------ AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ------
Bienvenue à Tokyo, la capitale du Japon, ou plus de 13 474 454 habitants se croisent ici chaque jours, et chaque nuit. Le rythme Tokyoïte est parfois stressant, pressant, et pourtant, chaque année, de plus en plus d'étrangers rêvent de passer par la capitale Nipponne, pour parfaire leurs expérience, ou vivre l'expérience la plus folle de leur vie. Il faut dire que le Japon est un pays extraordinaire, tant par sa culture, son éducation, ses traditions et le bien être qui y règne. Les Japonais sont accueillants, souriants, bons vivants, tant de qualités qui font de l'archipel, la destination rêvée. Certes, vous allez vous envoler pour l'autre bout du monde, mais quelle folle aventure vous attend...

Il y a les Tokyoïtes, les travailleurs actifs, du grand PDG au vendeur de tomates sur le marché, en passant par le Cast-Member du Tokyo Disneyland. Les étudiants de Todaï University, le campus Tokyoïte, le plus réputé du pays, mais aussi les jeunes lycéens, les yeux remplis de rêves, d'espoirs et d'ambitions. Et puis il y a Eita Academy. Le phénomène de ces quatre-vingt dernières années. L'école des arts de la scène de Tokyo, qui a fait au fil des décennies, sa renommée, aujourd'hui mondiale. Eita forme les jeunes venus des quatre coins du globe, aux durs métiers de la scène, et depuis 2014, elle les produit officiellement, sous son propre label, Eita Entertainment. Une maison de production qui rafle tout en moins d'un an, avec son groupe pop le plus en vue du moment : B.A.G - Best Asian Generation. Partout ou ils mettent les pieds, ils provoquent l'hystérie, ne faisant que gonfler la popularité de l'école.

Ho tout serait bien trop beau s'il n'y avait pas une ombre à l'histoire. Celle ci se nomme Krystal. Une Gossip-Girl de talent, qui s'il fut un temps, ne s'attaquait qu'aux couloirs d'Eita, elle a aujourd'hui élargit son champs d'attaque à tout Tokyo. Son blog, dans le quel elle publie toutes sortes de rumeurs et secrets les plus intimes, est le plus visité de la toile nipponne. Krystal fait trembler la capitale, et prouve que chacun ici, de la plus grande idole à l'éboueur du quartier oublié, peu devenir un vrai phénomène de foire. C'est elle qui dirige, c'est elle qui décide qui ira haut, et qui retombera bien bas. Un conseil chers amis Tokyoïtes, surveillez vos arrières, Krystal est partout...
>>> The Dream Team
>>> Nos copains
>>> On les attend
Shia, Ryota et Liang sont là pour vous aider, n'hésitez pas à les contacter en cas de problème, ils ne mordent pas. Ils sont aidés par Rin, Erena et Heaven, la modo-team. ♥
>>> FÉLICITATION
>>> Navigation
>>> flash news
Félicitation à Arisa, Odeline, Shia, Rin, Yoko, Ryo, Mika, Yue, Shige, Ryan, Minami, et Risa, pour leur grand cumul de points cette année! Les compteurs sont remis à zéro.
19.02.2016. Attention les inscriptions à Eita en section Danse sont fermées, afin de remplir les cursus Comédie, Mannequinat et Musique. Evitez la section Chant, déjà bien encombrée aussi ;). Les inscriptions aux personnages Coréens, Chinois, Thaïlandais et/ou double nationalités similaires sont aussi fermées, pour cause de petite invasion temporaire. Merci de favoriser les personnages Japonais. Vous pouvez bien évidemment créer un personnage Japonais avec un avatar Coréen, Chinois ou autre asiatique bien évidemment. Plus d'informations sur ce sujet

18.02.2016. Grosse maj' du mois! Nouveau design, installation des fiches partenaires, ouverture du réseau Instagram pour vos personnages, et mise en place des tags pour tagguer les membres dans un sujet. Une boîte à idées a été ouverte pour vous, afin d'y donner vos suggestions, et le système des points a été remanié, et remis à zéro.

01.12.2015. La seconde génération des Best Asian Generation est enfin dévoilée! Découvrez la sur leur site officiel. L'équipe d'Eita Ent. remercie tous ceux qui ont voté lors de l'émission du casting!

29.09.2015. Les B.A.G créent la surprise en sortant un single, alors qu'on les croyait en hiatus, réduit à deux membres! Visiblement, rien n'arrête Rin et Shia, qui présentent aujourd'hui My Resistance, un clip vidéo qui fera la promotion de leur casting, en recherche d'une seconde génération. Des images exclusives de leur tournée d'été, des fans, et des backdancers, sont à l'honneur de ce clip, aussi dédié à Murakami, qui a quitté le groupe il y a une semaine. Pensez à en discuter sur le forum des fans!

20.09.2015. Murakami Shinsuke, membre des B.A.G, vient d'annoncer son retrait du groupe! Mais que les fans se rassurent, l'aventure continue, et l'Eita Ent. a dors et déjà lancé un grand casting national, afin de former la seconde génération du groupe, pour combler le vide laissé par Shinsuke. Et si tu tentais ta chance ?! Accéder au casting.

26.10.13. Rôle play ouvert à tous, que vous soyez plutôt petits rps (300/500 mots), si vous manquez de temps ou que vous débutez, ou bien plutôt roman rp (+1000 mots) pour les grands passionnés d'écriture, tout le monde est admis! Le plus important est de s'amuser.

26.10.13. Forum lancé depuis le 26.10.2013, optimisé pour Mozilla Firefox uniquement. Bannissez tout autre navigateur pour une bonne optimisation des codages!.
Forum optimisé pour Mozilla Firefox uniquement. Merci de bannir tout autre navigateur pour une meilleure optimisation des codages.
Forum city réel + niveau de rp ouvert à tous + avatars réels asiatiques, occidentaux...
©2013-2016 toute reproduction même partielle est strictement interdite.

 

 One wig to rule them all -- Daiko ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
▬▬▬▬▬▬
JPN + JUNIOR BY EITA
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3763-kotani-maiko-cellphone#266118 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3762-kotani-maiko-ft-park-ji-yeon http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3766-kotani-maiko-mails-box http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3746-kotani-maiko-what-s-up-doc

Carte d'identité :
Née dans la jungle le 8 juillet de l'année 1996 mais sur ses papiers la brousse porte le nom de Yokohama ce qui fait donc de Tarzan une japonaise de 20 ans.

Activité de fainéant :
Étudiante en section danse à Eita, membre des jewels, co-capitaine de la Kotani Team 7j/7.
Esclave affranchie/ ancienne assistante d’affaires pour le démon


Statut marital :
Célibataire, fidèle à Patrick & Sancho
#Teamcatin ♥️
Family always wins ♥️


Mes trucs à moi :

5ème enfant de la compagnie des 7 Kotani ❧ Fan secrète de Dirty Dancing et de Grease, Patrick est son amour de jeunesse ❧ Elle vit dans un appartement à Shinjuku avec la majeure partie de sa fratrie ❧ A pour mère une poule pondeuse absente et pour père le parfait inconnu ❧ Deeply in love d’une fournisseuse de peluches, TOHH ♥️, LHF ♥️ ❧ Travailleuse, elle est ceci dit très capable de perdre un boulot plus vite que l’éclair quand elle se prend pour John Rambo ❧ A pour big bro un tacos maker, le mexicain le plus caliente du monde ♥️ ❧ Elevée par des loups, Kowgli from the jungle bites ❧ Adoptée par Taï Bunny, future femme de son grand frère (on y croit) et alliée jedi dans la lutte contre le côté obscur ❧ Addict aux motos bien que ce qu’elle ait possédée de plus proche soit une trottinette Buzz l’éclair ❧ Fuira un jour sur Tatooine pour devenir championne de courses de modules ❧ Allergique au gui ❧ Membre de l'Alliance Rebelle avec son frère Ren ❧ Responsable de la disparition de Chopin le Yorkshire et de bien d'autres crimes ❧ Fondatrice du mouvement "si toi aussi ton patron est con, joue au Tétris"




Mer 3 Aoû - 13:45
 
One wig to rule them all
Dairon & Maido Baggins ♥


Très très mauvaise idée. Combien de fois est-ce qu’elle se l’était dit pour arriver finalement devant cette porte ?
Une bonne centaine de fois. Peut-être même un peu plus. Mais ça ne l’avait pas empêché de tirer ses clés de son sac avant de se raviser… et non pas pour faire demi-tour mais bien parce qu’elle s’était miraculeusement dit que c’était probablement un peu bizarre de rentrer comme ça chez son ancien patron maintenant.
Seulement probablement ?
Ok… très certainement.
Mais les clés rangées dans son sac, sa main s’était bien levée prête à frapper à la porte avant que le vrai doute ne lui vienne.
Qu’est-ce qu’elle foutait là au juste ?


C’était lui. Daisuke. Le lendemain de cette soirée « piscine & cale de bois », Il lui avait proposé de passer « à l’occasion » pour regarder le dernier Star Wars.
C’est vrai, au final, elle n’avait pas vraiment répondu sur le moment. Pas plus que quand elle lui avait dit au revoir. Mais l’idée, elle l’avait gardé suffisamment pour atterrir ici ce soir sans même trop savoir ce qu’elle foutait.
C’était juste…  oui, ce serait vraiment sympa de repasser du temps avec le Daisuke qu’elle connaissait. Comme avant. Est-ce que c’était si stupide que ça ? Quand elle n’avait pas pris le temps de discuter avec Akane de ce qu’elle avait appris ?
Les deux versions, elle les avait déjà et maintenant qu’elle y repensait… oui, elle avait sans doute été un peu stupide de ne pas suivre ce que son cœur lui disait. Et même si c’était incroyablement naïf de se pointer ici ce soir avant d’avoir trouvé le courage de tenir cette conversation déplaisante avec sa sœur… elle mettrait ça sur le compte de la curiosité, est-ce que ça pouvait être exactement comme avant ?

Elle en avait un début de réponse. Parce que oui, elle avait accepté son offre et qu’il l’avait accompagné voir sa mère. C’était un exploit pour elle et elle l’avait réalisé quand elle était retournée dans sa chambre pour prendre une douche et se changer avant de le retrouver pour se rendre avec lui au Centre. Qu’est-ce qu’elle foutait ? Elle se l’était demandée autant que maintenant devant cette porte. La vérité, oui, c’était sans doute que son ancien beau-frère lui avait manqué plus que ce qu’elle voulait bien l’avouer. Au point que si la déception de voir qu’elle s’était peut-être mise à y croire un peu trop… et pour rien… la frappait maintenant… elle serait probablement, juste un peu, trop triste….
Mais il lui avait dit n’est-ce pas ? Qu’il lui rendrait le Daisuke qu’elle appréciait ? Celui qui avait tant compté pour elle et qu’il lui avait manqué sans que la fierté ne veuille bien l’admettre ouvertement. Elle allait frapper maintenant et elle allait passer un peu de temps avec lui exactement comme hier, comme si tous ces jours gâchés au milieu n’avaient jamais existé.

« Maiko, tu es une idiote ! » oui, et cette insulte ne l’avait pas empêchée de donner quelques coups timides contre la porte pour voir apparaître le sourire d’un Alfred étonné qui l’avait laissé passer dans une salutation « Nous devions nous voir ? Je suis désolé ça m’ait… » secouant la tête, elle n’y avait même pas réfléchi à toute la bizarrerie de sa réponse pour le pauvre majordome qui ne saurait plus sur quelle planète il vivait « Non, je viens voir Daisuke. Il est là ? » il avait fallu à l’homme perdu le temps de répéter le prénom qu’elle venait de dire, puis celui de dévisager des traits curieusement non hostiles pour lui répondre enfin « Oui, Monsieur se trouve au salon…. ».
Remerciant son ami et ancien collègue, elle n’avait même pas remarqué le bug qui habitait son visage tandis qu’elle se dirigeait vers le salon. Elle l’admettait, la guerrière n’était pas tout à fait détendue et maintenant qu’elle était là… ça aurait peut-être été mieux d’envoyer un message avant plutôt que débarquer à l’improviste.
Comment est-ce qu’elle était supposée le saluer maintenant ?

« … » par du silence, t’as raison Maiko, brillant !
C’est que, dernièrement, elle avait pris l’habitude d’entrer directement dans l’affrontement. Et après le respect pas très bien joué pour un patron tant on pouvait y lire la guerre de clans qui se tenait entre eux, après les dernières insultes plus directes… qu’est-ce qu’elle devait dire maintenant ?
De trop longues secondes, elle s’était trouvée bête à le dévisager, pinçant ses lèvres au lieu de retrouver cette langue qui marchait plutôt bien d’ordinaire.
Bonjour… bonjour c’est bien Maiko…
« Salut. » un début. Mais en général, les gens rajoutent un « ça va ? » ou la raison de leur venue par exemple… « Je passais dans le coin… » …. Oui, ou il y avait la version Kotani, si peu crédible si tu oses lui offrir les cookies planqués dans le sac que tu tiens à la main… « … et je me suis souvenue de ta proposition. » … d’un autre côté, ces cookies, elle pouvait toujours les avoir sur elle pour une autre raison hein ! « Mais t’es peut-être occupé. Je peux repasser une autre fois… »

Oui, sans les cookies. Sérieusement ?
C’est que… avant… elle lui en faisait des cookies alors sur le moment, elle s’était dit que l’idée n’était pas si ridicule que ça ….

electric bird.
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


It's the eye of the tiger, it's the thrill of the fight. Risin' up to the challenge of our rival and the last known survivor stalks his prey in the night, and he's watchin' us all in the eye of the tiger▵ ©️endlesslove.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
Dieu vivant d'origine japonaise âgé de 31 ans, il est né et a grandit à Narita avant de s'exiler vers Tokyo, cette ville de liberté!

Activité de fainéant :
Vice-president de l'entreprise Serizawa Airlines (et sex-symbol chevronné!), c'est aussi un tonton Scar à temps plein.

Statut marital :
Divorcé. Malade au tendances Lannister, de toute façon, il n'y a qu'une femme de la jungle pour voler son coeur ♥️.


Mes trucs à moi :
Star wars c'est sa vie ◇ Les disney aussi, mais en secret hein! ◇ Manipulateur diplômé ◇ Faiblesse charnelle pour les jeunesses ◇ Déteste son frère ainé et quelque part, le crain ◇ Admirateur #1 de son neveu, il a d'ailleurs son nom de tatoué ◇ Leader de la Daidai Crew, composée des plus beaux ◇ Carte de crédit illimitée pour son ex-femme ◇ Caféholic ◇ Il fume quand il est nerveux ◇ Ses techniques d'éducation impliquent l'acquisition d'une prostituée comme cadeau de 16 ans ◇ Il a une peur panique des Yorkshire depuis Chopin ◇ Le gui est sa plante préférée





Mer 3 Aoû - 14:29
 
One wig to rule them all
Daisuke & Maiko


Daisuke était assis à son bureau, qui pour une fois, était dans un ordre quasi parfait et ne contenait que le strict minimum de papier. Il va sans dire que l’absence de Xialei et la culpabilité qu’il ressentait à lui avoir menti – sans compter ses adieux présentés à son neveu – avaient suffi à lui donner le coup de pied aux fesses requis pour qu’il se plonge corps et âme dans un divertissement capable de lui faire oublier les derniers mois. Comme quoi le malheur décuplait sa productivité… il aurait peut-être dû être à la botte de son frère ainé, ça aurait grandement augmenté le rendement de Serizawa Airlines! Finissant de réviser une feuille de calculs concernant un projet d’expansion de sa division hôtelière, Daisuke ne cessait de lever les yeux vers la porte de son bureau, comme s’il avait peur qu’Alfred le surprenne à sourire comme un abruti. Depuis sa visite à Kyoto, il avait du mal à chasser le sourire un peu crétin qui flottait sur son minois et, son égo en aurait pris une claque si son Majordome venait l’interroger. Comment pouvait-il était si gai alors que rien ne s’était vraiment passé dans cette piscine ? Un soupire agacé avait franchi ses lèvres alors qu’il se faisait violence pour ramener l’indifférence sur son visage, il avait une rencontre d’affaire dans moins d’une heure, il ne pouvait pas être vu à se réjouir comme un puceau qui a enfin pu tenir la main d’une fille – ou pire encore, voir sous sa jupe! Il n’en était plus à sa première expérience… alors pourquoi cette fois, il se sentait aussi satisfait de l’aboutissement?

