cœur et ses pulsions. Ils n'étaient pas seuls, ils étaient dans un lieu public et il n'était même pas certain d'être tout à fait prêt.

Si, il l'était. Plus que jamais. Il l'était terriblement. Ils étaient à Séoul, mais il avait plutôt faim de Japonais. Terriblement faim. Rageusement, il reprit son repas, arrivant presque à la fin. « T'en veux encore un peu ? » Son regard se leva vers lui, captant toujours aussi intensément le sien. Il voulait bien partager encore un peu, voir ses lèvres si aguichante se glisser autour de ses baguettes, forçant son imaginaire à aller plus loin et à le laisser un peu troubler. Il ne devait plus y penser.

code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Ven 12 Aoû - 0:40


Ji Hoon ♡ Haruto

Au final, c'était lui qui avais recommencé le premier, oui. Ce soir-là, quand Ji Hoon était enfin rentré de son voyage. Haruto s'était rendu compte d'à quel point son meilleur ami lui avait manqué. Et comme une pucelle esseulée dont l'amant faisait la surprise de rentrer plus tôt que prévu, le Japonais avait totalement été surpris, ému, et bouleversé de le retrouver dans son salon. Bon, peut-être devrait-il arrêter de se comparer à une jeune fille en fleur. Mais, indéniablement, Ji Hoon le faisait réagir de manière excessive. Pour tout. Les marques d'affection, il n'avait pas l'habitude d'en donner. A part à ses deux sœurs. Sa pudeur nippone l'avait toujours gardé de se montrer trop entreprenant en public. Et le Coréen avait tout bousculé. Cette envie folle de l'embrasser le tourmentait encore et encore. Il le voulait si fort. Cette fameuse soirée, il avait cédé sans vraiment comprendre. Il revoyait encore la scène, ces lèvres qui l'appelaient, ces yeux qui l'hypnotisaient, disparaissant lorsqu'il avait fermé les siens. Et ce baiser. Trop passionné pour que ce soit innocent.

Oh, Haruto aimait tellement ça. La douce caresse des lèvres du Coréen contre les siennes. Il pourrait y passer des heures, rester suspendu à elles, les manger doucement, recommencer encore et encore. Il aimait sa bouche, sur la sienne, sur sa peau. Pendant plusieurs jours, il avait porté les marques qu'elle avait laissé, alors qu'ils avaient failli franchir un pas que le Japonais n'était pas certain d'assumer. Ji Hoon l'aimait, et ces longues journées loin de lui, cette réalisation l'avait toujours frappé avec stupeur. Encore aujourd'hui, quand il y pensait, Haruto en avait le vertige. Son cœur s'était brisé si fort lorsqu'il avait osé lui dire que ce n'était pas réciproque. Mais au fond, il l'avait toujours su. Un amour si fort, qui faisait danser son cœur si rapidement, qui faisait s'envoler des dizaines de papillons au creux de son estomac, un amour comme celui qu'il ressentait pour son meilleur ami ne pouvait être vain. Ils avaient quelque chose à vivre, à vivre ensemble. Et le plus longtemps possible. Pour toujours.

Ji Hoon n'était pas gay. Un léger mouvement de recul surpris face à le ton employé, puis Haruto se reprit, un haussement de sourcils sérieux tirant ses traits. Lèvres pincées, son sourire se fit désolé. Ce n'était pas ce qu'il avait voulu dire. Secouant la tête pour lui montrer qu'il comprenait, Haruto attrapa sa bière pour se donner une contenance. Certes, il pensait la même chose. Mais peut-être que le ton outré l'avait un peu blessé. Non. Il n'avait pas le droit, il savait bien. Son meilleur ami avait été jusque là un vrai modèle d'hétérosexualité. Il pouvait donc parfaitement saisir le pourquoi de sa réaction. Lui-même ne se considérait pas vraiment comme homosexuel. Ni bisexuel, ni quoique ce soit d'autre, en réalité. Il était simplement amoureux de Lee Ji Hoon. « Ne te torture pas pour ça, d'accord ? » Son ton était bas, timide, et il osait à peine le regarder dans les yeux. Lui parler de cas où des hommes se rendaient compte de leur préférence pour les personnes du même passés quarante ans n'était peut-être pas une bonne idée. De plus, Haruto n'avait pas franchement envie d'épiloguer sur le sujet.

Gays ou pas, leur discussion l'était assez. Elle devenait même un peu trop sérieuse. Oui, Haruto ne pouvait nier qu'il lui avait brisé le cœur en lui demandant d'oublier. De toute manière, comment aurait-il pu y parvenir, puisque le souvenir lui revenait sans cesse en mémoire ? Ji Hoon lui avait répondu avec la même fougue, et le Japonais se demandait encore maintenant où il avait trouvé la force de lui faire une requête pareille. Ne s'était-il pas fait du mal à lui-même ? « Je ne t'aurais pas écouté, de toute façon. » Petit sourire espiègle, et il relevait le regard vers lui. Sourire qui s'élargit, aux paroles du Coréen. Ne pas être jaloux des femmes ayant connu Ji Hoon dans tous les sens du terme. Haruto avait envie de lui rétorquer que c'était plus facile à dire qu'à faire. Puis Haley lui revint en mémoire. Et Miyabi, et Minah. Chaque réaction de son meilleur ami les concernant, ce qu'il avait pu lui avouer sur ses sentiments vis-à-vis d'elles. Son sourire se fit plus tendre. Ils n'avaient été que deux idiots. « A moi. » Il le fixa un instant, avant de laisser un petit rire lui échapper. Haruto plaisantait à peine. De plus, Ji Hoon lui avait promis. Ils s'appartenaient mutuellement, et la situation semblait leur convenir. Pas le moins du monde ils ne paraissait réticents à cette idée, puisqu'ils se l'étaient dit et répété. L'un à l'autre, et réciproquement.

Haruto ne se savait pas si taquin non plus. Pas de cette manière, en tout cas. Jouer avec Ji Hoon, le charmer autant qu'il le pouvait. Oui, il voulait absolument le séduire, qu'il tombe toujours un peu plus amoureux, si possible. Alors, le Japonais en oubliait presque le lieu où ils se trouvaient, trop captivé par le regard de son meilleur ami. Sa langue et sa bouche jouaient pour lui, alors que ses yeux restaient ancrés aux siens. Il retint le gémissement de plaisir, réalisant tout de même que c'était sûrement un peu trop. A lui de lui faire goûter alors, ou presque. Fier de sa plaisanterie, il récompensa Ji Hoon en le nourrissant à son tour. Il était si beau, c'en était un crime. Ce petit jeu là, il prouvait qu'il le connaissait mieux que lui. Et voilà que ça aguichait un peu trop le Japonais. Ce dernier prit une mine faussement boudeuse, capitulant, préférant l'observer comme s'il voulait apprendre le Coréen par cœur. Les yeux fermés, il voulait reconnaître ses traits. Le connaître dans le noir.

Alors, qu'il l'embrasse ? Haruto sentit son cœur rater un ou deux battements. S'il osait, il ferait valdinguer les plats de leur table, avant de se précipiter pour planté ses lèvres sur les siennes. Passionnément. Langoureusement. Mais peut-être devrait-il éviter de trop y penser. Parce que ça ne se faisait pas, et que Ji Hoon lui en voudrait peut-être pour les spécialités coréennes gâchées. Ais au fond, le Japonais n'en désirait ardemment qu'une seule, et elle était assise en face de lui. Son charme naturel, absolument. Il ne put s'empêcher de rire. Ce n'était pas tout à fait faux, alors Haruto ne pouvait le nier. Et la suite ne le fit rougir que plus encore. C'était de sa faute, de la sienne seule. Ji Hoon le rendait si faible, presque fragile. Ses sentiments qu'il avait pour lui le mettaient à nu, et pour lui, Haruto donnerait tout. Il se perdait lui-même, oubliait ses convictions profondes. L'amour appelait à des compromis, et jamais il ne se serait pensé capable de tout ça. Se montrer à la fois si ouvert, et si égoïste.

A lui, rien qu'à lui. Voilà, encore une fois, son meilleur ami le lui confirmait. Et les mots sonnaient toujours de manière si douce à ses oreilles. Le cœur battant la chamade dans sa poitrine, Haruto reprit timidement son repas, sentant bien que le rouge colorait toujours ses joues et ses oreilles. Relevant la tête à l'entente de son prénom, il darda sur Ji Hoon un regard surpris, bien qu'un léger sourire ornait déjà ses lèvres. L'allumer ? Lui, Kamiya Haruto ? Cette accusation semblait si étrange. Que le psychiatre allume un homme dans un lien public, voilà quelque chose d'incongru. Et pourtant vrai, il ne pouvait le nier. Le ton du Coréen fit courir un frisson dans tout son corps. Pourquoi se vengeait-il de la sorte ? C'était par trop cruel. Et Haruto sursauta légèrement sur sa chaise, en sentant la caresse un peu trop osée qu'il avait osé lui procurer. « Hoonie... ! » Pinçant les lèvres, il n'osa regarder autour d'eux. Impossible que personne n'ait remarqué d'à quel point ils étaient suspects. Sûrement déjà catalogués de gays dévergondés.

Roulant ses lèvres l'une contre l'autre, il fixa un instant le reste de son bibimbap. Le finir rapidement. « Qu'on rentre vite à l'hôtel. » Du ton le plus innocent possible, juste avant de se saisir des baguettes qu'il avait abandonné à côté de son bol. Le si sérieux Kamiya voulait être puni ? Peut-être bien. Son sourire taquin au coin des lèvres, il hocha la tête en guise de réponse. Piochant dans les restes du plat de Ji Hoon, Haruto essaya de calmer son rythme cardiaque ayant pris une cadence effrénée. Son pied cogna cette fois-ci involontairement dans celui du Coréen, et il redressa aussitôt la tête pour s'excuser. Pourtant, il laissa sa cheville frotter la sienne. Malicieusement, il se pencha en avant, bras nonchalamment croisés devant lui, son bol de bibimbap vide repoussé sur le côté. « Je peux vraiment ? » Sa voix chaude et grave, il l'avait maîtrisée au mieux afin qu'elle paraisse assurée, voulant imiter le ton sensuel que son meilleur ami avait pu prendre. « T'embrasser ? » Le regard le plus intense possible, il le fixa un instant, vague sourire aux lèvres. Se penchant un peu plus, il entrouvrit les lèvres, avant d'y porter le verre de bière de Ji Hoon. Le tournant afin de les déposer pile sur la légère marque laissée par les siennes, il but une gorgée qu'il fit glisser lentement dans sa gorge. Déposant à nouveau le verre sur la table, il arbora peut-être un sourire un peu trop fier. Baiser indirect.

Oui, décidément, Ji Hoon le rendait dingue. Mais Haruto devait avouer qu'il aimait assez ça. Beaucoup, même. Comme s'il vivait enfin. Comme si avant de le rencontrer, il n'avait été que le témoin de sa vie. Désormais, il y avait un rôle, qu'il vivait à fond. Il aimait, et était aimé en retour. Malgré les difficultés qu'imposait une telle relation, il n'échangerait sa place pour rien au monde. L'homme de sa vie valait la peine. Du coin de l'oeil, le Japonais aperçut le serveur s'approcher de leur table. Baissant légèrement la tête, il lança un regard à peine inquiet à son meilleur ami. S'ils se faisaient virer du restaurant pour comportement indécent, Haruto avait vaguement conscience que ce serait entièrement de sa faute. Mais un peu celle de Ji Hoon aussi, quand même.

Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)

▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Sam 13 Aoû - 1:35
Tell me what is love   × ft. Haroon ♡
Faire comme si de rien n'était aurait été la pire erreur qu'ils auraient pu commettre, la pire idée qu'il avait eu. Ça les aurait détruit, petit à petit, ça les aurait éloigné comme ça commençait déjà à le faire avant qu'ils ne se retrouvent dans ce bar, que Ji Hoon réalise que ses sentiments étaient bien trop fort pour qu'il puisse à nouveau les enfouir maintenant  qu'il en avait conscience. Non, c'était mieux ainsi, même s'il avait l'impression que ça lui échappait, que maintenant qu'il avait décidé de ne rien contrôler, de laisser les choses se faire naturellement, il avait cette sensation de ne plus être maître de rien, que cette relation suivait son cour presque naturellement, comme elle l'avait toujours fait. Et c'était tant mieux, c'était ce qu'il aimait. Avoir l'impression de toujours se laisser surprendre. De redécouvrir ce qu'il y avait entre eux, de retomber toujours un peu plus parce que le Japonais le charmait, le séduisait toujours un peu plus et le rendait faible. Si faible, qu'il lui était impossible de lui résister, de ne pas succomber.

Et la séduction, c'était un peu son truc aussi. Il ne pouvait laisser Haruto tenter de l'allumer sans riposter, sans en faire de même. Il voulait que le Japonais le désire autant qu'il pouvait le désirer, le rendre toujours un peu plus dingue de lui. Que ce soit avec des regards, des mots, des gestes discrets, il avait besoin de ça. Chaque moment qu'ils vivaient actuellement représentait commun tournant de leurs vies. Peu importe si ça durerait toujours ou si au final, ils finiront par se perdre, il voulait que Haruto se souvienne de tout, de cette relation qui avait évolué bien étrangement, des moments tous les deux. Et de combien ils étaient heureux pendant ce séjour à Séoul, même s'il ne faisait que commencer. Ji Hoon avait l'impression de ne pas avoir été aussi heureux depuis tellement longtemps. Une semaine rien qu'à eux, ou presque, puisqu'ils iront à Jukdo. Ça l'inquiétait un peu, il se demandait si c'était une bonne idée. Mei Lin l'avait déjà charrié sur leur relation, sur sa façon de regarder l'écran, sur leur façon de se parler alors qu'elle n'y comprenait strictement rien.

Glisser sa jambe contre la sienne, en le fixant pour ne rien manquer de ses réactions, le menacer sensuellement, laissant planer mille sous-entendus, s'approcher un peu trop près de son entrejambe. Et être pleinement satisfait en l'entendant râler son surnom. Il avait envie de l'entendre le dire encore et encore. Actuellement, Ji Hoon s'en fichait qu'on les regarde, qu'on les juge. Oh, peu importe. Il trouvait le moment bien trop intéressant. Jouer avec Haruto lui plaisait un peu trop, surtout qu'il parvenait toujours à le surprendre. Qu'on entre vite à l'hôtel ? Le sourire de Ji Hoon vint s'agrandir un peu plus. Oh oui. Rentrer à l'hôtel. Baissant le regard vers son bulgogi, il amena un morceau de viande à ses lèvres, ricanant un peu. Oui, vite finir. Retourner à l'hôtel. Et après ? Son regard se leva vers Haruto. Ils aviseront. Bien. Jusqu'à demain. Ou jusqu'à Jukdo.

Jamais il n'aurait pensé avoir ce genre de pensée envers Haruto. Il trouvait ça tellement bizarre. Pourtant, il ne pouvait nier son attirance pour lui qui avait failli se concrétiser il y a quelques semaines. Ji Hoon se demandait s'ils seraient allés jusqu'au bout si on ne les avait pas interrompu. Ils étaient bien parti pour, il en mourrait d'envie. Sa peau chaude sous ses lèvres, son corps contre le sien. Un frisson le parcourut rien que d'y penser, de visualiser à nouveau, il pouvait presque sentir sa bouche qui marquait son cou. Il en rêvait depuis cette fameuse soirée. Si ça devait arrivé, ça arriverait, il le savait bien. Il avait peur que ça finisse par arriver. C'était Haruto, son meilleur ami, le Japonais avec qui il passait ses weekends, à qui il disait presque tout. Jamais il n'aurait pu ne serait-ce qu'imaginer devenir intime de cette façon là avec lui.

Sentant son pied frapper le sien, il le regarda à nouveau, souriant légèrement quand son mollet caressa le sien. Le ton qu'il employa ensuite l'aguicha bien plus qu'il n'allait pouvoir l'admettre et il restait suspendu à ses lèvres, son cœur manqua un battement. S'il pouvait l'embrasser ? Son rythme cardiaque se mit à soudainement battre des records. Surtout en le voyant s'approcher. Gardant son regard dans le sien, il s'enfonça un peu dans sa chaise. C'était un peu moins drôle là. Il n'allait quand même pas vraiment l'embrasser ? Devant tous ce monde ? Et si quelqu'un connaissait sa mère ici et lui racontait ? Oui, la Corée du Sud est une petite péninsule, tous le monde se connaît. Un certain soulagement le gagna en le voyant prendre son verre et porter à ses lèvres le côté où il avait lui-même posé ses lèvres. Baisers indirects. « T'es vraiment Japonais. » Il pouffa un peu. Il avait vu des dramas à la télévision où le protagoniste s'excitait pour ça. Ils étaient bêtes, ces Japonais. « C'est quand même mieux quand ils sont directs, Hyung. » Un air un peu charmeur au visage, il reprit son verre pour le vider, ses lèvres posés à l'endroit exacte où la bouche de Haruto se trouvait quelques secondes plus tôt.

Fixant toujours le seul qui parvenait à attirer son attention, ce qu'il y avait de plus beau à regarder aussi, il fut un peu surpris de voir le serveur à côté d'eux qui débarrassait leur plat. D'un air un peu gêné. Il avait du remarquer le petit manège qui se passait entre eux. En même temps, ils étaient de moins en moins discrets. L'air un peu hésitant, il demanda si leur repas leur avait convenu, Ji Hoon répondit en souriant que c'était très bien. Le serveur sourit un peu, hochant vaguement la tête, il avait l'air d'hésiter avant de finalement dire, d'une voix un peu basse, à peine assumé qu'ils devraient payer maintenant et éviter de revenir à l'avenir. Malgré lui, un sourire un peu trop amusé orna ses lèvres et il hocha la tête. Se levant, il sortit son portefeuilles, attrapant quelques billets, largement assez pour tout payer avec un petit supplément pour ce pauvre serveur qui avait du prendre sur lui pour venir leur dire ça. Sans chercher à expliquer la situation à Haruto, il contourna tranquillement le serveur, quittant le restaurant pour retrouver la chaleur étouffante de Séoul. Bien, à peine arriver qu'ils se faisaient bannir d'un restaurant. Toujours sans rien dire, un sourire amusé se dessina sur ses lèvres en toisant quelques secondes son Japonais.  

Sans attendre son avis, il commença à avancer avec nonchalance, regardant parfois autour de lui comme s'il voulait faire le bon touriste, finissant par attraper le poignet du Japonais pour le tirer vers la petite ruelle sans issue devant laquelle ils passaient. C'était un peu étroit, un peu sombre, tant mieux, parfait. Poussant Haruto contre un mur, il vint se coller à lui, le plus sensuellement possible. Son sourire ne le quittait pas alors qu'il approchait son visage le plus près possible du sien, jusqu'à avoir son souffle contre ses lèvres. « Tu voulais m'embrasser ? » Il aurait pu aller à l'hôtel, ça aurait été tellement plus simple. Non, c'était moins drôle, moins excitant. Ses mains glissèrent le long de son torse pour venir attraper ses hanches, le collant un peu plus à lui. « A cause de toi, on a plus le droit d'y retourner. Il a dit éviter de revenir, mais bon... » Ça voulait dire ce que ça voulait dire. Et ça l'amusait un peu trop. L'une de ses mains quitta sa hanche, remontant doucement jusqu'à sa joue. « Ils faisaient  de bons plats, qu'est-ce que t'as fait, Haru-kun ? » Doucement, ses dents saisirent sa lèvres inférieurs, la mordillant sensuellement alors que son regard rejoignit celui du Japonais. Il se faisait du mal, à être si près, son odeur lui faisait perdre la tête. « Tu m'écoutes jamais... » Son air désolé ne fit pas long feu puisqu'il n'avait pas résisté plus longtemps, scellant totalement ses lèvres aux siennes.

C'était bon, puissant, grisant, il avait l'impression d'en avoir rêvé depuis qu'ils avaient quitté la chambre d'hôtel. Les lèvres de Haruto sur les siennes, sa langue qui tentait de reprendre son autorité sur la sienne, son cœur qui se collait toujours plus au sien, ses doigts qui se crispaient autour de son tee-shirt. On pouvait peut-être le voir, il s'en fichait. Totalement. Qu'on vienne les arrêter si quelqu'un osait. Mettant doucement fin au baiser alors que le souffle venait à lui manque, il embrassa plusieurs fois ses lèvres encore, laissant ses lèvres se perdre le long de sa mâchoire puis de son cou où il laissa une légère morsure. Remontant son autre main jusqu'à sa joue libre, il captura une fois encore ses lèvres, collé contre lui, laissant sa main retomber sur son épaule, Ji Hoon s'approcha de l'oreille de son meilleur ami, pour murmurer. « La punition avait l'air de te plaire et était pas assez dure. » Son ton se voulait désolé, mais il était un peu trop amusé. « Il fallait trouver autre chose. » Sensuellement, ses dents vinrent mordiller son lobe, quelques secondes, avant de s'écarter. « On va aller visiter le quartier d'Insadong, c'est le plus conservateur de Séoul, ça te fera pas de mal. » Un peu le vieux Séoul, même s'il n'y avait pas les vieux temples ou les églises. « Faudra qu'on aille à la cathédrale de Myeongdong aussi, ça te fera du bien », ajouta t-il après lui avoir tourné le dos. Il se faisait du mal à lui aussi, avec ses conneries. Beaucoup de mal. Il s'en foutait d'Insadong, ou de cette cathédrale. Il voulait Haruto contre lui, rentrer à l'hôtel, l'embrasser encore, toujours plus. Passant sa langue sur ses lèvres pour goûter encore un peu les siennes, il quitta la ruelle une fois d'être certain d'être assez calme. Haruto le poussait à la débauche, vraiment. Il ne savait pas pourquoi il se faisait tellement de mal. Comme si repousser ce moment pouvait rendre ça encore plus inoubliable. Il allait finir par se jeter sur lui et tout lui arracher. Il n'était pas loin de le faire, il ne savait même pas ce qui le retenait encore. Calmant le rythme de son cœur, il passa sa main sur son tee-shirt, pour combattre les faux plis, regardant sur son téléphone ce qu'ils pouvaient visiter aujourd'hui.

code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Dim 14 Aoû - 18:40


Ji Hoon ♡ Haruto

L'embrasser, oui. Devant tout le monde, pourquoi pas. Haruto l'aimait à ce point, qu'il s'en sentait presque capable. Tant pis si on les voyait, si on les jugeait. Ces gens, ils ne les connaissaient pas. Alors, il s'en fichait bien. Il lui suffisait de tendre la main, et il pouvait caresser la joue de Ji Hoon. Il suffisait que ses jambes se redressent un peu, et sa bouche se collerait à la sienne. Et doucement, ses lèvres embrasseraient les siennes. Peut-être bien que ça déraperait, que les plats voleraient, et que la police viendrait les arrêter. Soit, ils venaient de débarquer à Séoul, et voilà qu'ils en choquaient déjà ses habitants. Cependant, Haruto restait sage, laissant simplement son regard scandaleusement ardent plonger dans les petits yeux de son Coréen à lui. L'embrasser. Son passe-temps préféré, lorsqu'ils se retrouvaient dans l'intimité. Toutes les occasions étaient bonnes à saisir. Lorsqu'une scène ennuyeuse passait dans le film qu'ils étaient en train de regarder, lorsque Kimyaki faisait quelque chose de mignon et qu'ils étaient fiers ensemble, lorsque Ji Hoon le regardait... Ils n'étaient jamais allés plus loin que ça, et le Japonais trouvait cela déjà terriblement érotique. Quelque part, il craignait la suite. Il avait peur de le repousser, si les choses devenaient véritablement trop sérieuses. Il se consolait en se disant que ce fameux soir, il s'était senti prêt. Prêt à ce que Ji Hoon et lui franchissent cette étape. Et parfois, il se l'imaginait, seul chez lui. Il réalisait à chaque fois qu'il en avait horriblement envie, mais certains doutes subsistaient. Et si ça brisait quelque chose ?

Sa main attrapa malicieusement le verre de Ji Hoon. Vraiment japonais oui, typique. Un baiser indirect, comme dans la scène la plus clichée d'un drama pour adolescente. Pourtant, Haruto trouvait ça drôle, et le regard qu'il dardait sur son meilleur ami n'avait rien d'innocent. Jamais il n'aurait pensé que jouer de la sorte avec lui lui plairait autant. Peut-être que le docteur Kamiya n'était pas aussi prude qu'il pouvait le croire. Bien sûr, il ne se voyait pas encore balancer la vaiselle, grimper sur la table, et se pendre au cou du Coréen, devant une bonne dizaine de personnes. L'adrénaline lui manquait encore un peu, et malgré tout, sa pudeur nippone guidait toujours ses gestes. C'était Ji Hoon qui le rendait un peu moins timide. Uniquement avec lui, par contre. Ses yeux n'avaient jamais brillé de cet éclat de désir, des sous-entendus osés, il n'en avait jamais fait autant qu'avec lui. Sans le quitter des yeux, Haruto laissa donc ses lèvres glisser jusqu'au bord du verre, le bout de sa langue titillant doucement le rebord, avant de le reposer devant lui. Un sourire au coin des lèvres, il laissa un léger rire lui échapper. « Surtout quand c'est avec toi. » Personne ne les comprenait, a priori, mais le Japonais préféra tout de même parler tout bas, laissant sa voix grave traîner un peu. Se mordillant la lèvre inférieure, il observa Ji Hoon poser ses lèvres sur la trace qu'avaient laissé les siennes. Pourquoi devait-il être sexy qu'importe ce qu'il faisait ? C'était illégal, scandaleux. Celui qui devrait être puni, ce devrait être le Coréen.

