------ AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ------
Bienvenue à Tokyo, la capitale du Japon, ou plus de 13 474 454 habitants se croisent ici chaque jours, et chaque nuit. Le rythme Tokyoïte est parfois stressant, pressant, et pourtant, chaque année, de plus en plus d'étrangers rêvent de passer par la capitale Nipponne, pour parfaire leurs expérience, ou vivre l'expérience la plus folle de leur vie. Il faut dire que le Japon est un pays extraordinaire, tant par sa culture, son éducation, ses traditions et le bien être qui y règne. Les Japonais sont accueillants, souriants, bons vivants, tant de qualités qui font de l'archipel, la destination rêvée. Certes, vous allez vous envoler pour l'autre bout du monde, mais quelle folle aventure vous attend...

Il y a les Tokyoïtes, les travailleurs actifs, du grand PDG au vendeur de tomates sur le marché, en passant par le Cast-Member du Tokyo Disneyland. Les étudiants de Todaï University, le campus Tokyoïte, le plus réputé du pays, mais aussi les jeunes lycéens, les yeux remplis de rêves, d'espoirs et d'ambitions. Et puis il y a Eita Academy. Le phénomène de ces quatre-vingt dernières années. L'école des arts de la scène de Tokyo, qui a fait au fil des décennies, sa renommée, aujourd'hui mondiale. Eita forme les jeunes venus des quatre coins du globe, aux durs métiers de la scène, et depuis 2014, elle les produit officiellement, sous son propre label, Eita Entertainment. Une maison de production qui rafle tout en moins d'un an, avec son groupe pop le plus en vue du moment : B.A.G - Best Asian Generation. Partout ou ils mettent les pieds, ils provoquent l'hystérie, ne faisant que gonfler la popularité de l'école.

Ho tout serait bien trop beau s'il n'y avait pas une ombre à l'histoire. Celle ci se nomme Krystal. Une Gossip-Girl de talent, qui s'il fut un temps, ne s'attaquait qu'aux couloirs d'Eita, elle a aujourd'hui élargit son champs d'attaque à tout Tokyo. Son blog, dans le quel elle publie toutes sortes de rumeurs et secrets les plus intimes, est le plus visité de la toile nipponne. Krystal fait trembler la capitale, et prouve que chacun ici, de la plus grande idole à l'éboueur du quartier oublié, peu devenir un vrai phénomène de foire. C'est elle qui dirige, c'est elle qui décide qui ira haut, et qui retombera bien bas. Un conseil chers amis Tokyoïtes, surveillez vos arrières, Krystal est partout...
>>> The Dream Team
>>> Nos copains
>>> On les attend
Shia, Ryota et Liang sont là pour vous aider, n'hésitez pas à les contacter en cas de problème, ils ne mordent pas. Ils sont aidés par Rin, Erena et Heaven, la modo-team. ♥
>>> FÉLICITATION
>>> Navigation
>>> flash news
Félicitation à Arisa, Odeline, Shia, Rin, Yoko, Ryo, Mika, Yue, Shige, Ryan, Minami, et Risa, pour leur grand cumul de points cette année! Les compteurs sont remis à zéro.
19.02.2016. Attention les inscriptions à Eita en section Danse sont fermées, afin de remplir les cursus Comédie, Mannequinat et Musique. Evitez la section Chant, déjà bien encombrée aussi ;). Les inscriptions aux personnages Coréens, Chinois, Thaïlandais et/ou double nationalités similaires sont aussi fermées, pour cause de petite invasion temporaire. Merci de favoriser les personnages Japonais. Vous pouvez bien évidemment créer un personnage Japonais avec un avatar Coréen, Chinois ou autre asiatique bien évidemment. Plus d'informations sur ce sujet

18.02.2016. Grosse maj' du mois! Nouveau design, installation des fiches partenaires, ouverture du réseau Instagram pour vos personnages, et mise en place des tags pour tagguer les membres dans un sujet. Une boîte à idées a été ouverte pour vous, afin d'y donner vos suggestions, et le système des points a été remanié, et remis à zéro.

01.12.2015. La seconde génération des Best Asian Generation est enfin dévoilée! Découvrez la sur leur site officiel. L'équipe d'Eita Ent. remercie tous ceux qui ont voté lors de l'émission du casting!

29.09.2015. Les B.A.G créent la surprise en sortant un single, alors qu'on les croyait en hiatus, réduit à deux membres! Visiblement, rien n'arrête Rin et Shia, qui présentent aujourd'hui My Resistance, un clip vidéo qui fera la promotion de leur casting, en recherche d'une seconde génération. Des images exclusives de leur tournée d'été, des fans, et des backdancers, sont à l'honneur de ce clip, aussi dédié à Murakami, qui a quitté le groupe il y a une semaine. Pensez à en discuter sur le forum des fans!

20.09.2015. Murakami Shinsuke, membre des B.A.G, vient d'annoncer son retrait du groupe! Mais que les fans se rassurent, l'aventure continue, et l'Eita Ent. a dors et déjà lancé un grand casting national, afin de former la seconde génération du groupe, pour combler le vide laissé par Shinsuke. Et si tu tentais ta chance ?! Accéder au casting.