Et puis… ce n’est pas comme si la hobbit de son cœur avait accepté ses sentiments – ou à toute fin pratique, qu’elle avait daigné les reconnaître! Elle s’était vautrée dans son déni, allant jusqu’à le supplier de ne pas lui imposer une réflexion trop difficile, et il s’était rangé sagement, levant les armes, juste parce qu’il pouvait retrouver sa complice un petit instant, juste un peu. Un sourire rêveur s’était encore glissé sans qu’il ne le veuille, au souvenir de cette furie emprisonnée dans ses bras. Quelque part, il espérait qu’elle finirait par accepter son invitation, ou simplement qu’elle franchirait cette porte pour passer un peu de temps avec lui. Après tout, il ne pouvait que s’inquiéter, se demander comment elle allait après qu’elle ait fait l’effort surhumain de visiter sa loque de mère – qui n’était pas dans un état glorieux nous tenons à le mentionner. Daisuke n’était pas sans ignorer que, si elle lui avait demandé de l’accompagner, contre toute fierté Kotanienne, contre toute guerre en cour, c’était probablement parce que la force lui manquait. Et il en voulait un peu plus à son ex belle-mère pour faire subir ça à son ancienne employée. Perdu dans ses pensées, il n’avait pas entendu la porte d’entrée s’ouvrir – de toute façon, Alfred gérait les allées et venues, pas plus qu’il n’y avait porté d’attention.

… Oh mais il aurait dû! Ça aurait pu lui éviter un choc… S’il avait tendu l’oreille, il aurait perçu le ton quasi-euphorique de son employé qui avait répété, sonné, que la danseuse était venue dans ce lieu pour… voir Daisuke! Oh oui, il aurait entendu Alfred approcher, et ses pas presque dansant s’élancer dans le couloir, il aurait probablement même remarqué le petit pas de ballet volé directement à Xialei que son Majordome avait exécuté en s’éloignant de la visiteuse. Qu’on se le dise, Alfred était aux anges, il allait déclarer ce jour fête nationale,  d’ailleurs, il en avait presque les larmes aux yeux lorsqu’il avait regagné la cuisine, déterminé à contrôler son cœur de figure paternelle qui ne pouvait que se réjouir de ce qu’il voyait comme un second mariage beaucoup plus prometteur pour son patron. Loin de s’attendre à une telle visite, lorsque la guerrière du clan ennemi avait franchi la porte, le seigneur Sith avait relevé les yeux, prêt à affronter un nouveau contact d’affaire en proie à un problème quelconque…… pour mieux se figer et la dévisager, totalement sous le choc. Déjà, son cœur avait loupé un battement, son visage s’était contorsionné dans le surprise la plus pure : on aurait dit un hobbit à qui on raconte les merveilles qui se produisent hors de la comté – de quoi vous éblouir et vous rendre incrédule. Puis, en quelques secondes, ce choc – qui ne calmait toujours par sa pompe à sang – s’était transformé en une expression plus sereine, plus heureuse – là, il nous jouait le hobbit devant un banquet.

Sans perdre une minute, il s’était levé et avait fait quelques pas vers l’intrus, toujours silencieuse. Combien de fois l’avait-il vu là hein? Pourquoi est-ce que ça faisait si étrange aujourd’hui? Pourquoi est-ce qu’il en avait des papillons dans l’estomac hein? Il avait ouvert la bouche mais aucun son n’en était sorti : « » … ok Daisuke, on se reprend, t’as eu des contacts beaucoup plus directs avec elle – il avait encore peur de faire face au monstre du Loch Ness dans sa baignoire depuis une mésaventure impliquant le Seriboa – alors pourquoi est-ce que ce mètre entre vous semble infranchissable? Sérieusement, il était vraiment, vraiment ému de le voir là. « Maiko? » Ça lui avait échappé, alors qu’elle avouait être ici… à sa demande … pour le voir? Il avait à nouveau eu cette gueule incrédule avant d’afficher un très très grand sourire et de faire quelques pas pour réduire à néant la distance entre eux. Posant délicatement ses mains sur les épaules de la demoiselle, il avait ajouté, en s’inclinant à son oreille pour demander cette question d’une grande importance : « … Ils sont où mes cookies ? »

… Triple crétin! Bah quoi? Il avait toujours eu du sucre quand elle le visitait dans le passé. L’ancien Daisuke carburait aux offrandes sucrées – d’où son gras – il y avait droit! Se reculant un brin en ayant à nouveau ce sourire amusé mais beaucoup plus doux que son air ironique habituel, il avait ajouté, en relâchant délicatement ses épaules. « Je vais préparer l’écran géant! J’espère que tu as pensé aux grignotine, je ne peux pas tolérer la perte de Han Solo sans noyer ma peine dans le pop corn! » …. T’as quel âge? WOAH. Star Wars, c’était sérieux, un grand engagement, même si c’était au moins son centième visionnement! Alors qu’il allait s’empresser d’abandonner son navire de boulot, deux silhouettes venaient de s’encadrer dans la porte, escortés par Alfred…….Super, son rendez-vous d’affaire…..et en avance.

Se redressant d’un coup, et reprenant au passage un air beaucoup trop sérieux et distingué pour être vrai – quand on le connaissait vraiment. Daisuke avait feint un sourire des plus enchanté alors qu’il s’avançait vers le vieillard et sa conjointe à perruque… Conjointe qui ne semblait pas le moins du monde avoir réalisé la tentative de meurtre Kotanienne de leur dernière rencontre, à coup de cure-dent. Échangeant une poignée de main avec le vieillard, Daisuke allait proposer à Maiko de l’attendre lorsque ses intrus décidèrent de s’exprimer. « Monsieur et madame Serizawa! Quelle chance! Moi qui voulais justement vous inviter à souper ce soir! » Alors non! Pas possible! Pas quand Star wars était au menu! Impossible! Il allait trouver une excuse lorsque moumoute lady s’était approchée de Maiko pour la serrer dans ses bras – tout contre sa poitrine refaite – comme si elles étaient les meilleures amies du monde. « Oh mademoiselle Serizawa! Comme je suis heureuse de vous revoir! Vous voulez bien convaincre votre époux de socialiser un peu… » .. .Ah les mensonges du cambodge, de quoi vous poursuivre à vie. Surtout quand le vieillard dont vous avez besoin pour un projet d’investissement ajoute : « Venez donc, ça sera beaucoup plus agréable de laisser les poulettes discuter entre elles pendant que nous finalisons les négociations pour votre nouvel hôtel. »


electric bird.
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


Hakuna Matata! What a wonderful phrase. Hakuna Matata! Ain't no passing craze! It means no worries for the rest of your days. It's our problem-free philosophy, Hakuna Matata!

▬▬▬▬▬▬
JPN + JUNIOR BY EITA
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3763-kotani-maiko-cellphone#266118 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3762-kotani-maiko-ft-park-ji-yeon http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3766-kotani-maiko-mails-box http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3746-kotani-maiko-what-s-up-doc

Carte d'identité :
Née dans la jungle le 8 juillet de l'année 1996 mais sur ses papiers la brousse porte le nom de Yokohama ce qui fait donc de Tarzan une japonaise de 20 ans.

Activité de fainéant :
Étudiante en section danse à Eita, membre des jewels, co-capitaine de la Kotani Team 7j/7.
Esclave affranchie/ ancienne assistante d’affaires pour le démon


Statut marital :
Célibataire, fidèle à Patrick & Sancho
#Teamcatin ♥️
Family always wins ♥️


Mes trucs à moi :

5ème enfant de la compagnie des 7 Kotani ❧ Fan secrète de Dirty Dancing et de Grease, Patrick est son amour de jeunesse ❧ Elle vit dans un appartement à Shinjuku avec la majeure partie de sa fratrie ❧ A pour mère une poule pondeuse absente et pour père le parfait inconnu ❧ Deeply in love d’une fournisseuse de peluches, TOHH ♥️, LHF ♥️ ❧ Travailleuse, elle est ceci dit très capable de perdre un boulot plus vite que l’éclair quand elle se prend pour John Rambo ❧ A pour big bro un tacos maker, le mexicain le plus caliente du monde ♥️ ❧ Elevée par des loups, Kowgli from the jungle bites ❧ Adoptée par Taï Bunny, future femme de son grand frère (on y croit) et alliée jedi dans la lutte contre le côté obscur ❧ Addict aux motos bien que ce qu’elle ait possédée de plus proche soit une trottinette Buzz l’éclair ❧ Fuira un jour sur Tatooine pour devenir championne de courses de modules ❧ Allergique au gui ❧ Membre de l'Alliance Rebelle avec son frère Ren ❧ Responsable de la disparition de Chopin le Yorkshire et de bien d'autres crimes ❧ Fondatrice du mouvement "si toi aussi ton patron est con, joue au Tétris"




Mer 3 Aoû - 15:57
 
One wig to rule them all
Dairon & Maido Baggins ♥


Pour parler franchement, c’était un peu bizarre… de venir ici sans avoir envie de le tuer…. Sans penser « dommage que je n’ai pas pris ma batte de baseball » ou « quel cerisier sera le mieux pour cacher le corps » ou encore « Un mur, sa tête, perfect match ! »… oui, c’était vraiment étrange. Mais pas désagréable. Pas du tout désagréable même. Le reste de sa fratrie ici, ils la penseraient probablement tous malade ou folle, bonne à enfermer en tout cas. Depuis quand les jedi rendaient visite aux siths pour une soirée canapé/film ? Elle risquait de basculer du côté obscure, n’en n’avait-elle pas conscience ?
Être à côté de lui, sans pour autant renier sa famille, elle l’avait déjà fait, et ce n’était pas si mal…. Bien sûr, la situation était différente à l’époque mais… elle avait fait des cookies et avait terminé ici pour ne même pas remarquer qu’Alfred avait eu le sentiment de voir Noël à sa porte en période estivale.
Maintenant, prétendre ne pas être contente de le voir, mieux valait éviter de le faire quand elle n’avait pu s’empêcher de répondre au sourire qu’il lui avait adressé. De manière un peu gênée, c’est vrai… mais tout était une question d’automatismes ! C’était qu’une pause, leur lien… avec un peu de bonne volonté, ils pouvaient bien le retrouver non ? La nouvelle version aurait probablement quelques aménagements :

« Tu sais, encore une fois et je vais finir par croire que tu connais vraiment mon prénom. » c’est ça, fais ta maligne. Elle avait au moins eu le temps d’en profiter quelques secondes avant qu’il ne se rapproche. Proximité ou mots, l’un des deux, voir les deux, l’avait déstabilisé suffisamment pour qu’elle relève un regard surpris vers le Serizawa « Comment tu… ? » non Maiko, ne commets pas la gaffe d’avouer tes crimes : « je passais par hasard et je t’ai fait des cookies »… mouais, on avait connu mieux et n’importe quel inspecteur te conseillera de prendre un excellent avocat plutôt que d’assurer ta défense toi-même « Ah laisse tomber ! Tiens ! » et sans chercher à comprendre, elle lui avait tendu le sac qu’elle tenait à la main. Allez, au moins elle lui donnait. Il n’aurait rien dit, la connaissant, on la voyait d’ici hésiter pendant toute la soirée pour les déposer finalement à la cuisine l’air de rien. Et si elle n’avait manifestement pas compris qu’elle s’était transformée en génie de la lampe sans le vouloir, si elle supposait peut-être que ce fourbe était entré dans sa tête ou que l’odeur des cookies l’avait trahi, elle avait préféré, bien évidemment … « Mange pas tout d’un coup ou tu devras faire des travaux pour agrandir les portes. »  … le taquiner. Mais était-il utile de lui rappeler ce que ses yeux avaient réellement vu ?
Oublions, elle préférait de loin se lancer dans une conversation où Alfred pesterait contre la poussière, les travaux l’empêcheraient de travailler et le pauvre homme n’avait plus l’âge d’être troublé dans ses habitudes.
… Franchement, bosser pour Daisuke, ça en étonnerait plus d’un qu’il ne soit pas formé aux aléas !

Ceci dit, accordons un point à la Kotani : « Tu penses vraiment qu’à manger hein ? ». Ok, pour cette fois elle n’avait pas tort. Mais il y avait toujours cette image de piscine. Cette image sans laquelle il ne serait pas devenu gras évidemment. Aaaah l’auto persuasion, la plus pourrie des techniques.
Mais au milieu des taquineries, elle avait retrouvé la voie d’un air plus sérieux, avec une pointe de gêne quand elle avait commencé une phrase « Je suis…. »  … ce qu’elle était, on ne le saurait jamais puisque Barbossa et son mari avaient fait leur entrée. Et quand un Serizawa était pro pour adopter un air tout de suite plus « affaires », Maiko n’avait pas pu retenir cette moue partagée entre « oh merde » et « où sont les issues de secours », air qui pouvait également se résumer par « Pas eux ».
Et si Maiko, eux. Allez, souris, toi et Barbimoute avaient désormais une histoire en commun. Après cette agression au cure-dent, tu devrais t’en sentir proche et… SOUPER ? NO WAY !
Avec un peu de chance, si elle sautait par la fenêtre maintenant, personne ne remarquerait qu’elle s’était volatilisée.
T’en as d’autres des idées à la con comme ça ?

« Bonsoir. »  un point pour la politesse « Ah mais… »  qu’importe l’excuse bidon qu’elle avait trouvé à offrir, cette dernière avait été étouffé contre le trampoline siliconée qui venait de l’étreindre comme si elles étaient déjà les meilleures amies du monde.
Est-ce que le « au secours » se lisait assez clairement dans son regard ou est-ce qu’elle devait se mettre au morse pour lancer ce sos à son « époux » ? « Ah… euh…. »  et encore une fois, on ne savait trop ce qu’elle aurait pu répondre, le vieux avait enchaîné et le seul mot qui était sorti de la bouche de notre Kotani était un interloqué « Poulette ? »  … oui Maiko, t’as bien compris. Mais ne lui casse pas la gueule, à priori Grand Père Ewing est utile au travail de ton bibendum… « …. »  
Non vraiment, la prochaine fois, appelle avant de débarquer à l’improviste avec des cookies. Parce que maintenant, la soirée Star Wars semble s’être transformée en… pourquoi est-ce qu’elle la prenait comme ça par l’épaule le bout de plastique ? On faisait des câlins comme ça dans la maison de Barbie ?
Fallait croire… un regard de détresse lancée en arrière et elle avait été condamné à mort… oui à mort, sans exagération !