Le serveur était réapparu devant eux sans qu'ils ne s'y attendent, et Haruto préféra ne pas le regarder, de peur de se trahir. Portant cette fois-ci sa propre bière à ses lèvres, il laissa son regard se promener sur la salle, surprenant quelques regards qui les fixaient avant de se baisser une fois pris en flagrant délit. Haussant légèrement ses sourcils, son attention fut néanmoins attirée par l'échange entre le serveur et son meilleur ami. Les regardant tour à tour sans comprendre, Haruto ouvrit la bouche en apercevant Ji Hoon payer déjà leurs consommations. Jetant un regard surpris à ce dernier, il se passa vaguement la langue sur ses lèvres, hésitant à demander ce qu'il se passait. Au fond, il le savait. Et il se sentait coupable. Souriant timidement au serveur qui s'inclinant tout aussi gêné, le Japonais suivit Ji Hoon, remarquant le silence qui s'était installé dès lors qu'ils s'étaient levé. On les virait, et le pourquoi n'était pas très dur à comprendre. Est-ce que Ji Hoon était fâché ? Il n'en avait pas eu l'air, mais Haruto s'en voulait horriblement. Il devait s'excuser pour son comportement un peu trop osé. Rien que leurs actes suffisaient à les rendre suspects. Oh ses dieux, et si quelqu'un dans le restaurant avait compris le japonais ? Trop scandaleux, inadmissibles. Il savait qu'ils devraient se contrôler désormais, s'ils voulaient éviter une nouvelle humiliation de la sorte.

La chaleur qui assommait Séoul le frappa en plein visage, une fois le pied hors de l'établissement. Sûr qu'à la seconde où ils étaient sortis, on avait placardé leurs photos avec comme légende quelque chose qui disait sûrement, ne pas laisser entrer ces deux touristes un peu trop gays. Haruto posa les yeux sur Ji Hoon, cherchant quoi dire pour se faire pardonner. C'était entièrement de sa faute, et il craignait que son meilleur ami lui en veuille. S'il venait de gâcher ce séjour tant attendu, le Japonais ne savait pas comment il pourrait faire pour arranger ça. Et le silence du Coréen l'angoissait d'autant plus, le laissant bêtement muet, alors qu'il le suivait docilement. Un soupir, et Haruto s'autorisa à jeter un œil autour de lui. Séoul bougeait beaucoup, et lui donnait le vertige. Ridicule, lui qui avait grandi à Tokyo. Pourtant, tout ça l'impressionnait, et sans s'en rendre vraiment compte, ses pas le maintenaient obstinément près de son meilleur ami. Qui semblait chercher quelque chose. Qui souriait, même. Qui l'attirait dans une ruelle.

Oh non. Il lui en voulait. Il allait le frapper. Lui dire que c'était un dépravé. L'abandonner là. Le cœur du Japonais battait si fort, apeuré à l'idée que Ji Hoon le laisse. S'il lui disait qu'il ne voulait plus le voir, que pourrait-il bien faire. Cherchant ses mots pour s'excuser, il laissa simplement ses grands yeux humides ancrés dans les siens. Se collant au mur, entrouvrant les lèvres, il ne retint pas le gémissement qui glissa entre elles, lorsque son corps se colla au sien. D'accord, Ji Hoon voulait vraiment le tuer. La tête reposant contre le mur, Haruto se faisait violence pour ne pas se faire crasher sa bouche contre la sienne. S'il voulait l'embrasser ? Oh que oui, putain. Il en crevait d'envie, mais se contenta de hocher stupidement la tête, ses yeux désespérément accrochés aux siens. Déglutissant lentement, il ferma les yeux en sentant les mains du Coréen glisser sur lui. Ses propres mains se posèrent d'elles-même sur ses hanches à lui. Qu'il ne s'éloigne pas. Jamais. Rouvrant les yeux, il réussit à sourire timidement. « Je suis désolé... » Finalement, Haruto se surprit à le penser beaucoup moins qu'il l'aurait crû. Peut-être parce qu'il avait entendu l'amusement dans la voix de son meilleur ami. Alors, ce n'était pas si grave ? « Désolé... » Un léger rire lui échappa, tandis que son cœur rata un battement lorsque sa main se posa sur sa joue, et que ses dents vinrent mordiller sa lèvre. Ses doigts agrippèrent un peu plus fermement les hanches de Ji Hoon, alors que son regard fixait le sien. Haruto n'eut pas le temps de s'excuser une troisième fois. Répondant avidement au baiser du Coréen, il laissa ses mains remonter le long du torse de ce dernier, avant d'attraper ses joues, possessif, demandeur.

Ses lèvres dévoraient les siennes, comme si ça faisait trop longtemps qu'elles n'avaient pu y goûter. Ça faisait trop longtemps. Ça faisait toujours trop longtemps. Haruto se demanda vaguement si un jour, il pourrait s'en passer. Et il espérait bien que la réponse était non. Sa langue aimait bien trop jouer avec la sienne, s'amuser à la dominer un peu, avant de capituler. Le souffle court, Haruto ferma les yeux, lorsque leurs bouches se décollèrent lentement. Ça le rendait toujours fou. Ji Hoon embrassait un peu trop bien pour son bien à lui. Son cœur cognait fort contre sa poitrine, et il pouvait sentir le rythme effréné de celui de son meilleur ami contre son torse. Répondant paresseusement aux autres baisers qu'il parsemaient sur ses lèvres, le Japonais laissa le bout de ses doigts effleurer Ji Hoon, alors que ses bras passaient derrière son dos, le serrant plus près contre lui. Lâchant un soupir d'aise, il pencha la tête afin d'octroyer un meilleur accès à la bouche du Coréen contre son cou. Un rire stupide le prit, lorsqu'il sentit ses dents mordre sa peau. Qu'il le marque ne le dérange pas. Il lui appartenait, après tout. Ses lèvres jouèrent un instant à nouveau avec les siennes, et un sourire heureux plana sur ses lèvres lorsqu'elles lâchèrent finalement les siennes. Un regard amoureux plongea dans les petits yeux de Ji Hoon. « Tu dois me punir plus. » Ses mains glissèrent dans le dos de ce dernier, et, taquines, finirent leur course sur ses fesses si parfaites. « Tu vois ? Je le mérite. » Attirant son corps plus près du sien, Haruto se colla scandaleusement à lui, se penchant en avant afin de cueillir une dernière fois ses lèvres. Non, jamais il ne s'en lasserait.

Un gémissement un peu trop appuyé s'éleva dans la ruelle quand Ji Hoon osa commettre cet acte terriblement érotique. Son oreille, entre ses lèvres, en plein jour, dans Séoul. D'accord, la ruelle les gardait cachés, mais tout de même. « Hoo-Hoonie ! » Par vengeance, ses doigts agrippèrent les fesses du Coréen, collant peut-être un peu trop leurs bassins. Tout ça était de sa faute. « C'est interdit ! » Mais ses épaules furent secouées d'un rire qui prouvait qu'il avait plutôt apprécier. Néanmoins, que Ji Hoon s'éloigne le soulagea un peu, et Haruto espérait discipliner la rougeur de ses joues avant de retourner dans la foule de Séoul. Le commentaire de son meilleur ami le fit rire de plus belle. « A toi aussi ! » Il l'aimait tellement. Qui l'avait autorisé ? Cet homme si parfait, l'amour de sa vie. Quel dieu devait-il remercier ? Madame Lee, oui. Il faudrait qu'il trouve un moyen de lui dire merci. Son fils était la plus belle chose qui lui était arrivé depuis longtemps. Son regard fixa le dos de cet homme si merveilleux qui le rendait complètement dingue. Essayant de retrouver son souffle, Haruto resta encore un instant appuyé contre ce mur, levant la tête pour perdre ses yeux dans le bleu parfait du ciel coréen. Ses mains passèrent sur son visage, tandis qu'un nouveau rire le prit. « Ah ~ Je dois prendre une douche... »

Pouffant pour lui-même, une fois ses esprits plus ou moins retrouvés, il se lança à la suite de son Coréen. Lui souriant joyeusement, il pencha la tête pour accrocher le regard de Ji Hoon. « Où va-t-on ? » Malicieusement, il posa le menton sur l'épaule de son ami, imitant ce geste que ce dernier avait si souvent eu avec lui. Sa bonne résolution de ne plus paraître trop gay en public peinait à se faire tenir. « Tu trouves ? » Sa main tapota doucement son épaule, glissant discrètement sur son dos, avant que le Japonais ne retrouve une distance raisonnable. Il regarda tout autour de lui. « Oh, et si on trouvait un endroit pour se renseigner sur les concerts kpop du moment ? » Haruto fixa un instant sérieusement son meilleur ami, avant d'éclater de rire. Pourtant, il lui avait promis que sa première fois serait avec lui. Sortant son téléphone de sa poche, il le leva vers la ville, immortalisant ce moment. Avant de passer son bras sur les épaules de Ji Hoon, et de prendre ce qui serait sûrement leur premier selfie d'une longue série. Souriant bêtement à l'objectif, Haruto sentit son cœur qui tambourinait férocement contre sa poitrine. « J'en veux plein... » Son regard s'était timidement baissé sur son smartphone, comme s'il étudiait la photo tout juste pris. Un sourire tout aussi timide orna ses lèvres, alors qu'il levait l'écran vers le Coréen. « On est beaux, tu trouves pas ? » Parfaits, surtout lorsqu'ils étaient ensemble.

Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)

▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Lun 15 Aoû - 16:08
Tell me what is love   × ft. Haroon ♡
Ji Hoon ne devrait pas faire ça. L'embrasser comme ça, en plein milieu de Séoul, même dans une ruelle. Mais il s'en fichait étrangement. Qu'on les voit, qu'on les juge, oh, peu importe. Ils ne faisaient rien de mal, et ils en avaient clairement besoin, pour se calmer un peu. Parce qu'il était entrain de se calmer, à l'embrasser de cette façon, se coller à lui, frissonner au  contact des divins doigts nippons contre son torse ? Non, pas vraiment. De toute façon, il n'était plus apte à réfléchir correctement. Les lèvres du Japonais l'enivrait au point qu'il en oublie tout. On lui demanderait comment il s'appelait qu'il ne saurait plus quoi répondre. Comment avait-il fait, pour être si proche de lui pendant quatre ans, pour le cotoyer si souvent, l'avoir regardé aussi régulièrement et n'avoir jamais cédé à poser ses lèvres sur les siennes plus tôt ? Il méritait une médaille. Il avait l'impression que c'était comme une drogue, que maintenant qu'il y goûtait, c'était impossible de s'en passer. À l'hôtel, il avait déjà cédé, et maintenant à nouveau. Ji Hoon finirait toujours pas céder, du moins, au fond, il l'espérait. Qu'il ne perdrait jamais cette attirance pour Haruto, comme un aimant, il avait besoin de ça. Comme jamais auparavant. Avant, c'était charnelle, il en avait besoin mais vite fait, bien fait et on n'en parlait plus. Là c'était différent. Il en voulait encore, toujours plus, le plus souvent possible, ses lèvres sur les siennes, son souffle qui se mélangeait au sien, son sourire quand il le regardait. Impossible qu'il puisse s'en lasser un jour.

Parfois, il avait envie de juste s'arrêter et de dire à Haruto qu'il était impressionné qu'il embrasse aussi bien. Oui, non, il s'en doutait, mais il ne pensait pas qu'il était aussi doué. Si ses sentiments aidaient cette impression, il ne savait pas, mais il doutait s'être déjà fait embrassé aussi bien par le passé. Il devait recommencer plusieurs fois pour bien s'en assurer. Il n'allait pas interrompre pour demander, ce n'était pas le moment. Il avait mieux à faire. Le punir, par exemple. Posant ses mains sur ses omoplates, il pouffa un peu bêtement. « Te punir plus ? » Son sourire s'accentua, sans doute un peu trop lourd de sens. Oh oui, le punir. Il était pour. Haruto était loin d'être aussi sage qu'il aurait pu l'imaginer, bien plus joueur. Il se demandait s'il l'était aussi avec ses ex-petites-amies. Non, il ne voulait pas penser à ça. Inutile. Il allait toutes les oublier. Juste se concentrer sur eux deux et cette facette de Haruto qui lui plaisait un peu trop. « Oui, tu le mérites... » Avec plaisir, il répondit à son baiser, l'accentuant un peu avant d'aller titiller son oreille. Il ne comprenait pas vraiment, comment ça pouvait l'exciter autant, et du coup, lui, trouvait ça terriblement excitant aussi. Tout comme il trouvait excitant cette pression qu'il exerçait sur ses fesses pour rapprocher leurs bassins, un léger gémissement s'échappant de ses lèvres. « C'est toi qui est interdit, Hyung... »

De retour dans la rue, il faisait ses plans pour la journée, souriant en l'entendant dire que cette cathédrale lui ferait du bien à lui aussi. Il faudrait qu'il s'asperge avec de l'eau bénite. Qu'il boive des litres et des litres. Sagement, il attendit que son Japonais le rejoigne. Son menton posé sur son épaule, il tourna furtivement la tête, souriant en le regardant. « Faut que je regarde quel métro prendre pour Insadong. Myongdong c'est bien le soir, mais c'est mieux si on se fait une soirée tranquille, non ? On peut y aller demain. » Il attendit d'avoir son avis avant de s'écarter un peu. Concert de kpop ? Il avait mille groupes en têtes mais il n'avait pas la moindre idée de qui se produisaient actuellement. « Faudrait aller dans une ticketterie. On en trouvera sûrement une ! » Au pire, il regardera sur internet, ça allait très bien aussi. Souriant en le voyant prendre une photo de Séoul, cela s'accentua quand il passa son bras autour de ses épaules pour un selfie. Levant les doigts pour former un « V », il attendit de voir la photo. Satisfaisante, oui. Ils ressortaient vraiment bien ensemble. Difficile de faire un couple plus beau. Couple. Son cœur tambourinait un peu trop dans sa poitrine. « On en fera plein. » Le plus possible. Tellement qu'ils ne sauront plus quoi en faire. « Bien sûr. C'est nous les plus beaux, Honey. ~ » Souriant malicieusement, il regarda rapidement autour d'eux avant de se pencher pour déposer ses lèvres sur sa joue, s'éloignant tout de suite après. « On y va ? Si on y va trop tard tout sera fermé là-bas. » Quartier ancien, égal à quartier de vieux. Tout ferme trop tôt, malheureusement.    

Veillant à ce qu'il le suive, il s'engouffra dans la rame de métro avec lui, achetant au guichet des passes valable pour les prochains jours, il entraîna le Japonais à sa suite, les yeux rivés sur son téléphone où il avait installé une application indiquant exactement quel métro prendre. Pratique, comme il ne connaissait absolument pas la ville. S'installant sur un siège de libre, il attendit que Haruto soit installé à côté de lui pour se pencher vers lui, mettant son téléphone entre eux. « On a pas besoin de changer, mais on doit faire onze arrêts, un peu près. » Ce qui était, en soit, déjà beaucoup. Souriant à Haruto, il changea la page pour montrer des photos d'un petit village traditionnelle. « C'est à un quart d'heure de Insadong, un petit village traditionnelle, Namsangol Hanok Village. C'est très historique et traditionnel. On va rester dans la tradition aujourd'hui. C'est ma sœur qui m'a dit qu'on devrait y aller. » Insadong aussi, d'ailleurs. Sooyoung rêvait d'y aller, elle adorait tout ce qui était antiquité, traditions aussi bien coréenne que chinoise, elle adorait ça.

Observant furtivement autour de lui, il reposa son regard sur Haruto, souriant un peu. Pourquoi est-ce qu'il le trouvait si beau ? Ses grands yeux, ses jolis oreilles, son petit nez, sa bouche qui l'appelait toujours... Son regard s'attarda sur cette partie un instant et il se laissa doucement retomber contre le dossier de son siège son regard à nouveau accroché au sien. « T'es trop beau pour être légal. » Et vraiment, il le pensait. Haruto était le plus bel homme qu'il avait pu rencontrer. Enfin, un bel homme illégal, il en avait déjà rencontré, il le rencontrait tous les jours, quand il se regardait dans un miroir ou se prenait en photo, mais là, c'était différent. Là, avant toute chose, il était attiré par Haruto tout entier, pas uniquement son physique et c'était le plus gros changement. Tout lui plaisait chez lui, tout l'attirait. Après tout, ils se connaissaient depuis quatre ans et jamais il ne s'était passé de sa personnalité, de ses petites manies, ses petites boulonneries. Non, au contraire. Ça lui plaisait toujours autant. « J'aurais pas du te libérer si vite avant... » Ses dents vinrent distraitement mordiller sa lèvre. Oui, il regrettait. Parce qu'il avait encore envie de l'embrasser, de le toucher et que ça le frustrait de se dire qu'il devra attendre ce soir pour pouvoir recommencer. « Tu méritais que je te punisse plus... » Son ton s'était fait un peu plus bas et il s'était approché pour que lui seul ne l'entende. Peur-être que des personnes parlaient japonais dans la rame, il préférait éviter qu'ils s'affichent à nouveau.

Sagement, il se redressa, sortant ses écouteurs, il en glissa un dans l'oreille de son meilleur ami, prenant au passage, le temps d'effleurer cette dernière avec malice, il mit l'autre dans la sienne. Appuyant sur play, la dernière chanson écouté se mit en marche et il pinça légèrement les lèvres. Pas les Twice, merci dieu. « C'est les Sistar. Le groupe avec Bora-noona, tu connais non ? » Oui, le noona devait forcément venir avec. Elle aussi, comme Hyejeong, il devait se la faire. Mais il allait peut-être éviter de redire ça devant Haruto. Et lui demander un accord. Fidélité sauf pour Bora-noona et Hyejeong. Et peut-être Yuri des SNSD. Elle avait un corps trop beau pour ne pas être exploité. « C'est vraiment le genre de groupe, quand tu les vois pas, leurs chansons sont pas intéressantes. » Appelons un chat, un chat, elles étaient bonnes mais ça ne cassait pas trois feuilles à un kimchi. S'approchant un peu de lui, il regarda sur le tableau affichant le nom de l'arrêt à venir. Pas encore le leur. Changeant de chanson, il attendit quelques secondes pour reconnaître l'air. « C'est les Mamamoo. C'est l'inverse tu vois, c'est mieux de pas les voir. » Bon, peut-être bien que ce n'était pas très gentil mais voilà, il avait ses petites préférences. (T'offusques pas tu sais que je les aime, ily)

« On sort ici ! » Reprenant son écouteur, il tapota doucement sur la cuisse du Japonais avant de quitter son siège et sortir. Insadong les attendait, ils avaient tant à y faire. Bon, pas vraiment, il se doutait que ça allait un peu l'emmerder mais il avait promis. « On achètera un cadeau pour Sooyoung ici et à Myeongdong pour Mei Lin ! Ma mère, on avisera, d'accord ? » Parce qu'il était hors de question qu'ils arrivent les mains vides. Souriant toujours au Japonais, un peu trop niaisement, il réalisait combien il était heureux d'être ici avec lui. Plus heureux que jamais.

code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Lun 15 Aoû - 22:20


Ji Hoon ♡ Haruto

Le punir. Haruto n'en revenait pas, d'oser faire ce genre de sous-entendu à son meilleur ami, en plein jour, en plein Séoul. Et si on les voyait ? Et si on les entendait ? Ils ne commettaient aucun crime, ils étaient simplement amoureux. Le cœur du Japonais rata un battement, comme si cette constatation l'étonnait encore. Peut-être bien que ça le surprendrait toujours, à chaque fois qu'il y penserait. C'était tellement dingue, incroyable. Ça le rendait réellement heureux, et il se sentait sincèrement heureux. Ils s'aimaient, l'assumaient presque. Dans une ruelle sombre, loin des regards curieux. Haruto n'avait pas l'habitude des effusions d'amour en public, mais avec Ji Hoon, il se fichait complètement de ce qu'il y avait autour. Comme toujours, cette bulle invisible qui semblait se former autour d'eux les protégeait du reste du monde. Contre son Coréen, le psychiatre ne craignait plus rien. Il n'avait plus peur de rien, ses craintes s'envolaient. Il ne réfléchissait plus, et tout ce qui comptait, c'était qu'ils s'aimaient.

Purs, innocents. Jusqu'à ce que les mains de Ji Hoon le caressaient un peu trop sensuellement. Que ses lèvres dévoraient passionnément les siennes. Que sa langue titille cruellement le lobe de son oreille. Interdit, illégal. Pourquoi lui faisait-il ça ? Et lui, pourquoi appréciait-il autant ? Le repousser était de toute manière exclu. Haruto aimait un peu trop quand Ji Hoon jouait avec lui. Il était décidément un bon partenaire, et le Japonais faisait tout pour être à sa hauteur. Il l'embrassait comme jamais il n'avait embrasser quelqu'un, laissait ses mains découvrir le corps du Coréen. Si ce dernier le rendait fou, le psychiatre se vengeait joyeusement, voulant l'emporter dans sa folie amoureuse. Ses mains trouvaient leur place sur les fesses parfaites de Ji Hoon. Peut-être appréciaient-elles un peu trop leur rebondi. Ses doigts glissèrent doucement sur elles, et des pensées de moins en moins avouables traversaient l'esprit du Japonais. Il le désirait tellement, se demandait jusqu'à quand il pourrait encore tenir.

Se contrôler devenait compliqué, et mieux valait s'y forcer. Ils valaient chacun mieux qu'une ruelle sombre. Haruto n'était pas forcément du type romantique – bon, peut-être un peu quand même – mais ce n'était pas franchement son endroit préféré. Le lit de l'hôtel sur lequel Ji Hoon s'était jeté lui revint furtivement en mémoire, mais il lutta pour se concentrer sur le présent. Ce devait être de la faute à son meilleur ami. Son parfum lui brouillait le cerveau. Quelle idée de s'approcher si près, aussi, après avoir failli céder à ses pulsions ? Son regard se posa malgré lui sur Ji Hoon. Et lui, est-ce qu'il était prêt ? Tout tendait à croire que oui, mais au fond, ça ne voulait rien dire. Bien sûr, ils avaient presque sauté le pas. Mais presque voulait tout dire. Plusieurs jours avaient passé, et aucun des deux n'avait réellement reparlé de cette fameuse soirée. Ils ne s'était pas retrouvés intimes à ce point. Passer sa soirée à embrasser Ji Hoon lui avait jusque là parfaitement convenu. Ses mains parcouraient bien de plus en plus le corps de son meilleur ami, mais elles ne s'étaient jamais aventurées vers ses zones basses. Haruto ne savait pas s'il en était soulagé ou frustré. Sûrement les deux. Mais au fil des jours, son envie devenait concrète, et il avait dû se rendre à l'évidence. Au fond de lieu, il le désirait terriblement.

Cependant, sous le soleil de plomb qui brillait au-dessus de Séoul, le Japonais devait maîtriser son feu intérieur. S'éloigner un peu de son meilleur ami, même si ce n'était pas forcément la meilleure solution, puisque le manque appelait le besoin de se toucher encore plus. Il hocha la tête, aux propositions de Ji Hoon, manquant de lui rappeler qu'il le suivrait partout où il irait. Il voulait découvrir la capitale au maximum, en garder le plus de souvenirs possibles. Mais qui disait Corée du Sud, disait forcément kpop. Ou peut-être pas. Cependant, avec Ji Hoon comme meilleur ami, Haruto savait qu'il ne pourrait pas vraiment passer à côté. Il se surprenait tout de même à le proposer en premier. Heureux qu'il accepte son idée, le Japonais se promit qu'il ferait un effort, même s'il lui proposait un girlsband au concept un peu trop sexy.

Le selfie, c'était obligatoire. Comme la centaine d'autres qui suivrait sûrement. On pouvait douter de son objectivité, mais Haruto trouvait sincèrement qu'ils étaient beaux, non, parfaits. Redressant brusquement les yeux vers Ji Hoon, il le regard un instant, surpris par le petit nom dont il venait de l'affubler. Un sourire timide aux lèvres, il baissa à nouveau les yeux sur son téléphone portable. Sentir le baiser sur sa joue accéléra bêtement son rythme cardiaque, et le Japonais pensa qu'il devait sérieusement se reprendre, avant qu'un chasseur de tête ne l'embauche pour jouer dans le prochain drama pour adolescentes, premier rôle féminin. Rangeant son smartphone, il releva la tête, tentant de cacher la rougeur de ses joues derrière un sourire assuré. « Je te suis. » A une distance raisonnable, observant tout autour de lui. « C'est fou comme ça ressemble à Tokyo, et en même temps, pas du tout. » Fronçant les sourcils devant son non-sens, Haruto se demandait bien où était passée sa logique nipponne. Mais le sourire réapparut bien vite sur son visage. Il avait tellement hâte d'en voir plus, même si ses premiers souvenirs de Séoul seront un scandaleux baiser dans une chambre d'hôtel, un restaurant duquel ils s'étaient fait virés parce que trop suspects, et une ruelle dans laquelle ils avaient failli céder à la débauche. Pouffant à cette pensée, le Japonais se pinça les lèvres. Trois premiers souvenirs très gays, et ils pensaient sincèrement pouvoir se retenir à Jukdo ? Il posa sur Ji Hoon un regard compatissant. Ce serait si dur, de lutter. Mais pour lui, il ferait tous les efforts du monde.

Assis dans le métro, Haruto observa à nouveau les pubs, jusqu'à sentir Ji Hoon se rapprocher un peu plus, son téléphone entre eux. Fixant l'appareil des yeux, il essaya de déchiffrer quelques caractères coréens, n'y parvenant pas franchement. Mais lorsqu'il s'apprêta à lui demander de lui montrer le nom de leur arrêt, son meilleur ami changea déjà de pages. Le Japonais ne lui en voulut même pas, jetant un regard admiratif qu'il lui montrait désormais. « Oh, ça a l'air bien ! » Un sourire enthousiaste éclaira ses traits, observant Ji Hoon du coin de l’œil. Il se doutait que ce ne serait pas là la visite qu'il préférerait. S'il le faisait pour sa sœur, Haruto le trouvait encore plus adorable. Posant sa main sur la sienne, ayant comme excuse l'envie de revoir les photos, il posa son pouce sur le sien, afin de faire défiler les photos. Peut-être même qu'il devait les revoir plusieurs fois. Le commentaire de son meilleur ami lui fit redresser la tête. Son regard ancré dans le sien, Haruto laissa un sourire malicieux glisser au coin de ses lèvres. L'entendre dire qu'il le trouvait beau le rendait un peu trop fier. Ji Hoon était le genre d'homme à avoir confiance en sa beauté, alors qu'il en complimente un autre signifiait qu'il le pensait réellement. « Et toi donc. Il n'y a pas plus illégal. » Sa voix basse se faisait encore plus grave, plus chaude encore. Son cœur se mit à tambouriner contre sa poitrine. Pourquoi est-ce qu'il lui faisait ça maintenant ? Haruto répliqua d'une langue distraitement, mais sensuellement, passée sur ses lèvres. Qu'il le punisse encore. Il le méritait grandement.