26.10.13. Rôle play ouvert à tous, que vous soyez plutôt petits rps (300/500 mots), si vous manquez de temps ou que vous débutez, ou bien plutôt roman rp (+1000 mots) pour les grands passionnés d'écriture, tout le monde est admis! Le plus important est de s'amuser.

26.10.13. Forum lancé depuis le 26.10.2013, optimisé pour Mozilla Firefox uniquement. Bannissez tout autre navigateur pour une bonne optimisation des codages!.
Forum optimisé pour Mozilla Firefox uniquement. Merci de bannir tout autre navigateur pour une meilleure optimisation des codages.
Forum city réel + niveau de rp ouvert à tous + avatars réels asiatiques, occidentaux...
©2013-2016 toute reproduction même partielle est strictement interdite.

 

 { You're My American Dream } ft. Anastasia ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
▬▬▬▬▬▬
ADMINS + AMERICAN' MAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3799-choi-gabriel-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3789-choi-gabriel-ft-byun-baekhyun http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3798-choi-gabriel-twitter http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3787-gabriel-o-qui-peut-me-stopper#267785


Sam 23 Juil - 15:39
Il avait insisté. Encore, encore, toujours. Il aurait presque pu supplier Anastasia pour qu’elle accepte de faire ce voyage avec lui et, au bout du compte, ils s’étaient retrouvés dans un avion en partance pour l’Amérique, cette terre qu’ils avaient quittée depuis un bon moment déjà, elle la première. Gabriel était heureux, mais seulement à moitié : il allait retrouver les siens, revoir ses parents qui, même s’il ne l’admettait pas, lui manquaient profondément, mais il allait aussi partager avec eux l’angoisse et la tristesse que les attaques récentes avaient laissées derrière elles. Ils en avaient convenu : ils logeraient chez Ana.

Au niveau des cours à l’académie, il faisait de son mieux, essayait de ne pas passer pour l’imbécile qu’il était. Il essayait vraiment, pour une fois, même s’il devait constamment prendre sur lui car il ne comprenait pas ce qu’il faisait de mal. Sa voix s’améliorait, d’après les professeurs, mais il n’était pas encore au bout de ses peines et, pour ce qui était des instruments, il avait toujours autant de mal avec la guitare. Le problème, c’est qu’à force de jouer, de s’acharner, il avait l’impression d’avoir le bout des doigts cornés. Ses doigts si parfaits, abîmés par les cordes et les cases. C’était tout simplement honteux.

Honteux, oui, mais pas suffisamment pour lui faire oublier l’enjeu de tous ces efforts. Anastasia. Elle était là, avec lui, et même s’ils n’en avaient plus vraiment reparlé depuis la dernière fois, il savait qu’elle l’aimait. C’était assez pour le motiver à donner le meilleur de lui-même, pour l’encourager sans avoir à dire un mot. Il avait envie de réussir, de la rendre fière. Il voulait qu’elle soit heureuse, chose qu’il n’avait jamais souhaité pour une autre femme avant elle. Mais avant elle, il n’y avait eu personne. Juste des femmes un peu trop belles, un peu trop séduisantes, mais qui ne pouvaient faire battre son cœur déjà trop occupé.

Quand les roues de l’avion touchèrent le sol, Gabriel regardait encore à travers la fenêtre, plus excité que jamais à l’idée de revenir dans ce pays qui était le sien. Il avait hâte de retrouver ces endroits familiers, de revoir le visage de ses parents et de leur annoncer qu’il progressait. Qu’il progressait vraiment. De tout ce qui avait précédé ce soir-là, il ne serait clairement plus question. Il était fier, surestimait peut-être son avancée, mais il avait la volonté, l’optimisme. Il était fait pour ça, il le savait depuis le début. Il allait devoir attendre un peu pour leur annoncer, mais il était heureux.

« J’ai hâte ! »

C’était la vingtième fois qu’il le disait, au moins. Il sautillait sur son siège depuis que l’atterrissage avait été annoncé, la main agrippée au poignet de la Russe qui se trouvait à ses côtés. Impatient, survolté, il ne savait pas comment se calmer.

« Tu crois qu’on pourra aller chez Mc Do ? Je meurs de faim. J’en ai trop marre des sushis. »

Il en avait encore mangé la veille, et l’avant-veille, et l’avant-avant-veille. Qu’y pouvait-il s’il n’était pas capable de cuisiner ? Le kimchi de maman Choi lui manquait terriblement. Si Anastasia acceptait, il serait aux anges. Ses nutella abs devaient survivre un peu.
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



« when I grow up » They used to tell me I was silly Until I popped up on the TV I always wanted to be a superstar And knew that singing songs would get me this far But I ain't complaining We all wanna be famous So go ahead and say what you wanna sayomega

▬▬▬▬▬▬
MADE IN RUSSIA
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
29.02.1992 » Vladivostok » Orlando » Tokyo » Japanese Father » Russian Mother » Chef de gang

Activité de fainéant :
Ancienne militaire reconvertie depuis son arrivée au Japon en coach sportive » C'est qui qui va te réveiller au milieu de la nuit pour faire des pompes ? Ben c'est elle. Ehwai. Beware, elle fait même des cours d'histoires, tu veux savoir comment ça se passait dans les goulags sibérienne ? Let her show u.