✽✽✽✽✽✽✽✽✽✽✽

« Je vous donnerai le numéro de mon chirurgien si vous voulez. Il ne faut jamais se laisser aller et un homme ça se garde au physique ! Pas à l’esprit ! Parce que l’esprit dans la chambre à coucher, sauf pour innover un peu, il n’a plus tellement d’intérêt. »  … ça faisait combien de temps qu’elle parlait Mrs Wig ? Elle n’en savait trop rien, mais elle avait eu le temps d’entendre une bonne partie de sa vie. Et devinez quoi ? ça n’avait rien de passionnant ! Une poutre, une corde, c’était tout ce qu’elle demandait maintenant. Pourtant, quand Alfred s’était rapproché pour remplir son verre de limonade et celui de Plastic Woman, ce qu’elle lui avait murmuré à l’oreille en le retenant par le bras n’était clairement pas pour se suicider « Pitié, dites-moi que vous avez mis de l’arsenic dans son verre. ».
Non, évidemment que non il n’en n’avait pas mis. Evidemment qu’elle allait mourir ici ce soir quand elle pensait à la base passer une soirée avec un ami retrouvé. Et juste pour ça… oui, elle la maudissait encore plus Frankenstein.
Et oui, si vous vous posiez la question, elle en avait encore beaucoup des surnoms en réserve pour elle
« D’ailleurs, j’espère que vous faites bien attention à ça. Parce que la petite flamme s’éteint vite et le meilleur moyen de l’entretenir c’est la nouveauté. J’ai de la chance d’avoir un époux qui tient encore la forme de ce côté-là alors on peut se permettre certaines folies. Tenez, l’autre soir…. »  

Hein ? Non !
Est-ce qu’elle pouvait pleurer maintenant ? Personne n’irait le répéter au Dieu Kotani hein ?
La fenêtre. La fenêtre c’était la seule issue. Si elle sautait à travers, elle se tuerait peut-être mais l’avantage des morts, c’est qu’ils étaient sourds !
… et pourtant, depuis près d’une heure, tout ce qu’elle souhaitait, c’était être sourde, rien de plus. Il en avait besoin de ces crétins hein ?
… Règle de base d’un Kotani : on abandonne aucun homme à terre « Le poker !  »  devant l’air d’incompréhension de Pamela, la danseuse ne lui avait laissé aucune chance de terminer sa phrase pour enchaîner rapidement « Les jeux de carte en fait ! C’est ce qu’on fait avec un petit groupe d’amies le jeudi après-midi. On avait un club de lecture avant mais ça n’a pas tenu. Non, les jeux d’argent, ça c’est excitant !  »  

Quoi ? Les femmes de riches ne se réunissaient pas entre elles pour baver sur le voisinage ?
… tout ce qu’on espère pour toi Kotani, c’est que t’as assez de caricatures pour tenir jusqu’au retour de ton « mari ».


electric bird.
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


It's the eye of the tiger, it's the thrill of the fight. Risin' up to the challenge of our rival and the last known survivor stalks his prey in the night, and he's watchin' us all in the eye of the tiger▵ ©️endlesslove.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
Dieu vivant d'origine japonaise âgé de 31 ans, il est né et a grandit à Narita avant de s'exiler vers Tokyo, cette ville de liberté!

Activité de fainéant :
Vice-president de l'entreprise Serizawa Airlines (et sex-symbol chevronné!), c'est aussi un tonton Scar à temps plein.

Statut marital :
Divorcé. Malade au tendances Lannister, de toute façon, il n'y a qu'une femme de la jungle pour voler son coeur ♥️.


Mes trucs à moi :
Star wars c'est sa vie ◇ Les disney aussi, mais en secret hein! ◇ Manipulateur diplômé ◇ Faiblesse charnelle pour les jeunesses ◇ Déteste son frère ainé et quelque part, le crain ◇ Admirateur #1 de son neveu, il a d'ailleurs son nom de tatoué ◇ Leader de la Daidai Crew, composée des plus beaux ◇ Carte de crédit illimitée pour son ex-femme ◇ Caféholic ◇ Il fume quand il est nerveux ◇ Ses techniques d'éducation impliquent l'acquisition d'une prostituée comme cadeau de 16 ans ◇ Il a une peur panique des Yorkshire depuis Chopin ◇ Le gui est sa plante préférée





Sam 13 Aoû - 14:27
 
One wig to rule them all
Daisuke & Maiko


Avant que l’égo masculin de notre seigneur des ténèbres ne soit totalement anéantie par son affection un peu trop grande pour la femme de la jungle – il n’avait pas d’absence de nez pour l’aider à être effrayant lui - nous tenons quand même à préciser qu’aussi mignon et adorable soit sa venue pour un visionnement intégral du nouveau film de Star Wars, Daisuke aurait largement préféré une activité plus sportive en vertu de laquelle, la partie inférieure de son anatomie aurait pu faire plus ample connaissance avec cette sirène qui l’avait si brièvement visité. Toujours est-il que ces pensées avaient été refoulées dans le tiroir du «  pas maintenant » alors qu’il attaquait une question plus importante, plus pressante, celle de ces cookies! Dans le passé, dans leur ancienne relation, elle venait toujours vers lui avec une offrande comestible, elle devait savoir ô combien Akane était loin d’être une fée du logis. C’était une tradition à laquelle il espérait bien continuité! On ne quittait pas la secte Daidaiesque aussi aisément, si elle voulait retirer le sacrifice sucré, elle allait devoir proposer quelque chose de plus intéressant aux fidèles, genre, une danse à poil sous la pleine lune! Et encore, il n’était pas dit que les biscuits seraient retiré si facilement  des festivités… Il avait tellement espérer qu’un jour elle enfilerait cette jupette et l’uniforme adorable incluant un petit foulard et qu’elle passerait à sa porte pour lui vendre son stock… Oui, il n’y avait pas que les Disney dans son répertoire cinématographique, clairement.

Ses yeux s’étaient écarquillés à la vue du sac, comme s’il ne pouvait pas vraiment croire qu’elle se soit souvenir leur vieille tradition puis, il se mit à l’observer en plissant les yeux, toujours incertain, un peu comme un gros matou devant de la nourriture trop facilement offerte. Il avait risqué l’empoisonnement par un Kotani déjà… il n’était pas prêt à prendre ce risque. « Tu me jures sur la tête de Jar Jar Binx que Ren n’a pas participé à la préparation? Alfred se remet encore à peine de son séjour à l’urgence! » Ren, juste son nom le faisait presque frissonner, mais visiblement pas assez pour l’empêcher d’enfoncer une main dans le sac et de se saisir d’un biscuit pour croquer dedans comme un rescapé. Ces sucreries lui avaient manqué, genre, beaucoup, maintenant que sa dealer était de retour en affaire, il allait devoir se trouver une nouvelle occupation pour maigrir… Remarquez, le stress sous lequel son frère et Naoki le faisaient vivre avec leur histoires suffisait à le garder svelte…Un sourire amusé était apparu sur son minois alors qu’il savourait le goût divin du biscuit avec probablement trop d’entrain, tout en fixant sa visiteuse du coin de l’œil. Encore cette histoire de gras? Avec un air amusé, il avait ajouté, à son intention, en prenant cette gueule de parfait crétin qui n’était, somme toute, pas trop effrayante : « Je dois encore me mettre à poil pour que tu valides que je ne suis pas gros? », l’air amusé, le pas de trop pour se rapprocher de la brebis égarée dans un : « Je peux le faire tu sais… »

Hélas, son élan de connerie fut brusquement arrêté par l’arrivée for peu fortuite de seigneur moumoutos et sa greluche toujours aussi refaite – et toujours aussi ratée. Zut. Comment osaient-ils brimer une conversation sérieuse hein? Et plus important, de quel droit venaient-ils leur proposer une activité de soirée alors que pour une fois, Maiko avait daigné se présenter dans le repère de l’enfer pour passer du temps avec lui! Ils méritaient la pendaison par les pouces! Avec un air professionnel au visage, Daisuke avait échangé la poignée de main typique, son sourire se faisant un brin plus crispé à l’appellation poule, et encore un peu plus froid quand la baleine échouée décida d’enlacer sa captive. WOAAAH. Il était dans la file d’attente pour tâter du Kokobongo depuis des années, qu’elle prenne un numéro! Une pointe d’énervement venait de grimper en lui, vraiment, il avait été tellement heureux, tellement réjouis qu’elle soit là, l’instant d’avant, et voilà que ces deux ploucs venaient tout gâcher. Daisuke avait brièvement détourné son minois du vieillard pour remarquer que sa pieuvre de femme chirurgiée venait d’attirer la pauvre et innocente Kobiwan vers le salon, sous le regard horrifié d’un Alfred. Oh comme il pouvait déjà prédire les remontrances de son majordome qui l’accuserait d’avoir sacrifié Maiko à la bête…. Soupirant en forçant un nouveau sourire, il s’était retourné vers l’homme qui venait de lui proposer un souper…. Un souper, vraiment? « C’est que… nous avions déjà des plans de soirée… ma femme et moi… » Et tu dis ça avec tout le naturel du monde? Bah oui! Il pouvait encore avoir l’air professionnel tant que ces « plans » de se cacher dans des couvertures et de se gaver de friandises devant le dernier film de turbo geek n’étaient pas dévoilés… Il s’était retourné vers l’endroit ou Maiko était un instant plus tôt, réalisant du même fait qu’il devait absolument la retrouver avant qu’elle passe sous le bistouri en écoutant les conseils de sa kidnappeuse… Daisuke tentait de chasser cette angoisse de son esprit alors que le vieillard ajoutait, d’un ton faussement gentil. « Comme c’est dommage… je devrais peut-être aller passer la soirée avec votre frère… il avait un nouveau projet à faire endosser lui au------- » Ne le laissant pas finir – un crétin, tomber dans le panneau comme un crétin, Daisuke avait ajouté, son sourire ratoureux de retour en un tour de main. « Itô-san! » et un rire, un, un vrai pro… Tournant cet incident en fausse erreur de compréhension puis, en blague, il avait ajouté, en lui posant une main sur l’épaule comme si leur amitié était des plus fortes : « Vous parlez à Serizawa Daisuke, pas à votre épouse, nul besoin de me couper la parole pour éviter que je vous contredise…. » Et un rire de vieux un. Il était hors de question qu’il laisse ce type lui filer entre les doigts et ramper vers Makoto, chaque petite victoire, aussi mince soit-elle, sans sa filiale d’hôtellerie contribuait à acheter sa liberté. Sans compter qu’il ne pouvait pas remballer ce vieux débile sous prétexte que sa femme avait l’air d’un épouvantail, pas maintenant, pas alors qu’il se la jouait prudent en pensant à Naoki. « J’allais simplement vous mettre en garde contre ma propre moitié… ma brebis en sucre… elle risque de vous bouder un moment au souper, si vous la priver de son tour de manège… » … Abruti, abruti, et voilà qu’il balançait Maiko sous le train! WOAH. S’ils en étaient là, c’était sa faute, sans la catastrophe du cure-dent, il aurait pu régler le contrat ce soir-là, au lieu de finir enfermé dans une chambre froide… S’il devait subir une soirée avec ces deux débiles, elle devait être là! D’ailleurs, c’est pour aller lui annoncer l’heureuse nouvelle qu’après une bonne heure de discussion avec le vieillard, Daisuke avait regagné le salon, constatant l’embarras de sa pauvre Jedi… pour annoncer que oui, ils iraient souper avec les deux ploucs ici présent…

Très excitée par l’apparent plan de soirée, moumoute avait plaqué un baiser sur chacune des joues de la jeune danseuse – apparemment, elle se sentait « american » comme elle le disait si bien dans un anglais atroce, avait salué Daisuke… et leur avait donné rendez-vous à leur domicile, dans une heure, le temps de se préparer et de « rattraper en rapidos cette soirée d’amoureux » comme l’avait si bien expliqué son mari. … Ok, on se calme, ça ne serait pas si terrible… non? Alors que le vieillard sortait, et ponctuait son « À plus tard mon étalon » d’une tape très « american » sur le postérieur de notre bridé, il en était moins sûr. Ce n’est que lorsqu’ils eurent franchit la porte et que sa panique se fut sensiblement calmée, qu’il se retourna vers Maiko, très, très sérieux. « … Je suis désolé. Apparemment mon boulot inclus une bonne portion de prostitution…   » puis, un soupire plus tard. « Me laisse pas seuls. Si ça se trouve, ils veulent m’assassiner pour l’outrage du cure-dent! T’es avec moi dans ce crime Maiko-Rey! » … Oui, la supplication par Star Wars….



electric bird.
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


Hakuna Matata! What a wonderful phrase. Hakuna Matata! Ain't no passing craze! It means no worries for the rest of your days. It's our problem-free philosophy, Hakuna Matata!

▬▬▬▬▬▬
JPN + JUNIOR BY EITA
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3763-kotani-maiko-cellphone#266118 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3762-kotani-maiko-ft-park-ji-yeon http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3766-kotani-maiko-mails-box http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3746-kotani-maiko-what-s-up-doc

Carte d'identité :
Née dans la jungle le 8 juillet de l'année 1996 mais sur ses papiers la brousse porte le nom de Yokohama ce qui fait donc de Tarzan une japonaise de 20 ans.

Activité de fainéant :
Étudiante en section danse à Eita, membre des jewels, co-capitaine de la Kotani Team 7j/7.
Esclave affranchie/ ancienne assistante d’affaires pour le démon


Statut marital :
Célibataire, fidèle à Patrick & Sancho
#Teamcatin ♥️
Family always wins ♥️


Mes trucs à moi :

5ème enfant de la compagnie des 7 Kotani ❧ Fan secrète de Dirty Dancing et de Grease, Patrick est son amour de jeunesse ❧ Elle vit dans un appartement à Shinjuku avec la majeure partie de sa fratrie ❧ A pour mère une poule pondeuse absente et pour père le parfait inconnu ❧ Deeply in love d’une fournisseuse de peluches, TOHH ♥️, LHF ♥️ ❧ Travailleuse, elle est ceci dit très capable de perdre un boulot plus vite que l’éclair quand elle se prend pour John Rambo ❧ A pour big bro un tacos maker, le mexicain le plus caliente du monde ♥️ ❧ Elevée par des loups, Kowgli from the jungle bites ❧ Adoptée par Taï Bunny, future femme de son grand frère (on y croit) et alliée jedi dans la lutte contre le côté obscur ❧ Addict aux motos bien que ce qu’elle ait possédée de plus proche soit une trottinette Buzz l’éclair ❧ Fuira un jour sur Tatooine pour devenir championne de courses de modules ❧ Allergique au gui ❧ Membre de l'Alliance Rebelle avec son frère Ren ❧ Responsable de la disparition de Chopin le Yorkshire et de bien d'autres crimes ❧ Fondatrice du mouvement "si toi aussi ton patron est con, joue au Tétris"




Sam 13 Aoû - 17:43

One wig to rule them all
Dairon & Maido Baggins ♥


Dans le fond, il aurait mieux valu que Ren les fasse vraiment ces cookies. Parce que si elle n’avait pas assuré au Daisuke qu’elle était la seule responsable de cette pâtisserie aujourd’hui, si Ren y avait ajouté sa griffe, elle aurait possédé une arme excellente contre le duo démoniaque. Et discrète ! Après tout, qui se méfiait d’un cookie ?
Et oui, elle en était bien à regretter de ne pas posséder de telles armes sous la main quand, plus tôt dans l’année, un Alfred au plus mal l’avait transformé en Angry Kokonut.
On lui accorde, Alfred et ces deux « américains »… il y avait quand même de sacrées différences prêtes à vous faire envisager les mêmes armes que votre frère aîné plus tôt. Mais dans le fond, le plus simple était probablement de se tirer loin d’ici, sans demander son reste. Parce qu’attendre que son ancien patron finisse sa conversation entre hommes d’affaires, supporter la femme de plastique, elle n’avait pas à le faire. Daisuke n’avait pas eu l’air d’en avoir bien envie non plus à la base… jusqu’à la mention de ce frère qu’il ne portait pas dans son cœur. Et si elle avait été prête de rentrer dans le jeu de l’épouse pour faire partir les Nazgûls, elle s’était ravisée pour se retrouver ici avec… avec… c’était qui déjà ? Ouais, elle avait bien articulé quelque chose comme un nom à un moment de leur histoire de… ah voilà, elle avait même oublié le nom du clan que bouche gonflable ou « face de poulpe » avait fondé quelques minutes plus tôt. Un truc de solidarité féminine option riches. Ce à quoi Maiko n’avait pu s’empêcher de penser que si elle voyait sa meilleure amie, elle ne tenterait même pas de rivaliser. Avant de se demander très justement pourquoi elle n’était pas partie voir sa Yue à la place ?