Sursautant en sentant sa main contre son oreille, Haruto lui lança un regard étonné, laissant ensuite traîner un sourire complice. Scandaleux. Qu'il ose lui faire ça dans un endroit pareil. « Toi aussi, tu seras puni. » Il secoua la tête, sans se défaire de son sourire, riant même un peu devant tant d'audace. Ji Hoon avait un peu trop bien compris que la sensibilité de ses oreilles tenait plus de l'érotisme qu'autre chose. « Sistar ? » Cherchant dans sa mémoire, Haruto haussa les épaules avant de hocher négativement la tête. Ça ne lui disait rien. « Alors pourquoi tu ne me les montres pas ? Ta Bora-noona. » Dardant sur le Coréen un regard lourd de sens, son ton sarcastique traduisait très bien l'avertissement. Si elles étaient trop sexy, peut-être bien qu'il lui en voudrait. « Parce que j'avoue que là, ça m'attire pas vraiment. » Légère grimace, et il tendit l'oreille au nouveau groupe que Ji Hoon souhaitait lui faire découvrir. « C'est vraiment un nom bizarre... » Riant un peu à son commentaire, il lui frappa gentiment le bras, ce n'était pas très gentil. Surtout qu'il aimait beaucoup. C'était plus original, et elles avaient chacune une voix. « J'aime mieux ! » Mamamoo, il nota mentalement. Vu la façon dont il en parlait, aucune photo de ces filles ne se trouverait dans la galerie de Ji Hoon, inutile de demander.

Lui rendant son oreillette, Haruto sourit à ce dernier. C'était donc le premier lieu qu'ils visiteraient vraiment, et il avait vraiment hâte. « Il faudra que tu m'aides à leur choisir quelque chose. Pour tes sœurs, on peut prendre quelque chose ensemble, mais pour ta mère, j'aimerais lui offrir quelque chose personnellement. » Son regard fuit celui de Ji Hoon. Il voulait réellement offrir quelque chose à la mère de son meilleur ami. Ayant pendant longtemps réfléchi à ce qu'il pourrait lui rapporter de Tokyo, il avait finalement emporté dans sa valise, son roman préféré japonais pour Sooyoung, en version originale, pour l'aider à s'entraîner, un foulard acheté à la Tour 109 pour Mei Lin, et pour madame Lee, c'était un peu plus particulier. Et Haruto ne savait toujours pas s'il comptait lui offrir ou non. Peut-être devrait-il demander l'autorisation à son meilleur ami ? Le carnet était bien caché, entre deux hauts soigneusement plié. Un petit album photos, celles qu'il avait pris de Ji Hoon lorsqu'il était sur scène. Le magicien avait toujours fait en sorte qu'on ne voit pas vraiment son visage, mais les fois où Haruto s'y était rendu, il avait toujours était très bien placé. Peut-être même que le Coréen lui avait toujours réservé la meilleure. Et Haruto le trouvait si beau, radieux, lorsqu'il exécutait l'un de ses tours. Il l'avait souvent pris en photo, et ses certains de ses clichés avaient presque quelque chose de magique, justement. Il voulait que sa mère voit son fils ainsi. Il y en avait même deux de Liang, un soir où ils avaient assisté à la même représentation. Haruto s'était permis d'immortaliser le regard admiratif du jumeau, puis son sourire lorsqu'il applaudissait. Mais le Japonais n'était pas certain que Ji Hoon veuille que sa mère le voit ainsi. Savait-elle seulement qu'il avait été magicien ? Et si elle lui posait des questions ? Il ne se produisait plus sur scène, il cherchait quoi faire. Peut-être n'avait-il plus envie de parler de ce travail. Sa main frôla son bras, et Haruto lui sourit. Il lui en parlerait, et il avisera.

Insadong. Aux portes du quartier, Haruto se figea, sortant son téléphone, et immortalisa l'endroit sur sa carte mémoire. Se rapprochant de Ji Hoon de peur de le perdre, il se retint à temps de prendre la main dans la sienne. « On va voir par là-bas ? » La direction était montrée au hasard, cependant, il devait bien faire quelque chose de cette main qui brûlait d'attraper celle de son meilleur ami. Se mettant en marche, il resta à une distance raisonnable. Son défi, le temps qu'ils se trouvaient dans ce quartier, était de se retenir de toucher Ji Hoon. De le regarder un peu trop affectueusement, c'était déjà loupé, puisque arrêté devant une échoppe d'objets artisanaux, Haruto lui sourit, un peu trop heureux de même se trouver là avec lui. « Qu'est-ce qui plairait à ta sœur ? Elle ne risque pas de mal le prendre, si on lui offre des ustensiles de cuisine ? » Se penchant légèrement vers les objets exposés, il pinça les lèvres. « Je dois également ramener des souvenirs à ma famille. » Lentement, il se redressa en soupirant, avant de se retourner vers son Coréen. « Je vais devoir me rattraper avec Haruno. Elle était un peu fâchée, d'après elle, je l'ai prévenue trop tard. » Une légèrement moue déforma ses traits. Inutile de dire que le grand-frère Kamiya s'en voulait un peu. Beaucoup, même. Cependant, ce voyage leur appartenait juste à eux deux. « Mais elle m'en veut moins, parce que c'est avec toi. » Et les sourires trop attendris ? Ça ne comptait pas pour le défi. Ne pas toucher Ji Hoon était un supplice en soi, Haruto ne supporterait pas de devoir retenir tout cet amour qu'il éprouvait pour lui, en semblant froid et distant. Leur séjour à Jukdo promettait déjà d'être compliqué à gérer. « Oh, et pour Kimyaki ? » Très important, de penser à leur bébé resté au pays. Histoire de prouver qu'ils n'étaient pas deux mauvais pères.

Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)

▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Mar 16 Aoû - 17:35
Tell me what is love   × ft. Haroon ♡
Séoul le rendait plus indécent qu'il ne l'était déjà, Ji Hoon en avait conscience. À Tokyo, dans son train train habituel, il avait davantage de retenu, de  conscience. Là, il voulait profiter de l'instant sans se poser de questions. Profiter de Haruto sans se mettre trop de barrières,juste comme il en avait envie. Ji Hoon avait l'impression de se sentir libre, de faire ce dont il avait envie, de s'autoriser cette proximité avec Haruto, de jouer avec lui, de façon un peu trop osé, il en avait conscience et il s'en fichait, c'était trop amusant, trop bon, surtout quand il entrait dans ce jeu, qu'il l'embrassait en retour, qu'il le touchait de manière un peu indécente. À Tokyo, ils avaient failli être plus intime que jamais. Le Coréen l'avait désiré. Vraiment, ce soir là, il en avait eu envie, allongé sur lui, son torse nu contre le sien, sa peau sous ses lèvres, il avait eu envie de plus que de chastes baisers, que des caresses presque innocentes. Il voulait plus que ça, avec lui, même si ça lui faisait peur, que jamais de sa vie il n'aurait envisagé cela. Être proche d'un homme d'une façon si intime. Ça l'avait longtemps rebuté, il considérait l'homosexualité comme quelque chose d'étrange, qu'il ne comprenait pas. Avant d'arriver à Tokyo, peut-être bien qu'il les jugeait, qu'il faisait parti de ces hétérosexuel un peu con qu'il évitait les gays comme la peste. C'était idiot. Il avait appris à s'y faire, à ouvrir son esprit, mais il ne l'avait jamais autant ouvert que pour l'homme qui était près de lui actuellement. Celui qui lui faisait renier toutes ses convictions l'ayant fait tomber pour lui.

Première visite. Insadong, il avait hâte sans avoir hâte. Il préférait la modernité, tout ce qui était plus contemporain. En réalité, il avait surtout hâte d'aller à Gagnam pour les boutiques de luxe. De nouveaux vêtements, tout plein, pour lui. Et pour Haruto aussi, il en avait besoin, il n'aimait pas trop le tee-shirt qu'il portait actuellement. Il fallait y remédier. Même si dans l'état actuel des choses, il avait plutôt envie de lui arracher que de lui en acheter un autre. Oui, vraiment. Lui enlever, pour pouvoir le toucher encore, un peu plus. Poser ses lèvres sur son torse, s'enivrer de son odeur, de lui tout entier. Il fallait qu'il se calme. Ils avaient passer des jours à s'embrasser, se caresser sans jamais aller plus loin et les voilà, à Séoul, à ne pas tenir sans avoir envie de s'embrasser, à se faire de sous-entendus, plus ou moins explicite. Il n'avait pas envie de se promener dans Séoul, il avait envie de rentrer à l'hôtel, pour être près de lui, s'autoriser ce qu'ils se refusaient à Tokyo, mais non. Ils ne devaient pas. Et s'ils n'étaient pas prêts, au fond ? Et si quelque chose de brisait ? Et si ça gâchait tout ?

Illégal, ils l'étaient à deux. Et ça amusait assez Ji Hoon de réaliser combien on dirait d'eux que tourner le dos à la gente féminine était une erreur, du gâchis, mais ils ne comprenaient pas. On ne pouvait pas aller contre l'amour, les sentiments, on ne choisissait pas qui on aimait, qui on désirait. Son cœur rata un battement en le voyant passer sa langue sur ses lèvres et il se fit violence pour ne pas l'embrasser. Ça l'attirait tellement. Il le voulait. « Oh oui, punis-moi, Hyung ! » Il ne devrait pas avoir ce sourire aussi excité en le disant. Mais oui, qu'il le punisse. Il le méritait vraiment. Même d'être punis plusieurs fois. De pleins de façons. Souvent. Même s'il se distrayait en parlant de kpop. Sistar. Bora-noona. Son regard se leva sur Haruto en entendant le ton qu'il employait. Bizarrement, il n'avait pas très envie de lui montrer maintenant. Il allait éviter. « Hm... J'ai pas internet là. Mais c'est pas important, vraiment, y a mieux tu sais. Genre toi. » Ou Hyejeong. « Écoutons Mamamoo plutôt. » Mieux, bien mieux. Pas besoin de les montrer, elles n'étaient pas aussi sexy et il n'avait pas envie de se les faire. Enfin, presque pas. Ji Hoon était plutôt heureux qu'il aime Mamamoo. Il était heureux dès qu'il aimait quelque chose de Coréen.

Hors du métro, ils découvraient enfin Insadong. Un petit sourire se dessina sur ses lèvres en voyant son Japonais faire son Japonais en prenant immédiatement une photo du quartier. Son sourire s'agrandit un peu et il hocha la tête. Il l'aidera, oui. « On prend chacun quelque chose ? Elles aiment les cadeaux, ça leur en fera plus et elles seront contentes. » Il aurait eu envie de dire à Haruto de ne rien acheté, ça n'aurait servi à rien. Son petit Japonais était buté et s'il voulait acheter quelque chose, il le ferait. Les femmes de la famille aimaient les cadeaux. Comme les hommes. Surtout lui. En réalité, ils avaient pendant longtemps trouvé des alternatives aux cadeaux achetés, construisant des choses eux-mêmes au lieu de dépenser l'argent qu'ils n'avaient pas et ils avaient toujours été très heureux comme ça. Certes, ils l'auraient été plus avec les objets derniers cris des magasins mais à la longue, ils avaient compris que ce n'était pas possible pour eux d'obtenir tout ça. Là, il pouvait alors il voulait leur offrir le plus de choses possible, tout ce qu'il n'avait pas pu leur acheter avant, et les voir heureuses. C'était tellement important.

Hochant la tête en regardant la direction qu'il montra, Ji Hoon n'hésita pas à le suivre, se mettant à sa suite pour aller voir par là-bas. Le coréen remarquait la distance que Haruto mettait et quelque part, il la comprenait tout à fait. S'ils restaient trop près l'un de l'autre, ça pouvait mal tourner et ils étaient plus judicieux d’éviter de trop se retrouver dans une ruelle, on finirait par les voir et, si un homme et une femme ça peut déjà choquer, deux hommes, c'est pire. S'arrêtant  avec lui, il observa les objets devant eux. C'était joli, artisanal, unique. De belles choses en perspective et il savait que ça pourrait plaire à Sooyoung. « Elle te le ferait avaler. » Un sourire malicieux se glissa sur ses lèvres en regardant le Japonais. Elle le prendrait mal, définitivement, comme s'il sous-entendait que sa place était dans la cuisine. « Peut-être quelque chose de plus personnalisé, une statuette, un truc traditionnel, qui a une histoire... Faudrait demander Liang. » La panique se glissait un peu dans sa voix. Autant pour Mei Lin il avait mille idées, mais pour Sooyoung, c'était une autre paire de manche. Ils n'avaient jamais été proches, et pour dire, ils n'avaient juste aucun point commun. Peut-être que Haruto saurait mieux aussi ce qu'elle pourrait aimer. Enfin, il avait tapé à côté avec sa première idée mais il pouvait se rattraper.

« Oh ? Mais elle est partie au Brésil sans te dire. » Ou au Mexique ? En Argentine ? Palestine ? Il ne savait plus. Quelque part là bas, en Amérique. Ou en Afrique. Peu importe, loin du Japon. « Ah, ça va alors. » Un petit rire lui échappé. Haruno était tellement adorable. Un peu comme sa sœur à lui aussi. Et ça n'avait jamais été aussi vrai que ces derniers mois. Il se demandait si un jour, elle saura tout ça. Ce qu'il y avait entre eux. Si ça continuait dans ce sens, que ça devenait encore plus sérieux pour eux que ça ne l'était déjà, il faudra bien en parler à leur famille ? Ji Hoon n'avait même pas osé parler de l'évolution de la relation avec Liang. Lui dire qu'à son tour, il lui avait dit qu'il l'aimait. Qu'ils s'étaient embrassés, un peu trop passionnément, amoureusement. Manqué d'être plus proche que jamais. Peut-être s'en doutait-il, que les choses s'étaient arrangés, puisqu'ils étaient partis ensemble à Séoul. Il ne savait pas trop, pour le moment, il ne se posait pas la question. Juste eux deux, c'était ce qui comptait le plus. Avant de vouloir faire une annonce publique, ils devaient déjà vivre tout ça à fond. Juste tous les deux. « Kimyaki ? On lui apporte une boite de pâtés coréenne si tu veux. Mais après, il voudra plus que ça parce que c'est meilleur. » Oui, même la bouffe pour chien était meilleure en Corée du Sud, comme tout. Souriant, un peu fier, il tapota sur la tête du Japonais avant de tourner les talons, regardant autour de lui. Le quartier faisait vraiment ancien, il trouvait ça plutôt pas mal. Ça lui rappelait un peu Jukdo, en plus soigné. Forcément, ici, c'était touristique.

Passant son pousse au dessus de son épaule, il sourit à Haruto, lui proposant de continuer. Ils trouveront quelque chose pour Sooyoung plus loin. « Il y a des boutiques qui font des hanbok dans la tradition. C'est cher mais ça lui ferait vraiment plaisir, à Mei Lin aussi. Je sais qu'elles ont toujours voulu en avoir un. » Et comme ça coûtait des organes d'en acheter, c'était hors d'accès. Maintenant, ils pouvaient. « Ma mère, je verrais quand on ira à Gagnam ou Myeongdong. On verra pour toi aussi ! » Ce tee-shirt le gênait vraiment. Souriant encore, un peu trop, son regard resta quelques secondes sur lui avant qu'il ne se reprenne. Il était ridicule, à avoir ce besoin de le fixer, un peu trop tendrement. C'était si bizarre, la première fois que ça lui faisait ça, la première fois qu'il ressentait quelque chose d'aussi fort pour quelqu'un. « Tu penses lui dire un jour ? » Ses lèvres se pincèrent et il avança un peu plus doucement. « A Haruno. Vous êtes proches donc... » Il y avait des chances qu'il le lui dise. Ji Hoon craignait un peu qu'elle en parle à Jin Seok, avec lui, il n'était pas vraiment prêt à assumer. Avec personne, sauf avec Haruto. « Enfin, si ça continue comme ça, faudra bien leur en parler un jour. » A leur famille. Et Ji Hoon ne pouvait même pas se l'imaginer. Dire à sa mère qu'il aimait un homme, qu'il avait avec lui, la relation amoureuse parfaite qu'elle lui avait toujours souhaité. Sauf que c'était avec une femme. La décevoir lui faisait peur. Et si elle le reniait ? « C'est pas le même de parler de ça, pas vrai ? Laisse tomber. » Un petit rire nerveux quitta ses lèvres et il secoua sa main devant son visage. « Y a un magasin qui fait des hanboks là-bas, on y va ? » C'était mieux. Bon, deux hommes qui allaient acheter des hanbok... Si, ça faisait hétéro. On penserait dans la logique que ce serait pour leurs petites-amies. C'était courant. Il parlait d'en parler à leur famille quand il n'était même pas capable d'assumer devant des inconnus. Pathétique.
code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Mar 16 Aoû - 23:10


Ji Hoon ♡ Haruto

Si ce n'était pas Ji Hoon, jamais Haruto n'agirait de la sorte. Avec ses petites-amies, tout s'était fait dans la retenue, gardait leur intimité pour la chambre à coucher. Son éducation nipponne trouvait déjà audacieux de se tenir la main en public, et un simple baiser sur la joue était osé. Alors s'embrasser langoureusement dans la rue, même sombre et étroite, avait donc toujours été hors de question. Haruto ne s'était jamais réellement senti à l'aise avec les démonstrations d'affection, quand ce n'était pas ses sœurs. Sauf avec Ji Hoon. Lui tenir le bras lorsqu'il parlait, ça avait toujours été pour attirer son attention. Lui chuchoter au creux de l'oreille, un sourire taquin aux lèvres, ça avait toujours été pour qu'il l'entende mieux. Laisser son genou contre le sien... Non, là il peinait à trouver une excuse stupide. A d'autres. Le Japonais avait toujours clamé que c'était son meilleur ami qui l'avait rendu tactile, et en quelque sorte, c'était parfaitement vrai. Ji Hoon était beau, c'était presque un crime d'être aussi parfait. Le regarder, le toucher, il ne s'en lasserait jamais. C'était de sa faute. Et de l'amour qu'il avait fait naître en Haruto. Un attachement comme il n'en avait jamais connu avec personne. Ça l'effrayait, ça le grisait. Cette histoire, leur histoire, il voulait la vivre, parce qu'il savait que ça en valait la peine. Qu'un amour comme ça, il n'en connaîtrait qu'un. C'était avec un homme, la belle affaire. Son homme. Celui de sa vie.

Il allait le punir, oui. Avec sa perfection insolente, Ji Hoon abusait un peu trop. Haruto devait donc se charger de son cas, personnellement, avec minutie. Il se promit de le faire avec amour et application. Commencer par le menacer gentiment, si le Coréen commençait avec ses noonas. Peut-être devrait-il lui dire qu'il ne les aurait jamais ? Non, c'était un petit peu trop cruel. Bien que le psychiatre gardait l'idée dans un coin de sa tête, on ne savait jamais, ça pouvait toujours servir. Sa culture kpop étant largement pauvre, Haruto notait toujours mentalement les quelques noms que son meilleur ami laissait échapper. Il n'y connaissait strictement rien, et peut-être regretterait-il de ne pas s'être renseigné plus avant de partir, surtout quand il suggérait par la suie d'assister à un concert avec un fanboy. Il espérait cependant que Ji Hoon ne le traumatise par trop, et penserait avant tout à leur plaisir aux deux, plutôt que le sien. Le Japonais n'ayant jamais été vraiment des girlsband produit dans son pays ne se voyait pas vraiment s'exciter sur celles du pays voisin. Peut-être que Ji Hoon choisirait un groupe masculin ? De ses maigres connaissances, Haruto se rappelait vaguement avoir apprécié un groupe nommé Nell, mais doutait que ce serait le style de son meilleur ami. Et s'il pouvait écouter, mais pas voir ces Mamamoo, il y avait fort à parier qu'elles n'ont plus, ils n'iraient pas les voir. Le compliment à peine caché fit joliment rosir les joues et les oreilles du psychiatre. Secouant légèrement la tête, il balaya les paroles embarrassantes d'un vague geste de la main. Cependant, un léger sourire à la fois fier et timide resta obstinément collé à ses lèvres, le temps de se laisser bercer un peu par les voix de ce groupe de filles qu'il valait mieux entendre que voir.

Au concert à voir, ils pourraient y réfléchir plus tard. Chaque chose en son temps. D'abord, le quartier traditionnel. Insadong, que Haruto avait maintenant hâte de découvrir. Et si ce quartier avait été conseillé par l'une des sœurs de son meilleur ami, autant y penser pour acheter ici un cadeau lui était destiné. Peut-être ne se l'avouait-il pas totalement, mais le Japonais voulait réellement se faire accepter par la famille Lee. L'approbation de la matriarche comptait d'autant plus pour lui, compte tenu de la relation particulière qui le liait à l'un de ses fils. Sûrement ne saurait-elle jamais, qu'elle serait assez naïve pour croire qu'il n'y avait qu'une très belle amitié, un peu trop fusionnelle, entre Ji Hoon et lui. Peut-être ferait-elle semblant de ne pas voir, que tant qu'ils étaient heureux, c'était le principal. Mais ça, c'était dans les films où les cowboys s'aimaient à la montagne. Là, c'était la vraie vie. Et Haruto espérait tout de même que leur destin soit moins tragique. Inconsciemment, à cette pensée, il se rapprocha du Coréen, sa main effleurant son bras, pour lui montrer quelque chose d'insignifiant que tout deux auraient oublié dans la seconde. Il ne voulait pas le perdre, d'aucune manière.

Hochant la tête aussi bien pour chasser ses sombres pensées, et accepter la proposition de Ji Hoon, Haruto comptait tout de même sur lui pour l'aider à choisir. « Je leur ai ramené quelque chose de Tokyo. » Et ça lui semblait bien entendu tout naturel. Cependant, il ne parlerait du cadeau qu'il destinait à sa mère le plus tard possible. Il ne savait toujours pas si c'était une bonne idée, si le présent serait bien accueilli. Et s'ils se mettaient à pleurer ? Et si elle lui supplierait de rester ? Le cœur du Japonais s'affolait à cette pensée, et il posa un regard presque paniqué sur son meilleur ami, quand ce dernier répondit à sa plaisanterie. Lui-même en rit légèrement, lâchant un mot d'excuse alors qu'il laissa à nouveau son regard se promener sur les souvenirs artisanaux exposés devant eux. Rien ne trouvait grâce à ses yeux, mais il ne perdait pas espoir. Il trouverait une bonne idée. Avec Ji Hoon, ils pouvaient bien y arriver. C'était compliqué, une sœur. Alors deux. L'aîné Kamiya savait de quoi il parlait. Erena et Haruno étaient les trésors de sa vie. Jusqu'à la fin, et autant que possible, il s'était juré de leur apporter son aide, de les protéger au mieux, quoiqu'il arrive. Il n'y arrivait pas toujours, cependant, il accourait à chaque fois le plus rapidement possible lorsqu'elles avaient besoin de lui. Surtout Haruno, puisque Erena n'avait jamais besoin de lui, à sa grande tristesse. Haruno, qui lui avait reproché ce voyage à mots détournés. Les mots de Ji Hoon le ramenèrent sur terre un peu trop brusquement. Son voyage au Brésil ? « Au Mexique. » Du moins, il espérait vraiment qu'ils parlaient du même voyage. Non, impossible que sa petite-sœur adorée soit partie une seconde fois, sans l'en avoir informé. « Avec un garçon que je ne connais pas, en plus. » Mais mieux que Jie, à ce qu'il en savait. Un ami de Yue, en plus. Son meilleur ami, seulement ça, qu'elle disait. Malicieux, le regard du Japonais se posa sur son meilleur ami à lui. Seulement ça, jusqu'à qu'ils réalisent s'aimer depuis des années.

Riant aux propos de Ji Hoon concernant Kimyaki, Haruto secoua une fois de plus la tête. « Tu le gâtes déjà trop, on va éviter. » S'ils s'entendaient, ils se trouveraient sûrement niais, mais puisque c'était eux, ça allait. C'était naturel. Peut-être que ça devrait les alarmer, mais non. « Un collier avec le drapeau de la Corée du Sud ? » D'un côté, et de l'autre celui du Japon. Pour ses origines, pour ses deux papas. Et un petit pull avec écrit I ❤ SEOUL, peut-être ? Oh... Pourquoi pas. Bon, Haruto allait se calmer, oui. Plutôt suivre Ji Hoon, et profiter de la beauté du quartier. Et s'ils marchaient un peu dans les rues parallèles, est-ce que ce serait aussi parfait ? Reportant son attention sur Ji Hoon, le Japonais lui sourit. C'était une très bonne idée, et il se demanda s'il pouvait en acheter un pour Haruno. Mais pour quoi faire ? Etrangement, il la visualisait portant le hanbok merveilleusement, presque naturellement. « Pour moi ? » Machinalement, son regard se baissa sur ses vêtements. Est-ce que c'était de sa tenue dont il parlait ? Mais le regard de Ji Hoon lui fit tout oublier, et un sourire attendri colora ses lèvres.

Cependant, la question de son meilleur ami le laissa un instant interdit. Il en resta même muet, ne sachant lui-même pas ce qu'il ferait. « Non c'est... C'est important. » Ce genre de discussion était inévitables, après tout. Haruto en ralentit même le pas, pour être sûr de se concentrer sur ses paroles. « J'en ai parlé à Erena. » Son regard, qui s'était baissé quelques secondes, rejoignit à nouveau celui de Ji Hoon. « C'était quand j'ai réalisé, après te l'avoir avoué. J'ai eu besoin d'en parler, et paradoxalement, je me voyais mieux confier ça à Erena. » Sa sœur semblait si détachée de tout. Elle avait été à ce moment-là la confidente idéale. « Elle m'a aidé à y voir plus clair, et a confirmé ce dont je me doutais déjà. Elle était sûre que c'était réciproque. » Un petit rire s'échappa de ses lèvres, tandis qu'une main embarrassée s'égara dans ses cheveux redevenus noirs. Son regard fuit un peu celui de Ji Hoon. « C'est bizarre, de reparler de ça maintenant, hein ? » Peut-être que Haruto se rappelait un peu trop bien de son cœur qui s'était brisé. Mais il battait désormais encore plus fort pour lui, et un sourire aux lèvres, il reposa les yeux sur son meilleur ami. « Haruno, je ne sais honnêtement pas comment elle réagira. Bien, mal, les deux sont probables, tu sais. Elle n'a, je crois, jamais aimé quand je sortais avec quelqu'un. » Et le Japonais se demandait qui de sa sœur ou son homme s'était montré le plus jaloux. « Mais c'est si différent, et elle t'apprécie beaucoup. » Ils restaient les mêmes, après tout. Simplement que de sembler gays, ils l'étaient devenus. Que de la tape dans le dos, ils étaient passés à la langue dans la bouche de l'autre. Non, il ne pouvait pas en parler à Haruno. Pas encore. C'était trop tôt.