Statut marital :
#TeamCatin ♥️ #TeamPuppylovers ♥️ #TeamReloudesoirée ♥️ #Team15deQI



Célibataire. Et depuis pas mal d'année. Il n'empêche qu'elle ait un meilleur ami duquel elle est un peu trop proche, couverture de sa vraie ambition » devenir la Reine des gueux ♡

Mes trucs à moi :



Si toi aussi t'es une victime du staff qui s'incruste dans ton profil, rejoins la team #VictimedeStockholm
why u lying? :/

Si toi aussi tu mets des chaussettes avec tes sandales parce que t'es trop jap, clap ur hands
#NoShame




Mar 26 Juil - 11:26
Une fusillade dans une boite gay à Orlando. Forcément, la Russe n’avait pas pu y rester insensible et avait appelé les quelques amis qui lui restaient de ses belles années lycée, ainsi que sa mère pour s’assurer qu’elle allait bien, même si elle n’allait pas dans ce genre d’endroit. Il aurait suffi qu’une de ses prémonitions l’y pousse et elle s’y serait rendue. Heureusement, elle n’avait pas bougé de chez elle, elle n’y était pas allée. Une fois soulagé, elle avait pu se tourner vers la personne qui restait près d’elle pour s’assurer qu’elle allait bien et non, évidemment. Bien sûr que non. Au fond, elle le savait bien, Gabriel était terriblement sensible et elle s’en était voulue de ne pas avoir vu ses multiples appels manqués, ainsi que ses messages. Au plus vite, elle était allée le voir et retourner à Orlando cet été était devenu une évidence. L’autre évidence bizarre, c’était d’aller chez sa mère à elle.

Parfois, elle tournait le regard vers lui, souriant légèrement. Ils prenaient l’avion ensemble et elle y voyait quelque chose de profondément satisfaisant. Après toutes ces années, quand même. Ils faisaient quelque chose ensemble, ils rentraient chez eux, là où ils s’étaient rencontrés. Même à Hiromu, elle ne confiait pas ce genre de pensées qu’elle n’assumait que moyennement. Gabriel la rendait un peu niaise, est-ce qu’il s’en rendait compte ? Sans doute pas. Et ce n’était pas elle qui allait lui faire la remarque. Elle était heureuse de rentrer, même si des personnes manquaient à l’appel. Elle n’avait pas vu sa mère depuis longtemps et elle avait hâte de la retrouver malgré tout, même si elle appréhendait. Elle était tellement bizarre, elle non plus, elle ne l’avait jamais vraiment assumé et elle avait peur de ce qu’il pourrait en penser.

Sa tête se posa délicatement sur l’épaule de l’homme à côté d’elle et elle ferma les yeux, jamais très encline à la conversation en avion, elle préférait dormir, glissant sa main dans la sienne. Pour le rassurer, évidemment. Anastasia savait qu’il travaillait pour progresser, qu’il le faisait vraiment, et elle était déjà fière de lui pour ça. Le relâchant une fois que l’atterrissage fut annoncé, elle sourit en le voyant si impatient et excité. Oui, ils y étaient. Ils étaient aux Etats-Unis. Elle avait hâte aussi, mais sans doute pas autant que lui.

« Tu sais, je trouve le MacDo au Japon meilleur qu’ici. C’est moins gras. » Sacrilège que de dire ça à un Américain. Amusée, elle sourit avant de se lever pour quitter l’avion, passant les douanes avec son plus beau sourire. Ces types ne riaient pas, surtout en ce moment. « On ira si tu veux. »

De toute façon, elle ne se voyait pas lui refuser quoique ce soit. Récupérant les valises, elle chercha un moyen de retourner en ville le plus vite possible. Il y avait une gare situé dans l’aéroport et elle traîna le métis à sa suite. Sa mère les attendait avec impatience, elle lui envoyait des messages pour lui dire et elle avait hâte de rencontrer Gabriel, à force d’en entendre parler. S’installant face à lui, elle le fixa quelques secondes tandis que le train démarrait.

« Je dois te prévenir de quelque chose. » Pourquoi est-ce qu’ils n’étaient pas allés chez les parents de Gabriel ? Ou chacun chez les siens ? Ses lèvres se pincèrent. « Ma mère est… Un peu particulière. » Plus qu’elle, oui, pour dire.

Inutile de la décrire, c’était impossible, elle ne voulait juste pas qu’il s’attende à tomber sur la bonne petite Maman Russe qu’on pourrait imaginer. Si elle était un peu déglinguée, c’était qu’elle avait eu les gênes pour. Une fois en ville, elle proposa de prendre un taxi. C’était bizarre de revoir cet environnement familier, ces bâtiments qu’elle connaissait encore un peu trop bien. Sa mère avait un petit appartement un peu en dehors du centre et Anastasia sourit en se retrouvant devant l’immeuble dans lequel elle avait vécu avec elle pendant quelques années. « Tu es prêt, ça va ? » De toute façon, il n’avait plus vraiment le choix désormais.