… parce que le « à l’occasion » du Serizawa s’était transformé en « pourquoi pas ce soir » quand il aurait dû se changer en « jamais ». Pourtant Yue, elle, elle n’aurait pas proposé de se déshabiller en mangeant des cookies. Et elle ne lui donnait pas non plus des surnoms idiots. En même temps, elles n’étaient pas mariées. Quoique… c’était un peu tout comme !
Coupable d’évasion par la pensée. Truc en plastique pouvait parler, elle n’était plus là. Aaaaah la joyeuse planète Kotani si souvent explorée pendant ses moments de self-contrôle au boulot. Elle en avait épargné des vies. Mais franchement Maiko, l’image ridicule de lui planter une aiguille dans un sein pour la voir ensuite s’envoler loin d’ici tel un ballon que l’on crève… t’es sûre que tu vas bien ?
Elle sauvait une vie, c’était sa meilleure stratégie pour ne pas partir en mode Dark Kokonut et foirer les affaires de cet idiot avec lequel elle était venue passer du temps à la base.
Courage, ils allaient partir les deux aristos et ils pourraient le regarder ce Star Wars.
Le souper ? Quel souper ? Allez, ils n’allaient quand même pas vraiment souper là bas !
Et bien détrompe-toi parce que l’homme, ou plutôt l’étalon, qui revient et qui s’est tout juste fait claquer les fesses, il n’est pas venu pour te délivrer de la ventouse avec toi mais bien pour te condamner à passer une longue, très longue soirée avec elle. Et les gentils bisous qu’elle vient te donner ne sont que les premiers d’une longue série.
Les Ewing partis, sa première action avait été de s’essuyer ses joues du plat de la main tout en tournant un air incrédule vers son aîné :

« T’es pas sérieux ? » Oh si Maiko, Tornado est sérieux. Il te demande vraiment de l’accompagner à ce truc de riches pour son boulot, comme si tu étais encore son assistante « Attends… t’as un travail toi ? » … arrête de le taquiner, tes anciens salaires sont là pour prouver qu’il a effectivement un travail. Et puis, à ta place, vue ta position on ne ferait pas trop la maligne.
Non, mieux valait refuser et fuguer loin d’ici avant de se retrouver condamnée à passer une soirée au pays du golf et de la chirurgie esthétique.

Elle allait refuser n’est-ce pas ? Ce n’était pas une stupide mention de cure-dent qui… « Ok…. » … allait la conduire au suicide ! Soupirer, accepter sa mort et se préparer à y aller la tête haute. Non, la fierté Kotani du clan ne l’obligeait pas dans le cas présent. Alors pourquoi ?
Parce qu’il semblait en avoir besoin. Elle n’avait pas de meilleure raison que ça.
Lui, il était venu quand elle était allée voir sa mère…. Et si les règles Kotani ne permettaient pas de l’admettre… oui, elle en avait eu bien besoin de quelqu’un à ses côtés. Parce qu’au final, même si elle faisait la forte, elle ne se sentait pas vraiment d’aller la voir toute seule. Il avait été présent pour elle et même si officiellement de présence un Kotani n’a pas besoin, elle s’était sentie plus capable de constater, une nouvelle fois, que oui sa mère n’était pas ce qu’elle pensait mais réellement pire « Mais j’te préviens, elle me ventouse encore une fois Ursula et y’aura du poulpe grillé au menu ! »
… quoi ? Cas de légitime défense!

« J’suis pas obligée de rentrer me changer au moins hein ? » un short et un t-shirt ? Oui mais il était cool ce t-shirt, et puis c’était pas un short en jean alors…. Sans compter que le fait d’avoir des chaussures à talons ça comptait ça ! Hein ça comptait ?
Elle, elle ne voulait pas s’habiller en Sue Ellen pour faire amie-amie avec Stacy. Non, ce qu’elle voulait c’était partir dans une galaxie lointaine très lointaine à la base et pas à Dallas. Mais son ex beau-frère était devenu un canasson et elle une Teddy pour Barbie. Si on pouvait juste prendre trois secondes pour constater que, cette fois pour sûr, la malchance n’était pas de sa faute !

electric bird.
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


It's the eye of the tiger, it's the thrill of the fight. Risin' up to the challenge of our rival and the last known survivor stalks his prey in the night, and he's watchin' us all in the eye of the tiger▵ ©️endlesslove.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
Dieu vivant d'origine japonaise âgé de 31 ans, il est né et a grandit à Narita avant de s'exiler vers Tokyo, cette ville de liberté!

Activité de fainéant :
Vice-president de l'entreprise Serizawa Airlines (et sex-symbol chevronné!), c'est aussi un tonton Scar à temps plein.

Statut marital :
Divorcé. Malade au tendances Lannister, de toute façon, il n'y a qu'une femme de la jungle pour voler son coeur ♥️.


Mes trucs à moi :
Star wars c'est sa vie ◇ Les disney aussi, mais en secret hein! ◇ Manipulateur diplômé ◇ Faiblesse charnelle pour les jeunesses ◇ Déteste son frère ainé et quelque part, le crain ◇ Admirateur #1 de son neveu, il a d'ailleurs son nom de tatoué ◇ Leader de la Daidai Crew, composée des plus beaux ◇ Carte de crédit illimitée pour son ex-femme ◇ Caféholic ◇ Il fume quand il est nerveux ◇ Ses techniques d'éducation impliquent l'acquisition d'une prostituée comme cadeau de 16 ans ◇ Il a une peur panique des Yorkshire depuis Chopin ◇ Le gui est sa plante préférée





Mar 23 Aoû - 21:37
 
One wig to rule them all
Daisuke & Maiko


Le vieillard qui se tenait devant lui ne cessait de jacasser, d’énumérer un nombre ridicule de considérations à étudier quant à son investissement dans la division hôtelière de notre bridé – une prudence tout à faire déplacée quand on savait que son apport était non seulement minime, mais uniquement requis pour emmerder son frère ainé. S’il n’avait pas eu l’intime conviction que d’avoir ce débile et sa femme plastique de son côté suffirait à faire grimacer de mécontentement – en privé, il ne montrait jamais son énervement en public – que son frère, Daisuke aurait depuis longtemps tenté une fuite par la fenêtre du bureau. Dieu que ce type l’énervait! Et si sa voix n’était pas un somnifère en elle-même, il fallait qu’il se lancer sans arrêt dans des anecdotes infectes de ses efforts pour faire de son mariage une « suite de passion ». Beurk. La simple idée d’imaginer la reine du bistouri et son bedonnant mari dans leur activités conjugales suffisait à lui couper l’appétit, mais lorsqu’en prime, il était retenu prisonnier par un malade qui semblait déterminé à lui donner beaucoup trop de détail, Daisuke en venait à  souhaiter, très fort, que Maiko ait empoisonné les biscuits. Douce délivrance, il prendrait même la version hallucinogène, s’il était pour se taper un trip de drogue, il préférait nettement ses idées saugrenues aux racontars de son tortionnaire! C’est avec un sourire forcé et totalement crispé, qu’il faisait mine d’écouter en hurlant mentalement contre la danseuse qui l’avait abandonné lâchement avec un détraqué! Détraqué qui, même lorsqu’ils sortirent du bureau pour regagner le salon, ne pouvait contenir sa testostérone et lui mettre une claque bien sentie sur les fesses.

ARG. Daisuke voulait bien comprendre, l’excuser pour sa « maladresse » après tout, lui-même avait plus d’une fois perdu pied, manqué d’équilibre au point où il avait dû se retenir, reposer sa main sur le postérieur d’une mineur kokobongesque, c’était des choses qui arrivent, des accidents! Mais son invité poussait la limite un peu loin, même pour lui… Daisuke s’était figé au milieu du salon, devant Pamela Anderson V2.0 – toujours occupée à discuter avec son « épouse », alors que le vieillard ne semblait pas vouloir arrêter l’affront à une claque surs on postérieur bien découpé. Raide, totalement sous le choc non seulement de la claque, mais de la………..oui oui, caresse qui avait suivi, il avait cessé de bouger, de respirer comme si ça pourrait le sauver. L’espace d’une seconde, il s’en voulait pour toutes les employées maltraitées, pour tous les abus de Kokonut qu’il payait, très certainement, en ce moment. Une fraction de seconde, il avait crispé poings et serré les dents alors que ses yeux sombres croisaient ceux de son ancienne employée et qu’il tentait – par tous les moyens – de lui envoyer des messages psychiques pour lui intimer la fuite! Si l’un d’eux devait survivre, ça serait elle, elle devait lire dans son esprit, utiliser la force, et comprendre qu’elle devait faire comme Luke Skywalker et se cacher, loin, très loin, de ces sith pervers qui avaient envahis le salon!

Une véritable prise d’otage, voilà ce dont il était victime! Daisuke aurait pu paniquer, hurler, mais ses années d’entrainement à masquer ses émotions lui avaient permis de conserver cet air presque plaisant, en hochant la tête, assurant au duo de débiles qu’ils iraient, lui et sa femme passer la soirée dans leur abominable demeure. Il aurait pu dire cela uniquement pour se débarrasser d’eux – une idée logique, vu le soupir de soulagement qu’il avait laissé lui échapper lorsqu’ils avaient enfin quitté les lieux. Zut! Lui qui voulait simplement passer un moment en tête à tête avec une amazone, le voilà prisonnier d’une soirée qui s’annonçait absolument – totalement – complètement désastreuse. Au moins, il ne serait pas seul… Non parce que, sans l’incident du cure-dent, sans ce charme à moitié conscient qu’avait eu sur eux sa jeune complice, il ne serait pas dans cette situation. Bras croisés, inflexible, il avait dévisagé la jeune danseuse avec un air entendu, confirmant en silence, dans un hochement de tête, qu’elle avait été sacrifiée au dieu des souper mondains, encore une fois. « Évidement que j’ai un boulot! Tu ne penses quand même pas que je vends mon corps pour payer l’hypothèque… quoi que ce serait vraiment lucratif! » … Comptez sur notre abruti pour rappeler, encore et toujours, ô combien sa grasse silhouette d’amateur de burger était désirable. Il avait fait un pas vers la demoiselle, un sourire amusé au visage, alors qu’il ajoutait, un brin pour enthousiaste alors qu’il savait qu’elle serait de la partie.

« N’ait pas peur, je te protègerai de ses tentacules! Mais en échange, ne laisse plus l’abominable Edgar m’attoucher… je sais ce qu’il fait aux chats innocents! » … Vraiment, vous en êtes dans les méchants de Disney, sérieusement? Difficile de croire l’âge moyen des deux principaux concernés… Devant la moue boudeuse et la question de la demoiselle, il avait baissé les yeux sur sa propre tenue – un jeans sombre et une chemise – il n’avait pas spécialement envisagé de la visite… « Non non, allons-y comme ça. Remarque, j’aurais opté pour l’habit de ski, t’as vu comme ils ont les mains baladeuses… » Oui Daisuke, de sage paroles, si seulement il ne les avait pas prononcées avec un sourire en coin, comme s’il doutait du danger. Il aurait dû mieux s’y préparer, vraiment, mais il était trop tard désormais. Sans vraiment réaliser quelle mouche l’avait piquée – sans doute de vieux réflexes de charmeur habitué à entrainer une jolie demoiselle jusqu’à une maison de péché, généralement la sienne, il avait délicatement pris la main de sa complice de crime pour l’attirer vers l’entré. Seulement, là il était généralement totalement indifférent, blasé même, il avait senti son corps s’affolé dès que ses phalanges s’étaient enlacées aux siennes. Euh… vous devez jouer mari et femme, vous vous rappeler? Il ne serait probablement pas trop mal de vous habituer au contact…

Le hic justement, c’est qu’il y était vachement habituée, tellement, trop, qu’il en voulait plus. Trop orgueilleux pour laisser voir qu’il avait saisi cette main sans penser, il l’avait entrainé jusqu’à la porte d’entrer sans la relâcher, seul son sourire amusé trahissant sa nervosité. Puis, il s’était retourné vers Maiko, comme si l’illumination l’avait frappé et un sourire des plus espiègles flottait sur ses traits alors qu’il relâchait sa main pour la regarder droit dans les yeux. « Tu sais quoi…   » Non, on ne sait pas, et on se demande même pourquoi tu fais un pas vers elle, pourquoi tu inclines ton minois vers le sien avec cet habituel air de prédateur en murmurant, comme un secret pour vous deux : « Quitte à se la jouer mari et femme pour un soir… autant te donner le traitement spécial… » … Traitement spécial? Quel traitement spécial. Lentement, il avait tendu un bras vers elle, comme s’il voulait l’enlacer- et soyons francs, il le voulait plus que tout, il devait presque se faire violence pour se retenir … et pourtant, dès qu’il eut contourné sa taille, sa main s’était saisit derrière elle – sur la tablette, d’un casque de moto qu’il lui avait déposé dans les mains avec un sourire très fier au visage. « Tu veux faire un tour? » … Il ne lui avait pas trop donné le choix, attrapant au passage son propre casque et ses clés. Oui, il sortait le grand jeu de séduction Kotanienne.


electric bird.
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


Hakuna Matata! What a wonderful phrase. Hakuna Matata! Ain't no passing craze! It means no worries for the rest of your days. It's our problem-free philosophy, Hakuna Matata!

▬▬▬▬▬▬
JPN + JUNIOR BY EITA
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3763-kotani-maiko-cellphone#266118 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3762-kotani-maiko-ft-park-ji-yeon http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3766-kotani-maiko-mails-box http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3746-kotani-maiko-what-s-up-doc

Carte d'identité :
Née dans la jungle le 8 juillet de l'année 1996 mais sur ses papiers la brousse porte le nom de Yokohama ce qui fait donc de Tarzan une japonaise de 20 ans.

Activité de fainéant :
Étudiante en section danse à Eita, membre des jewels, co-capitaine de la Kotani Team 7j/7.
Esclave affranchie/ ancienne assistante d’affaires pour le démon


Statut marital :
Célibataire, fidèle à Patrick & Sancho
#Teamcatin ♥️
Family always wins ♥️


Mes trucs à moi :

5ème enfant de la compagnie des 7 Kotani ❧ Fan secrète de Dirty Dancing et de Grease, Patrick est son amour de jeunesse ❧ Elle vit dans un appartement à Shinjuku avec la majeure partie de sa fratrie ❧ A pour mère une poule pondeuse absente et pour père le parfait inconnu ❧ Deeply in love d’une fournisseuse de peluches, TOHH ♥️, LHF ♥️ ❧ Travailleuse, elle est ceci dit très capable de perdre un boulot plus vite que l’éclair quand elle se prend pour John Rambo ❧ A pour big bro un tacos maker, le mexicain le plus caliente du monde ♥️ ❧ Elevée par des loups, Kowgli from the jungle bites ❧ Adoptée par Taï Bunny, future femme de son grand frère (on y croit) et alliée jedi dans la lutte contre le côté obscur ❧ Addict aux motos bien que ce qu’elle ait possédée de plus proche soit une trottinette Buzz l’éclair ❧ Fuira un jour sur Tatooine pour devenir championne de courses de modules ❧ Allergique au gui ❧ Membre de l'Alliance Rebelle avec son frère Ren ❧ Responsable de la disparition de Chopin le Yorkshire et de bien d'autres crimes ❧ Fondatrice du mouvement "si toi aussi ton patron est con, joue au Tétris"




Mar 23 Aoû - 21:51
 
One wig to rule them all
Dairon & Maido Baggins ♥


La soirée de ses rêves ! Vraiment ! Le point positif, c'est que sur ce coup-là, elle n'y était pour rien. La malchance avait frappé sans qu'elle ne l'attise.
Oui bon, si on réfléchissait bien, il y avait cette sombre histoire de pique planté dans une moumoute... mais là encore, elle n'était pas certaine d'avoir commis une faute.
...
Quoi ? Ce n'était que de la maladresse. Elle n'y était pour rien si cette moumoute s'était trouvée sur le chemin de son pieu ! Dans le fond, c'était plutôt la faute du synthétique quand on réfléchissait bien.
...
Passons sur ce plaidoyer étrange. Elle avait mieux à penser.
Comme le travail de son ex beau-frère, et patron au passage. Evidemment qu'il a un boulot Daisuke, t'as suffisamment bosser pour lui pour ne pas en douter !
Mouais... qu'on lui pardonne cette taquinerie, il fallait bien détendre un peu l'atmosphère après les agressions sexuelles dont ils venaient d'être victimes. Et puis, son aîné savait très bien se défendre tout seul. Arquant un sourcil, sa tête s'était ensuite secouée un instant, comme pour amener la censure sur les mots qui semblaient forcés de quitter continuellement sa bouche :

« Non je pensais que tes principales occupations était de raconter des conneries, de terroriser la galaxie et de détourner les jedis du droit chemin !  »

ça c'est pas un métier Maiko.
Ouais, mais c'est toujours mieux que ce qu'il vient de dire... on éluciderait le mystère de l'humanité avant de savoir pourquoi les Serizawa étaient des personnes choquantes dans au moins deux cas, alors inutile d'épiloguer sur le sujet. Surtout quand elle n'était pas mieux niveau étrangeté. Comment est-ce qu'elle pouvait avoir accepté un truc pareil ? Cette soirée allait probablement se classer dans le top 10 des pires de sa vie avec la fois où elle avait vu Han Solo mourir.
Oui, elle allait probablement le regretter cet élan de solidarité. C'est sûr, c'était beaucoup mieux de souffrir à deux plutôt que de laisser Daisuke se débrouiller avec ceux qui ne semblaient pas tellement se cacher d'être des pervers aux mains baladeuses.
Pourtant, malgré sa mort cérébrale proche, un sourire amusé était passé sur ses lèvres à la réplique de son aîné. Edgar hein ?