Quand il pénétra dans la boutique de hanboks, le Japonais resta ébahi devant la beauté de ces costumes traditionnels. Il avait la furieuse envie de tous les toucher, pour apprécier la qualité du tissu et des broderies. Avançant au hasard dans la boutique, un hanbok simple, immaculé, attira son regard. Ne pouvant tenir, il attrapa une manche entre ses doigts, et aussitôt, une vendeuse, grand sourire, l'approcha. S'il avait parlé coréen, Haruto aurait rougi en comprenant qu'il venait d'aborder un hanbok de mariage. Il se serait incliné, aurait expliqué sa confusion à la vendeuse, lui apprenant qu'il cherchait à faire un cadeau pour les sœurs de son meilleur ami. Sauf que Kamiya Haruto ne parlait pas coréen, alors il se contenta de rougir quand même. Perdu, il chercha Ji Hoon des yeux, l'appelant à l'aide d'un simple regard. La vendeuse sembla comprendre le malaise, s'inclina légèrement gênée, s'excusant et lui indiquant qu'elle reviendrait le voir plus tard. Du moins, le Japonais supposait, puisqu'elle s'éloigna pour aider deux touristes occidentaux. N'était-ce pas les mêmes que dans l'ascenseur ? N'ayant pas le temps – ou forcément l'envie – de trouver une réponse à cette question, il rejoignit Ji Hoon, soulagé de le retrouver. « C'est vrai alors, j'ai une tête de Coréen ? » Pinçant les lèvres, il s'empêcha à peine de pouffer. « Je te lâche plus, je suis trop perdu sans toi. » Au sens propre, comme au figuré, mais il allait éviter de jouer le romantisme exacerbé, surtout après avoir jeté son dévolu sur un hanbok de mariage. « Tu en as vu qui te plaisaient ? » A part lui, mais là, ça tendait plus sur l'érotisme. Il allait se calmer. Deux minutes. Au moins, allez.

Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)

▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Jeu 18 Aoû - 0:13
Tell me what is love   × ft. Haroon ♡
Sa famille allait adorer Haruto. Ji Hoon en avait une profonde certitude. Même si elles ne comprendront pas ce qu'il dit, qu'elles ne pourront pas lui parler directement, elles allaient l'adorer. Parce qu'il était adorable, rien que lorsqu'il souriait, qu'il regardait les gens avec son air si doux et bienveillant, on ne pouvait que tomber sous son charme. Ji Hoon savait bien qu'il manquait d'objectivité. Haruto n'avait probablement jamais charmé quelqu'un autant qu'il ne l'avait charmé lui. Il était totalement séduit par le beau Japonais, pourrait passer des heures à relater ce qu'il aimait chez lui, et pourquoi on devait l'aimer. Mais il connaissait sa famille. Un grand Japonais avec un beau sourire et médecin, qui plus est, ça allait forcément faire sensation. Il espérait que ses sœurs ne tenteraient pas de le draguer. Vraiment. Il savait qu'il aurait du mal à le supporter et il ne pouvait pas laisser voir ça. Sa jalousie, sa possessivité. Son amour pour lui, un peu trop débordant depuis qu'il l'avait pleinement réalisé. C'était plus fort que lui, déjà avant, il ne supportait pas vraiment de voir une fille lui tourner autour, alors ses propres sœurs. Mei Lin avait semblé remarquer quelque chose, peut-être qu'elle serait un peu maligne et éviterait. Il ne savait pas. Il devait faire attention. Si jamais elles remarquaient, Ji Hoon ne savait vraiment pas ce qu'il ferait. Nier en bloc. Leur dire qu'elles étaient folle. Vraiment, il ne se sentait pas prêt à un quelconque coming out. Il allait laisser vivre librement son amour pour le Japonais à Séoul, le retenir un peu pour la bienséance et dès qu'ils poseront un pied à Jukdo, ce sera terminé.

« Tu veux marquer des points dès que tu arrives ? » Un petit sourire se forma sur ses lèvres et il le poussa un peu. Si en plus il ramenait des cadeaux de Tokyo, elles allaient définitivement l'adopter. Plus rapidement et facilement que n'importe quelle fille que Ji Hoon aurait pu amener avec lui. Elles auraient été réticentes, un peu comme l'était Haruto avec le garçon qui avait accompagné Haruno au Mexique. Comme il l'était lui-même dès que ses sœurs parlaient d'un garçon qu'elles fréquentaient. Une surprotection qu'il était heureux de ne plus avoir besoin d'avoir puisqu'il ne les surveillait pas de Tokyo. Presque pas. Juste un peu. Mais en même temps, il devait bien s'assurer que tout allait bien pour elle, en tant que grand frère. Il pouvait toujours veiller au grain.

Son regard se posa sur Haruto et Ji Hoon nota mentalement de ne pas parler de leur fils devant leur famille. Kimyaki les rendait un peu trop niais. « C'est moi qui le gâte trop ? T'es entrain de réfléchir à quel cadeau on doit ramener à notre chiot ! » Franchement, comme si Kimyaki en avait quelque chose à faire d'un nouveau collier. Il voulait à manger, il connaissait son fils. Heureux, surtout quand on lui donnait à manger. Toisant son meilleur ami avec un air amusé, il passa devant lui. C'était Haruto le plus niais. Sans discussion possible. Quand il releva pour lui acheter quelque chose à Myeongdong ou Gagnam, Ji Hoon se contenta de son plus doux sourire pour le charmer et l'empêcher de continuer sur cette conversation. Il aimait bien comment son meilleur ami s'habillait la plupart du temps mais parfois, il lui arrivait, malheureusement, de faire des faux pas. Pas aussi horrible que le Coréen de Naoki, et il s'estimait heureux de ne pas avoir ça face à lui, mais oui, ça lui arrivait de se tromper. Ji Hoon lui enlèvera dès qu'il pourra. Et il songeait cela sans la moindre connotation perverse, il voulait juste ne plus le voir, rien de plus. Allez, bien sûr qu'il pensait à plus, il pensait toujours à plus. Quelle naïveté que de penser le contraire.

Pourquoi avoir soudainement lancé une conversation aussi sérieuse ? Ji Hoon n'était pas certain d'avoir envie d'en parler. Oui, c'était important. Parce qu'en parler autour d'eux sera compliqué. Ils ne vivaient pas dans les pays les plus ouverts sur la question, et en même temps, rien ne laissait penser qu'un jour, ils puissent être avec un homme. C'était étrange, même Ji Hoon peinait encore à y croire. Qu'il avait cette relation si particulière avec quelqu'un du même sexe. Qu'il était aussi attaché à un homme. Tomber amoureux, ça lui paraissait déjà bien étrange alors en plus d'un homme. Mais c'était Haruto alors tout de suite, ça trouvait plus de logique. Le seul homme duquel il tomberait amoureux. Mieux. La seule personne qu'il aimerait de cette façon. Et qu'il en ait parlé à Erena le surprit un peu. Ils n'étaient pas très proches. Après, il comprenait qu'il en parle plus facilement à elle qu'à Haruno qui était encore jeune et terriblement innocente pour son âge. « Elle était sûre que c'était réciproque ? » Il rit avec lui, tentant de réfléchir. Il avait été si gay que ça, lors de sa thèse pour qu'elle puisse immédiatement envisagé que ce soit réciproque entre eux ?  Pinçant les lèvres ensuite, il hocha doucement la tête. « Hmhm... » Il se retenait de s'excuser pour ce mensonge odieux qu'il lui avait servi. Pour cette soirée où il lui avait fait du mal. En lui disait que ce n'était pas réciproque, puis en le forçant à se coucher avec lui, en l'embrassant encore et encore. Sans jamais penser à ce qu'il ressentait. Il s'en voulait tellement. Mais pour ce voyage, ils ne penseraient à plus rien de triste. Non, juste à eux. Ils devaient se retrouver, faire le point, savoir où ils en étaient. « On verra bien. On y est pas encore et... C'est pas comme si ça changeait grand chose pour elle, elle m'avait déjà dit en rigolant que je te monopolisais trop. Elle est habituée. » Un petit sourire et il alla légèrement effleurer son bras. Ça ne changeait rien, après tout, c'était presque comme avant, du moins, devant elle. Ils n'allaient pas se rouler une pelle devant elle ou se toucher de façon indécente. Ce sera exactement comme avant, à se toucher un peu, se regarder beaucoup, sourire niaisement. Comme avant.

Autour de lui, des hanboks plus beaux les uns que les autres. Ji Hoon ne l'avouerait sans doute pas, mais il trouvait le costume traditionnel japonais plus beau que le coréen. Pour les femmes. Pour les hommes, japonais, coréen, même guerre, c'était moche. Les yakatas et kimonos, c'était plus sexy que le hanbok qui cachait tout. Absolument tout. Mais c'était parfait pour ses adorables peittes sœurs qui ne devraient porter que ça en longueur de journée. Regardant un hanbok en particulier, blanc et rose, son attention fut attiré par Haruto. Il regardait sérieusement un hanbok de mariage ? Et la vendeuse qui tentait de lui parler pour le conseiller. Un sourire amusé se glissa sur les lèvres du Coréen, faisant mine de regarder le hanbok devant lui en voyant le Japonais revenir près de lui. Bien sûr qu'il avait une tête de Coréen, il se tenait à le lui dire depuis qu'ils s'étaient rencontrés. « Oui, je t'ai dit mille fois, t'es trop beau pour être Japonais. » Bon, et trop beau pour être simplement Coréen aussi. « C'est pas nouveau, que t'es perdu sans moi. Je sais pas pourquoi t'essaies encore de t'éloigner. » Un sourire un peu moqueur vint se hisser sur son visage et il toisa son meilleur ami fièrement, se tournant vers les hanboks ensuite. « Oui. En fait je pensais à ce hanbok pour Mei Lin. Elle aime bien le rose et il est plutôt mignon. » C'était tout à fait son style, il ne risquait pas de taper faux. « Pour Sooyoung, comme elle est moins extravagante, je me disais que celui-ci conviendrait mieux. Y a des petits détails mais les couleurs sont très... Genre pas marqué, tu vois ? Clairs. T'en penses quoi ? »

Même si son tee-shirt lui déplaisait, il avait le droit de donner son avis. Glissant ses doigts sur celui qu'il envisageait pour Sooyoung, un fin sourire vint à nouveau se former. « Dis, Haruto, tu veux te marier ? » Se mordillant la lèvre, il se retint de rire, tournant innocemment la tête vers lui, il le fixa quelques secondes. « Tu ferais un très bon époux. » Il le pensait sincèrement, même si son sourire un peu moqueur laissait penser le contraire. Pinçant ses lèvres, il se tourna doucement vers Haruto. « Je peux être ton témoin si tu veux. » Oui, témoin. Non, jamais de la vie. Mais ce n'était pas des vêtements pour homme qu'il regardait. Il ne devrait pas se montrer jaloux. Il ne l'était pas. Il l'était un peu. Et le pire, c'est qu'il ne savait pas de quoi il l'était. Mordillant sa lèvre, il fixa un instant Haruto, avant de s'approcher, posant sa main sur son bras pour s'approcher de son oreille. « Tu regardais un hanbok de mariage et elle t'a demandé si tu venais choisir pour ta fiancée. » Tapotant son bras, un sourire malicieux se dessina sur son visage tandis qu'il s'écartait. « Achète pas un truc comme ça à mes sœurs. Je sais même pas encore si je t'autorise à les regarder ou pas. » Non, il n'avait pas envie. Pas qu'il tombe sous le charme de l'une ou de l'autre. Elles étaient si mignonnes. Mei Lin était drôle, malicieuse, un peu séductrice dans l'âme, Sooyoung était drôle aussi, avec un humour différent, qu'il ne comprenait pas toujours cela dit, intelligente, cultivée. Et elle était vraiment jolies, qui plus est. Peut-être bien que ça lui faisait peur. Mais ça ne devait pas arriver. Haruto lui appartenait. Ils s'aimaient. Vraiment. Ça irait. Ji Hoon tentait de se rassurer.

code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Sam 20 Aoû - 23:55


Ji Hoon ♡ Haruto

Marquer des points avec la famille de son meilleur ami ? Oui, Haruto le désirait, au fond. Il souhaitait qu'elles l'aiment, qu'elles l'acceptent. Même si jamais elles ne sauraient. Le sentiment plus profond qui les liait. L'amour beaucoup moins innocent qu'il ne l'avait d'abord cru qu'il ressentait pour Ji Hoon. Elles ne sauraient jamais, et le Japonais, lui, ne savait pas s'il en était heureux ou triste. Sûrement un peu des deux. Leur histoire était si particulière, aucun des deux n'avaient eu auparavant de sentiments amoureux pour une personne du même sexe. Et les siens étaient si forts, Haruto n'aurait jamais pensé ça possible. Il aimait Ji Hoon, il avait envie que le monde entier le sache. A quel point il était tombé pour l'homme le plus merveilleux, qui avait changé sa vie de bien des manières. Il voulait que l'on sache qu'ils s'appartenaient mutuellement. Et pourtant, il ne se voyait pas présenter son meilleur ami comme l'homme de sa vie à ses parents. Aussi tolérants que le fils les voyait, ils restaient japonais. Et sa mère fondait trop d'espoirs en son aîné. Alors en ce qui concernait les Lee, Haruto se promettait simplement de passer pour le meilleur ami parfait, dont elles n'auraient pu rêver mieux pour le fils, le frère.

Cependant, il risquait fort de passer pour le super bon pote gay, s'il continuait. Ils garderaient cachée l'existence de leur fils canin. Le portable du Japonais était bourré de photos du chiot, mais il ferait un effort pour ne pas le ficher sous le nez des sœurs de son meilleur ami. « Tu ne veux pas lui ramener quelque chose ? » Pour le moment, cependant, il n'y avait que Ji Hoon – et d'éventuels passants comprenant le japonais, mais le psychiatre espérait bien que non – et Haruto pouvait donc poser ce regard outré sur lui. Kimyaki méritait un cadeau, abandonné par ses deux pères ! « On lui achètera quelque chose. » Fronçant légèrement les sourcils, le Japonais ne se rendit sûrement pas compte que sa mimique boudeuse ressemblait beaucoup à celle que pouvait prendre Haruno, lorsque quelque chose lui déplaisait, que l'on allait pas dans son sens. Mais un regard curieux balaya bien vite la moue qu'il affichait, lorsqu'il ne comprit pas tout à fait pourquoi Ji Hoon voulait lui acheter quelque chose. Et le sourire que ce dernier lui offrit le rendit encore plus confus. Il ne voulait pas que son meilleur ami dépense trop pour lui. Il avait déjà financé une grande partie de ce voyage, Haruto n'ayant réussi qu'à participer pour à peine la moitié de la somme des billets d'avion. Ji Hoon avait insisté, et il ne comprenait pas très bien pourquoi. Le psychiatre gagnait désormais assez bien sa vie, et lui devait économiser. Alors, il se sentait un peu coupable d'avoir cédé sous les arguments du Coréen.

Haruto savait qu'un jour ou l'autre, ils devraient se poser, et discuter de leur relation. Où ils en étaient, vers où ils allaient. Pourtant, il aimait beaucoup la relation qu'ils avaient là, en ce moment. Finalement, ne pas la définir avec des mots ne le dérangeait pas plus que ça. Ils formaient un couple dysfonctionnel depuis plusieurs mois déjà, sans être conscients de leurs sentiments les plus profonds. Et il considéreraient toujours Ji Hoon comme le meilleur ami qu'il n'avait jamais eu. Qu'il aurait toujours, ça ne pouvait être autrement. Le Coréen représentait tellement pour lui. Un amour unique, véritable, puissant. Indescriptible. Il avait essayé de l'expliquer à Erena, sans être certain d'y être parvenu. Sûrement ne serait-il jamais capable de le faire correctement. Lui savait, et Ji Hoon aussi, voilà le plus important, au final. « Elle est très observatrice. » Peut-être même plus que lui ? Sur eux en tout cas, sa sœur y avait vu plus clair. « Lors de ma soutenance de thèse, quand elle nous a vu ensemble. Il paraît qu'il y avait comme une évidence. » Haruto avait beau glousser bêtement, quand il y réfléchissait, il se disait que Erena avait sûrement raison. Leur façon d’interagir avait toujours était particulière. Et encore aujourd'hui, le psychiatre se demandait comment il avait fait pour ne pas s'en rendre compte. Ji Hoon avait eu beau lui mentir, il ne lui en voulait plus. Ces mots lui avaient fait mal, oui. Tout comme cette torture qu'il lui avait fait subir. Exiger qu'il dorme avec lui. L'embrasser. Mais au fond, comme le Japonais en avait eu envie, il n'avait pas franchement lutté.

« J'y pense parfois, à leur réaction. Et dans ma tête, ça varie toujours. Bien, mal...  » Haruto eut un rire embarrassé. « Peut-être que ça m'angoisse un peu trop. Je ne veux pas qu'ils te rejettent... » Lui, l'homme de sa vie. Qu'ils renient fils et frère, Haruto savait que ça le briserait, parce que sa famille comptait plus que tout à ses yeux. Cependant, le pire scénario serait qu'ils ne repoussent que Ji Hoon. Qu'on lui demande de choisir, car clairement, il n'en serait jamais capable. Il espérait vraiment que Haruno l'accepte, s'il avait ses sœurs de son côté, Haruto savait qu'il aurait moins de mal à affronter ses parents. Mais pour le moment, ils n'y étaient pas encore, loin de là. Ils devaient déjà s'assumer ensemble, bien qu'ils étaient ben partis pour. Le Japonais avait du mal à se contrôler en la présence de son meilleur ami, et même une douche froide n'arriverait à l'arrêter. Ce Coréen qui avait tout chamboulé, il voulait passer sa vie avec lui. De ça, Haruto en était sûr et certain.

Ce voyage marquait comme un point dans le temps. Le début de quelque chose de nouveau, entre eux. Comme si à Tokyo, leur relation n'avait pas encore démarré. Leur nouvelle relation, celles de deux hommes s'étant avoué s'aimer plus que de simples amis. Amoureux, sauf que l'environnement leur rappelait un peu trop le passé pas si lointain où ils clamaient être des hétéros purs et durs. Séoul, c'était inconnu. Comme ces sentiments qui les animaient désormais. L'amour qu'ils se portaient, le désir qui les consumait de plus en plus. Peut-être que c'était pour ces raisons que haruto voulait découvrir le plus possible de cette ville. Même un quartier ancien, où ils faisaient une halte pour acheter des hanboks aux sœurs du Coréen. Haruto avait l'impression qu'il se sentirait bien qu'importe l'endroit. Finalement, même de ce restaurant d'où ils avaient gentiment été priés de quitter, il n'avait de mauvais souvenirs. Un sourire constant flottait sur ses lèvres, même lorsqu'il flânait dans cette boutique de vêtements traditionnels.

Qu'on le prenne pour un Coréen, au final, ça ne le surprenait plus qu'à moitié, oui. Ji Hoon lui avait répété tellement de fois, que le Japonais s'était mis à douter. Et quand il avait bu, c'était même pire, alors qu'il commençait à élaborer des hypothèses d'adoption. Est-ce que seulement y avait-il eu un autre Kamiya avec ses oreilles là ? Et s'il croisait, durant ce séjour dans ce pays, un homme âgé qui arborait les mêmes ? Oserait-il seulement l'aborder pour lui demander s'il avait abandonné un fils, vingt-six ans plus tôt ? Son regard s'était égaré quelque part sur les traits de son meilleur ami, et Haruto secoua légèrement la tête en observant les modèles qu'il lui indiquait. « Ils sont très beaux... » Du bout des doigts, il effleura celui qu'il dédiait à Mei Lin. Haruto s'imagina vaguement sa plus jeune sœur le portant. L'étiquette du prix attira son œil. Comme il s'en était douté, ce n'était pas donné, mais la qualité semblait excellente. Cependant, la question de Ji Hoon le tira des calculs mentaux qu'il s'était mis à lancer pour le convertir en yens. « Me marier ? » Le regard surpris qu'il posa sur le Coréen traduisait sûrement sa pensée. Est-ce qu'il était sérieux ? Pendant un instant, le psychiatre resta interdit. Qu'est-ce que Ji Hoon racontait encore. Ne prenait-il pas leur histoire au sérieux ? Se disait-il qu'un jour, ils devraient bien se marier ? Pinçant les lèvres, il se détendit à peine lorsque le Coréen lui expliqua le pourquoi de ses questions. Il eut à peine le cœur de répondre à son sourire, son regard se posa à nouveau sur les hanboks. « Je ne savais pas, je les trouvais simplement vraiment beaux... [/color] » Et il comprenait mieux pourquoi, se doutant que pour un mariage, les jeunes femmes souhaitaient porter les plus beaux vêtements traditionnels qui soient.

Riant légèrement à l'avertissement de son meilleur ami, Haruto laissa ses yeux à nouveau glisser sur lui. « Je crois que je préférerai regarder leur grand-frère. » Un sourire malicieux vint enfin éclairer ses traits. « Je ne doute pas de leur beauté, j'ai vu Mei Lin, mais... » Son regard fuit malgré lui celui de Ji Hoon. « Je suis déjà amoureux. Profondément amoureux. » Son cœur battait toujours aussi fort, lorsqu'il lui avouait. « Et tu sais, il est un peu jaloux, je crois. » Sourire en coin qui prouvait que ça lui plaisait, et Haruto ancra une nouvelle fois son regard dans le sien, avant de rire un peu. Lui aussi l'était, il se découvrait possessif. Il se contrôlerait, mais n'était pas sûr de toujours y parvenir. Reportant son attention sur les hanboks, il hocha la tête. « Ils sont très beaux, on leur prend ! » Oui, ensemble. « Tu crois que ça irait à Haruno ? » Haruto se pinça les lèvres. « Je sais pas pourquoi, mais je me pose la question, depuis tout à l'heure... » Poussant un soupir, il passa une main distraite dans ses cheveux.

Son cœur ne parvenait pas à se calmer, dans sa poitrine. La question de Ji Hoon concernant le mariage le hantait peut-être un peu trop. « Il y en a pour hommes ? » Cherchant des yeux, il crut en apercevoir, dans un coin de la boutique. Un rayon beaucoup plus petit, avec moins de choix. Ji Hoon près de lui, il fit mine de s'intéresser à une tenue traditionnelle, en se saisissant de sa manche, comme intrigué par sa fabrication, ou le moyen de l'enfiler. « Et pour homme, un hanbok de mariage, ça existe ? » Son regard n'osait toujours pas se poser sur son meilleur ami. Haruto sentait son souffle devenir court, au fur et à mesure que les battements de son cœur lui l'empêchait de respirer correctement. « J'ai toujours vu le mariage comme une obligation, enfin, que je passerais forcément par-là... » Sa passion avait été son amante la plus fidèle, et ses études étaient passées avant toute relation. Sauf celle qu'il entretenait avec Ji Hoon. Un rire nerveux lui échappa, et enfin, son regard s'accrocha à celui de son Coréen. Peut-être un peu trop sérieux, un peu trop bouleversé. « Je n'épouserai jamais aucune femme. Même pour mentir, c'est trop cruel. Je ne me sens pas capable de fonder une famille pour les apparences. Et toi, tu... » Haruto n'osait pas retourner la question, il avait peur de la réponse. Ji Hoon n'avait pas voulu nommer leur relation, se voir officiellement en couple avec lui. « Ah, oublie. » Son regard un peu trop brillants se posa sur les tenues devant eux. Et les battements de son cœur se faisaient un peu trop douloureux, tandis qu'un sourire embarrassé étira légèrement ses lèvres. Ils avaient dit que ce voyage serait joyeux. Qu'ils méritaient leur bonheur.

Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)



Dernière édition par Kamiya Haruto le Dim 21 Aoû - 15:57, édité 1 fois
▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Dim 21 Aoû - 3:22
Tell me what is love   × ft. Haroon ♡
La première petite-soeur d'Haruto, Ji Hoon ne la connaissait pas vraiment. Vaguement, de vu, sur des photos, à la télévision. Ses sœurs à lui la connaissaient, elles la trouvaient mignonne, disaient qu'elle étaie drôle et gentille mais ça lui semblait étrange puisque ce n'était pas réellement comme ça que le Japonais la lui décrivait, plus distante, plus observatrice, un peu froide. Il ne connaissait réellement que Haruno, car elle avait toujours été là, pas loin de son meilleur ami, depuis qu'il l'avait rencontré. Il se souvenait très bien de la première fois qu'il l'avait vu. Un peu au hasard, il était venu squatter chez le Japonais comme à son habitude, il ne parlait pas encore très bien Japonais. Haruto l'avait fixé si sérieusement pour lui parler que ça l'avait fait rire un peu bêtement en plongeant son regard dans les grands yeux sombres de celui qui était déjà son meilleur ami. Sa sœur allait venir. Interdiction de la draguer. Il avait essayer de lui expliqué par les gestes. Elle n'avait que quatorze ou quinze ans, mais il préférait prévenir, au cas où. Ji Hoon avait posé la main sur son cœur et tenter de jurer en japonais pour finalement le faire en coréen et Haruto avait semblé satisfait. Haruno était adorable. Elle portait son uniforme de collégienne. Ce jour-là, elle n'avait pas beaucoup parlé, mais elle souriait beaucoup et il l'avait trouvé terriblement mignonne. Elle lui rappelait ses sœurs à lui encore à Jukdo et c'était un peu comme s'il l'avait instantanément adopté. Il tombait trop facilement pour le charme Kamiya.