Sonnant à la porte, un large sourire orna ses lèvres en voyant sa mère et elle se jeta dans ses bras, la serrant le plus fort possible. Elle avait l’impression que ça faisait une éternité alors qu’au final, ça faisait seulement un peu plus qu’un an. Serrant toujours plus, elle lui répéta plusieurs fois en russe qu’elle lui avait manqué, qu’elle était contente de rentrer un peu, finissant par se tourner pour reprendre en anglais : « Maman, je te présente Gabriel. » Qu’elle devait connaître parfaitement à force qu’on lui en parle. « Et voilà donc ma mère et son petit chez elle. »
Son appartement si particulier. Une odeur d’encen sautait au visage, ainsi que de multiples épices en tout genre. Des tableaux recouvraient quasiment tous les murs, des tableaux qu’elle avait fait elle, de l’art abstrait, un peu glauque. Divers objets mystiques étaient posés ici et là, le tout dans un univers feng shui qui n’avait pas vraiment de sens. Brusquement, sa main se posa sur le front du métis. « Il a ouvert ses chakras récemment ! Fabuleux ! » Peut-être qu’elle était un peu trop heureuse de ça. Joignant ses mains, elle se pencha devant lui. « Namaste. J’étais impatiente de vous rencontrer. » Parler anglais et indien avec un très fort accent russe, ça n’a pas de prix.
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



Moi j'aime les moches


On se sent plus beau à côté et j'ai du mal à m'en passer. Fini la haute gastronomie ! Moi j'veux une boite de raviolis. Moi j'aime les moches, ça donne un côté tolérent, ça rend plus intelligent.

▬▬▬▬▬▬
ADMINS + AMERICAN' MAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3799-choi-gabriel-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3789-choi-gabriel-ft-byun-baekhyun http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3798-choi-gabriel-twitter http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3787-gabriel-o-qui-peut-me-stopper#267785


Mar 26 Juil - 16:58
Gabriel était impatient à l’idée de remettre les pieds dans la maison de ses parents, de retrouver leurs visages, leurs sourires, s’ils le possédaient encore. Il était loin d’imaginer à quel point ses folies à l’autre bout du monde avaient pu les fatiguer, eux qui ne souhaitaient que le bonheur d’un fils un peu trop égocentrique et se tuaient à la tâche pour lui permettre de vivre comme il l’entendait, là-bas, loin d’eux. Depuis sa plus tendre enfance, il avait bénéficié de tout ce qu’il avait pu désirer, il avait reçu des cadeaux par lots, des compliments à n’en plus finir, même lorsqu’il se montrait plus stupide qu’une chèvre malade. De son côté, il n’attendait que le moment où il pourrait les revoir, maintenant qu’il était rentré, même s’il prévoyait de rentrer au Japon pour accomplir la mission que lui avait donné Ana. Pour être avec cette dernière, tout simplement. Si l’amour faisait voyager, il aurait fait le tour du monde pour les beaux yeux de la Russe.

Évidemment, il s’attendait à découvrir sa ville changée, profondément blessée par les événements qui avaient eu lieu au cours des dernières semaines, lorsqu’avait eu lieu la fusillade qui avait malheureusement coûté de si nombreuses vies. Il avait pleuré pour eux, énormément, il s’était senti stupide devant ce Coréen qui avait si généreusement offert de l’écouter, et maintenant, il s’en voulait un peu. Cependant, il savait à quel point il avait raison : ces personnes ne méritaient pas de mourir, personne n’aurait dû subir la colère des autres, surtout pas pour une raison comme la religion. De son côté, il était protestant, comme un bon nombre d’Américains, et ce genre d’actions, il ne les comprenait pas.

Comment pouvait-on tuer ainsi ? Comment pouvait-on chercher à faire du mal à ce point-là ? Déjà lorsqu’il était à l’école et que l’on évoquait les différents événements qui avaient eu lieu durant les guerres et les différentes révolutions à travers le monde, il ne comprenait pas. Lui, il n’était pas si violent. Il n’aimait pas que l’on s’en prenne à des innocents, à des minorités, sans doute parce qu’il faisait partie de l’une d’entre elles, avec ses yeux bridés et ses traits fins ? La haine et la violence ne lui allaient pas et il ne cessait d’y penser, quand bien même la réflexion était douloureuse. Il n’était pas un idiot. Pas que, tout du moins.

Pour oublier tout ça, il se contenta de se réjouir à l’idée de rejoindre ses parents, ses proches. Il allait les revoir, il allait retrouver le lit dans lequel il dormait si souvent. Mieux encore ! il allait découvrir qui était la personne qui avait élevé Ana, qui était sa mère, où elle avait vécu pendant si longtemps. L’enthousiasme pur qui l’habitait était plus fort que la détresse qu’il aurait pu ressentir à l’idée de découvrir une ville endeuillée, en larmes. Il voulait être l’étincelle de bonne humeur dont ces personnages avaient besoin, même si ce n’était vrai que dans sa tête.