« Tant que tu bois pas ton bol de lait kitty, ça devrait aller.  » oui, sans compter que ce Serizawa là n'avait rien d'un innocent chaton. Un félin s'il voulait, mais dans le clan des prédateurs.
Pour ton propre bien Maiko, ne lui revèle pas cette pensée là « Hum, je veux pas te faire peur mais t'as l'air d'avoir un sacré ticket avec Edgar. » oui, à un point que même la combinaison de ski ne serait pas suffisante « Une armure peut-être ? Prends au moins un taser....  »
C'est bon jeune fille, arrête de le taquiner parce que ça pourrait très bien te retomber dessus et le taser vous allez probablement devoir le partager.
Mais puisque son arrêt de mort, elle l'avait signé toute seule comme une grande, elle devrait supporter cette soirée étrange pour que son chaton puisse obtenir ce qu'il voulait du vilain Edgar.

Si sa bouche ne s'était pas ouverte pour une protestation, ses yeux s'étaient baissés presque aussitôt vers la main qui retenait la sienne. Normalement, c'était le moment idéal pour lui filer un coup de pied dans le tibia ou prononcer quelques mots sympathiques « ... » ou pour ne rien dire et se laisser entraîner vers l'entrée. Au final, malgré les taquineries, elle était peut-être un peu trop sage pour une Kotani en compagnie d'un Serizawa. On ne savait pas ce qui était le pire entre lui faire des cookies, accepter de l'accompagner chez des pervers ou ne rien lui dire maintenant. Ce n'était qu'un geste innocent. C'était déjà arrivé parfois... avant qu'il se mette à endosser le rôle du parfait crétin, à cette époque où ils étaient encore amis. Comme aujourd'hui non ? C'était du moins ce qu'elle souhaitait retrouver...
Tâchant de dissimuler sa gêne quand sa main avait été libérée, elle lui avait même adressé un sourire... pour foirer complètement son plan de "zen attitude" la seconde suivante quand il s'était rapproché.
Trop près. Encore. Et si elle n'avait pas su s'empêcher de faire un pas en arrière elle n'avait pas non plus été capable de retenir ce « Attends...  » il n'allait pas ? Evidemment qu'il n'allait pas ! Il n'oserait pas ! Il ne ferait plus ce genre de bêtises... et elle pouvait se maudire maintenant pour avoir laissé ses joues se colorer légèrement de rouge alors qu'il lui tendait... un casque. Qu'on lui pardonne sa confusion... Daisuke était un Roi pour le double sens.

« Tu...  » baissant les yeux vers le casque, un sourire était de nouveau venu se poser sur ses lèvres avant qu'elle ne lui emboîte le pas. Et ce sourire s'était élargi un peu trop rapidement. Elle l'avouait, les motos, elle adorait ça quand Yasuo condamnait bien sûr ce goût. "Moi vivant, jamais tu ne monteras sur une moto"... oui, ce soir il serait probablement fou de la savoir avec Serizawa Daisuke et en plus de ça sur "cet engin de la mort". Quand Maiko, de son côté, n'avait fait que sourire un peu plus jusqu'à arriver devant le véhicule où elle avait posé à nouveau ses yeux sur son ex beau-frère. Curieusement, maintenant, elle semblait avoir hâte de se rendre chez ces fous. En réalité, c'était plus le trajet qui la rendait impatiente et elle avait oublié le manque d'intérêt joué ces derniers temps pour un plus franc « On a le temps non ? Prends le plus grand tour !  » C'est ça, faites donc un détour avant d'aller vous suicider chez les pervers.
Enfonçant son casque sur sa tête, elle avait attendu que Daisuke s'installe pour se mettre derrière lui où, sans y penser vraiment, elle avait entouré sa taille de ses bras avant qu'il ne démarre. Au moins, on ne pouvait plus voir son sourire un peu trop enthousiaste maintenant. Mais encore plus heureusement, elle ne lui avait pas demandé de conduire alors qu'elle n'avait même pas le permis.
Pour ce qui était de cacher sa joie par contre, on ne pouvait pas dire qu'elle soit très douée quand son poing s'était levé vers l'avant dans un :

« Vers l'infini et au delà !  »

C'est bien Buzz... au moins tu n'as pas toujours besoin d'alcool pour être con.


electric bird.
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


It's the eye of the tiger, it's the thrill of the fight. Risin' up to the challenge of our rival and the last known survivor stalks his prey in the night, and he's watchin' us all in the eye of the tiger▵ ©️endlesslove.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
Dieu vivant d'origine japonaise âgé de 31 ans, il est né et a grandit à Narita avant de s'exiler vers Tokyo, cette ville de liberté!

Activité de fainéant :
Vice-president de l'entreprise Serizawa Airlines (et sex-symbol chevronné!), c'est aussi un tonton Scar à temps plein.

Statut marital :
Divorcé. Malade au tendances Lannister, de toute façon, il n'y a qu'une femme de la jungle pour voler son coeur ♥️.


Mes trucs à moi :
Star wars c'est sa vie ◇ Les disney aussi, mais en secret hein! ◇ Manipulateur diplômé ◇ Faiblesse charnelle pour les jeunesses ◇ Déteste son frère ainé et quelque part, le crain ◇ Admirateur #1 de son neveu, il a d'ailleurs son nom de tatoué ◇ Leader de la Daidai Crew, composée des plus beaux ◇ Carte de crédit illimitée pour son ex-femme ◇ Caféholic ◇ Il fume quand il est nerveux ◇ Ses techniques d'éducation impliquent l'acquisition d'une prostituée comme cadeau de 16 ans ◇ Il a une peur panique des Yorkshire depuis Chopin ◇ Le gui est sa plante préférée





Mer 24 Aoû - 16:00
 
One wig to rule them all
Daisuke & Maiko


… Daisuke, fidèle à lui-même, avait pivoté pour faire face à sa complice de crime alors qu’elle se référait à lui comme … kitty? Vraiment? Quoi qu’il soit un peu froissé de cette atteinte flagrante à sa masculinité – il avait d’ailleurs croisé les bras et haussé un sourcil en signe de protestation contre ce nouveau surnom, nous pouvons très bien concevoir la ressemblance entre ce crétin des plaines et un fourbe poilu qui sabote un appartement et refait la décoration à coup de rouleau de papier de toilette défaits… Ça et la gueule d’ange du ‘’j’ai rien fait moi’’ quand on le chope. Oui, pareil…. Un grand emmerdeur. M’enfin, passons. Toujours sous le choc que son ancienne employée se soit permise une affectation de surnom débile – n’avait-il pas le monopole? Il avait ajouté d’un ton faussement outré, dissimulant mal la pointe d’amusement dans sa voix : « … Ha-ha-ha, moques-toi bien, mais ça va être difficile pour nous deux, de ne pas finir drogués considérant qu’on va diner avec Edgar… » … Oh Daisuke, s’il savait qu’ils allaient directement à leur mort et que les chances qu’on les retrouve enchainés dans une cave en tant qu’esclaves sexuels atteignaient des probabilités inquiétantes, il n’aurait certainement pas plaisanté avec la suite. Mais non, fier et crétin comme il était, il s’imaginait pouvoir repousser l’envahisseur, pouvoir se défendre si jamais moustachu et sa compagne se mettaient à avoir les mains baladeuse… Quel homme naïf. Histoire de vraiment se maudire d’avoir attiré la malchance sur eux, il avait même surenchérit, à l’intention de la demoiselle d’un : « … Je devrais m’inquiéter tu crois? Parce qu’entre nous, je pense que tu as tapé dans l’œil de sa pieuvre de femme. J’ferais attention à ta virginité ce soir, elle a une réputation de cougar et une orientation sexuelle vraiment ambigüe… » … Si on passe sur l’affirmation erronée quant au statut de pureté de son ancienne belle-sœur, le reste de la mise en garde était malheureusement, exacte…

Attirant la jeune femme dans l’entré, comme il l’avait fait tant de fois avant que le moindre contact ne lui fasse louper un battement de cœur, Daisuke avait une fois de plus décidé de se payer sa tête, un instant, avant de lui donner le casque de moto. Il pouvait bien s’amuser non, surtout en sachant le penchant pas trop contrôlée de la danseuse pour les véhicules à deux roues… Qu’on se le dise, il avait beau être en contrôle, être celui qui s’était incliné vers elle, il avait dû se faire violence pour se concentrer sur le casque, pour ne pas dévier de sa mission alors que figée comme un lièvre prise au piège, elle n’était qu’une invitation de plus – invitation dont il n’avait pas le moins du monde besoin pour avoir envie de la serrer contre lui. Considérons nous heureux qu’il ait franchit le cap de la trentaine et qu’il ait appris à maîtriser ses pulsions, parce qu’un Daisuke de vingt ans aurait très certainement oublié son idée première pour se jeter sur la Koko des plaines qui devait ignorer ô combien elle le torturait ne serait-ce qu’avec cette mine gênée… mais non, il était un homme fort, un homme en contrôle qui n’avait fait que déglutir péniblement et retrouver son sourire amusé en déposant le casque dans ses mains. Rester de marbre, ne surtout pas la laisser réaliser que son cœur avait entrepris un rythme incontrôlable, que son esprit devait se faire violence pour ne pas l’attirer contre lui… Elle était venue ici de son plein gré, il n’allait quand même pas tout bousiller… non?

Mais il n’était pas interdit de se moquer… non? « … T’en fais une de ces têtes… » Et on se demande bien à cause de qui hein, sombre crétin! Il avait laissé un sourire des plus amusé flotter sur ses lèvres alors qu’il la fixait, prenant un plaisir malsain et totalement légitime à la voir rougir et tenter de le dissimuler alors qu’au fond, il n’avait rien fait de plus que de réduire la distance physique entre eux deux. « On dirait presque que tu espérais autre chose Kobiwan… ». Toujours ce sourire, toujours cette étincelle d’amusement qui venait éclairer son regard d’ordinaire trop sérieux, trop imperturbable. D’ailleurs, en cet instant, sa voix avait pris une intonation beaucoup plus douce, comme quoi, il savait aussi se payer sa tête sans garder ce ton supérieur et limite insultant, il pouvait presque le faire… affectueusement? Ciel, voilà un Serizawa qu’on avait gâché, un échec comme dirait Makoto, s’il arrivait à s’attendrir… Reculant d’un pas après lui avoir soigneusement déposé le casque de moto dans les mains, il avait ajouté, en enfilant le veston de cuir du crime – il lui fallait être fin préparé pour une balade : « Ce n’est pas facile d’être irrésistible. Allez, en route. ». Attachant la veste de la tentation, il avait franchi la porte d’entrée en l’attirant à sa suite. Quelque part, dans une fenêtre de l’étage, Alfred les regardait s’éloigner avec la moue attendrit d’une mère de famille. Il passerait sa soirée à choisir les salles de réceptions pour le second mariage, à n’en point douter…


Enfourchant son bolide – peut-être que ça donnerait un aperçu à Maiko du genre d’acrobatie qu’il espérait qu’elle fasse un jour sur sa personne, et qu’à toute fin pratique, ça lui éviterait de prendre le volant et de les tuer tous les deux sur la route – ahem – il avait tapoté le siège derrière lui pour lui intimer de prendre place, ce qui, somme toute, était fort peu nécessaire considérant la vitesse et l’aise avec laquelle elle y était grimpée, à l’arrière de cette moto. S’il avait su qu’il n’avait qu’à faire rugir le moteur pour qu’elle accepte de l’enlacer et de plaquer sa petite personne contre lui, il lui avait offert un tour bien avant… Et il serait mort décapité par l’ainé des Kotani… Parce que oui, si Yasuo apprenait qu’il avait laissé sa jeune protégée grimper sur un engin de Satan, il serait capable de meurtre… En même temps, s’il n’en tenait qu’à Daisuke, sa moto ne serait pas le seul engin démoniaque qu’elle chevaucherait dans sa noble vie… Quelle joie de la savoir majeure, ça rendrait ce genre de pensée, un peu moins déplacée… non? Démarrant lentement, après avoir soigneusement mis son propre casque, il avait ajouté un : « Reçu 5 sur 5 co-pilote! » avant de démarrer et de prendre le chemin le plus long possible, en s’assurant d’aller aussi vite qu’il lui était légalement permis de le faire… La situation avec son frère ainé ne lui permettait pas des démêlés en justice… Sa pauvre pompe à sang battait à tout rompre… elle lui avait cité Buzz … pouvait-elle être plus parfaite? Si elle lui disait avoir un serpent dans sa botte, il ne répondait plus de rien! Encore heureux qu’elle ne soit pas en état de voir le sourire qui ornait ses lèvres, Serizawa Daisuke ne laissait pas n’importe qui grimper sur sa moto, en fait, il n’avait pas l’habitude d’y faire grimper une femme, point. Il y avait bien eu Akane… mais elle avait hurlé la totalité du trajet – à une vitesse de mamie – et avait juré de ne plus jamais s’approcher d’un tel danger public. Yasuo serait fier…

Le regard sur le route, Daisuke avait un sourire aux lèvres, oubliant presque le petit bout de femme accrochée à lui. Il avait toujours aimé les motos, ça avait d’ailleurs été une de ses premières acquisitions lorsqu’il avait quitté le domicile familiale. Une première ‘’trahison’’ une première offense publique contre les valeurs familiale. Il revoyait sa mère lui faire un discours moralisateur, comme quoi les Serizawa avaient des chauffeurs et des voitures de luxe, pas des engins minables de criminels de quartier, elle s’était épuisée dans un monologue sur le manque de classe d’un tel mode de transport et ce qu’en dirait ses compagnes de bridge. Parce que oui, ses parents craignaient d’avantage pour leur image publique que pour le danger que pouvait constituer un tel véhicule… Peut-être était-ce le frisson de plaisir qui le traversait à chaque fois qu’il poussait son engin au maximum – on lui refusait toute émotion forte, depuis tellement longtemps, sous prétexte que de s’abandonner à une émotion était une faiblesse… ou alors, le simple sentiment de liberté de pouvoir – enfin – faire quelque chose sans leur bénédiction, toujours est-il que sur la route, là, maintenant, il pouvait presque oublier se soucis, oublier un instant qu’il venait d’une famille dysfonctionnelle et qu’il ne pouvait y échapper… Une partie de lui-même se fit la réflexion qu’il devrait acheter une moto à Naoki, si son neveu avait hérité de ses gênes rebelles, il apprécierait certainement le cadeau.