Mais le seul Kamiya avec qui il y avait une évidence, comme le disait Erena, c'était bien avec le grand frère. S'il adorait Haruno, il était fou amoureux d'Haruto. La seule et unique personne à avoir réussi à le séduire à ce point, à l'avoir aveuglé d'un sentiment qu'il découvrait à peine. C'était un peu bizarre, Ji Hoon ne réalisait bien encore. Du moins, il ne réalisait que lorsque le regard du Japonais se posait sur lui, qu'il lui souriait. Il était si beau quand il souriait. Encore plus beau qu'il ne l'était à l'accoutumé et il était déjà parfait comme ça, mais ce n'était que pire. Cependant, il fondra pour son physique plus tard. La conversation était soudainement si sérieuse. Ji Hoon ne pouvait pas imaginer le dire à sa famille. Son regard se tourna soudainement vers le ciel qu'il voyait au dessus de sa tête. Son père, il n'aurait pas compris. Il ne comprenait pas l'homosexualité, une dérive bizarre, on vivait dans une sale époque où deux hommes étaient ensemble et ça n'avait aucun sens. La nature, c'était un homme et une femme. Combien de fois avait-il entendu ce discours quand la question de l'homosexualité était soulevée dans les médias ? Et Ji Hoon avait toujours été plus ou moins d'accord avec ça. C'était bête, mais oui, il avait eu l'esprit aussi fermé fut un temps. Ça ne le touchait pas. Il ne connaissait pas de gays, dans son village, tous le monde était clean, personne n'osait vraiment sortir du lot. On acceptait difficilement les différences. Haruto avait toujours vécu dans une grande ville, il ne devait pas comprendre tout ça. Cette étroitesse d'esprit, ce côté un peu trop familiale de Jukdo. Tous le monde se connaît, toutes les histoires sont exposées, il faut vivre une vie ordinaire sous peine d'être un peu trop facilement jugé.

« Leur réaction... » Ses lèvres se pincèrent et il fixa le sol un instant, retournant sur son meilleur ami. « Liang l'avait bien pris. Enfin, il a pas trop réagi. Je lui avais dit à son retour d'Hawaii. Non, il a à peine réagi. » Comme s'il s'en fichait. C'était sans doute mieux comme ça. Après tout, pas de réaction, c'était un peu approuver, même s'ils n'en avaient pas reparlé depuis. Ils auront le temps d'en reparler un jour. « Ma mère... Elle l'accepterait pas. » Moins virulente dans ses propos, elle partageait néanmoins le point de vue de son époux. « Alors, faudra vraiment faire attention à Jukdo. » Ils ne pouvaient pas se trahir. Que sa mère le rejette, il en pourrait pas l'accepter. Vivre loin d'elle était déjà terriblement éprouvant, se dire qu'il ne pourrait plus la voir, ce serait trop difficile. Souriant légèrement à son meilleur ami, il espérait de tout son cœur que tout se passerait bien et qu'elles ne remarqueraient pas la drôle de relation qui les unissait. Des amis, juste des amis.

Des amis qui cherchaient des hanboks ensemble pour ses sœurs. C'était la première fois qu'il était dans une vraie boutique de hanbok et il trouvait ça un peu étrange. Comme si soudainement, il était un vrai Coréen. Vrai de vrai, plus de doute à avoir. Il se permit une petite boutade sur le hanbok que regardait Haruto et il resta un peu perplexe face à son expression. Il avait dit quelque chose de mal ? Se marier oui. Il ne lui demandait pas de le faire vraiment. Pas du tout, même. Ji Hoon poussa un peu son épaule quand Haruto lui répondit qu'il ne savait pas. Il s'en était bien douté, qu'il ne savait pas. Justement.

Et le grand frère en question sourit. Un peu trop niaisement, un peu trop flatté. Il préférait le regarder lui. C'était tellement niais, il l'embobinait comme Ji Hoon savait si bien le faire lui-même. Et ça marchait. Un peu trop bien vu le sourire sur ses lèvres qui s'agrandissait un peu plus. Amoureux, profondément amoureux. Il se faisait violence pour ne pas l'embrasser, ou juste le serrer contre lui. Il était tellement mignon. La personne la plus adorable du monde. Et il ne pouvait pas lui montrer toute l'affection qu'il lui portait. C'était si injuste. « Il paraît qu'il est très jaloux, même. Et très... » Ses lèvres se pincèrent, ne retrouvant plus le mot, il ferma ses bras autour de son corps comme s'il serrait quelque chose contre lui. Possessif. « Il veut pas partager. Il paraît qu'il est amoureux aussi, très amoureux. Il partage pas. » À lui, rien qu'à lui. Pour toujours. Jamais il ne tolérera de le laisser à une autre personne, de le voir s'éloigner au profit de quelqu'un qui n'était pas lui, Lee Ji Hoon. C'était trop important d'avoir Haruto pour lui, avec lui. C'était vital.
« On leur prend. » Ensemble ? Allez. Regardant le hanbok, il sourit un peu à sa question, faisant mine de réfléchir alors que la réponse était évidente. « Ça lui irait très bien. » Elle serait mignonne en hanbok. Une parfaite petite Coréenne. « On en prend un pour elle aussi, je te laisse choisir. »

Levant sa main, il pinça sa joue, un peu perplexe face à sa question. Pour homme ? Il n'allait quand même pas en acheter un pour lui ? Ce n'était vraiment pas sexy. Oh quoique. Riche idée. Il allait le mettre tous le temps quand ils seront à Jukdo, comme ça, Ji Hoon ne sera jamais tenté et il ne le regardera que d'un air désespéré. Quand Haruto ne lui sourira pas. Mais il fera en sorte de ne jamais regarder son sourire. « Hanbok de mariage pour homme ? » Son regard se leva vers lui, un peu trop sérieux. Pourquoi lui demandait-il ça ? Il voulait se marier ? Il était hors de question qu'il se marie. « En général, c'est plus commun de mettre un costume, comme les occidentaux. » Et c'était tant mieux, sinon, ils auraient un taux de natalité encore plus bas que celui des Japonais. Son regard essayait de capter le sien, un peu trop désespérément, alors qu'il tentait de s'expliquer étrangement sur le mariage. Une case obligatoire par laquelle il fallait passer. Ji Hoon connaissait ça. Après tout il y avait déjà pensé. Un jour, fonder une famille. Avec une fille riche, genre Jung Rin, l'épouser, avoir des enfants, la tromper, encore et toujours. Quand il y pensait, il n'avait jamais envisager d'amour. Tomber sur son grand amour, non ça n'avait jamais été réellement une possibilité.

Haruto avait bouleversé tout ce en quoi il croyait. La petite famille parfaite, ce mariage. Il avait tout saccagé. Ses plans de vie, qu'il s'imaginait parfois, ils n'avaient rien à voir avec ce qu'il vivait actuellement. Ça n'était pas aussi intense, aussi fort. Ça n'aurait jamais été aussi beau. Son cœur se mit à battre un peu plus fort en entendant les mots qu'il prononça. Il n'épouserait jamais aucune femme. Et si eux, ça ne marchait pas ? La question lui brûlait les lèvres sans qu'il ne parvienne à la formuler. Fonder une famille pour les apparences, ça sonnait tellement absurde mais il comprenait. Que certaines personnes le fassent. Après tout, c'était compliqué, dans les pays dans lesquels ils vivaient, d'avoir un statut social respectable surtout sans femme, sans enfant. Surtout en était dans une relation homosexuelle. « Non. » Ses lèvres se pincèrent à nouveau, ses yeux trouvèrent également les hanboks fascinant. « Non, je vois pas pourquoi j'aurais envie de ça. » D'un mariage dans lequel il ne serait pas heureux. « Ça a pas de sens. Au fond, j'ai toujours pensé qu'un jour j'allais me marier. Parce qu'autour de moi, tous le monde le faisait. » Pas de famille sans mariage, c'était aussi simple que ça. Ses parents étaient mariés, les parents de ses amis aussi et cetera... C'était l'usage. « J'ai jamais fait comme tous le monde, pourquoi je ferais ça ? » Un rire plus embarrassé qu'il ne l'aurait voulu quitta ses lèvres.

Son regard chercha à nouveau à capter le sien et il lui sourit doucement. Il pourrait épouser Haruto. Si c'était possible, envisageable, il le ferait sans doute. Cependant, dans leur société, le mariage était le résultat d'une envie de fécondation, ça n'avait pas vraiment une valeur sentimentale, ça n'en avait jamais réellement eu. « Haruto, tu sais... Ce qu'on a, ce qu'on ressent. Je pense que c'est pas un truc qui arrive deux fois, tous le monde a pas ça. Ce genre d'amour. » C'était rare, tellement rare. Parce que si cela existait, les âme sœur, quelles étaient les chances de tomber sur la personne qui nous correspondait autour de soi ? « On a qu'un seul grand amour, j'ai traversé trois pays pour le trouver. » Son sourire s'accentua en continuant à le fixer. Il pouvait aussi être niais quand il voulait. « Peu importe ce que ça nous coûte, que ça dure toujours ou pas, je veux pas laisser filer ça, je veux pas regretter un jour, de pas avoir vécu ça vraiment. » Son cœur battait à une vitesse affolante, il ne savait pas trop ce qu'il disait. Il parlait sans pouvoir se contrôler, hypnotisé par le regard de l'homme qu'il aimait. Discrètement, sa main s'approcha de la sienne et il captura ses doigts, les mêlant doucement aux siens. « Quand je dis que je suis à toi, je le pense. C'est pas des paroles en l'air. À toi, rien qu'à toi. À quoi bon se voiler la face ? C'est déjà le cas depuis longtemps. »

Depuis toujours, lui semblait-il. Son sourire s'accentua un peu et il tourna les talons, s'éloignant de lui pour retrouver la vendeuse, il désigna les trois hanboks qu'ils souhaitaient acheter. Son regard fuyait un peu le Japonais, pas certain de tout à fait assumer ce qu'il venait de dire. Mais il le pensait, plus que jamais. Être à lui, simplement à lui. Puisqu'il ne pouvait accepter de le laisser à qui que ce soit d'autre, ce serait presque criminel. Ils étaient fait l'un pour l'autre, c'était l'évidence même.

code by lizzou × gifs by tumblr
[/quote]
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Dim 21 Aoû - 22:15


Ji Hoon ♡ Haruto

Haruto avait beau essayer de se l'imaginer, la réaction de sa famille resterait un mystère jusqu'au jour où il s'assumerait assez pour faire son coming out. Il la craignait, il l'espérait. Erena n'était pas vraiment un exemple, son caractère était trop particulier pour s'y fier. Ça ne l'avait pas étonnée, elle s'y était attendu, qu'elle lui disait. Si ça semblait réellement si évident, comment s'en sortiraient-ils à Jukdo ? Et si l'une des sœurs de Ji Hoon s'en rendait elle aussi compte ? Mei Lin ne lui paraissait pas aussi particulière que Erena, et il doutait que ce soit le cas de Soo Young. Et Haruno ? Elle aimait beaucoup Ji Hoon, mais Haruto n'était pas certain que cela suffise. Elle n'avait jamais apprécié aucune de ses petites-amies. Le grand-frère devrait sûrement la rassurer, lui dire qu'elle restait sa préférée. Et c'était vrai. Jamais aucune femme ne compterait plus qu'elle. Parce que l'amour de sa vie était son meilleur ami. Et le constater faisait encore et toujours s'envoler des dizaines de papillons de son ventre. Cet amour réciproque, au fond, le Japonais ne voyait pas comment on pouvait le rejeter. Mais il n'était pas assez idiot au point de croire que tout se passerait forcément bien, juste parce qu'il savait vivre l'amour véritable, qu'ils étaient faits l'un pour l'autre. Ce n'était pas si simple.

Entendre Ji Hoon parler de sa famille le lui confirma, le laissant muet. Quelque part, apprendre quelle réaction avait eu Liang le soulageait, et d'un autre côté, ça l'angoissait. Il n'avait pas réagi plus que ça, et le psychiatre doutait que ce soit vraiment une bonne chose. Alors, les jumeaux n'en avaient plus parlé par la suite ? Peut-être que ça les arrangeait tous les deux. Haruto n'insisterait pas. Lui non plus n'avait plus franchement envie d'aborder le sujet avec Erena. Pour le moment, ce qu'il souhaitait le plus, c'était découvrir avec Ji Hoon cet amour aussi incroyable qu'exceptionnel. Le reste, ils y penseraient plus tard. Bien qu'il ait toujours été quelqu'un de posé et réfléchi, l'aîné Kamiya préférait cette fois-ci laisser venir. Ça en valait la peine, les battements de son cœur qui s'affolaient dans sa poitrine renforçaient cette impression. « Je te promets de faire attention. » Il dédia à son meilleur ami un regard et un sourire emplis de la plus pure affection. Haruto fournirait tous les efforts du monde pour lui. Même si ça lui paraissait difficile, c'était pour Ji Hoon. Peut-être qu'il leur faudrait mettre au point quelques stratégies, comme éviter de trop se regarder, rester à une distance raisonnable l'un de l'autre. Le Japonais retrouverait de toute façon sûrement sa timidité toute nipponne. « Ça se passera bien. » Ils devaient y croire.

Mais Haruto ne voulait pas penser au possible rejet de leurs familles respectives. Il ne voulait pas s'imaginer qu'ils ne les accepteraient pas. Ils étaient à Séoul, loin de tous leurs problèmes. Ici, tout était inconnu, et eux aussi. Personne pour les reconnaître, ils n'étaient que des touristes lambda. Deux amis profondément amoureux l'un de l'autre, qui avaient envie de vivre leur nouvelle histoire. Quand ils avaient parlé de ce séjour, jamais le Japonais ne se serait imaginé qu'il se passe dans de telles conditions. Il l'avait tant attendu, et ne le regrettait pas le moins du monde. Ils pouvaient se promener n'importe où, que Haruto savait que ça lui plairait. Parce qu'il y avait Ji Hoon. Même dans cette boutique qui vendait des vêtements traditionnels. Même s'ils y parlaient mariage et que les angoisses les plus cachées du psychiatre faisaient surface. Bon, d'accord, peut-être que ça, ça ne lui plaisait pas vraiment. Il avait peur que Ji Hoon lui réponde qu'ils devaient se marier, chacun de leur côté. Pour donner l'illusion d'avoir été et de toujours être les hétérosexuels que tous connaissaient. Comme ce soir-là, où il lui avait demandé d'oublier leurs baisers. C'était au-dessus des forces du Japonais. Aussi aimait-il rappeler pour qui son cœur battait. Lee Ji Hoon. Haruto n'aurait même pas envie de reluquer ses sœurs, aussi belles pouvaient-elles être.

Quelque part, la jalousie de Ji Hoon lui plaisait beaucoup. Ça lui prouvait qu'il l'aimait en retour, qu'il voulait qu'il soit à lui, qu'il le désire. Le sentiment était réciproque, et ça soulageait Haruto. Ce dernier avait ainsi l'impression d'être moins égoïste. « Possessif, comme moi, ça tombe bien. » Une petite lueur de malice s'alluma dans ses yeux. Il avait envie d'écarter ses bras, afin de permettre à ce qu'il se coller contre lui, qu'il les referme alors sur lui. Le Japonais avait terriblement besoin de ses étreintes. Il avait la certitude de pouvoir y passer toute une journée, que ça ne l'ennuierait jamais. Son corps collé au sien, ses lèvres aux siennes. Mais il devait arrêter d'y penser, il le savait bien. C'était encore un peu tôt. Ji Hoon était le fautif, dans l'histoire. A lui faire des déclarations de la sorte, qui lui donnait juste envie de le prendre dans ses bras, et de l'embrasser en lui montrant à quel point ses sentiments étaient partagés. Amoureux, très amoureux. Et Haruto de tomber encore plus pour lui. Comment aurait-il pu ne pas tomber amoureux de son meilleur ami ? De ce Coréen un peu collant qui avait eu l'air d'avoir tant besoin de lui ? Au final, il se demandait qui avait eu besoin de qui le plus. Lui, sûrement. Parce que Ji Hoon l'avait tant aidé, et jamais Haruto n'était sûr de pouvoir lui faire comprendre, de le remercier. Grâce à lui, il avait l'impression de vivre pleinement. De vivre enfin.

Et vivre, ça consistait également à choisir des hanboks pour leurs sœurs. Ceux que Ji Hoon avait choisi pour les siennes étaient magnifiques. Cependant, Haruto pinça les lèvres d'un air perplexe lorsqu'il lui conseilla d'en prendre un pour Haruno. Bien sûr, c'était lui-même qui avait lancé le truc. Sa cadette serait si belle, portant ce costume traditionnel. Mais il ne savait pas pourquoi, cette conviction le dérangeait un peu. « Je ne vois pas vraiment quand elle pourrait le porter... » A moins qu'elle n'épouse un Coréen, mais ça, le grand-frère un peu trop protecteur n'eut la force de l'ajouter. Il repensait à sa bonne entente avec Ji Hoon, au petit-frère de ce dernier. Oui, il avait promis la laisser grandir, mais non, ça lui semblait encore un peu difficile de lâcher tout à fait prise. « Et puis, pour le transport, ce ne sera pas vraiment pratique... » Lui envoyer par colis ? Quelle idée. Le psychiatre cherchait un peu toutes les excuses du monde. Il lui prendrait autre chose. Oui, qu'importe le cadeau, Haruno serait sûrement heureuse. Son regard fuyait plus ou moins discrètement celui de Ji Hoon. Il ne voulait pas avoir à s'expliquer, parce que lui-même se rendait compte que c'était ridicule. Pourtant, ses doigts ne lâchaient pas l'un d'eux. Simple mais élégant, il trouvait vraiment que ça lui irait parfaitement. Serrant la mâchoire, Haruto ne parvenait à se décider. Devait-il formuler à haute voix qu'il brûlait de le prendre pour Haruno ?

Non, à la place, Haruto préférait s'intéresser aux vêtements traditionnels pour hommes. Beaucoup moins jolis. Hochant la tête à l'explication de Ji Hoon, il fronça néanmoins les sourcils. Ils ne portaient donc l'habit de tradition qu'à leur mariage ? Son regard glissa sur lui. Est-ce qu'il voulait porter ça pour son éventuel mariage ? « Si je devais me marier, je pense que je choisirais aussi un costume occidental... » Le murmure lui avait échappé, tandis que son regard s'était perdu entre deux hanboks. Son mariage, Haruto l'avait toujours pensé classique, cliché. Chiant. Il épouserait une gentille Japonaise, qui arrêterait de travailler dès qu'elle se saurait enceinte. Une bonne mère de famille, une femme au foyer comblée. Qui lui pondrait un ou deux autres enfants. Le schéma habituel. Qui lui faisait, au fond, assez peur. Ça ne l'avait jamais attiré. Peut-être qu'inconsciemment, ses longues études l'avaient arrangé. Avoir une excuse à fournir à sa mère, lui dire qu'il ne pouvait se trouver de fiancée, sa thèse l'accaparait trop. Pour au final, se découvrir gay pour son meilleur ami. Un Coréen qui n'aurait dû qu'être de passage dans sa vie, une rencontre fortuite dont il se souvenait à peine. Le choc du coup de foudre avait dû être trop violent. Ils avaient toute de même mis quatre ans à s'en remettre. Et maintenant qu'ils l'admettaient enfin, ils voulaient juste le vivre. De passage dans sa vie, Haruto espérait que Ji Hoon y passe le reste de la sienne avec lui, désormais. Sans lui, c'était tout bonnement inenvisageable. Alors non. Le fils Kamiya ne reproduirait jamais le modèle du père. Il voulait vivre avec son homme. Et s'il devait se marier... Ses yeux se levèrent timidement vers Ji Hoon. Oui. Lui.

« Ji Hoon... » Son cœur battait si fort, sous le mots de son meilleur ami. Comment devait-il réussir à ne pas craquer, alors que celui qu'il aimait lui disait tout ça ? Haruto souriait bêtement. Il avait tellement envie d'attraper son visage entre ses mains, de poser ses lèvres sur les siennes. Ses yeux se baissèrent furtivement vers ces doigts qui attrapait sa main. Et les siens de serrer un peu plus fort. Un sourire ému aux lèvres, son regard brillant s'ancra à nouveau au sien. Les mots pour lui répondre d'à quel point c'était réciproque ne lui venaient pas. Son envie profonde était de combler l'espace entre eux, et de ne plus les lâcher. Tous les doutes qu'il pouvait avoir s'étaient envolés, Ji Hoon venait de joliment les balayer. Et le cœur du Japonais menaçait d'éclater de tout l'amour qu'il éprouvait pour lui. Se mordillant la lèvre inférieure, il laissa ses doigts desserrer leur étreinte avec les siens. Haruto devait se remettre, il le savait bien. Pourtant, il s'en pensait incapable. S'il approchait Ji Hoon, il se pendrait à son cou et l'embrasserait jusqu'à en perdre le souffle. Il collerait son corps au sien de la façon la plus indécente qui soit. Alors mieux valait le laisser régler. Sa main contre sa gorge, il tenta de maîtriser sa respiration. Et ses fantasmes.

Prenant une grande inspiration, Haruto rejoignit finalement son meilleur ami. Il se posta à ses côtés, prenant soin de ne pas être trop près. Trois hanboks pour deux hommes. Il pinça les lèvres en fixant celui destiné à Haruno, n'étant toujours pas certain que ce soit une bonne idée. Le petit-frère Lee, il ne le connaissait pas. Bon, peut-être devrait-il déjà savoir ce qu'il se passait réellement entre eux. Ce ne pouvait très bien être qu'un ami. Un très bon ami. Ses yeux se levèrent inlassablement vers Ji Hoon. Le meilleur. Avant de se baisser sur le hanbok. Oh, non. Jin Seok et Haruno ? Il fallait qu'il parle à sa petite-sœur. C'était dans ces moments-là qu'il regrettait le plus qu'elle ne soit pas proche de Erena, qui pourrait lui expliquer certaines choses concernant les garçons, et le fait d'être intime avec eux. Encore une fois, son regard se posa sur Ji Hoon. Intime avec un garçon. Et lui, qui aurait pu le préparer à ça ? Observant sans la voir la vendeuse plier soigneusement les hanboks, Haruto roulait ses lèvres l'une contre l'autre. Son cœur battait toujours horriblement fort. Lorsque trois paquets furent tendus vers lui, il regagna néanmoins la terre, attrapant l'anse des sacs dans lesquels ils se trouvaient, avant de s'incliner pour la remercier.

Retrouver l'air de Séoul ne calma pas son rythme cardiaque pour autant. Un peu timidement, il se tourna vers Ji Hoon. Son envie de l'embrasser l'obsédait furieusement, mais il parvenait à se contrôler. Plissant les yeux sous les rayons agressifs du soleil, il posa sa main sur son front. « Pourquoi j'ai pas pris mes lunettes de soleil ? » Léger soupir, puis il retrouva le sourire. « Où tu veux aller, maintenant ? » Par souci d'égalité, il lui tendit les deux sacs contenant les hanboks de ses sœurs. « Tu as vu ? Je me suis retenu de demander s'il y en avait pour chien... » Haruto le regarda un court instant sérieusement, avant de pouffer bêtement. Comme un vrai Coréen, krkrkr. Mais alors qu'il marchait sous le soleil de Séoul, il réalisa que les mots de Ji Hoon lui tournaient toujours, inlassablement, en tête. Restant un instant sans dire un mot, il se lança, gardant son regard obstinément porté droit devant lui, ses pas ralentissant néanmoins. « Je veux vivre avec toi. » Un léger rire embarrassé, et il continua, maladroit. « Je veux dire... Oui, ce qu'on vit, là, c'est unique. Je sais que je ne tomberai plus jamais amoureux comme ça. Je n'en ai pas envie. Et notre histoire, je veux la vivre. Entièrement. » Son cœur cognait d'un rythme infernal contre sa poitrine. « Alors, si tu veux... Enfin, je comprends, ton indépendance, Liang, votre petit-frère... Et puis, mon appartement c'est de toute façon le tien... » Une inspiration plus tard, Haruto osa enfin poser ses yeux dans les siens. « Je n'ai pas osé te le dire en partant mais, j'ai vidé un tiroir pour toi. » Petit sourire en coin taquin. « Bon, deux. » Son regard sa baissa à nouveau sur l'asphalte. Son armoire avait beau contenir des chemises de Ji Hoon, ce n'était pas vraiment des affaires personnelles laissées consciemment. Ou peut-être que si. Ils partageaient leurs vêtements, faisant quasiment la même taille, cependant, le Coréen critiquait tout de même encore certains choix vestimentaires du psychiatre. Et ce dernier trouvait plus pratique qu'il ait quelques affaires chez lui. Au cas où... « Tu n'es pas obligé, jusqu'ici on y arrivait très bien sans... » Son regard rejoignit à nouveau le sien. « Dis oui ? » Haruto se permit d'arborer ce sourire qu'il ne prenait qu'avec Ji Hoon.

Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)

▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Lun 22 Aoû - 15:40
Tell me what is love   × ft. Haroon ♡
Ça se passera bien. Malgré lui, un sourire un peu nerveux fut dirigé à l'égard de son meilleur ami. Il voulait y croire, espérer. Si Erena avait remarqué en quelques minutes qu'il y avait plus que de l'amitié entre eux, avant même qu'ils ne s'avouent leurs sentiments, alors qu'en serait-il de chez lui ? Les femmes voyaient plus ce genre de choses. Et des femmes, il y en aurait trois, qui allaient les épier, les fixer, les analyser, il connaissait les femmes de sa famille. Si elles remarquaient quelque chose, il ne saurait pas quoi faire. Qui y avait-il de mal à un peu trop regarder un autre homme ? À le fixer longuement, en souriant bêtement ? Rien, bien sûr. Ça arrivait, ça n'était pas interdit. Rien de mal à lui parler doucement, à le toucher en permanence, innocemment. Non, absolument rien de mal à avoir une proximité un peu trop poussé avec son meilleur ami. Ce n'était pas comme s'il allait le prendre dans ses bras, qu'il l'embrasserait comme si sa vie en dépendait, qu'il le toucherait de manière indécente. Il ne ferait pas tout cela, même si Ji Hoon en crèverait d'envie. Tout se passera bien.