« Oui, je sais, tu crois que j’veux y aller ici pour quoi ? » Et de hausser les yeux comme si elle venait de dire la pire ânerie qui soit. Ses lèvres tracèrent un fin sourire sur le visage de l’Américain tandis qu’il traversait les douanes et rejoignait le hall des arrivées, son sac à dos à l’épaule. « Je veux me faire péter la panse avec du gras. »

Gabriel chantonnait joyeusement le temps de récupérer les valises, et il prit la suite d’Anastasia lorsqu’elle l’emmena vers la gare. L’impatience se lisait dans son sourire, une impatience folle, incontrôlable, encore plus qu’au moment où ils étaient encore dans l’avion, et il lui tardait de découvrir quelle personne était sa mère. Le métis posa les yeux sur la belle Russe, souriant de toutes ses dents.

« Particulière ? Tu veux dire quoi par-là ? »

C’était un mot qui lui plaisait beaucoup. Un mot qui signifiait qu’ils se ressemblaient un peu, tous les deux. Lui aussi il était particulier.

« J’ai hâte de la rencontrer ! »

Ses propos étaient on ne peut plus sincère. Il sautilla presque hors du train lorsqu’ils entrèrent en gare, accroché à la main d’Anastasia qu’il lâcha avant de grimper dans le taxi qu’ils venaient d’appeler. Quelques minutes et ils y étaient. Quelques minutes à peine et il retrouverait sa ville, sa famille, ses amis. Gabriel se retenait de sourire à cette pensée, mais il n’y parvenait qu’avec difficulté, et il était devenu silencieux depuis une dizaine de minutes lorsqu’ils arrivèrent devant le bon bâtiment.

« Prêt comme jamais. »

Sachant qu’il n’était jamais prêt, ce n’était pas bien difficile. Pour affronter la situation avec force et courage, Gabriel se para de son plus beau sourire et posa les yeux sur la mère d’Anastasia lorsqu’elle ouvrit la porte. Il ne comprit rien de leur échange, mais ce n’était rien. Il avait une bonne traductrice à ses côtés.

« Enchanté madame ! » répondit-il avant de décocher un large sourire à l’adresse de l’aînée et de se pencher un peu, par curiosité, juste avant de s’immobiliser en sentant une main se poser sur son front. « Ils sont ouverts ?? »

Ses yeux se firent plus ronds et il fronça les sourcils en riant un peu. Il ne fallait dire à personne qu’il faisait ce genre de recherches stupides lorsqu’il s’ennuyait. Lorsqu’il voulait réaménager son appartement également. Son sourire se fit plus large encore lorsqu’il entendit les propos de la plus âgée. Elle était impatiente ?

« Moi aussi ! Je me demandais de qui Anastasia tenait sa beauté. Par contre je parle pas russe. »

Persuadé que ses compliments valaient de l’or, Gabriel ne chercha pas plus loin et se tourna vers Anastasia avant de sourire un peu.

« Fais-moi visiter ! »

Ce n’était peut-être qu’un petit appartement, mais son enthousiasme lui empêchait de le remarquer. Il était bien trop heureux d’être présent aux côtés d’Ana, de rencontrer enfin sa famille.
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



« when I grow up » They used to tell me I was silly Until I popped up on the TV I always wanted to be a superstar And knew that singing songs would get me this far But I ain't complaining We all wanna be famous So go ahead and say what you wanna sayomega

▬▬▬▬▬▬
MADE IN RUSSIA
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
29.02.1992 » Vladivostok » Orlando » Tokyo » Japanese Father » Russian Mother » Chef de gang

Activité de fainéant :
Ancienne militaire reconvertie depuis son arrivée au Japon en coach sportive » C'est qui qui va te réveiller au milieu de la nuit pour faire des pompes ? Ben c'est elle. Ehwai. Beware, elle fait même des cours d'histoires, tu veux savoir comment ça se passait dans les goulags sibérienne ? Let her show u.

Statut marital :
#TeamCatin ♥️ #TeamPuppylovers ♥️ #TeamReloudesoirée ♥️ #Team15deQI



Célibataire. Et depuis pas mal d'année. Il n'empêche qu'elle ait un meilleur ami duquel elle est un peu trop proche, couverture de sa vraie ambition » devenir la Reine des gueux ♡

Mes trucs à moi :



Si toi aussi t'es une victime du staff qui s'incruste dans ton profil, rejoins la team #VictimedeStockholm
why u lying? :/

Si toi aussi tu mets des chaussettes avec tes sandales parce que t'es trop jap, clap ur hands
#NoShame




Mar 2 Aoû - 12:45

" You're my American Dream  "



Il voulait venir ici pour être avec elle. Et revoir sa famille. C'était l'explication qu'aimait se donner Anastasia, plus que de se dire qu'il avait payé si cher juste pour avoir sa dose de gras. Non, il mentait, il voulait surtout être avec elle, rencontrer sa mère. Elle remerciait le ciel qu'il ne rencontre pas son père, il ne l'aurait vraiment pas aimé. Gabriel était le genre de type que son père jugeait et trouvait lourd, inutile. Il ne comprendrait pas. De toute manière, elle n'avait que très peu de contacte avec son géniteur, il n'avait pas besoin de rencontrer l'homme qui faisait battre son cœur, peu importe si les choses se concrétisaient ou non. Elle lui dira sur son lit de mort, c'était une très bonne idée, ça !