Ça devait bien faire une bonne demi-heure qu’ils roulaient, au point où il avait presque oublié qu’il avait une passagère, lorsqu’il immobilisa le véhicule. Il avait eu beau faire tous les détours possibles, il n’en demeurait pas moins que moustachu ne demeurait pas loin – un fait inquiétant – et qu’ils devaient se rendre à l’abattoir… Et donc les voilà, dans le stationnement privé, juste devant une énorme demeure qui, même de l’extérieur, hurlait que les occupants étaient… dérangés. Dans un quartier moderne et luxueux, le bâtiment sortait du lot de pas ses couleurs criardes et……. L’abus de plantes qui ornaient l’entré. La jungle… ou alors, une façon subtile de masquer les fenêtres pour que personne ne voit les victimes des propriétaires hurler de terreur… Merde… Déposant son pied sur le sol pour maintenir son équilibre, il avait retiré son casque avant de se retourner vers Maiko avec un sourire victorieux. « Aucun hurlement? Aucun frisson de peur? T’es sur que t’es une Kotani? » parce que dans son souvenir, il y avait une union à la table familiale contre les moto. Descendant de la moto. Toujours un peu étourdi par le flot de liberté que cette balade lui avait procuré, et replaçant lentement ses cheveux en batailles, il avait ce sourire de gamin amusé, cet enthousiasme qu’on tentait normalement de lui retirer. Avant de réaliser ce qu’il faisait, en conservant son casque dans sa main, il avait ajouté, à l’intention de la jeune danseuse un : « Je pourrais t’apprendre à la conduire……. » … puis, réalisant qu’il avait laissé l’excitation du moment parler pour lui, il avait détourné le regard dans un : « … Enfin … si t’es sage. »

… Et toi, t’es suicidaire. Oh Daisuke… ne jamais proposer de telles choses à une femme de la jungle! Il n’eut heureusement pas trop le temps de se confondre en excuse parce que déjà, la porte d’entrée s’ouvrait sur les deux débiles qui leur avaient donné rendez-vous et qui faisaient désormais des signes de mains pour les inviter à franchir la vingtaine de mètre qui les séparaient d’eux. On se serait attendu à ce qu’un employé vienne les accueillir mais non, agitant la main, le couple de maniaques – facile à identifier vu la perruque unique et immonde de la maîtresse des lieux – les attendait. Daisuke avait délicatement posé une main sur la ‘’taille’’ de son épouse avant de se pencher, pour murmurer à son oreille, d’un ton très sérieux. « Je vais attirer leur attention, toi, repère une issus de secours! » … et c’est avec un sourire faux, ô si faux, qu’il avait fait son avancée vers la mort, vers l’asile aux pieuvres… Et vers, il l’ignorait encore, la soirée la plus troublante de son existence.


electric bird.
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


Hakuna Matata! What a wonderful phrase. Hakuna Matata! Ain't no passing craze! It means no worries for the rest of your days. It's our problem-free philosophy, Hakuna Matata!

▬▬▬▬▬▬
JPN + JUNIOR BY EITA
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3763-kotani-maiko-cellphone#266118 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3762-kotani-maiko-ft-park-ji-yeon http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3766-kotani-maiko-mails-box http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3746-kotani-maiko-what-s-up-doc

Carte d'identité :
Née dans la jungle le 8 juillet de l'année 1996 mais sur ses papiers la brousse porte le nom de Yokohama ce qui fait donc de Tarzan une japonaise de 20 ans.

Activité de fainéant :
Étudiante en section danse à Eita, membre des jewels, co-capitaine de la Kotani Team 7j/7.
Esclave affranchie/ ancienne assistante d’affaires pour le démon


Statut marital :
Célibataire, fidèle à Patrick & Sancho
#Teamcatin ♥️
Family always wins ♥️


Mes trucs à moi :

5ème enfant de la compagnie des 7 Kotani ❧ Fan secrète de Dirty Dancing et de Grease, Patrick est son amour de jeunesse ❧ Elle vit dans un appartement à Shinjuku avec la majeure partie de sa fratrie ❧ A pour mère une poule pondeuse absente et pour père le parfait inconnu ❧ Deeply in love d’une fournisseuse de peluches, TOHH ♥️, LHF ♥️ ❧ Travailleuse, elle est ceci dit très capable de perdre un boulot plus vite que l’éclair quand elle se prend pour John Rambo ❧ A pour big bro un tacos maker, le mexicain le plus caliente du monde ♥️ ❧ Elevée par des loups, Kowgli from the jungle bites ❧ Adoptée par Taï Bunny, future femme de son grand frère (on y croit) et alliée jedi dans la lutte contre le côté obscur ❧ Addict aux motos bien que ce qu’elle ait possédée de plus proche soit une trottinette Buzz l’éclair ❧ Fuira un jour sur Tatooine pour devenir championne de courses de modules ❧ Allergique au gui ❧ Membre de l'Alliance Rebelle avec son frère Ren ❧ Responsable de la disparition de Chopin le Yorkshire et de bien d'autres crimes ❧ Fondatrice du mouvement "si toi aussi ton patron est con, joue au Tétris"




Jeu 25 Aoû - 16:10
 
One wig to rule them all
Dairon & Maido Baggins ♥


Les lèvres d’abord pincées puis les sourcils froncés, Maiko avait réagi à ce qu’on pourrait qualifier d’évidence. Oui, Daisuke savait toujours l’embêter en temps de trêve. La mettre en colère ? Malgré la moue contrariée qui était passée sur son visage, il était facile de deviner que la colère de la sauvage n’était pas à craindre. Parce que le Serizawa n’avait pas été insulté ou frappé. Et on s’en étonnait presque de ce simple regard qui vous fusille peu avant cette expression facilement traduisible d’un « ah ah » plein d’ironie « J’imagine… réjouis-toi que ta vie soit si simple alors !  » sous-entendu plutôt clair de non-irrésistibilité ?
Grosso-modo, oui !
Alors qu’il venait d’enfiler sa veste en cuir ?

Maintenant, elle allait le définir comme gros et moche ?
L’auto-persuasion… un pouvoir dont on ne pouvait pas se passer dans quelques cas et particulièrement quand une veste d’une certaine matière entrait en ligne de compte. Malheureusement, dans ces configurations-là, même elle avait du mal à se sentir crédible.

Crédibilité qui se perdait doublement quand il était question d’un tour en moto. Faible Maiko. Comme chaque guerrier, il semblerait qu’une faiblesse puisse te faire tout oublier. Force et honneur ?
Moto, moto et moto. Elle n’avait plus grand-chose dans la tête. Et de toute manière, même si une pensée avait pu survivre à cette proposition que Yasuo ne ferait que condamner, elle serait morte dès l’engin démarré.
Resserrant sa prise sur son ancien beau-frère, son premier soupir n’avait mis que quelques secondes à venir. Comment comprendre les anti-motos quand la sensation qu’on avait sur ces engins était au-delà de toute définition cohérente ?
Son frère l’enfermerait probablement dans un asile s’il la savait là. Oui. Mais il le ferait dans l’heure s’il savait en plus de ça qu’au lieu d’avoir peur, elle n’aurait pas été contre plus de vitesse. Oui, cette Kotani là était une grande malade. Mais une grande malade avec le sourire malgré la destination vers sa mort prochaine.

Si elle n’avait plus pensé à grand-chose durant le trajet, voir à rien du tout, si son sourire était un peu trop grand quand elle avait retiré le casque qui le dissimulait jusque-là, elle n’avait pas, en plus de ça, penser à analyser cette demeure d’allumés. Non, son sourire n’avait fait que s’élargir à la remarque de son aîné. Aîné dont les gestes n’avaient même pas semblé la gêner. Se reprendre, pour le faire, il fallait déjà y penser « Affirmatif ! » elle était une digne représentante Kotani. Sauf pour la moto… et pour les Serizawa. Traîtresse… oui. Aujourd’hui, elle cumulait les fautes « Tu veux que j’te montre mes papiers ? ».
Quelle importance ? Aucune !  Mais la fin du monde n’aurait même pas pu retenir son attention après les mots de Daisuke.
Maiko… crédibilité… toi guerrière « Pour de vrai ? Tu me fais pas marcher hein ?  » il a dit « si t’es sage ». Détail ! Elle préférait n’entendre que la première partie… la preuve : « C’est trop tard de toute manière ! C’est dit, c’est dit ! » Il n’a rien promis, il a dit…
On s’en fout !

Et les deux psychopathes ?
Manifestement, on s’en foutait moins vu la disparition de sourire complet sur le visage de la danseuse lorsqu’elle avait enfin comprit que l’heure de sa mort était venue. Cette moto, ils n’auraient jamais dû en descendre.
Un soupir plus tard, des jambes qui refusent d’avancer pour finalement se montrer dociles et marcher vers la fin de la guerrière Kotani, et elle levait un regard un brin stressé vers son aîné. Parler d’issu de secours, une bien piètre méthode pour rassurer qu’elle n’avait pas manqué de souligner dans une ultime tentative « On pourrait dire que je couve quelque chose. C’est vrai, je ne me sens pas très bien. » clairement pour être ici tu as au minimum un soucis de santé d’ordre mental.
De trop nombreux « entrez » et des sourires trop radieux avaient eu raison d’elle pour qu’elle marmonne entre ses dents tandis qu’on les invitait au salon « Je le savais que c’était une mauvaise idée de venir sans armes. » … ce que sa batte de baseball pouvait lui manquer à l’heure actuelle !

« Installez-vous ! Il faut qu’on trinque à tout ça !  » trinquer ? Trinquer à quoi ? A leur mort prochaine ? Trop suspicieuse, elle n’avait pu s’empêcher de réellement chercher une issu de secours au lieu de s’intéresser à une décoration pour le moins particulière… franchement, ils n’avaient pas bon goût et tous ces tableaux de nus avaient tendance à la mettre mal à l’aise.

Juste un peu. Rien qu’un peu. « Et pas de petite bouche chez nous. » il parlait d’alcool hein ? Genre de buveur… non ? Evidemment ! De quoi est-ce qu’il pourrait bien parler d’autre ? Elle en était convaincue. La preuve, c’était bien à boire que leur majordome au physique de chippendale venait d’apporter.
Alcool, Daisuke et veste en cuir. Etait-il utile de préciser à la Kotani que cette combinaison était mauvaise ?
A vrai dire, si boire lui semblait être une mauvaise idée maintenant c’était plus par rapport à ce sentiment d’être un morceau de viande depuis qu’ils étaient entrés ici.


electric bird.
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


It's the eye of the tiger, it's the thrill of the fight. Risin' up to the challenge of our rival and the last known survivor stalks his prey in the night, and he's watchin' us all in the eye of the tiger▵ ©️endlesslove.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
Dieu vivant d'origine japonaise âgé de 31 ans, il est né et a grandit à Narita avant de s'exiler vers Tokyo, cette ville de liberté!

Activité de fainéant :
Vice-president de l'entreprise Serizawa Airlines (et sex-symbol chevronné!), c'est aussi un tonton Scar à temps plein.

Statut marital :
Divorcé. Malade au tendances Lannister, de toute façon, il n'y a qu'une femme de la jungle pour voler son coeur ♥️.


Mes trucs à moi :
Star wars c'est sa vie ◇ Les disney aussi, mais en secret hein! ◇ Manipulateur diplômé ◇ Faiblesse charnelle pour les jeunesses ◇ Déteste son frère ainé et quelque part, le crain ◇ Admirateur #1 de son neveu, il a d'ailleurs son nom de tatoué ◇ Leader de la Daidai Crew, composée des plus beaux ◇ Carte de crédit illimitée pour son ex-femme ◇ Caféholic ◇ Il fume quand il est nerveux ◇ Ses techniques d'éducation impliquent l'acquisition d'une prostituée comme cadeau de 16 ans ◇ Il a une peur panique des Yorkshire depuis Chopin ◇ Le gui est sa plante préférée





Dim 28 Aoû - 15:41
 
One wig to rule them all
Daisuke & Maiko


Un sourire amusé s’était dessiné sur ses lèvres alors qu’il regardait la jeune danseuse s’exciter – un peu trop? – devant la proposition de cours de moto. Combien de fois allait-il devoir se faire la réflexion qu’il avait épousé la mauvaise Kotani hein? … En même temps, il aurait dû le savoir, il avait plus de points communs avec Yasuo qu’avec son ex-femme, ce qui n’était pas peu dire! Maiko… c’était tout bonnement le niveau ultime, et ça, il l’avait compris quand elle avait ris à son allusion à Disney (une des rares, et il ne pouvait se défaire du sentiment d’apaisement qu’il ressentait, de pouvoir être lui-même, sans masque, sans cette illusion de sérieux, et qu’elle n’en soit pas répugné… une chose rare, voir improbable dans son univers d’apparence Serizawaien), et l’avait confirmé alors qu’elle s’emballait d’avoir fait un tour de moto. Elle était tellement adorable, à s’emporter comme une gamine devant le père Noël qu’il n’avait pas osé répéter les conditions également contenues dans sa proposition. Plutôt que de la gronder pour avoir écouté seulement la première portion de sa phrase – un démon est un démon, il savait tourner ce genre de fourberie à son avantage - il avait ajouté, avec ce rictus de pure amusement et un espoir un peu débile qu’elle continue à n’entendre que la moitié de ses paroles : « Très sérieux, j’ai même une moto de pratique pour enseigner…. Alors c’est une date!   » Un hochement de tête, un visage imperturbable, il devait conserver son sang-froid s’il espérait qu’elle ne remarque pas qu’une fois encore, il avait tenté de la draguer… ça devenait une vilaine habitude.

Heureusement pour la vertu de son ancienne employée – enfin, il y croyait à l’instant, ça changerait – le duo de plouc qui les avaient invités à diner s’étaient retrouvés dans leur champ de vision. En les détaillant de la tête aux pieds, avec un sourire forcé et un effort surhumain pour ne pas prendre ses jambes à son cou en les voyant, Daisuke s’était fait la réflexion qu’ils étaient totalement barges, probablement débiles mais, jusqu’à preuve du contraire, pas bien dangereux… Oh la naïveté. C’est donc avec une main sur la taille de la danseuse et, penché pour murmurer à son oreille les instructions de survie qu’il avait conclus, comme si c’était leur seul espoir : « Si ça devient trop effrayant, tu nous fais une fausse crise d’épilepsie ok? ». Retour du sourire, on aurait même pu le croire calme si sa main ne s’était pas crispée sur la taille de son escorte d’un soir alors qu’il pénétrait dans la maison de l’horreur. Franchement, il n’était plus aussi certain que ce souper vaille la gueule furieuse de Makoto, ce qui n’était pas peu dire… L’entré était d’un chic tape à l’œil, dans le genre beaucoup trop luxueux pour être de bon goût… et ses tableaux, seigneur, il n’avait jamais cru voir autant de peau dans un si petit espace carré! Instinctivement, il avait resserré sa veste de cuir sur ses épaules, comme si l’idée de retirer le moindre morceau de vêtement lui était devenue totalement terrorisante, d’autant plus qu’il s’était enfin mis en marche vers le salon …

Sans vraiment perdre cette boule d’angoisse qui lui nouait le ventre. Après tout, il avait à peine pénétré dans la demeure qu’au moins deux mains baladeuses s’en étaient prises à son arrière train pour le ‘’guider’’ jusqu’au salon. Les montages Serizawa n’étaient pas un paysage gratuit, loin de là, et de toutes les personnes présentes, il était frustrant de réaliser que la seule dont il aurait espéré le moindre attouchement était celle qui demeurait beaucoup trop sage. Il avait décidé de se borner dans sa mauvaise foi et de ne surtout pas se retourner, comme ça au moins, il pouvait penser que la violeuse était Kokonut… Et puis de toute façon, s’il avait tenté de réfléchir, toute capacité cérébrale s’était dissipée alors qu’il pénétrait dans ledit salon. Une pièce assez banale…. Jusqu’au foyer qui en était la pièce centrale… Enfin, plus que le foyer, il y avait ce cadre, cet horrible cadre grandeur nature – un nu de très mauvais goût… représentant une blonde et un moustachu. Les yeux ronds, il avait accroché le regard de Maiko, espérant lancer des SOS de pure panique alors qu’aucune once d’alcool ne lui ferait oublier l’horreur qui décorait les lieux. Plutôt que de hurler – croyez-moi, il en avait envie, il s’était incliné vers sa sauveuse pour étouffer un rire très, très bref contre sa joue. Il avait toute la misère du monde à garder son sérieux avec les deux échappés de l’asile!