Pourtant, il aimerait pouvoir leur dire, d'une certaine façon. Il n'avait jamais aimé comme il aimait actuellement et c'était frustrant, de devoir le cacher, faire comme si cet amour n'existait pas, n'avait pas raison d'être. C'était tellement grand, exceptionnel, il avait l'impression que cette histoire méritait d'être raconté, mais en même temps, il craignait que personne ne puisse comprendre. Aurait-il compris, lui, si on lui avait raconté l'histoire de deux amis qui réalisaient après quatre ans qu'ils s'aimaient d'amour depuis tout ce temps sans l'avoir jamais réaliser ? Ça l'aurait laissé perplexe, il aurait trouvé ça bizarre, se serait demandé comment on ne peut pas se rendre compte de ça. Il aurait demandé si au fond, ce n'était pas juste deux types bizarres en manque d'attention, qui ne trouvaient pas de copines. Il aurait trouvé ça bizarre. Pourtant, cette histoire, c'était son histoire à lui et celle d'Haruto. La leur. Qu'ils commençaient à peine à vivre réellement. C'était si bizarre, de se dire qu'il y a trois mois à peine, ils n'avait pas franchi ces étapes. Ils ne s'embrassaient pas, ne se disaient pas qu'ils s'aimaient, ne se touchaient pas de manière un peu trop osé. Il y a trois mois à peine, tout était différent, et en même temps, il ne pouvait pas se voiler la face. Ils se regardaient comme ça depuis longtemps, la relation un peu exclusive qu'ils avaient ne datait pas d'hier, ils agissaient comme un couple depuis longtemps en se privant juste des meilleurs aspects.

Ils étaient possessifs tous les deux, un peu jaloux ; Ji Hoon trouvait ça normal. Quand on aimait réellement quelque chose, on voulait le garder pour soi, le chérir seul sans personne pour nous le prendre. Haruto était un peu ce trésor inespéré, qu'il avait eu désespérément besoin dans sa vie. La personne qui lui avait appris à s'intégrer dans un pays inconnu, qui l'avait guidé, aidé à comprendre ce nouveau monde. Qui lui avait aussi appris l'humilité, à être plus attentif, désintéressé. À ouvrir les yeux sur des choses qui ne l'auraient sans doute jamais intéressé avant. Un homme qui lui parlait de choses compliquées, qu'il ne comprenait pas, sans que ça ne le dérange. Parce qu'il était vraiment beau quand il en parlait et que Ji Hoon s'était souvent senti comme hypnotisé. Maladie psychiatrique, schizophrénie, oui, oui. Vraiment sexy même s'il ne savait pas toujours ce qu'il devait faire ou dire dans tel ou tel situation. Peu importait en réalité, il aimait l'écouter parler parce que le Coréen avait souvent l'impression de parler pour deux et qu'il adorait voir Haruto expliquer quelque chose en s'agitait un peu trop, puis sourire de façon gêné en réalisant qu'il s'était emporté. Il était tellement adorable.

« Pourquoi faut absolument un moment pour qu'elle le porte ? » Lui, il avait plein de vêtements qu'il n'avait jamais porté, il était juste très heureux de les avoir. L'occasion pouvait bien se présenter un jour ou ne jamais arriver, l'important, c'était de les avoir. Il trouvait ça choquant que Haruto, avec tout son sens pratique, ne pense pas à ce genre de choses. Vraiment, pourtant, il avait plus de logique. « Mais ça ira le transport, tu verras. » Qu'il lui achète ce hanbok et on en parle plus, à la fin. Haruno avait besoin de ce hanbok. Elle avait besoin de devenir un peu Coréenne, comme son grand frère, ce n'était pas compliqué. En plus, Jin Seok la trouvera très mignonne en hanbok, il n'en doutait pas une seule seconde. Tous les Coréens aimaient les filles en hanbok. Il avait vu Hyejeong en hanbok, si mignonne avec ses cheveux roses. De toute façon, Hyejeong pouvait bien porter ce qu'elle voulait, elle restait la femme la plus sexy du monde, c'était presque dérangeant. Aussi dérangeant que de penser à cela avec Haruto à côté de lui. Pinçant les lèvres, il espérait qu'il ne puisse pas soudainement lire dans les pensées.

Un costume occidental. Oui, lui aussi. Il adorait les costumes. Un beau costume. Cher. D'une marque très connu. Un modèle unique, juste pour lui, qui lui irait parfaitement. Impeccable sur lui-même. Ce serait fabuleux. Il voudrait se marier juste pour avoir ce costume qui le faisait baver presque plus que Hyejeong. Jamais autant que Haruto, cela dit. Son regard se porta sur lui. Un beau costume, cher, d'une marque connue, un modèle unique pour lui aussi. Était-il réellement entrain de rêver d'un mariage avec son meilleur ami ? C'était ridicule. C'était un truc d'occidental, le mariage gay. Mais il pourrait bien se l'imaginer, si c'était avec lui. Ils seraient beaux. Les plus beaux gays qui puissent exister. S'il avait souvent plaisanter sur un mariage qui l'unirait à son meilleur ami, ça lui faisait bizarre de lui en parler comme si cela pouvait réellement arriver. Il avait envie que ça arrive au fond. C'était tellement stupide. L'amour rendait stupide. Mais il avait envie de ça, comme il avait envie de se dire qu'ils étaient ensemble, vraiment ensemble. À quoi bon se mentir ? Il ne voulait personne si ce n'était lui, Kamiya Haruto. Ce Japonais bizarre, qui aimait des trucs qu'il ne comprenait pas, qui faisait des études étranges. Qui avait un sens de l'humour particulier que le Coréen adorait cela dit.

Cette relation unique, ils se devaient de la vivre. Au fond, tout ce qu'il disait, il le pensait. Il commençait à y croire. Que tous le monde, quelque part, à une personne faite pour lui. On pense qu'elle est près de nous, s'accordant à la sexualité qu'on pouvait avoir, mais non. Non, il fallait chercher plus loin. Une autre ville, un autre pays. Un homme, une femme, peu importe. Une personne simplement faite pour nous. Une partie manquante qui faisait nous sentir mieux dès qu'on la retrouvait. Comme c'était arrivé avec Haruto. Payant les hanboks, il sourit doucement à Haruto puis à la vendeuse, quittant le magasin en remettant ses lunettes fumés sur le nez, un sourire un peu moqueur à la remarque d'Haruto. Il prit les sachets que lui tendait le Japonais, réfléchissant à la question. Il avait envie d'aller partout, vraiment. Mais d'abord, il devait s'occuper de le juger. Pour chien ? Hors de question d'acheter un hanbok pour son chiot. C'était ridicule. Ils n'étaient pas Paris Hilton et Nicole Richi, si ? Son rire le rassura un peu. Un tout petit peu. « Liang va me regarder bizarrement si je commence à habiller Kimyaki. » Un collier, ça suffisait. Les chiens aimaient bien être tout nu. Ji Hoon aimerait bien être un chien pour pouvoir se balader nu librement. La grande vie.

Réalisant que Haruto avançait plus lentement, Ji Hoon se tourna vers lui, le fixant un instant. Vivre avec lui ? Son cœur se mit à battre à nouveau à vivre allure. Vivre ensemble. Oui. Il en aurait envie. Vraiment envie. S'endormir tous les soirs près de lui, se réveiller le matin contre lui. Il le désirait vraiment. Comme cette collocation furtive qu'ils avaient eu. Prendre leur repas ensemble, rire pour des idioties. Si on oubliait le contexte un peu dramatique, ça lui avait plu. En silence, il l'écouta parler, les lèvres légèrement pincées. Son indépendance. Liang. Liang... Il ne s'imaginait pas vivre loin de lui. En réalité, il ne pourrait sans doute pas vivre loin de lui. Un sourire un peu niais vint se former sur son visage. Il avait vidé un tiroir ? Deux. « C'est pas assez. » Le regard un peu malicieux, il continua d'avancer, réfléchissant un peu. C'était tellement soudain, il ne parvenait pas à réfléchir, le rythme de son cœur l'en empêchait et il s'arrêta. « Haruto... » Dis oui... Avec ce sourire. Ji Hoon se mordilla la lèvres en le regardant. Comment pouvait-il lui dire non ? Quand il lui souriait ainsi ? Son cœur allait exploser et Haruto aura sa mort sur la question. « Je... Je dois réfléchir, enfin c'est... » C'était trop d'un coup, il se sentait perdu. Vivre sans ses frères, dans un autre appartement. Même s'il ne sera pas loin, il ne savait pas vraiment. « Les paquets sont un peu lourd, on va les poser à l'hôtel ? On peut voir ce qu'on fera ensuite. » Puis, il avait envie de lui parler plus sérieusement, en pleine rue, c'était compliqué.

Dans le métro, il lui tendit à nouveau un écouteur, laissant les chansons passer en aléatoire, souvent coréenne, souvent américaine, parfois japonaise. Son épaule collé à la sienne, son cœur battait si vite. Vivre ensemble. Il en avait envie. Il voulait lui dire qu'il en crevait d'envie, l'embrasser, se coller à lui. Mais il était sur son petit nuage d'amour, il le savait bien. Ce n'était pas si simple. Comment lui expliquer les jours où il disparaîtrait pour leur mission ? Comment expliquer ce qu'il faisait en longueur de journée ? Et vivre loin de Liang, il ne s'en sentait pas prêt. Au fond, il avait terriblement besoin de son jumeau, ce n'était pas sain. Un jour, il faudra bien qu'ils fassent leur vie, mais Ji Hoon n'arrivait pas encore à l'envisager. Et malgré tout, oui, il avait envie de vivre avec son Japonais. Parce que c'était unique, que ça n'arrivait qu'une fois et qu'il avait envie de vivre cette histoire pleinement, de tout son cœur, de toute son âme. Reprenant son écouteur, il tapota doucement sa cuisse pour lui signaler qu'ils étaient arrivés. L'hôtel n'était qu'à quelques pas et Ji Hoon s'assura d'avoir encore la clé, paniquant en réalisant qu'il ne l'avait plus avant d'être soulagé. La tête pensante l'avait. Évidemment.

L'ascenseur était bondé, ça lui faisait presque de la peine. Il devait se coller un peu à Haruto. Quel dommage. Il sourit doucement au Japonais, son regard n'arrivant pas à se détacher de lui jusqu'à arriver à leur étage, il attendit qu'il ouvre la porte pour poser les sachets, un petit soupir quittant ses lèvres. « Tu veux aller à Myeongdong maintenant ? Ou Gagnam ? Ou ailleurs ? » Il y avait tant à faire. « Oh, on a oublié d'aller au village ! On retournera. » Ils avaient le temps de toute façon. Baissant un peu la tête, il sentait son cœur s'emballer, il fallait qu'il lui réponde, qu'il dise quelque chose. « Haruto, je veux vivre avec toi. » Mordillant sa lèvre inférieur, il tourna le regard pour le poser à nouveau sur lui finalement. « Mais, je peux pas vivre vraiment avec toi. Enfin, genre déménager totalement. Je sais pas si je suis prêt à genre... » Il se trouvait un peu ridicule. Il savait qu'il y avait plusieurs raisons, mais c'était bien la principale. « Vivre loin de Liang. Je sais que je serais pas si loin mais... C'est compliqué à expliquer. » Pas tant que ça, ils avaient juste une relation beaucoup trop fusionelle qui gâchait leur possibilité de tout à fait s'ouvrir vers d'autres relations et qui risquaient de les gâcher. « On vit presque déjà ensemble, donc tes tiroirs devraient avoir été vidés depuis longtemps ! On peut juste continuer comme ça encore un peu ? » Son regard se leva vers lui, comme s'il le suppliait d'accepter. Encore un peu. Une semi-collocation qui n'en était pas réellement une. Le temps que sa vie puisse vraiment lui permettre cela. « S'il te plaît. »
code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Mar 23 Aoû - 0:25


Ji Hoon ♡ Haruto

Haruto avait besoin de Ji Hoon, pour bien plus de choses qu'il ne voulait bien l'admettre. Comme avec Haruno, par exemple. Il se souvenait très bien de la discussion qu'ils avaient eu, lors du bal de Noël de l'académie. Quand il lui avait conseillé de la laisser grandir. Il lui répétait souvent. Mais le grand-frère avait bien du mal à suivre ce conseil pourtant plein de bon sens. A force de la couver, il l'étoufferait. Ce hanbok lui plairait, ou peut-être un autre? Au final, il ne savait plus très bien. Son coup de cœur allait au premier, mais Haruno préférait le rose. Après tout, à vingt ans, elle était toujours aussi fan de Hello Kitty. « Tu veux bien lui choisir ? Je n'arrive pas à me décider. » Et puis, elle adorait Ji Hoon. C'était comme s'ils lui avaient pris quelque chose ensemble. Le Coréen s'y connaissait mieux, et le Japonais lui prendrait un cadeau plus personnel. Ainsi que pour Erena, et ses parents. Pour Yue aussi. Et Mikio. Ce dernier lui avait tout de même apporté un souvenir de son voyage en Italie, alors, en tant que frère d'imprimés léo, il devait lui rendre la pareille ! Bon, il ne savait pas trop quoi, puisque son ami était quand même Coréen, mais Haruto trouverait.

Ils devaient payer, et sortir de cette boutique. Pourquoi se mettait-il à penser mariage ? A se demander comment se déroulerait le sien, si la personne qu'il épousait se trouverait être son meilleur ami. Ce serait beau, sûrement symbolique, mais ça lui était égal. Il pensait à un truc niais, comme le fait que leur amour n'avait pas besoin d'être reconnu pour la loi, ou une quelconque religion. Il était athée, de toute manière. La seule chose en laquelle il voulait croire, c'était Ji Hoon. Au fait qu'ils s'aimaient, que le reste n'avait pas d'importance. Seraient présents ceux qui les comprendraient. Ou peut-être juste eux deux. Haruto sentait son cœur s'accélérer au fil de ses pensées. Ça le surprenait lui-même, à se rendre compte que l'idée ne lui déplaisait pas. Bien au contraire. Cependant, il savait qu'il ne devait pas. Ji Hoon ne voulait pas définir leur relation. Lorsque le Japonais avait mentionné un couple, il avait paniqué. Deux meilleurs amis amoureux, c'était suffisant, n'est-ce pas ? Plus blessé qu'il ne l'aurait pensé par une telle réalisation, Haruto baissa la tête. Non. Il savait qu'il devait déjà s'estimer heureux. L'homme dont il était tombé amoureux l'aimait en retour. Un exemple d'hétérosexualité acceptait de balancer ses convictions à la poubelle pour lui. Ji Hoon ne l'avait pas rejeté, avait admis ses sentiments réciproques. Alors, oui, d'une certaine manière, Haruto se retrouvait comblé. Dans l'intimité de son appartement, son meilleur ami était tout à lui. Eux savaient qu'ils s'appartenaient, voilà l'essentiel.

Une fois hors du magasin, le Japonais crut mieux respirer. C'était sûrement ce qu'il lui permettait de plaisanter à nouveau. Non, vraiment, il ne devait pas penser au mariage. A Kimyaki, plutôt. Et l'imaginer avec un petit hanbok à sa taille le fit glousser. Sans que ça ne le surprenne vraiment, Haruto l'imaginait rose. Mais s'il le disait à Ji Hoon, ce dernier lui interdirait sûrement d'approcher leur bébé pour plusieurs jours. « Et il aurait bien raison. » Heureusement que Liang était encore doté de bon sens. Eux deux perdaient parfois un peu trop la raison, devant le bichon. Bien sûr, Haruto admettait volontiers qu'il se laissait prendre au jeu. Voir Ji Hoon porter le chiot, le câliner, dormir avec lui, le faisait toujours inlassablement fondre. C'était comme sa petite famille rien qu'à lui. Une famille un peu bizarre, mais la sienne. Le couple Lee-Kamiya, et leur fils, Kimyaki. Que les autres trouvent ça ridicule, le psychiatre s'en fichait pas mal. L'un des fonds d'écran de son téléphone étaient une photo de son meilleur ami et leur bébé, et lorsque ses yeux sur posaient dessus, un sourire venait toujours étirer ses lèvres, une lueur attendrie dans le regard. Son homme, leur bichon. Jamais Haruto n'aurait pensé un jour se dire qu'il préférait ça à une femme et un enfant. Pour l'instant, ils suffisaient pour le combler. Même si parfois, il se surprenait à s'imaginer d'autres choses.

Vivre ensemble. Haruto ne savait lui-même pas s'il était prêt. Ils n'avaient pas de routine, Ji Hoon débarquait chez lui souvent sans prévenir, et c'était loin de le déranger. Peut-être pensait-il alors trop à lui, à se demander où il était, avec qui, s'il allait bien... Le Coréen pensait-il seulement à lui, autant que lui ? Le psychiatre n'avait pas envie de devenir l'un de ses hommes gonflant, étouffant ceux qu'ils aimaient. La personne qu'ils aimaient. Ji Hoon faisait parti de ces gens ayant besoin de liberté, le Japonais en avait pleinement conscience. Il ne voulait rien lui imposer. Pourtant, la question avait franchi ses lèvres sans qu'il ne puisse rien y faire. Que son meilleur ami ne réagisse que sur le nombre de tiroirs vidés pour lui ne le surprenait guère, et Haruto pouffa avec lui. Qu'il souhaite y réfléchir suffisait à Haruto pour qu'il comprenne. La réponse, au fond, il la connaissait. Il se contenta donc de hocher la tête. Retourner à l'hôtel, oui. Pour déposer ces paquets, puisqu'ils n'avaient pas réfléchi plus loin en les achetant.

Ce fut donc en soupirant qu'il se laissa tomber sur une banquette de libre, une fois leur métro rattrapé. Il accepta d'un sourire l'oreillette que lui tendait Ji Hoon, mais n'écouta pas vraiment la musique qu'elle diffusait. Son regard se perdit dans la rame. Vivre ensemble. Pourquoi avait-il fallu qu'il l'ouvre ? Qu'il lui propose une chose pareille, à lui, Lee Ji Hoon ? Une angoisse certaine l'envahissait peu à peu. Et s'il lui disait qu'il exigeait trop de lui ? Qu'ils ne pouvaient pas continuer comme ça ? Ils n'étaient pas en couple, pourquoi vivraient-ils ensemble. Pourquoi le Japonais se sentait-il dans le besoin de tout gâcher, alors que tout allait très bien comme ils étaient. Ses doigts jouaient nerveusement entre eux, ses genoux s'approchaient et s'éloigner d'un mouvement tout aussi nerveux. Pourquoi parlait-il toujours trop vite, quand c'était aussi important ? Il était pourtant un homme réfléchi, posé, qui pensait avant d'agir. Mais il semblait qu'avec Ji Hoon, Haruto perdait vraiment ses moyens. Sursautant légèrement lorsqu'il tapota sa cuisse, il sourit timidement au Coréen, avant de se lever pour le suivre. Faisant au mieux pour sembler calme et serein, il ne pouvait nier ce nœud qui lui serrait le ventre. Il devait s'excuser, lui dire d'oublier. Peut-être même oser lui balancer que ce n'était qu'une blague. Que tous ses tiroirs étaient pleins. Pas de place pour lui. Sauf que si, de la place pour Ji Hoon, il y en avait toujours. Haruto avait bien réorganisé son appartement pour qu'il puisse y laisser des affaires personnelles, lors de leur colocation fortuite.

Dans l'ascenseur, Haruto n'était toujours pas décidé. Que devait-il faire ? Lui dire d'oublier ? Ji Hoon l'avait pourtant déjà bousculé là-dessus, lui avait demandé s'il comptait toujours dire oui en souriant aussi bêtement que tristement, le laissant faire ce qu'il voulait. Haruto avait rétorqué que non, mais au fond, comment pouvait-il lui en vouloir s'il ne souhaitait pas vivre avec lui ? C'était son choix, il devait le respecter aussi. Ce n'était pas dans la nature du Japonais trop bien éduqué, que d'imposer ses choix. Compliqué de changer, de se mettre en avant, lorsqu'on avait si longtemps vécu en retrait. Haruto répondit alors à peine au sourire de Ji Hoon, timidement, presque embarrassé. Il y avait tellement de monde, et ils étaient si près. Son regard chercha le tableau digital indiquant les étages, priant pour que le leur arrive vite. Une fois son vœu réalisé par la logique des choses, il se faufila hors de la cabine en s'excusant auprès de chaque personne bousculée, même un peu. Fouillant ses poches, il attrapa son porte-feuilles avant d'en sortir la carte électronique. Un profond soupir de soulagement glissa entre ses lèvres, une fois à l'intérieur de leur chambre. Déposant le paquet contenant le hanbok de sa sœur sur sa valise, il se redressa lentement, réfléchissant à la question que venait de lui poser Ji Hoon. « Hm, lequel des deux se visite le mieux de jour, et lequel la nuit ? » Haruto n'avait participé que de façon anecdotique, à la préparation de ce voyage. Ji Hoon avait été si excité, que le regarder s'enthousiasmer sur des lieux à voir avait suffit au Japonais.

Fouillant le sac utilisé comme bagage à main afin de retrouver ses lunettes de soleil, Haruto stoppa sa recherche en entendant les paroles de Ji Hoon, son attention entièrement portée sur lui. Son cœur manqua un battement, puis un deuxième alors qu'il réalisait. Finalement un troisième, quand le Coréen continua, et sans qu'il ne puisse le contrôler, son regard se baissa. Il s'y était attendu, pourtant. Ça ne devait pas le surprendre. Ça ne devait pas lui faire mal. Déglutissant avec peine, il hocha distraitement la tête. Sa relation avec Liang, il en avait conscience, l'ayant lui-même évoquée en le proposant. « Je sais, je sais. » Juste un murmure, tandis que ses mains s'étaient remise à fouiller son bagage. Il ne pouvait pas regarder Ji Hoon dans les yeux, pas quand il savait qu'il pouvait lire dans ses yeux à quel point ça le blessait. Haruto devait se calmer, mais il ne réussit pas à sourire à sa plaisanterie. Pinçant les lèvres, ses doigts attrapèrent enfin les branches de ses lunettes. Les chaussant, il leva la tête pour s'observer dans le miroir accroché au mur, près de l'entrée de la chambre. Poussant un soupir, il les attrapa du bout des doigts, les faisant glisser sur son crâne, avant de baisser les bras, osant enfin regarder Ji Hoon. Lui souriant doucement, il haussa les épaules. « Hoonie, c'est plus ou moins ce que je te proposais... Enfin, je sais bien que si tu devais venir habiter avec moi, moi je devrais changer d'appartement et en louer un avec dressing séparé. » Riant un peu, il se massa distraitement la nuque. « Deux tiroirs c'est pour... Deux nuits ? Trois ? Enfin, je sais que tu le considères comme ton appartement, en plus, tu as encore le double des clés, mais... » Il se pinça les lèvres, peinant visiblement à mettre de l'ordre dans ses pensées. « J'aurais aimé que tu y passes plus de temps, que tu ne te sentes pas obligé de t'en aller, juste parce que tu n'as pas d'affaires de rechange. Que tu y passes du temps sans que j'y sois forcément, avec Kimyaki ou tout seul. Que tu t'y sentes vraiment chez toi » C'était si compliqué, de faire part de ses souhaits. Haruto se sentait mal à l'aise. Peut-être que lui proposer tout ça impliquait trop de choses, sous-entendait trop ses désirs. « Non, laisse. Tu as raison, c'est bien comme on fait là. On continue comme ça. » Le Japonais se maudissait de l'être autant. Pour un peu, et il lui dirait que ce n'était pas grave. « Alors tu disais, Myeongdong ou Gangnam ? J'ai mes lunettes maintenant, ça ira mieux ! » Oui, ça irait mieux. S'ils ne parlaient plus de cette proposition embarrassante. Haruto s'en voulait terriblement, il ne voulait pas gâcher ce séjour. Retrouvant un sourire plus chaleureux, il osa finalement reposer le regard sur Ji Hoon. Il l'aimait tellement, pourquoi devait-il toujours parler trop sérieusement ?

Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)

▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Mar 23 Aoû - 17:10
Tell me what is love   × ft. Haroon ♡
Vivre ensemble. Non, c'était compliqué, il ne pouvait pas. Ji Hoon savait qu'actuellement, c'était simplement impossible car sa vie avait un rythme particulier. La vie qu'il menait, Haruto ne la connaissait que superficiellement, rien de plus, rien de concret,c'était bien ça le problème. Évidemment, Ji Hoon voulait être près de Haruto, le plus souvent possible. C'était normal, il le savait. Il avait ce besoin depuis longtemps et il lui semblait que cela s'était intensifié depuis qu'il avait réalisé l'aimer. L'aimer aussi fort, de cet amour unique, exceptionnel. Oui, Haruto et lui pourraient vivre ensemble, s'il oubliait le reste et s'abandonnait pleinement à cet amour incroyable qu'ils vivaient. Qu'il oubliait, comme il le faisait déjà quand il oubliait combien cette relation dérangerait la société, leurs propres familles, et serait souvent mal vu, peu accepté. Comme il oubliait ses propres convictions pour les beaux yeux noirs du Japonais. Il pouvait tout oublier, mais au fond, il savait qu'une fois de retour à Tokyo, il prendrait conscience de ce qu'il avait oublié. Liang, les missions, même Jin Seok. Ses petites responsabilités. Partir des journées entières sans pouvoir lui dire où il allait. Sinon, lui mentir. Ce n'était pas sain, ça allait bousiller la relation déjà bancale qu'ils avaient. Ils s'aimaient oui, fort. Très fort, mais ça ne suffisait pas il le lui avait déjà dit, il n'avait pas envie de le répéter.

Jamais Ji Hoon n'aurait imaginé vivre cela. Une relation amoureuse de ce type. Il n'aurait pas envisagé se poser la question de vivre ou non avec lui. D'avoir une vie de couple, quelle qu'elle soit. D'avoir envie de rester près d'une personne pour toujours, en dehors de Liang. Si toute sa vie, il avait simplement imaginé vivre près de son jumeau jusqu'à ses derniers instants, cette image restait vraie à l'heure actuelle, sauf qu'une autre personne s'était rajouté. Haruto. Il voulait être près de lui aussi, et c'était encore plus niais que pour son frère. Une vraie collégienne qui s'assumait à peine. C'était comme ça qu'il voyait les choses actuellement et pourtant, ça lui semblait encore horriblement compliqué. Parce que ça allait sans doute plus vite qu'il ne se l'imaginait si Haruto lui demandait ce genre de choses, il parvenait à peine à comprendre ce qui lui arrivait. Il était amoureux, la belle affaire. Très amoureux. Il voulait rester avec lui et en même temps, ça lui faisait peur. Peur que Haruto découvre tout, peur de délaisser son jumeau pour qui il voulait être présent. Peur de tellement de choses parfois ridicule.