En guise de réponse, elle secoua la tête. Anastasia ne tenait pas à la décrire, vraiment. Il verra par lui-même comment elle était. Il espérait vraiment qu'il ne prendra pas peur ou qu'il ne se sentira pas mal à l'aise ou qu'il ne sera pas déçu. Elle ne savait pas trop à quoi il s'attendait, mais elle ne pouvait s'empêcher d'appréhender, encore plus une fois devant l'immeuble dans lequel elle avait vécu quelques années. La main de l'Américain dans la sienne, elle le tira à sa suite pour grimper les étages jusqu'à l'appartement de sa génitrice qu'elle serra longuement dans ses bras avant de lui montrer Gabriel qu'elle connaissait déjà.

Prêt comme jamais, elle espérait qu'il n'avait pas menti puisque sa mère commença tout de suite avec ses délires de chakra qu'Anastasia ne comprenait toujours pas. Et le plus étonnant, c'était qu'il semblait réellement intéresser. C'était Gabriel. À quoi s'était-elle attendue ? Elle sourit un peu comme une idiote au compliment qu'il fit à sa mère, un peu moins en entendant cette dernière lui répondre très sérieusement qu'Anastasia ressemblait surtout à son père. Pourquoi est-ce qu'elle e comprenait jamais la subtilité ? Bon, ok, c'était un miracle qu'Anastasia l'ait compris elle-même.

« Je lui fais faire le tour et on te rejoint, d'accord ? » Elle sourit à sa mère avant de saisir la main de Gabriel pour qu'il la suive tandis que sa mère s’engouffrait dans la cuisine. « Dooonc, le salon ! C'est ma mère qui a fait toutes les peintures. Et les décorations. Elle lit beaucoup et peint dans son temps libre, elle a pas la télévision et je sais pas si elle a encore internet comme je vis plus ici. » Anastasia avait du lutter pour qu'elle accepte d'avoir internet. « La salle de bain ! » Toujours aussi bizarrement décoré mais c'était sûrement le lieu le plus normal de l'appartement. « Là-bas, c'est la chambre de Maman. »

Donc, un lieu inutile où il n'aura pas besoin d'aller. Souriant à Gabriel, elle l'entraîna à sa suite jusqu'à ce lieu qu'elle fréquentait si souvent, vestige d'un passé auquel sa mère n'avait pas touché ; sa chambre. Une chambre d'adolescente qui n'avait quasiment pas bougé depuis son adolescence. Une certaine nostalgie la gagna et elle relâcha doucement la main du jeune homme pour se pencher vers son bureau laissé à l'abandon, son vieil ordinateur encore posé dessus et des photos d'elle et ses amis de l'époque. Il y avait des photos de Gabriel, caché dans un carnet, qu'elle ne lui montrera pas.

« C'était ma chambre, elle a rien touché ! J'avais peur qu'elle y mette des choses bizarres. » Retournant près de lui, elle serra sa main, elle désigna son lit. « C'est là que j'élaborais des plans pour t'embêter. » Le martyriser. Appelons un chat un chat. Un sourire innocent sur les lèvres, elle elle doucement les déposer sur celles du seul véritable amour qu'elle avait pu avoir. Ils n'étaient pas au Japon, elle avait le droit. Les règles n'étaient pas pareil ici. Caressant doucement sa joue, elle sourit un peu plus après l'avoir relâché, y retournant furtivement puisque sa mère vint les interrompre. « Ah ! J'ai bien fait de ne pas diffuser cet encens aphrodisiaque. J'avais opté pour celui qui tue la fertilité, il ferme l'accès aux ovaires. » Sa main parcourut l'air pour bien sentir les effet de cet encens. « Maman ! » Ses yeux s'arrondirent et elle s'écarta vivement de Gabriel. Elle ne voulait même pas entendre parler de fertilité. Elle était trop belle pour devenir mère.

Indiquant que le repas était servi, Anastasia invité Gabriel à aller prendre leur repas bien mérité, sans réaliser que la nourriture de sa mère avait sans doute un peu changé. Des graines. Que des graines. Et du soja, beaucoup de soja. Pinçant les lèvres en voyant ça, elle tenta de sourire à sa mère, portant le verre d'eau à ses lèvres. Ce n'était pas de l'eau. Ça avait un goût bizarre. Oh mon dieu. Un breuvage spécial pour les voyageurs, une infusions secrète. Elle espérait qu'elle n'allait pas tuer Gabriel. Allait-il survivre ? Mystère.


——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



Moi j'aime les moches


On se sent plus beau à côté et j'ai du mal à m'en passer. Fini la haute gastronomie ! Moi j'veux une boite de raviolis. Moi j'aime les moches, ça donne un côté tolérent, ça rend plus intelligent.