Réalisant qu’ils étaient toujours debout, peruquezilla s’était approchée d’eux en leur tendant leur cocktail avec un sourire radieux, ajoutant dans un japonais faussement teinté du pire accent américain jamais essayé, elle avait ajouté : « Ne fais pas ton timide Dailover, Mai-corazon, prenez place, prenez place! », et sur ces paroles, devant l’air tout bonnement… choqué du seigneur sith qui s’emparait des verres, elle les avait forcés sur le canapés. Franchement, il devait se faire violence pour ne pas éclater de rire… et pour ne pas regarder l’abominable décoration de foyer… Il y arrivait presque, lorsque moustachu décida de couler sa seule possibilité de salvation mentale.

« Comment trouvez-vous la décoration? Toutes les pièces sont des originales, spécialement faites sur demande! » dieu merci, il n’avait pas pris de gorgée de son verre, parce qu’il se serait étouffé avec. Encore pire quand la maîtresse des lieux lui désigna le tableau qu’il tentait d’oublier en entamant un énième monologue. « Je trouve que l’artiste, Fujiwara-san a capturé tout l’érotisme de notre amour, vous ne trouvez pas Daidai? » … Décidément, elle avait décidé de venger Maiko pour une décennie de surnoms débiles et, crispant les dents, il avait eu le malheur de rester silencieux une seconde de trop, passant un bras protecteur autour des épaules de son ‘’épouse’’ pour s’assurer qu’elle n’était pas en contact plus directs avec les deux maniques qui les recevaient à souper. Moumoutte s’était alors assise à côté de la danseuse et posant une main sur sa cuisse pour ‘’l’inclure à la discussion’’ elle avait malheureusement continué sur sa lancée : « Vous devriez en faire faire un avec votre mari Maikiki! Je vous recommande de prendre un angle qui met ses jolies petites fesses en valeur…. Un peu comme celui que nous avons commandé pour notre chambre à coucher, vous allez voir, vous allez adorer ! » …………. Qu’on le tue. Maintenant.


electric bird.
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


Hakuna Matata! What a wonderful phrase. Hakuna Matata! Ain't no passing craze! It means no worries for the rest of your days. It's our problem-free philosophy, Hakuna Matata!

▬▬▬▬▬▬
JPN + JUNIOR BY EITA
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3763-kotani-maiko-cellphone#266118 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3762-kotani-maiko-ft-park-ji-yeon http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3766-kotani-maiko-mails-box http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3746-kotani-maiko-what-s-up-doc

Carte d'identité :
Née dans la jungle le 8 juillet de l'année 1996 mais sur ses papiers la brousse porte le nom de Yokohama ce qui fait donc de Tarzan une japonaise de 20 ans.

Activité de fainéant :
Étudiante en section danse à Eita, membre des jewels, co-capitaine de la Kotani Team 7j/7.
Esclave affranchie/ ancienne assistante d’affaires pour le démon


Statut marital :
Célibataire, fidèle à Patrick & Sancho
#Teamcatin ♥️
Family always wins ♥️


Mes trucs à moi :

5ème enfant de la compagnie des 7 Kotani ❧ Fan secrète de Dirty Dancing et de Grease, Patrick est son amour de jeunesse ❧ Elle vit dans un appartement à Shinjuku avec la majeure partie de sa fratrie ❧ A pour mère une poule pondeuse absente et pour père le parfait inconnu ❧ Deeply in love d’une fournisseuse de peluches, TOHH ♥️, LHF ♥️ ❧ Travailleuse, elle est ceci dit très capable de perdre un boulot plus vite que l’éclair quand elle se prend pour John Rambo ❧ A pour big bro un tacos maker, le mexicain le plus caliente du monde ♥️ ❧ Elevée par des loups, Kowgli from the jungle bites ❧ Adoptée par Taï Bunny, future femme de son grand frère (on y croit) et alliée jedi dans la lutte contre le côté obscur ❧ Addict aux motos bien que ce qu’elle ait possédée de plus proche soit une trottinette Buzz l’éclair ❧ Fuira un jour sur Tatooine pour devenir championne de courses de modules ❧ Allergique au gui ❧ Membre de l'Alliance Rebelle avec son frère Ren ❧ Responsable de la disparition de Chopin le Yorkshire et de bien d'autres crimes ❧ Fondatrice du mouvement "si toi aussi ton patron est con, joue au Tétris"




Dim 28 Aoû - 20:20
 
One wig to rule them all
Dairon & Maido Baggins ♥


Non, elle ne voulait pas trop le détailler ce tableau. Un simple coup d'oeil, une rapide comparaison avec leurs hôtes et elle secouait la tête au regard échangé avec Daisuke. La traduction la plus probable était un "ne regarde pas" mais si elle voulait préserver l'innocence Serizawa elle arrivait probablement avec un bon nombre d'années de retard.
Qu'importe ! Personne ne méritait de faire des cauchemars mettant en scène cette peinture et même la personne la moins innocente du monde serait traumatisée par cette vision de l'horreur.
Songeant déjà très fortement à faire cette fausse crise d'épilepsie, elle avait balayé pour le moment l'idée en se souvenant qu'ils étaient ici à la base pour le travail de son ancien patron. Trop gentille, elle l'était vraiment. La guerrière Kotani avait pris un sacré coup aujourd'hui pour endurer tout ça juste pour que l'ancien démon de sa vie puisse signer un contrat ou elle ne savait trop quoi. Vraiment, il lui devait ce cours de moto. Elle l'aurait durement gagné en s'abonnant à plusieurs nuits de cauchemars traumatisants.

Sur la défensive, la Kotani avait regardé l'approche armée de l'hôtesse et c'est avec une certaine méfiance qu'elle avait baissé les yeux vers le verre qu'on venait de lui mettre dans les mains. Mais c'était tout juste si elle avait eu le temps de relever les surnoms ridicules qu'ils se faisaient déjà asseoir sur le canapé qui avait probablement connu des "guerres" qu'elle ne voulait en aucun cas imaginer.
Préférant le côté ex beau-frère, elle s'était assise au plus proche de ce dernier comme s'il pouvait la protéger de l'endroit où il l'avait lui-même conduit. S'ils étaient toujours en temps de guerre, il l'aurait payé cher. Une autre visite décorative avec Ren ? Quelque chose dans ce genre là. Aujourd'hui, ce cadeau de traumatismes, elle ne pouvait même pas le punir quand elle lui avait déjà causé ceux d'une mère pas franchement en bon état. Pourtant, quand le Colonel Moutarde avait parlé des tableaux, elle aurait dû le maudire son voisin de canapé. De ce dîner, elle n'en sortirait jamais indemne :

« Oh... » pauvre peintre. Il était probablement interné aujourd'hui, ou mort... très loin. Ou aussi malade que ces deux là. Il fallait de tout pour faire un monde après tout. Et maintenant, elle se maudissait pour ce simple "oh" qui appelait une suite de commentaire artistique qu'elle n'avait pas franchement envie de faire « C'est vraiment... vraiment... » ... vraiment très moche, traumatisant, immonde, elle en voyait tout un tas d'adjectifs mais aucun n'était aimable ... « ... unique !  » ce qui n'était pas faux.
Mais si elle pensait s'en tirer en fixant son verre maintenant, Ursula avait préféré orienter le débat sur la pièce maîtresse de leur collection. Pièce sur laquelle Maiko n'avait pas reposé les yeux, préférant de loin les tourner vers son cher époux avec un sourire étrangement amusé « Daidai... » ... alors ça ... c'était juste bon à entrer dans le top 10 des surnoms dont elle aurait pu user pour se venger de la quantité qu'il trouvait le moyen de lui donner.
Ne te moque pas Maiko. Vous êtes dans le même camp tous les deux et ce soir le Daidai en question joue les gardes du corps au lieu de relever également le surnom ridicule qui t'as été donné plus tôt.

Vrai. Et elle n'avait même pas protesté. Pour ça, il aurait déjà fallu qu'elle ne soit pas collée à la base au sith, la personne la plus fréquentable de cette assemblée et de loin. Et pour le coup, elle préférait largement le bras du Serizawa à la main du monstre tentaculaire. Se crispant légèrement, elle n'avait pas semblé très détendue quand ses yeux s'étaient tournés vers leur hôtesse à la main conquérante. Non, non, non et encore non. Parce que si un jour elle devait virer lesbienne, elle s'était promis de se marier avec Yue !
Sans penser à la fierté Kotani, la membre du clan s'était collée un peu plus contre l'ennemi officiel tandis que l'exhibitionniste à côté d'elle pensait normal de lui masser la cuisse. Une corde. Une poutre. C'était tout ce qu'elle souhaitait maintenant. A défaut du matériel, l'étudiante avait tenté d'imposer des limites en prenant la main de la pieuvre pour la retirer. Grossière erreur puisqu'Ursula avait pris ça pour une invitation et s'était mis à lui caresser dans un air charmé. C'était quoi ça ? Daisuke avait vraiment de terribles fréquentations.
Retirant sa main un peu vite, l'hôtesse n'avait pas semblé s'en vexer, choisissant ce moment pour revenir à sa cuisse sans la moindre retenue. Est-ce qu'elle devait réellement chercher une issu de secours ?
La réponse était oui Maiko. Cours. Et ne te retourne pas

« En fait... il est assez pudique alors... » Daisuke ? Pudique ? La blague était excellente « Raison de plus ! Il faut se libérer ! Et puis ce serait dommage de ne pas faire partager un postérieur aussi plaisant !  » ... sourire crispé « Ah ah ah... » pas très détendu et la danseuse portait son verre à ses lèvres pour le boire cul sec. Erreur regrettable commentée d'un « Buvez, buvez. Vous pouvez dormir sur place cette nuit, ça nous fera plaisir. » ... non. Jamais. Elle ne dormirait pas sans armes dans ce genre d'endroits « Et puis, il y a du gingembre dans les cocktails, ça réchauffera l'ambiance. » ... il était grand temps que son "mari" revoit ses fréquentations. Tournant les yeux vers lui dans un SOS plutôt clair, elle avait vu Edgard lui tendre un plateau avec des brochettes qu'elle aurait envisagées comme armes si Ursula n'avait pas présenté les amuse bouches d'un « Ceux là sont aux testicules de mouton. Vous devriez en prendre Daiminou, notre Docteur dit que c'est très bon pour la croissance du pénis. ça et les bananes. Mon époux en mange au moins 5 par jour. » ... non mais c'était quoi ces gens ? Et pourquoi il lui arrivait toujours des trucs dangereux ? Parce que cette situation pouvait faire craindre pour leur sécurité, clairement. Et sur ce coup-là, elle n'y était pour rien ! « Ah quel dommage je suis végétarienne ! » depuis quand ? Aujourd'hui ! Et le premier qui la balançait aurait le droit à son poing dans la gueule « En plus, je n'en n'ai pas besoin ! » ... oui parce qu'elle n'avait pas de pénis et... « Oh je ne doute pas que l'étalon a de quoi faire ! »

... c'était bien la première fois qu'elle souhaitait être sourde, aveugle et muette au même moment !


electric bird.
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


It's the eye of the tiger, it's the thrill of the fight. Risin' up to the challenge of our rival and the last known survivor stalks his prey in the night, and he's watchin' us all in the eye of the tiger▵ ©️endlesslove.
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
Dieu vivant d'origine japonaise âgé de 31 ans, il est né et a grandit à Narita avant de s'exiler vers Tokyo, cette ville de liberté!

Activité de fainéant :
Vice-president de l'entreprise Serizawa Airlines (et sex-symbol chevronné!), c'est aussi un tonton Scar à temps plein.

Statut marital :
Divorcé. Malade au tendances Lannister, de toute façon, il n'y a qu'une femme de la jungle pour voler son coeur ♥️.


Mes trucs à moi :
Star wars c'est sa vie ◇ Les disney aussi, mais en secret hein! ◇ Manipulateur diplômé ◇ Faiblesse charnelle pour les jeunesses ◇ Déteste son frère ainé et quelque part, le crain ◇ Admirateur #1 de son neveu, il a d'ailleurs son nom de tatoué ◇ Leader de la Daidai Crew, composée des plus beaux ◇ Carte de crédit illimitée pour son ex-femme ◇ Caféholic ◇ Il fume quand il est nerveux ◇ Ses techniques d'éducation impliquent l'acquisition d'une prostituée comme cadeau de 16 ans ◇ Il a une peur panique des Yorkshire depuis Chopin ◇ Le gui est sa plante préférée





Sam 24 Sep - 15:36
 
One wig to rule them all
Daisuke & Maiko


La première fois que ce couple d’énergumènes avait mis les pieds au manoir, ils semblaient presque normaux, un brin excentriques mais rien d’alarmant. Daisuke se souvenait même s’être moqué de Xialei qui avait recommandé après le premier coup d’œil de verrouiller les portes, de doubler la sécurité et de ne jamais ô grand jamais leur présenter Naoki qui ne serait qu’une proie trop facile pour ces débiles en quête de jeunesse. Sur le coup, les mises en garde de sa moitié platonique lui avait semblées exagérées et vraiment paranoïaque… ils étaient un peu différents, certes – pervers à n’en point douter, ça leur faisait un point en commun, mais pas de là à leur coller une étiquettes de danger publique… non? Oh la grave erreur… il aurait dû le savoir, son jugement était – s’il devait être décrit avec euphémisme, déficient… Ce prétendu couple dont il avait argumenté la santé mentale le forçait à revoir ses conclusions d’antan… Ce soir, dans ce salon, assis sur un divan qui avait probablement assisté à d’abominables guerres de tranchées, il regrettait de ne pas avoir écouté les sermons du chinois. Son regard sombre qui pourtant, avait vu des horreurs bien pire en plus de trente ans d’existence – Makoto était une incarnation du diable après tout – n’avait qu’effleuré la peinture osée avant de se reposer sur sa douce épouse qui – dieu merci, semblait déterminée à ne pas lui en parler. Il en ferait des cauchemars, cette visite reproduire sur l’huile n’avait rien de glorieux, rien. Il y avait une raison esthétique pour laquelle les livres érotiques illustrés prenaient des modèles jeunes et sveltes!

Comme pour préserver la pureté de la danseuse qu’il se plaisait à imaginer vierge – ou en habit de scoutt avec une boite de biscuit, selon son humeur et son degré de civilité – Daivador avait passé un bras protecteur autour de son escorte en l’attirant contre lui – et non, pour une fois, il n’avait aucune arrière-pensée! S’il avait pensé l’attirer dans une soirée barbante, il n’en était plus certain. Sérieusement, pour la première fois de sa vie, il avait peur que quelqu’un abuse de la Kotani des plaines avant lui! Leurs hôtes étaient des pros! Il se sentait aussi dépourvu de ressources et d’armes dans cette maison que Simba et Nala lors de leur première escapade au cimetière d’éléphant. Et il pouvait hurler, aucun Mufasa ne viendrait à sa rescousse! Refusant d’être le couard qui fuit devant l’ennemi, Daivador avait posé une main protectrice sur l’épaule de sa prétendue épouse pour l’attirer un peu plus contre lui, le plus de distance il y aurait entre elle et Ursula, le mieux il se porterait! Il voulait bien mener cette guerre mais, s’il devait garder son sang-froid –et son sérieux – il serait préférable que la maîtresse des lieux cesse de suggérer qu’il expose son postérieur, aussi magnifique soit-il (pour la peine, on veut bien admettre qu’elle avait du goût, ses atouts feraient à n’en point douter une peinture de loin plus esthétique que celle qui ornait le salon…). Il lui avait même fallu un instant de répit – instant pendant lequel il avait niché son visage contre les cheveux de Maiko pour étouffer un rire qu’il peinait vraiment à retenir, avant qu’il ose enfin relever un regard des plus neutre vers Moumoutienne pour prendre la parole comme si devant ses yeux, une toile terrible n’exposait pas la femme avec laquelle il tentait d’avoir une conversation!