Avançant jusqu'à l'hôtel, il avait fait de son mieux pour ne rien laisser voir, Haruto semblait plus mal que lui et c'était bien ce qui le heurtait le plus. Voir son meilleur ami ainsi. Il devait regretter de lui avoir demander cela, et Ji Hoon regrettait un peu aussi, en réalité. Même si au fond, c'était stupide, à quoi bon regretter ? Ainsi devait être les choses, s'ils devaient être ensemble, ils devront avoir des projets, faire des choses communes. Pas comme un couple standard, après tout, le but des couples hétérosexuels était de se marier, avoir des enfants, un pavillon en banlieue et s'il y avait bien une chose que Ji Hoon aimait moins que les pavillons et les banlieues, c'était bien les pavillons de banlieue. Ils devront faire une croix sur beaucoup de choses et au final, en seront-ils malheureux ? Il ne pouvait s'empêcher d'y penser en contemplant Haruto dans l'ascenseur, encore plus en entrant dans la chambre, en y réfléchissant encore. Pouvaient-ils réellement être heureux ensemble ? Il lui semblait qu'ils l'étaient déjà. Quand ils s'embrassaient, se parlaient, riaient ensemble pour des choses stupides. Ils ne pouvaient avoir l'air plus heureux. Et si ce n'était qu'éphémère ?

Posant les hanbok, près de sa valise, il observa Haruto en faire de même. Ji Hoon avait choisi le rose parmi les deux qu'il lui désignait. Haruno avait un esprit un peu enfantin, malicieux, il trouvait que ça lui irait mieux que le bleu qui faisait déjà un peu plus mature. Un regard outré se posa sur Haruto à sa question terriblement stupide. Lequel était de mieux la nuit. « Aucun. » Franchement, quelle question ! « Les magasins sont fermés la nuit. » Comment pouvait-il jouer l'ignorant face à cela, vraiment. Gagnam et Myeongdong, il avait besoin de faire son shopping là-bas. Bon, peut-être que Haruto allait finir par essayer de se suicier face à cette interminable journée de shopping qui l'attendait mais Ji Hoon le sauvera avant qu'il n'essaie en lui offrant à manger ou en lui papouillant les oreilles, tout dépend du degré de désespoir dans lequel il sera. Le Coréen fera de son mieux pour que ça soit agréable pour lui aussi. C'était un peu un rêve d'enfant, de faire du shopping dans ces beaux quartiers, surtout à Gagnam. Il n'était pas certain de pouvoir réellement acheter tout ce dont il rêvait là-bas, mais il verra bien au moment venu. Un vêtement ou deux, dans une grande boutique de luxe, des vêtements qu'il aimera de tout son coeur avant de trouver quelque chose de plus beau. « J'irai acheter un ensemble Chanel pour ma mère à Gagnam. Elle a toujours rêvé de porter cette marque. » Et il pouvait lui offrir désormais. Un sourire discret mais fier se forma sur ses lèvres en y pensant. Elle méritait bien plus que cela, mais il pouvait faire ce qu'il pouvait.

La peine de son meilleur ami, il ne pouvait l'ignorer et ça lui brisait un peu le coeur. Il ne pensait pas que c'était aussi important pour lui et Ji Hoon baissa un peu la tête; ne supportant plus de le regarder. Tout allait si bien jusque maintenant, pourquoi est-ce que ça devait toujours mal tourner ? Sa tentative d'humour fit vaguement sourire le Coréen. Même si c'était vrai, il aurait besoin d'un dressing, définitivement. Pour tout ses costumes, toutes ses chemises, ses polos, ses jeans. Même pour ses chaussures. Il faudrait qu'il y pense, sa chambre débordait un peu. L'appartement de son meilleur ami était un peu le sien. Avec le temps, il avait fini par s'y mouvoir comme s'il était chez lui, ouvrant les placards sans gêne, se servant dans le frigo tranquillement, comme si c'était absolument normal de le faire. Il n'utilisait le double de ses clés que lorsqu'il s'y rendait, ça lui évitait de sonner, ou que Haruto n'ait à bouger pour lui. C'était plus pratique.

Y passer plus de temps ne dérangeait pas Ji Hoon. Il avait déjà l'impression de passer plus de temps avec Haruto depuis qu'il lui avait avoué ses sentiments pour lui. Au fond, le Japonais lui disait juste qu'il avait envie de vivre avec lui de manière non-officiel. Comme leur relation. Vivre avec lui, sans vivre avec lui. Être en couple, sans être en couple. C'était vraiment n'importe quoi. Détourné pour ne pas dire clairement ce qu'on voulait. Au fond, peut-être bien que le Coréen était un peu agacé par cette conversation cette situation. Il avait l'impression de n'être définitivement pas à la hauteur et ça lui faisait du mal. De ne jamais pouvoir être tout à fait apte à combler l'homme qu'il aimait. Et comme toujours, il finissait pas lui dire de laisser tomber et le métis ne put contenir un profond soupir. C'était toujours pareil, ça le désolait à force.

Myegongdong ou Gagnam. Le regard posé un peu plus loin, il secoua la tête avant de reculer pour se laisser tomber sur un fauteuil non loin de lui, appuyant sa joue contre soin poing. « Ni l'un, ni l'autre. » Qu'est-ce qu'il pouvait bien faire ? Il n'avait pas envie de sortir. Fronçant les sourcils, il regarda Haruto quelques secondes avant de détourner le regard. « J'ai pas envie de bouger pour l'instant. » Son cœur battait si vite, il se demandait comment il pouvait avoir l'air si calme. Et si ça restait comme ça pour toujours ? Incapable de répondre aux attentes du Japonais, à ce qu'il désirait ? Parce qu'il pouvait faire des compromis, certains, il ne pourra simplement jamais les tenir, comme là, actuellement. Il ne pouvait simplement rien faire. Peu importe la situation. Silencieux, il ne parvenait pas à trouver quoi dire, réfléchir lui donnait mal à la tête et il continuait à fixer dans le vide, à passer cette conversation encore et toujours. Non, il n'y avait rien à y faire. « Je sais pas quoi te dire. » Non, c'était bien ça le problème actuellement. Il ne savait pas quoi lui dire parce qu'il n'y avait rien à lui dire. « Je pourrais m'énerver parce que tu finis encore par faire comme si c'était pas grave alors que ça te touche. » Bon, peut-être bien qu'il était un peu énervé pour ça. « Mais de toute façon, ça y changerait rien. » C'était bien ça le plus difficile.

Se redressant un peu sur le fauteuil, il leva finalement son regard sur Haruto, quelques secondes sans qu'un mot ne franchisse ses lèvres. « Y a beaucoup de choses que je pourrais pas faire pour toi. » Tellement de choses, et ça lui faisait du mal à lui-même de l'admettre alors qu'au fond, il voudrait être capable de tout pour lui. « Vivre ensemble, c'est compliqué. C'est pas une question de liberté, je peux pas.Vraiment pas. » Pinçant ses lèvres, il détourna à nouveau le regard, se demandant s'il n'aurait pas juste du garder ses sentiments pour lui, ne pas être aussi faible. « J'ai l'impression que je serais jamais à la hauteur de ce que tu veux. De jamais pouvoir être assez bien pour toi. » Son regard se posa sur lui et il ajouta vivement avant qu'il ne puisse le couper: « Et me dis pas que c'est pas vrai. Je vois bien que tu prends sur toi, que tu fais comme si ça t'allait alors qu'au fond de toi, ça te convient pas. » Son regard resta planté dans le siens quelques secondes avant qu'il ne s'abaisse à nouveau, s'enfouissant un peu plus dans le canapé. « Je sais pas quoi faire. C'est tellement compliqué. » Il y a quelques minutes à peine ils se faisaient des déclarations pour finalement arriver à une crise existentielle. Il voulait rester avec Haruto, il l'aimait. « Je veux pas te faire de mal. » Et pourtant, c'était bien ce qu'il faisait la plupart du temps. C'était simplement insupportable, la dernière chose qu'il voulait faire, c'était blessé son Japonais et c'était comme s'il ne parvenait qu'à ça, au final.
code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Mer 24 Aoû - 0:15


Ji Hoon ♡ Haruto

Qu'est-ce qu'il lui avait pris ? Ce n'était pas comme si la situation lui déplaisait. Au contraire. Lorsque Ji Hoon lui faisait la surprise de passer, Haruto en était pendant longtemps euphorique. Et ils avaient passé de nombreuses soirées ensemble, depuis qu'ils s'étaient avoué leurs sentiments. Même quelques nuits, sages. Alors oui, pourquoi avait-il fallu qu'il lui avoue ? Parce que oui, le Japonais ne pouvait plus nier. L'idée de vivre avec son meilleur ami le séduisait énormément. Mais ça remontait à un moment, il se disait que Ji Hoon et lui fonctionnait bien ensemble, malgré leurs caractères souvent opposés. S'il n'avait pas eu de frère jumeau, au moment de s'installer loin du foyer Kamiya, sûrement que l'étudiant qu'il était alors lui aurait proposé une colocation. Haruto avait fini par trouver ce petit appartement, et Ji Hoon en avait trouvé le chemin, squattant de plus en plus, au fil des semaines. S'il avait longtemps pensé que ça l'avait dérangé, que le Coréen se permette de débarquer n'importe quand, suivant son bon vouloir, il s'était rendu compte que ça l'avait surtout amusé. Toutes ces excuses qu'il trouvait, pour le sortir de chez lui. S'assurer qu'il n'était pas mort. Qu'il avait toujours une vie sociale. Pour toutes les choses que Ji Hoon lui avait apporté, le psychiatre devait le remercier. Il ne s'en rendrait jamais compte.

A sa manière, Ji Hoon lui avait beaucoup apporté. Peut-être que désormais, Haruto avait l'impression d'avoir trop besoin de lui. Comme cette envie de le toucher sans cesse. Il avait besoin de sa présence, physique, morale. A tel point que ça l'effrayait un peu. Le psychiatre n'était pas sûr, puisqu'il ne l'avait jamais vécu, mais était-ce ça, aimer quelqu'un ? Il aimait ses sœurs, et il les étouffait également. Peut-être que l'aîné Kamiya ne savait pas faire dans la demi-mesure. Peut-être qu'il aimait trop. Et qu'à trop aimer, il finirait par être détesté. Son cœur se serrait dans sa poitrine. Erena le rejetait depuis qu'elle savait qu'elle avait un grand-frère. Haruno lui reprochait de plus en plus souvent son côté protecteur. Ji Hoon avait peut-être raison de vouloir maintenir une certaine distance entre eux. Haruto ne pouvait lui en vouloir. Et au fond, il le comprenait parfaitement. Il s'en voulait, parce qu'il savait que son meilleur ami aimait leur relation actuelle, que ça lui suffisait comme ça. Ji Hoon avait toujours eu ce besoin de liberté, d'indépendance. Il arrivait que passaient des jours sans que le Japonais n'ait de nouvelles. Ce dernier rongeait son frein, envoyait parfois un message innocent. Une salutation, une question toute bête, un reproche détourné. Et souvent, le lendemain sonnait le Coréen de sa vie à sa porte. Et tout allait mieux.

Oui, avec le temps, Haruto s'en était accommodé. Vivre avec Ji Hoon, ou pas, finalement, ce n'était peut-être pas ça, le problème. La peur irrationnelle de le perdre continuait de le hanter. Depuis qu'il lui avait confié avoir encore des choses à lui avouer, que le pauvre ne savait pas. Et s'il savait, est-ce que tout irait mieux ? Le psychiatre ne voulait pas trop y penser. Il faisait confiance en l'homme de sa vie. Le moment venu, il lui parlerait. Et lui l'écouterait patiemment. Haruto se l'était promis, qu'importe ce qu'il avait à lui dire. Même si le pire, il admettait ne pas vouloir y penser. Au fond de lui, il espérait que ce soit quelque chose de stupide, que Ji Hoon exagérait. Il refusait d'écouter la petite voix qui lui susurrait des idées désagréables. Leur histoire était déjà assez compliquée pour y ajouter des doutes. Haruto préférait attendre, un peu dans l'angoisse, un peu dans la hâte de savoir. De toute manière, ils devaient régler un souci à la fois. Il devait rattraper sa boutade, puisque s'en était une. Il trouverait bien le moyen de se rattraper, face à son meilleur ami. Pour commencer, il devait maîtriser la peine absurde qui lui serrait le ventre et le cœur.

Un léger sourire aux lèvres, le Japonais s'excusa pour sa question visiblement stupide. Il n'avait pas compris que Ji Hoon voulait l'embarquer dans une séance shopping. Pourtant, il lui avait demandé s'il avait besoin de bonnes chaussures de marche. Incertain que sa blague passerait, Haruto la garda pour lui. Son regard se fit plus tendre, en entendant la fierté dans la voix du Coréen. Un ensemble Chanel pour sa mère, rien que ça. Même s'il tiqua une seconde – froncement de sourcils à l'appui – Haruto préféra garder pour lui. Lui devrait se contenter d'un souvenir moins onéreux pour sa mère. Pas qu'elle ne méritait pas quelque chose d'aussi luxueux, mais le fils savait que la mère lui poserait des tas de questions sur l'état actuel de ses finances, lui conseillerait de garder cet argent pour son éventuelle future petite-amie, et le pousserait finalement à l'échanger. Ou peut-être le garderait-elle en râlant pour la forme, parce que quand même, son docteur de fils avait de sacrés bons goûts en matière de mode féminine. Et là, Haruto lui ferait son coming out ? Non, trop cliché. Puis bon, il était plus doué en mode masculine. Moins que Ji Hoon, bien évidemment. « Alors on ira là-bas. Mais... Ces quartiers ne sont pas animés, la nuit ? » Puisque c'était pour ça qu'il avait posé la question.

Poussant un soupir, il céda finalement à sa propre pression. Se rétracter, sous-entendre que ce n'était pas grave, que Ji Hoon dise non. Oui, tout allait très bien comme ça. Ils pouvaient continuer. Pourtant, Haruto savait que ça l'énervait, le fait qu'il finisse par toujours abonder en son sens. Son meilleur ami lui avait si souvent reproché, mais il ne pouvait rien y faire. C'était dans son éducation, depuis tout petit. Il fallait que ça passe, pour ne pas déranger. Alors le Japonais changeait de sujet. Mais cette fois-ci, ça ne marchait pas. Ni l'un, ni l'autre. Pas de séance shopping. Haruto avait grandement merdé. Pinçant les lèvres, il resta interdit, n'osant rien faire d'autre que regarder son meilleur ami. Son cœur s'emballa, commençant à paniquer. « Ji Hoon, s'il te plait... » Qu'ils n'abordent plus le sujet. Son refus le touchait, oui, indéniablement. Mais ça ne signifiait pas pour autant qu'il lui en tenait rancune et rancœur. Haruto s'en voulait vraiment d'être comme ça, mais rien n'y faisait. Il avait l'impression que jamais ça ne changerait. Même en fournissant tous les efforts du monde, il n'y parviendrait pas. Ça avait déjà été un si grand effort, que de lui annoncer vouloir vivre avec lui. Le persuader de sauter le pas n'était sûrement pas encore de son niveau. La demande était prématurée, et le Japonais se demandait même s'il n'allait pas trop vite. D'abord profiter de ce qu'ils avaient là, vivre leur histoire à leur rythme. Ensemble.

Les yeux brillants, la mine sérieuse, presque grave, Haruto l'écouta parler, rongeant son frein. « Tu as fini ? » Tout aussi sérieuse et grave, sa voix s'était faite étonnamment basse. Prenant une profonde inspiration, il attrapa ses lunettes de soleil qui trônait au sommet de son crâne, le posant sur une console à proximité. Ses yeux fixèrent un instant Ji Hoon, avant qu'il ne s'en approche. Il resta un nouvel instant planté en face de lui, sa main se leva alors vers lui, avant de se poser à l'arrière de son crâne, et de l'approcher contre lui, le serrant doucement contre son torse. Ses doigts se perdirent dans ses cheveux, le caressant lentement. Poussant un nouveau soupir, il s'écarta pour plonger son regard dans le sien, ses mains entourant son visage pour s'assurer que Ji Hoon ne baisse pas les yeux. « Je fais simplement des compromis. Je veux vivre avec toi. Pas te forcer à le faire. Tu comprends la différence ? » Un doux sourire éclaira ses traits. « Toi et moi, on est bien comme ça, comme on est pour le moment. On découvre ce que c'est... » Ses pouces caressèrent doucement les joues de son meilleur ami. « Ce que c'est, être amoureux. » Lentement, il se pencha pour poser ses lèvres sur les siennes, l'embrassant doucement, paresseusement, profitant pleinement de ce baiser qu'il crevait d'envie de lui donner, depuis qu'ils avaient quitter leur chambre.

S'écartant à nouveau de lui, Haruto s'accroupit devant lui, ses mains glissant le long de son torse. Son regard ne quittait pas le sien, intense. « Je ne veux pas te presser, juste que tu saches que de mon côté, je suis prêt. Et j'attendrai que tu le sois. » Posant sa tête sur les genoux de Ji Hoon, le Japonais ferma un instant les yeux. Le plus calmement possible, il tenta de maîtriser sa respiration. Les battements de son cœur s'affolait, pour une fois, il souhaitait réellement lui parler à cœur ouvert. « Tu ne te rends pas compte, d'à quel point tu m'as aidé. Je ne te remercierai jamais assez de m'avoir remarqué. » L'une de ses mains chercha l'une de celles de l'homme de sa vie. « Ne le dis plus jamais, que tu n'es pas assez bien pour moi. On s'en fiche, moi je sais que j'ai besoin de toi. » Ses doigts serrèrent les siens, juste avant qu'il ne pose son menton sur un genou du Coréen. Pinçant les lèvres, il laissa un instant son regard accroché au sien. « Je t'en demande trop parfois, je sais. Pardonne-moi ? » Se redressant, Haruto s'appuya un peu sur les cuisses de Ji Hoon, scellant une nouvelle fois ses lèvres aux siennes. Ses mains se posèrent à nouveau sur ses gens, l'aidant à approfondir son baiser. Cependant, l'équilibre n'étant pas son fort, le Japonais bascula en arrière, lâchant son meilleur ami à temps. Riant bêtement, il se redressa sur son séant, sa main venant gratter l'arrière de son crâne en un geste embarrassé. Il tapota ensuite un genou de Ji Hoon, avant de se hisser sur ses longues jambes. « S'il te plaît, n'y pense plus. Je suis sérieux, c'est ce que je veux. Je vois bien que ça t'angoisse. » Le bout de ses doigts effleura une dernière fois sa joue, avant qu'il ne laisse son bras tomber le long de son corps. « Tu es à la hauteur. Oh oui, si tu savais à quel point... » Le regard amoureux que Haruto posa sur Ji Hoon le prouvait bien assez.

Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)

▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Mer 24 Aoû - 23:59
Tell me what is love   × ft. Haroon ♡
L'amour, pour Ji Hoon, ce n'était quelque chose qui n'existait que dans les chansons. Du moins, le sentiment amoureux. C'était niais, un peu chiant, il ne comprenait pas forcément pourquoi on s'y attardait. Des paroles dans le vent, il avait presque l'impression qu'on se fichait de lui quand on disait que ça existait, que l'amour était quelque chose de réel. Non, parce qu'à ses yeux, ça lui paraissait tellement stupide, invraisemblable. Pourtant, ça existait, c'était vrai. Il s'en rendait compte maintenant, il connaissait ça depuis quatre ans déjà, il n'avait juste pas réalisé. Que c'était ça, l'amour. Avoir besoin de cette personne sans raison précise, avoir envie de la voir, rire à ses blagues, même si elles étaient nulles, écouter ses histoires et les trouver intéressantes, ne pas se lasser de le regarder, de passer du temps avec lui. Il connaissait tout ça. Beaucoup de chansons d'amour décrivaient ce qu'il ressentait pour Haruto et pourtant, jamais Ji Hoon n'a songé à cela. Il les écoutait sans les écouter, plus intéressé par le rythme que par les paroles. Il était stupide, si stupide. C'était devant lui tout ce temps, sauf qu'il n'avait jamais ressenti ça, il ne l'avait jamais vécu, comment aurait-il pu deviner, sachant qu'il était fermement persuadé qu'un hétérosexuel le restait forcément à vie ? Maintenant, il s'en rendait compte. Il réalisait. Ses sentiments, l'ampleur qu'ils pouvaient avoir.

Et aussi, combien ils étaient faibles face à tout ce qu'une relation amoureuse impliquait. Il se sentait bien pathétique, un peu perdu. Il avait vraiment l'impression de ne pas être à la hauteur, pour la première fois de sa vie. La toute première fois. Ji Hoon s'était toujours dit que c'était les autres, qui avaient de la chance de le connaître, de l'avoir dans leurs vies. Oui, il était tellement parfait, c'était eux, les chanceux. Mais Haruto était simplement parfait à ses yeux. Drôle, attachant, à l'écoute, sensible, doux, intelligent, réfléchit. Il avait tellement de qualités, même s'il avait des défauts, ça n'avait pas d'importance. Non, Ji Hoon ne le méritait pas et il déblaterrait ses paroles sans lui laisser le temps d'en placer une. Il l'aimait tellement, et il avait tellement peur de lui faire du mal un jour, de lui briser le coeur, bien plus qu'il n'avait déjà pu le faire. Ca le hantait, ça lui faisait peur. Il avait l'impression de ne pas mériter l'amour du psychiatre. Après tout, qu'avait-il fait de bien pour mériter ça ? Une bonne action en amène une autre, mais il n'avait fait aucune bonne action. Au fond, voler des gens pour aider leurs familles, ça restait une mauvaise action masqué sous de bons sentiments.

Son regard avait du mal à se poser sur son Japonais, il avait peur de son regard à lui, qu'il ait dit quelque chose qui ne passerait pas même s'il avait pensé chaque mot qu'il avait prononcé, tous les mots qui avaient quittés ses lèvres. Cette relation était devenue si compliqué et pourtant, l'arrêter lui paraissait désormais inimaginable. Depuis qu'il lui avait finalement avouer l'aimer aussi, il se sentait infiniment soulagé. Parce qu'il n'avait plus à contrôler ce qu'il faisait, comment il agissait, à censurer ses élans d'affection qu'il avait pour lui. Au fond, il ne les avait jamais réellement censuré, mais maintenant, ils étaient explicables. Oui, inutile de faire comme si rien n'était arrivé. Comme s'ils n'étaient pas fous l'un de l'autre. A quoi bon ? Ce serait doucement se détruire, se faire toujours plus de mal. Il avait besoin de ça, de lui montrer ce qu'il ressentait, d'être proche de lui, de le coller, limite l'étouffer, il avait toujours été comme ça quand il aimait quelqu'un. Très tactile, parfois trop démonstratif, sauf que là, c'était un sentiment inconnu, et il voulait être encore plus proche de lui, ne jamais le relâcher. Sauf qu'au fond, il craignait de devoir le relâcher un jour. Et si Haruto ne supportait plus toutes ces contraintes ? Et s'il en avait assez de lui et de ses secrets ? Et s'il trouvait que ça devenait trop compliqué. Son cœur se brisait un peu, rien qu'à imaginer pouvoir le perdre. Non, impossible, ça ne devait pas arriver. Il avait beaucoup trop besoin de lui, de son Japonais, de son takoyaki. L'homme qu'il aimait. Il avait du mal à le dire, à le réaliser. Mais oui, c'était bien ce qu'il était. Un homme, dont il était tombé amoureux, sauf que ce n'était pas aussi niais que dans les dramas. Peut-être bien que c'était pire.

Son regard se posa furtivement sur lui et il hocha doucement la tête. Oui, il avait fini. Le voyant s'approcher, il leva son regard sur lui sans bouger, son coeur ratant un battement en se sentant attirer contre son torse. Ses yeux se fermèrent doucement afin de mieux profiter de son odeur, de sa main qui glissait dans ses cheveux et qui lui réchauffait un peu le cœur. Ji Hoon fut contraint de lever ses yeux vers lui quand il captura son visage entre ses mains. Un compromis. Il ne comprenait pas vraiment le mot, plus ou moins le sens grâce à la suite. Vivre avec lui, mais il ne voulait pas l'y forcer. Doucement, Ji Hoon fit "oui" de la tête pour signifier qu'il comprenait. Le métis n'était pas certain qu'ils étaient bien comme ça mais il n'avait pas envie de le contredire, se contentant d'un bref haussement d'épaule, il ne put s'empêcher de sourire malgré tout. Découvrir ce que c'était, que d'être amoureux. Bizarrement, ça lui plaisait bien plus que ce qu'il aurait pu s'imaginer avant. Les paupières closes, il répondit doucement au baiser que lui donnait le Japonais, tendrement. Son coeur battait toujours invariablement plus vite quand il l'embrassait, et il ressentait une douce chaleur l'envahir. Il en voulait plus, toujours plus mais il se contraignait à accepter qu'il s'éloigne, son regard ne le quittant pas quand il le vit s'accroupir devant lui.

Un frisson parcourut son corps en sentant ses mains y glisser et il ne parvenait plus à quitter son Japonais du regard. Il était prêt, et il l'attendra. Un petit sourire se forma sur les lèvres du Coréen et il glissa doucement ses doigts dans les cheveux noirs du médecin. Il était tellement parfait, tellement compréhensif. Ji Hoon était si chanceux. De l'avoir dans sa vie, qu'il soit resté avec lui, qu'il ait eu cette patience de ne pas l'abandonner comme beaucoup l'auraient fait. « C'était pas difficile de te remarquer... » Un petit sourire amusé étira ses lèvres et ses doigts se perdirent un instant sur sa joue. Le Coréen ne savait pas en quoi il l'avait aidé, en rien, probablement, mais ça lui réchauffait le coeur. « T'étais le seul Japonais pas moche et pas bizarre. » Enfin si, il était bizarre, mais dans le bon sens. Doucement, le métis secoua la tête. Lui ne s'en fichait pas. Il ne comprenait pas pourquoi Haruto l'aimait, alors qu'au fond, il devrait aimer quelqu'un comme lui, qui le rendrait toujours heureux, qui voudrait les mêmes choses que lui. Pas un Coréen un peu trop mystérieux sur sa vie, qui ne savait pas ce qu'il voulait. Mais au fond, ça lui faisait du bien d'entendre que le Japonais avait besoin de lui. Parce que c'était réciproque, tellement réciproque. Doucement, ses doigts serrèrent les siens un peu plus fort, son pouce vint caresser tendrement le dos de sa main et il secoua à nouveau la tête. Il n'avait rien à lui pardonner, il n'en demandait pas trop, juste ce qu'il fallait au fond.