▬▬▬▬▬▬
ADMINS + AMERICAN' MAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3799-choi-gabriel-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3789-choi-gabriel-ft-byun-baekhyun http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3798-choi-gabriel-twitter http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3787-gabriel-o-qui-peut-me-stopper#267785


Ven 5 Aoû - 20:56

" You're my American Dream  "



Gabriel avait toujours été intrigué par la famille d’Anastasia. Il ne connaissait ni son père, ni sa mère, mais s’était toujours demandé à quoi ils pouvaient ressembler, ce qu’ils pouvaient faire dans la vie. Comme il était autrefois martyrisé par la Russe, il n’avait jamais eu l’occasion de vraiment lui poser la question et, maintenant qu’ils avaient décidé d’aller rendre visite à sa mère, il allait avoir la chance, l’honneur de découvrir quel type de personne elle était. Autant le dire, il mourrait d’une impatience folle à l’idée de connaître enfin celle qui avait éduqué la femme de ses pensées. Il ne craignait qu’une chose : qu’elle ne l’accepte pas, lui. Lorsqu’il s’agissait d’Anastasia, il se sentait on ne peut plus imparfait.

Mais contrairement à ce qu’il pensait, la mère de la Russe se montra plus que gentille envers lui, en lui donnant des informations très précieuses au sujet de ses chakras. C’était cool ! Il fallait qu’il pense à lui demander si elle avait des conseils décoration feng shui, au cas où il avait l’idée incroyable de réaménager la chambre qu’il occupait à l’académie. Il était certain qu’elle s’y connaissait. Cette femme avait l’air très au courant des dernières tendances en la matière. En plus, elle était Russe. Ils étaient plus proches de la Chine que lui. Pas vrai ? Elle devait être plus douée.

Légèrement déçu que la mère d’Anastasia ne comprenne pas la profondeur de son compliment, Gabriel décida de ne pas s’attarder sur la question et prêta plutôt attention au tour du propriétaire que souhaitait lui faire l’amour de sa vie. Le salon, avec les peintures – bizarres- de sa mère, les décorations, la lecture… Elle était assez particulière, mais pour une raison qu’il ignorait, il aimait bien. C’était un autre monde qu’il découvrait.

«  Comment elle fait pour vivre sans internet ? » La question de sa vie. «  Ok ! J’crois que je vais m’y retrouver ! »

Ses pas le menèrent ensuite jusqu’à la chambre de la belle. Sitôt qu’il y avait mis les pieds, Gabriel eut l’impression de pénétrer dans un sanctuaire, un lieu sacré dans lequel il ne fallait rien toucher, et il croisa les bras dans ce but. Il avait envie, pourtant. Il voulait découvrir l’endroit où vivait Ana, avant, ce qu’elle y faisait. Soudainement plus nerveux, Gabriel ne s’empêcha pas de sourire pour autant, y allant de son petit commentaire.

«  Je suis déçu, je pensais que t’aurais au moins un poster de moi. » Il était son idole, il ne fallait pas l’oublier.

Il serra faiblement les doigts de la Russe entre les siens et laissa ses lèvres accueillir leurs jumelles, un doux sourire naissant sur son visage alors qu’il réprimait l’envie d’en réclamer plus. Juste un peu plus. Pas grand-chose. Mais il ne pouvait pas. Il retrouva son regard en souriant, puis écarquilla grand les yeux au commentaire de la locataire.

«  Aaah, mais on faisait rien ! » Ils s’embrassaient, chastement. Pour une fois qu’il ne cherchait pas.

Mais au lieu de céder à la niaiserie, Gabriel préféra se dire qu’il avait faim et que le repas qui arrivait tombait à point nommé. Enfin, si on pouvait dire ça comme ça, car le contenu de l’assiette qu’on posa devant lui le déçut plus que profondément. Et il n’était même pas question des boissons. Dubitatif, le métis posa les yeux sur les aliments – s’il pouvait les nommer ainsi – qui se trouvaient dans son assiette, avant de chercher l’aide dans le regard d’Anastasia qui, peut-être, allait pouvoir le rassurer et lui dire que non, il n’était pas un canari. La boisson, il y goûta à peine, avant de se dire que ce n’était pas si horrible que ça. Les cocktails en soirée, ça, c’était violent. Surtout quand on perdait. Mais les graines, par contre, ça ne le nourrirait pas.

Après un moment d’hésitation, il finit même par se pencher vers son ancienne camarade, en faisant « malencontreusement » tomber un couvert.

«   Ana…Je veux bien que le symbole de l’Amérique est un piaf… mais elle abuserait pas un peu, là ? »

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



« when I grow up » They used to tell me I was silly Until I popped up on the TV I always wanted to be a superstar And knew that singing songs would get me this far But I ain't complaining We all wanna be famous So go ahead and say what you wanna sayomega

▬▬▬▬▬▬
MADE IN RUSSIA
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
29.02.1992 » Vladivostok » Orlando » Tokyo » Japanese Father » Russian Mother » Chef de gang

Activité de fainéant :
Ancienne militaire reconvertie depuis son arrivée au Japon en coach sportive » C'est qui qui va te réveiller au milieu de la nuit pour faire des pompes ? Ben c'est elle. Ehwai. Beware, elle fait même des cours d'histoires, tu veux savoir comment ça se passait dans les goulags sibérienne ? Let her show u.