Un sourire avait finalement trouvé sa place sur ses lèvres, alors qu’il tenait au moins de garder contenance en voyant l’air quasi-paniqué de Maiko qui venait presque de le traiter de … mais oui, de prude! SEIGNEUR. L’égo venait d’en prendre une claque et, plutôt que de penser qu’elle tentait de le sauver, il se devait de sauver sa réputation… Raison pour laquelle il avait ajouté, non sans prendre un air suffisant « Voyons mesdames, si je permettais à un artiste d’immortaliser ce corps de dieu…  »  … oui, comble de la bêtise, il avait bombé le torse pour appuyer ses dires. « Pensez au mal qu’une telle chose ferait à mon épouse, au nombre de soupirantes qu’elle devrait chasser chaque jour. La beauté est un fardeau…  » Et tu vas nous prendre la tête faussement désolée de lover-boy trop malheureux de son charme? Une gueule tout droit piqué à ton neveu? Amen. Il fallait bien qu’un d’entre eux tente de ramener la discussion à de plus délicats sujets, surtout voyant comment la danseuse avait entrepris de boire cul-sec son verre. Ne tenait-elle pas à sa vertu?! Son regard s’était enfin détaché de l’horrible ‘’art’’ pour se poser sur la cuisse de Kokonut………..étrangement conquise par une Moumoute Colomb dont il ignorait les talents d’exploratrice. MAMAMIA. Elle était pire que Dora!

Si, en temps normal, il aurait pu s’amuser de voir son ancienne employée prise au piège, ce soir, devant la main baladeuse de son hôtesse et les propositions à peine marquée du mari, Daisuke avait senti son sang se glacer et son être entier se mettre en état d’alarme. Pivotant pour faire face au propriétaire des lieux, avec un sourire faussement ravi aux lèvres, il s’était très délicatement – comme si c’était un réflexe plutôt qu’un geste muri et réfléchi de sauvetage, empressé de chasser la main de mamie des cuisses de Kokonut pour y poser la sienne avec une attitude de conquérant, en s’excusant d’un : « C’est bien amiable à vous de l’offrir, mais nous devons rentrer à la maison. Alfred est si facilement bouleversé quand nous n’y sommes pas. Il pleure toute la nuit et s’inflige des punitions pour ne pas nous avoir assez bien servi. On l’a déjà surpris à se cogner la tête contre la porte de la cuisine en répétant ‘’méchant Alfred’’ … vous comprenez, on ne peut pas le laisser seul… pas vraie chérie?    » … Tu vas vraiment nous la jouer Alfred l’elfe de maison pour te sortir d’un faux pas? Vraiment? Qu’on lui pardonne, il avait vu beaucoup trop de film dans sa vie et, quand il avait ouvert la bouche, il était sur le point de prétexter un enfant, un chien, quelque chose dont ils devaient prendre soin avant de se rappeler qu’il n’y avait que Xialei – que tout le monde savait en chine pour affaire ces temps-ci, et son majordome à domicile. Plutôt que de risquer de devoir passer la nuit au manoir de l’horreur, il avait opté pour balancer son fidèle employé sous les roues… Il lui pardonnerait.

« Quel dommage! Vous auriez dû l’amener, ce brave homme, ma douce sait y faire avec les fessées!    » … Ou pas, Alfred ne lui pardonnerait jamais en bout de ligne… « Oh! Tu vas me faire rougir mon étalon! Ne leur révèle pas la surprise post-dessert!    »  … Ok, note mentale, ils seraient partis avant le dessert. Haussant les épaules comme s’il aurait vraiment aimé penser à cette alternative avant, Daisuke était demeuré silencieux devant la moue déçue des barges. Des soupirs désolés franchirent les lèvres du couple d’abruti alors qu’une nouvelle abomination leur était offerte : des brochettes……….étranges? « Oh je…    » son regard s’était posé sur Maiko en quête d’une excuse alors que cette fourbe venait de balancer sa propre arme, sans même penser à le sauver en passant! QUE NENI. Il ne laisserait pas sa chère et tendre s’en tirer sans au moins tenter de s’en tirer lui aussi! …« C’est-à-dire que… Maiko s’est récemment convertie au végétarisme et, si elle me voit ne serait-ce que goûter à ce qui fut un jour un animal innocent, je crains pour notre mariage…    » Un hochement de tête et puis, croisant le regard de son épouse d’un soir, il avait ajouté, non sans un sourire en coin des plus fiers et amusé – il n’allait quand même pas se priver d’un compliment! « Comme l’a si bien fait remarqué mon épouse, je n’ai nullement besoin d’aide dans ce domaine…  » … et il comptait bien lui prouver, à cette épouse è.é !!! Ahem.

Alors qu’il espérait vraiment que rien de pire n’arrive, cette main courageusement chassée du territoire Kotanien venait de découvrir une nouvelle destination, à savoir la savane non loin du Seriboa. « Si c’est aussi imposant que le dit la légende, je dois valider!  » … pardon? Il aurait pu nier ce qui venait de se produire mais cette main qui grimpait sur sa cuisse lui prouvait le contraire… Seigneur. Jamais il n’aurait cru que le toucher d’une femme le rebuterait à ce point, mais il y avait une première à tout. Son cœur s’était presque arrêté, comme s’il pensait que ce simple contact – ok, cet horrible touché – puisse lui infliger la lèpre. Pour la peine, le regard rassurant qu’il aurait dû servir à Maiko en réponse à son SOS silencieux n’était qu’un reflet exact de son cri de détresse. Merde, ou diable était l’issue de secours! Tentant le tout pour le tout – et essayant en vain de se protéger de ce viol à peine déguisé, il avait saisis la danseuse par la taille pour la soulever vivement et la forcer à s’assoir sur ses cuisses, bouclier humain contre cette Ursula beaucoup trop dangereuse. Comme un gamin qui aurait peur du noir, ses bras s’étaient refermés autour de la taille de la jeune femme, l’attirant contre lui, ultime barrière entre le serpent des villes et les démons chez qui ils soupaient. « Oh pardonnez-moi ce réflexe… vous savez, les jeunes mariés, je peux à peine tolérer d’être si loin d’elle plus d’une heure… ça ne vous gêne pas qu’elle reste assise ici?  » Comme s’il allait la relâcher maintenant hein! Hors de question!


electric bird.
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


Hakuna Matata! What a wonderful phrase. Hakuna Matata! Ain't no passing craze! It means no worries for the rest of your days. It's our problem-free philosophy, Hakuna Matata!

▬▬▬▬▬▬
JPN + JUNIOR BY EITA
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3763-kotani-maiko-cellphone#266118 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3762-kotani-maiko-ft-park-ji-yeon http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3766-kotani-maiko-mails-box http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3746-kotani-maiko-what-s-up-doc

Carte d'identité :
Née dans la jungle le 8 juillet de l'année 1996 mais sur ses papiers la brousse porte le nom de Yokohama ce qui fait donc de Tarzan une japonaise de 20 ans.

Activité de fainéant :
Étudiante en section danse à Eita, membre des jewels, co-capitaine de la Kotani Team 7j/7.
Esclave affranchie/ ancienne assistante d’affaires pour le démon


Statut marital :
Célibataire, fidèle à Patrick & Sancho
#Teamcatin ♥️
Family always wins ♥️


Mes trucs à moi :

5ème enfant de la compagnie des 7 Kotani ❧ Fan secrète de Dirty Dancing et de Grease, Patrick est son amour de jeunesse ❧ Elle vit dans un appartement à Shinjuku avec la majeure partie de sa fratrie ❧ A pour mère une poule pondeuse absente et pour père le parfait inconnu ❧ Deeply in love d’une fournisseuse de peluches, TOHH ♥️, LHF ♥️ ❧ Travailleuse, elle est ceci dit très capable de perdre un boulot plus vite que l’éclair quand elle se prend pour John Rambo ❧ A pour big bro un tacos maker, le mexicain le plus caliente du monde ♥️ ❧ Elevée par des loups, Kowgli from the jungle bites ❧ Adoptée par Taï Bunny, future femme de son grand frère (on y croit) et alliée jedi dans la lutte contre le côté obscur ❧ Addict aux motos bien que ce qu’elle ait possédée de plus proche soit une trottinette Buzz l’éclair ❧ Fuira un jour sur Tatooine pour devenir championne de courses de modules ❧ Allergique au gui ❧ Membre de l'Alliance Rebelle avec son frère Ren ❧ Responsable de la disparition de Chopin le Yorkshire et de bien d'autres crimes ❧ Fondatrice du mouvement "si toi aussi ton patron est con, joue au Tétris"




Ven 14 Oct - 21:02
 
One wig to rule them all
Dairon & Maido Baggins ♥


Tiens bon Maiko. C'était ce qu'elle devrait se répéter en boucle jusqu'à la fin de ce dîner aux accents pornographiques... à moins que le genre ne se rapproche plus d'un film d'horreur.
Ce jour où cette moumoute avait été maladroitement attaquée par son style kotanien, elle n'avait pas vu venir les conséquences de son acte. Si elle avait su, elle aurait probablement décidé de ne rien consommer au cours de cette sortie, elle se serait sauvée et aujourd'hui... aujourd'hui, elle serait quand même là. Aussi certain que Daisuke était présent, aussi certain qu'il l'avait été pour elle lorsqu'elle était partie voir sa mère... elle serait venue si son ex beau-frère le lui avait demandé. Oui, malgré cette possibilité de plaider innocente, elle serait venue à cette soirée suicidaire et traumatisante.
Se répétant intérieurement qu'elle était un héros, une Kotani, une fière représentante d'un clan de guerriers, la danseuse avait tenté de survivre aux attaques de l'ennemi en pactisant avec un ancien membre de cette catégorie.

Ancien membre qu'elle avait même tenté de défendre... avant qu'il ne dénigre complètement ses arguments dans de nouveaux tellement... tellement... Daisuke ? Oui, c'était probablement un bon adjectif même si sur son visage le blanc, trois points de suspension ou plus généralement le bug était apparu avant qu'elle n'arque un sourcil.
Souviens-toi Maiko, tu es supposée être sa femme. Par conséquent, tu te dois d'appuyer cette défense en soulignant ô combien ton mari est le plus beau, le plus fort, le plus parfait... et non, dire qu'il est aussi le plus gros n'est pas supposé venir maintenant dans cette conversation. La mauvaise foi n'a pas sa place quand on est mariés.
... oui, oui, tu as épousé un gros si tu veux ! Mais ne le dis pas, ne le dis pas pour défendre cette position où tu prétends et affirmes de manière si crédible que le Serizawa à tes côtés n'a rien d'attirant :

« C'est vrai que depuis que tu as perdu un peu de poids, je dois faire avec trop de rivales ! » un peu ? Allez, il avait perdu du poids au moins ! Notons le progrès grâce aux liens sacrés du mariage ! Un progrès que Maiko avait fait avec une moue faussement peinée.
Il était gros et elle ne l'avait jamais vu se baigner.
Ces mots répétés une dernière fois dans sa tête, il était peut-être temps de la trouver cette sortie de secours avant qu'ils ne laissent tous deux la vie dans cette maison qui avait dû voir des choses traumatisantes pour 95% de la population.
Mais la chose la plus traumatisante qui s'était déroulée entre ces murs pour un Yasuo venait probablement de se produire. Cette main sur la jambe de sa soeur... et une soeur qui ne colle même pas son poing dans la gueule de l'explorateur qui jouait en réalité les sauveurs... oui, la fin du monde était proche pour Kotani Yasuo.
Mais elle l'était encore plus pour le couple de pervers vers lequel Maiko venait de détourner la tête, les mots quittant sa bouche instantanément :

« On ne touche pas à Alfred ! »

Sérieux Maiko ? Tu veux protéger l'innocence d'un grand-père ?
Son Alfred. Son papi à elle ! Et accessoirement son ami et ancien collègue ! Assez pour qu'elle ne note pas la menace de l'après-dessert et ne prenne pas compte des expressions entre la déception et la surprise de leurs hôtes.
Elle n'était pas supposée se laisser dominer par le mode Dark Kotani. Elle devait garder son calme, oui. Elle le savait. Elle se l'était même probablement rappelé étant donné l'inspiration et l'expiration suivante. Mais aucun cours de yoga au monde ne valait les testicules de mouton, cet aliment capable de vous faire oublier tout le reste, la défense de majordome comprise, en accaparant toute votre attention.
Se demander si on a bien entendu. Essayer de se téléporter sans succès. Prier pour qu'on soit au beau milieu d'un mauvais rêve. Et même regretter cette séance de film à domicile avec son ancien patron. Maiko était passée par toutes ces phases intérieures en virant végétarienne pour son salut. Elle plaidait coupable, elle n'avait pas pensé à sauver son compagnon d'infortune par la même occasion, mais elle avait au moins eu le mérite de tenter de réparer les dégâts lorsqu'elle avait commencé cette phrase tandis que son cerveau analysait les données :

« Oui, un mouton sauvé est une prairie en plus de... de... de... » De ? Est-ce qu'il était sérieux ? « ... moutonné.... » et elle ? Elle s'excusait pour la bancalité de cette phrase... mais discuter de la taille de l'instrument de son ex beau-frère n'entrait pas dans le top 10 des conversations qu'elle espérait avoir. En théorie... cette conversation n'aurait même jamais dû se tenir. Et elle n'aurait probablement jamais dû se tenir sur le Daivador non plus. Pensée qui ne lui avait pas fait que traverser l'esprit, et tandis qu'elle pensait à jouer les épouses distantes, tandis qu'elle se demandait s'il ne valait pas mieux descendre de ce poney, Ursula s'était rapprochée dangereusement sur le canapé pour venir se coller au jeune couple, soulignant par la même occasion la nécessité de jouer les épouses conquises par un mari beaucoup trop parfait :

« Oh mon Daiminou... » Maiko.... Quoi ? Vu la quantité de surnoms ridicules qu'il lui avait donné, elle avait bien le droit de piquer celui d'Ursula « Pourquoi t'es si mignon ? » ... et de tuer sa virilité par la même occasion ? On ne dit pas à un homme qu'il est mignon... si ? « Tu le sais hein ? Que je pourrai te suivre jusqu'en enfer ? » Sortez les violons, ou le sous-entendu... oui, ce soir, elle venait bien de prouver son courage en acceptant de l'accompagner dans l'antre de Satan.
Minute, Satan ce n'était pas celui sur lequel elle était assise en ce moment ? « On sait ce que c'est la fougue de la jeunesse ! Profitez, je pourrai toujours vérifier plus tard. »
Mourir. ça aurait été un meilleur plan pour ce soir manifestement « Je veux voir ça aussi. » et devenir sourde, elle s'y était efforcée pour la suite tandis que Pervers en Chef parlait avec sa femme de cette fois où, empressés de se retrouver, ils avaient fait quelques galipettes dans les toilettes d'un restaurant. Judicieux de caser au milieu de la conversation qu'ils passeraient bientôt à table ? Hum... Maiko n'était pas certaine. Tout ce qu'elle savait, c'était qu'elle devait continuer à se répéter en boucle n'imagine rien. tu n'as rien entendu.

electric bird.
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


It's the eye of the tiger, it's the thrill of the fight. Risin' up to the challenge of our rival and the last known survivor stalks his prey in the night, and he's watchin' us all in the eye of the tiger▵ ©️endlesslove.
Contenu sponsorisé


——————————————— EITA ACADEMY ———————————————
 

One wig to rule them all -- Daiko ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EITA ✩ ACADEMY :: Tokyo City :: shinjuku :: Quartier résidentiel Oda :: Les villas-