Ses mains se posèrent sur sa taille quand il se redressa et Ji Hoon ne perdit pas une seconde pour répondre à son baiser, tentant de l'approcher un peu de lui, il rata son coup puisque le Japonais perdit l'équilibre et il tenta de le retenir comme il pouvait. Un petit rire lui échappa en voyant qu'il se redressait finalement et sa main vint doucement caresser sa joue. Il lui avait fait oublié tout ce qui le tracassait un peu trop facilement. Ça l'énerverait presque. Haruto se leva et Ji Hoon resta quelques secondes son regard dans le sien. Il n'était pas à la hauteur, il ne le sera jamais. Au final, il pouvait juste s'estimer chanceux de l'avoir dans sa vie, d'en être aimé.

Quittant le fauteuil, il se redressa face à son Japonais, s'approchant doucement de lui pour venir coller son corps au sien tandis que ses bras passèrent autour de Haruto, il alla doucement enfouir son visage dans son cou. « Je t'aime. » Le son de sa voix s'étouffait contre la peau de son meilleur ami et il s'en fichait totalement. « Tellement, tellement fort. » Peut-être bien que Haruto n'imaginait même pas à quel point. Serrant un peu plus fort son étreinte, il déposa un baiser au creux de son cou. « Merci. » Pour tout ce qu'il lui cédait, pour tout ce qu'il faisait pour lui. Pour être Kamiya Haruto, tout simplement. « C'est toi qui m'a beaucoup aidé. » Sa main se faufila doucement dans ses cheveux avant de glisser sur sa joue et il quitta son cou, son front se déposa doucement sur le sien tandis que sa main de libre imita sa jumelle. « Tu m'as rendu meilleur. Désolé, de pas pouvoir en faire plus pour toi. » Il aimerait tellement pourtant, mais il ne pouvait pas compromettre leurs affaires. Ses yeux s'ouvrir et son regard tenta de capter le sien. « Je devais vraiment être Gandhi. » Un sourire malicieux étira ses lèvres qui venaient doucement rejoindre celles du Japonais, il l'embrassa doucement, tendrement, profitant de chaque secondes, il devint passionné malgré lui. Au fond, c'était ce que Haruto lui inspirait. A bout de souffle, il alla simplement poser sa tête sur son épaule, l'enlaçant toujours.

« Je veux rester un peu ici. La fin de la journée arrive et on dit que la rivière Han, c'est beau la nuit. On peut y aller si tu veux. On a eu une longue journée. » Le voyage depuis Tokyo avait été court mais long à la fois. La rivière Han lui semblait être un bon compromis. Ji Hoon savait que c'était un peu le lieu de prédilection des petits couples qui faisaient leur rendez-vous là-bas, mais au fond, n'était-ce pas ce qu'ils étaient eux, aussi ? Un petit couple ? Il n'était pas forcément romantique, peut-être bien qu'il le devenait pour de vrai depuis qu'il vivait ce nouveau chapitre de leur histoire commune avec son Japonais. Mais il avait envie d'y aller avec lui, de découvrir ça avec celui qui faisait niaisement battre son cœur. S'écartant un peu, il laissa son pouce glisser doucement sur sa joue. « Tu veux ? » Son regard dans le sien, il le fixa quelques longues secondes sans que son sourire ne parvienne à le quitter. Sans que son coeur ne puisse calmer son rythme effréné.
code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3935-kamiya-haruto-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3903-kamiya-haruto-feat-park-chanyeol http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3888-kamiya-haruto-delight

Carte d'identité :
神谷 春斗 Tokyo 1.1.1990 185cm capricorn A- doctor psychiatry big brother guardian angel

Activité de fainéant :
Récemment diplômé en médecine, docteur Kamiya, psychiatre. Frère aîné aussi, ça demande de l'implication. ♥️


#syndromeKamiya


Someone call the Doctor !

Statut marital :
Briseur de cœur.



IRREMEDIABLEMENT AMOUREUX DE SON COREEN




#myman #perf #ily

Mes trucs à moi :
Rien ne compte plus pour lui que sa famille ▪️ Et en particulier ses deux petites sœurs ▪️ Ses amis passent juste après ▪️ Il se prend même pour un héros, parfois ▪️ Il parle très peu de lui ▪️ Et préfère observer les autres ▪️ Son métier est sa vocation ▪️ Sinon ce serait sûrement découpeur de légumes ▪️ Il est fier d'être Japonais ▪️ Mais s'ouvre toujours un peu plus à la Corée ▪️ Il a encore du mal avec la Chine ▪️ Les films d'horreur le détendent ▪️ Il pensait avoir le sens de la mode ♦️ I love you very very mucho.

Kamiya kyoudai are better than you.

- daddies -





Jeu 25 Aoû - 14:50


Ji Hoon ♡ Haruto

Des compromis, Haruto était prêt à en faire de nombreux, pour Ji Hoon. Peut-être qu'il regretterait, peut-être pas. Il avait toujours préféré être positif, et son amour pour lui tendait à lui faire confiance. De plus, il ne voulait pas le perdre bêtement. Le forcer aurait justement été la pire des idées. Et poser un ultimatum n'était pas franchement son genre. Etre compréhensif ne signifiait pas pour autant être faible. Et le psychiatre comprenait vraiment son meilleur ami. Ils s'étaient avoué être amoureux il y avait à peine quelques semaines, ils pouvaient prendre leur temps pour le reste. Profiter de ce qu'ils vivaient maintenant. Il restait des étapes délicates à franchir, mais pour le moment, Haruto avait surtout envie de profiter de ce séjour qu'il avait tant attendu. Alors oui, découvrir ce que c'était, que d'être amoureux, ça l'enchantait plus que d'affronter une tension stupide. Ils en parleraient plus tard, de retour à Tokyo. Et ça, il ne voulait pas encore y penser. Toute son attention était tournée vers Séoul. Vers Ji Hoon qui avait préparé ce voyage avec tellement de soin. Il ne pouvait pas lui gâcher.

Haruto pouffa, difficile de ne pas le remarquer. Et il ne parlait même pas de ses oreilles ! Pour le coup, il ne savait pas si ça le soulageait ou si ça le vexait. Même s'il lui en était profondément reconnaissant, ce n'était pas de ça dont il parlait. Cependant, que Ji Hoon lui rappelle être plus beau que la majorité de ses compatriotes faisait toujours plaisir au Japonais. Ça pouvait sembler superficiel, mais il voulait lui plaire, de toutes les façons possibles. Haruto avait autant besoin de ses marques d'affection qu'il les appréciait, à savoir un peu trop. Il suffisait à Ji Hoon de poser tendrement la main sur lui, et il souriait bêtement. Les yeux clos, il profitait de sa main dans ses cheveux, de la douce caresse de son pouce sur le dos de sa mains, tous ces petits gestes innocents qui lui faisaient tellement de bien, qui le rendaient heureux. Qui lui donnaient envie de l'embrasser, de le rassurer. Sur ses sentiments pour lui. Haruto était prêt à attendre, comme il avait patiemment attendu qu'il accepte que ce soit réciproque. Parce que les baisers que lui avait donné Ji Hoon tout en maintenant ne pas être amoureux ne pouvaient mentir. Si le doute avait persisté dans l'esprit du psychiatre, ce n'était que parce qu'il avait peur de le perdre. Il ne pouvait forcer le Coréen à admettre être amoureux de lui, s'il ne le voulait pas.

Entendre son rire se mêler au sien lui rendit le cœur plus léger. Un large sourire aux lèvres, Haruto plongea son regard dans celui de l'homme de sa vie. Ses lèvres s'étirèrent un peu plus, lorsque celui-ci s'approcha de lui. Lui rendant ses étreinte, il se sentit fondre en le sentait se serrer contre lui, et son cœur redoubla, tripla le rythme de ses battements lors de sa confession. Il tambourinait si fort contre sa poitrine, qu'il doutait même que Ji Hoon ne puisse pas l'entendre. Lui aussi l'aimait, tellement, tellement fort. Même plus que ça. Sa main caressa doucement la nuque de son meilleur ami, alors que ses lèvres l'embrassait tendrement sur la tempe. Son autre main passa doucement sur son dos, le frottant doucement. Inspirant doucement, Haruto s'enivra de son odeur. Ses doigts se perdaient dans ses cheveux, le massant du bout des doigts. Le baiser au creux de son cou fit naître un frisson qui courut le long de son dos. Pourquoi de simples attention le faisaient vibrer à ce point ? Le psychiatre n'avait jamais connu ça, et maintenant que c'était le cas, il ne voulait le vivre avec personne d'autre que Ji Hoon. Cet amour incroyablement fort. De quoi le remerciait-il ? « Tu fais déjà beaucoup... » Ses mains glissèrent jusqu'à la taille du Coréen, alors que son regard rejoignait le sien, un doux sourire aux lèvres. Un léger rire secoua ses épaules. Gandhi ou pas, ça lui était égal. Celui que le Japonais voulait, c'était Ji Hoon. Ce qu'il avait pu être dans une autre vie ne comptait pas. Sauf celles où ils s'étaient connus. « Si tu savais à quel point je t'aime... » Infiniment. Son souffle se perdit contre le sien, et il répondit au baiser avec toute la passion qui l'animait. Ses lèvres mangeaient amoureusement les siennes.

Le souffle court, Haruto posa sa joue contre le crâne de son meilleur ami. Ses lèvres embrassèrent furtivement son oreille, tandis que ses mains glissèrent sur son dos. La rivière Han, il en avait entendu parler, et l'idée de Ji Hoon le séduisait réellement. Son sourire faisait écho au sien, le Japonais laissa ses mains remonter sur son torse, s'abandonnant sur ses épaules. Ses yeux l'hypnotisaient tellement. « Ça me convient parfaitement. » Sa voix s'était faite étonnamment basse, alors que son regard se perdait dans le sien. Ses lèvres retrouvèrent les sienne, tandis qu'il se serrer un peu plus contre lui. Sa langue titillait la sienne, avant de tenter de la dominer. Souriant dans le baiser, il s'écarta juste un peu, laissant son front reposer contre celui de Ji Hoon. Ses mains glissèrent sur les bras de ce dernier. S'il le pouvait, il resteraient des heures entières contre lui, à le caresser, l'embrasser... Mais ils étaient enfin à Séoul. Dire que l'idée partait d'une simple plaisanterie, de ce Coréen un peu trop patriote qui trouvait que son ami en avait l'air tout autant que lui. Lui faire découvrir son pays, là où tout était mieux. Et petit à petit, le Japonais s'était laissé séduire, de toutes les façons dont il avait pu l'être. Séoul l'avait de plus en plus attiré, peut-être en même temps que son amour pour Ji Hoon grandissait en lui.

Rester à l'hôtel, attendre que la nuit tombe. Ses doigts agrippèrent doucement les poignets de son meilleur ami. Lentement, ses mains dans les siennes, Haruto lui intima de le lâcher. Il l'attirait un peu trop, et il avait du mal à se discipliner. « Je vais ranger nos affaires... » Se mordillant la lèvre inférieure, il laissa son regard glisser vers celles de Ji Hoon, avant de les capturer furtivement. S'écartant à contrecœur, il lui sourit tendrement, laissant cependant un instant ses mains dans les siennes, avant de les lâcher. S'accroupissant devant sa valise, il en sortit quelques affaires indispensables, décidant que la plupart de ses vêtements pouvaient rester dans les bagages. Dans la salle de bain, Haruto déposa ses affaires de toilette d'un côté du lavabo. Dans sa poitrine, les battements de son cœur ne se calmaient pas. Il devait vraiment se maîtriser. Prendre une douche peut-être ? Pinçant les lèvres, il observa son reflet dans le miroir, s'empêchant de rire bêtement, un peu embarrassé par ses propres actions passées. Soufflant un bon coup, il rejoignit finalement la chambre, tentant au mieux de prendre un air innocent. « Qu'est-ce que tu veux faire ? » A nouveau près de sa valise, Haruto réfléchit un instant. « Tu veux te reposer ? » Finalement, il s'approcha de Ji Hoon, passant affectueusement sa main dans ses cheveux. Lui souriant tendrement, il lui vola un baiser, avant de se laisser tomber sur le lit.

Allongé sur le dos, ses yeux fixaient le plafond, son sourire ne se décidant pas à quitter ses lèvres. Haruto était incroyablement heureux. Les mains posées sur son ventre, il tenta une nouvelle fois de maîtriser le rythme cadencé de son cœur qui tambourinait dans sa poitrine. Fermant les paupières, il se mit à rire bêtement. S'allongeant sur le flanc, son regard réapparut, cherchant celui de l'homme de sa vie. « Une chambre pour deux, et ta façon de me regarder. Désolé, Hoonie, je crois que la réceptionniste sait. » Gardant au mieux ses lèvres scellées, le Japonais ne put s'empêcher de pouffer. Son rire se calma peu à peu, son regard devenant de plus en plus intense. Ses yeux ancrés dans ceux de son Coréen, il laissa ses doigts se tendre vers lui. « Tu fais une sieste avec moi ? » Il voulait le lancer sur le ton de la plaisanterie, mais il se rendit compte qu'il fut un peu plus sérieux que prévu. Ji Hoon devait encore le punir, et la pensée le fit rougir de façon un peu stupide. Peut-être qu'au final, Haruto aurait vraiment dû vraiment la prendre, sa douche.

Code by Fremione.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


how do i

Get through one night without you?
If I had to live without you,
What kind of life would that be? ;  •• ALASKA (leann rimes)

▬▬▬▬▬▬
KOREAN MAN IN TOKYO
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
16.12.1991. Made in China, completed in South Korea. Il aime bien les nems, mais il préfère le kimchi, ambivalence d'un métissage qui lui va pas trop mal. 1m83 de perfection, 63kg de sexappeal.

Activité de fainéant :
Homme d'action, acteur privé pour les scénarios de son frère pour soutirer de l'argent. Robin des Bois des temps modernes, sauf qu'il ne connait pas de pauvre, du coup, il garde les gains, c'est comme ça, pas le choix. Il voudrait faire autrement mais... Non

Statut marital :



There is only one unconditional love.♡♡
_ _ _ _ _

Takoyaki & true love forever ♡



#heterosexual #harutosexual #buysexual


Mes trucs à moi :



Il a un frère jumeau duquel il est tout simplement inséparable depuis toujours. ▬ Il est arrivé au Japon depuis 2012 sans connaitre la langue, il lui arrive souvent de perdre ses mots ▬ Avant d'arriver au Japon, il a vécu en Chine et en Corée du Sud ▬ La magie n'est qu'une façade pour cacher ses vrais activités ▬ Dans le duo d'escroc, il s'occupe d'accomplir les plans élaborés par l'incroyable cerveau de son frère






Depuis décembre, son petit frère Seokie les a rejoint au Japon ▬ Entretenir son corps est primordial ▬ Toyboy d'une actrice ayant deux fois son âge ▬ Adepte de danse ▬ N'y connait absolument rien à la culture nippone, et ne cherche pas à en savoir plus pour autant ▬ Trop beau pour ce monde ▬ Draco Malfoy aurait été mieux si c'était lui qu'on avait pris en acteur. ▬ Peut-être bien qu'il sait parler l'allemand, peut-être pas. De toute façon, personne ne parle allemand alors il peut dire n'importe quoi, german, not german, who knows ? Sexy anyway.



Daddies. ♥️




Jeu 25 Aoû - 21:42
Tell me what is love   × ft. Haroon ♡
C'était niais. Il était niais. Ji Hoon n'aurait pas imaginé devenir ainsi un jour, aussi amoureux, une guimauve sur patte, quelque chose comme ça. Haruto le changeait définitivement, le transformait en une autre personne, parfois plus posé, plus douce, plus attentionné. Moins tourné sur elle-même. Il voulait absolument qu'il soit heureux, et son côté égoïste ressortait en réalisant qu'il voulait que le Japonais soit heureux un peu grâce à lui. Beaucoup, même. Il en avait besoin. Ji Hoon voulait pouvoir lui apporter plus, beaucoup plus. Le rendre réellement heureux, ne jamais lui faire de peine, mais c'était utopique, au fond, il le savait bien. Aucune relation n'était toujours pleinement heureuse, même celle qu'il avait avec Liang pouvait se couvrir de nuage. Mais il voulait que celle qu'il avait avec le médecin se passe le mieux. Et dure aussi le plus longtemps possible. Ce qu'ils avaient, il ne voulait pas que ça s'arrête. Ses relations jusque là n'avaient été qu'éphémère, mais ça n'avait jamais duré. Ça n'avait jamais eu d'importance parce qu'il ressentait ça pour la première fois et sans doute pour la dernière fois.

Il débordait d'affection pour Haruto, ne pas le toucher représentait presque une torture, alors ainsi contre lui, il ne pouvait que se sentir bien, infiniment mieux qu'éloigné. Sentir son souffle contre sa peau, ses mains sur lui, son regard dans le sien. Mieux encore, ses lèvres qui touchaient les siennes. Mieux encore. Qu'il lui dise qu'il l'aimait. Et Ji Hoon ne pouvait que sourire niaisement, l'embrasser amoureusement. Ça l'étonnait toujours autant, ce phénomène d'amour réciproque. Aimer quelqu'un qui allait vous aimer en retour. Le Coréen n'avait jamais connu d'amour réciproque puisqu'il n'avait jamais aimé les filles avec qui il sortait. Alors le vivre, ça lui paraissait invraisemblable. Deux personnes qui partageaient les mêmes sentiments. En même temps. Non, c'était vraiment bizarre. Pourtant, ses parents s'aimaient comme ça, ça n'avait jamais changé malgré les années, pourtant, Ji Hoon n'avait jamais envisagé pouvoir vivre la même chose. Peut-être que si un jour, il l'expliquait comme ça à sa mère ? ''Maman, je sais ce que ça fait d'aimer un homme comme toi tu aimais Papa !'' Pour sûre qu'elle trouverait ça noble. Après tout, il n'y avait rien de plus sincère.

Un sourire dessina ses lèvres en sentant ses lèvres sur son oreille et il s'amusa à chatouiller légèrement ses côtes. Ça n'avait pas le même effet érotique sur lui, quand on lui touchait les oreilles. La suite de programme sera donc la rivière Han et Ji Hoon était ravi qu'il accepte. C'était un peu le détour à faire à Séoul, et il paraît que les nuits, c'était encore plus beau. Romantique. Sa main alla doucement caresser sa joue alors que Haruto joignit à nouveau leurs lèvres. La rivière Han en amoureux. Il ne savait jamais si c'était son cœur qui battait aussi vite ou celui de son meilleur ami. Ils se faisaient probablement écho. Souriant un peu en sentant  sa langue dominer la sienne, il pencha doucement sa tête sur le côté, son corps se collant un peu plus au sien. Jamais il ne voudrait se laisser de ça. De cette sensation quand il l'embrassait, de cette envie d'en avoir toujours plus, de ne jamais se décoller de lui. Souriant légèrement une fois son front contre le sien, il glissa ses mains le long de son torse, les posant dans son dos. Ji Hoon se disait qu'il pourrait rester ainsi éternellement, si proche de lui, sans personne autour pour les déranger.

Et Haruto se permettait de s'éloigner quand même ? Affichant une moue un peu boudeuse quand il s'éloigna de lui, tentant de garder sa main dans la sienne un peu plus longtemps. Ranger leurs affaires. Elle était nulle, son idée. Ils pouvaient faire ça plus tard. Ji Hoon ne prit pas la peine de répondre au baiser qu'il lui donna, preuve de son mécontentement et il se laissa à nouveau tomber sur son fauteuil en regardant Haruto sortir ses affaires. Il le suivit du regard jusqu'à la salle de bain avant de sortir son téléphone et d'envoyer un message à sa mère qui lui demandait si ses sœurs devaient venir les chercher à Busan quand ils arriveront. Ils se débrouilleront pour aller jusqu'à Jukdo. Le plus tard possible ils arriveraient, le mieux ce serait. Du moins, il avait l'impression de pouvoir se purifier de ses élans gays en prenant le bus, quelque chose comme ça. Quittant le fauteuil, il ouvrit sa valise pour en sortir quelques affaires également, se redressant en voyant son Japonais revenir. Ce qu'il voulait faire ? Il ne savait pas trop. Il était bien ici. Il était toujours bien quand Haruto était près de lui. « Je vais ranger mes affaires aussi. » Souriant, il ne résista pas cette fois à répondre à son baiser, même furtif. Amusé en le voyant tomber sur le lit, il s'absenta à son tour dans la salle de bain, ouvrant sa trousse de toilettes pour s'assurer qu'il n'avait rien oublié.

Dans le pire des cas, il ira acheter ce qui lui manquait. Ce serait de meilleur qualité. Si c'était made in Korea. Ses lèvres se pincèrent en voyant qu'il lui manquait son dentifrice. Forcément. Liang n'avait pas de tête. Il lui avait bien dit qu'il avait vérifié. Il prendra celui d'Haruto. S'il ne l'avait pas oublié. Prenant sa trousse de toilettes, il préféra s'en assurer, trouvant fièrement un tube avec une forme bizarre. Ça devait être ça. Quoique. Un autre tube lui sembla plus familier. Alors. Fronçant les sourcils, il le tourna dans tout les sens. Qu'est-ce que ça pouvait bien être ? Il n'en avait jamais eu de comme ça. Étrange. Pinçant les lèvres, il l'ouvrit, en mettant un peu sur son doigt. Oh. Oh. Ses yeux s'écarquillèrent un peu. Posant le tube, il rinça doucement ses doigts. Il en avait déjà acheté, pas de cette marque, pas de cette forme. Son cœur s'était mis à battre un peu plus vite et il rangea rapidement ce qu'il venait de trouver. Un homme aussi prévoyant que Haruto. À quoi s'attendait-il. Il ne savait pas si ça le rassurait ou non. Peut-être un peu. Et en même temps, ça lui faisait peur. C'était tellement réel. Bien sûr que ça l'était, qu'est-ce qu'il s'imaginait ?

Prenant une profonde inspiration, il retourna dans la chambre, comme si de rien n'était, tentant d'avoir l'air le plus naturel du monde, il sourit à Haruto qui était encore couché sur le lit. Sa remarque le fit rire autant qu'elle le dérangea. Il avait pourtant bien insisté sur le Hyung et sur la fiancée. Elle ne se doutait de rien. « On a déjà dormi dans le même lit plein de fois c'est pas bizarre ! Même au ryokan, on avait collé nos futons. » Deux hommes pouvaient dormir dans le même lit sans que ça ne soit problématique. Quand ils commençaient à se faire des câlins et des bisous, ça le devenait, mais évidemment, nous ne sommes pas là pour juger un autre couple gay qui ne s'assume pas. « Et c'est ta façon de me regarder qui nous trahi, pas la mienne ! » Tirant puérilement la langue à son Japonais, il avait l'impression que son rythme cardiaque ne se calmait pas. C'était réel. Vraiment. Il était stupide, de faire comme s'il n'avait pas remarqué. Son cœur rata un nouveau battement. Une sieste avec lui. Son regard se figea sur la main tendue vers lui avant qu'il ne la saisisse presque timidement, s'approchant du lit, il s'allongea à côté de l'homme qui le troublait tant depuis quelques mois. Années. Sa main ne quittait pas la sienne, comme son regard restait encré dans le sien. Sa main de libre se leva pour venir doucement caresser sa joue.

Doucement, Ji Hoon se redressa, surplombant un peu Haruto pour poser ses lèvres sur les siennes tandis que sa main alla tranquillement choyer sa taille. Un baiser d'abord doux, tendre, qui devint dans l'ordre des choses bien plus passionné, langoureux. Le goût de ses lèvres lui plaisait bien trop, de sa langue. Sa langue mêler à la sienne. Ce combat qu'il voulait toujours gagner sans pour autant le voir se finir. Ils étaient à nouveau dans cette position étrange, qu'ils avaient déjà eu deux fois, qui lui semblait de plus en plus naturelle. Haruto contre lui, qui répondait à son baiser. Sa main se faufila sous son tee-shirt afin de pouvoir mieux apprécier sa peau sous ses doigts, la chaleur de sa peau. Rompant le baiser une fois le souffle coupé, il déposa ses lèvres le long de sa mâchoire puis dans son cou. « Je sais pas si je pourrais me lasser de ça un jour. » De ce qu'ils vivaient actuellement, de tout ça. De lui tout court. Haruto était devenu si important, au fil des années, tellement que Ji Hoon doutait sincèrement de pouvoir vivre un jour sans lui. Sa main posée sur sa joue, il plaça son visage face au sien pour mieux le dévorer du regard. Ses traits étaient si beaux, il était si beau. Le plus bel homme qu'il ait jamais vu. La plus belle personne. Au fond, jamais il ne se lassera de ça. C'était simplement impossible, Ji Hoon ne s'imaginait pas pouvoir vivre loin de lui à nouveau. « Tu sais, peut-être qu'on a pas l'air si gay. » Et que la réceptionniste avait vraiment cru qu'il s'agissait simplement de deux meilleurs amis qui allaient passer quelques jours à dormir dans le même lit. Question de budget. « On fait une sieste ? » Mordillant légèrement sa lèvre, son regard se posa sur les siennes qu'il embrassa furtivement avant de les capturer sensuellement. Haruto le rendait fou. Fou d'amour, de passion, de tout. Il l'avait rendu accro, dépendant à lui, à sa présence, à sa voix, à tout ce qu'il était. Sans qu'il ne puisse rien y faire, sans qu'il ne se rende même compte. Et si c'était à refaire, au fond, il ne voudrait rien changer. À quoi bon tenter de rendre leur histoire parfaite, c'était tout ce qu'ils avaient vécu ensemble qui la rendait ainsi. Aussi forte, aussi douce, aussi belle. Tout simplement unique.
code by lizzou × gifs by tumblr
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



On the top of the world
I'm not a perfect person, there's many things I wish I didn't do. But I continue learning, I never meant to do those things to you and so I have to say before I go, that I just want you to know I've found a reason for me, to change who I used to be: the reason is you hoobastank
(c)LUCKYRED.
Contenu sponsorisé


——————————————— EITA ACADEMY ———————————————
 

VICTORY KOREA |♡| HAROON

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EITA ✩ ACADEMY :: Tokyo City :: Pays étrangers :: corée du sud-