Statut marital :
#TeamCatin ♥️ #TeamPuppylovers ♥️ #TeamReloudesoirée ♥️ #Team15deQI



Célibataire. Et depuis pas mal d'année. Il n'empêche qu'elle ait un meilleur ami duquel elle est un peu trop proche, couverture de sa vraie ambition » devenir la Reine des gueux ♡

Mes trucs à moi :



Si toi aussi t'es une victime du staff qui s'incruste dans ton profil, rejoins la team #VictimedeStockholm
why u lying? :/

Si toi aussi tu mets des chaussettes avec tes sandales parce que t'es trop jap, clap ur hands
#NoShame




Dim 14 Aoû - 15:28

" You're my American Dream  "



Sa mère était spéciale, elle n'avait pas besoin de la même chose que la plupart des humains. Genre, internet, elle vivait sans. C'était vraiment bizarre, Anastasia elle-même ne comprenait pas comment elle faisait pour survivre comme ça. Genre, être en vie, malgré tout. Incroyable, vraiment. Sa mère avait toujours aimé les choses bizarres, étranges, n'appartenant qu'à un monde qu'elle seule comprenait et sa fille s'était faite à l'idée parce qu'elle était un peu pareil. En quelque sorte, même si au fond, elle aimait les choses plus classiques, sans doute que cela se ressentait surtout au vu de son amour pour Gabriel qui était quand même un être particulièrement exceptionnel qu'on peinait à comprendre. Comme les tableaux de sa mère.

Lui montrer son ancien chez elle, lui présenter sa mère, elle trouvait ça étrange. En réalité, elle n'aurait pas pensé que cela puisse arriver un jour. A la fin du lycée, elle s'était faite à l'idée qu'elle ne le reverrait plus. Mais non, il y avait le fil rouge et ils s'étaient retrouvés pour son plus grand bonheur. Cet idiot qu'elle aimait un peu trop, surtout quand il disait des choses stupides.

« Des posters de toi ? Mais, y en avait pas dans les magasines que j'achetais, j'aurais pas pu en avoir. » Son ton sérieux trahissait peut-être bien sa stupidité.

Non, parce que des magasines avec lui dedans, elle les aurait définitivement acheté. Plusieurs fois même ! Elle se retint de lui préciser qu'elle avait des photos. Non, elle devait conserver le mystère sur ses activités adolescente, ne pas trop se trahir. Même si elle se trahissait déjà, en s'approchant de lui et en l'embrassant. Oui, elle avait certes dit que rien ne changerait avant qu'il n'arrive à quelque chose mais un peu quand même.

Anastasia manqua d'exploser de rire en l'entendant assurer à sa mère qu'ils ne faisaient rien. Sa mère le fixa un instant, avant de lui rappeler qu'ils s'embrassaient. Elle ne savait pas, peut-être que le garçon avait une petite mémoire, elle préférait s'assurer qu'il se souvienne. Ils faisaient quelque chose quand même. Son repas l'aidera sûrement à retrouver la mémoire, beaucoup de graines, cent pour cent vegan. La belle Russe se doutait que son cher ami n'aimerait pas, mais au fond, elle ne pouvait rien y faire.

« Elle cuisine toujours comme ça. » Enfin, depuis qu'elle avait divorcé et qu'elle pouvait faire à manger ce qu'elle voulait. « C'est pour ça que je me laissais souvent inviter à manger dehors. » Bon, il fallait qu'elle paie autrement mais ça ne l'avait jamais dérangé. « Fais un petit effort, pour moi ? »

Sourire d'ange et elle caressa doucement sa cuisse pour essayer de le convaincre. Certes, ce n'était pas le plat le plus ragoutant mais ça se mangeait. En quelque sorte. Commençant à piocher dans son assiette, elle était presque émue de pouvoir manger à nouveau les mauvais plats de sa génitrice.

« Si tu veux, on ira au Macdo après. Mais juste aujourd'hui. »

Du coup, ça lui faisait envie à elle aussi. Elle se demandait sérieusement comment sa mère survivait avec un régime pareil.



——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



Moi j'aime les moches


On se sent plus beau à côté et j'ai du mal à m'en passer. Fini la haute gastronomie ! Moi j'veux une boite de raviolis. Moi j'aime les moches, ça donne un côté tolérent, ça rend plus intelligent.

▬▬▬▬▬▬
ADMINS + AMERICAN' MAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3799-choi-gabriel-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3789-choi-gabriel-ft-byun-baekhyun http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3798-choi-gabriel-twitter http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3787-gabriel-o-qui-peut-me-stopper#267785


Jeu 18 Aoû - 12:59

" You're my American Dream  "



À l'impatience de rencontrer la mère de la femme qu'il aimait depuis des années succédait l'appréhension. Il était là, chez elle, dans la maison où elle avait vécu une partie de sa vie, mais il ne savait pas exactement comment se comporter. Il se sentait épié par la mère d'Anastasia et, même s'il n'était pas dérangé à l'idée d'être observé, admiré, habituellement, il se demandait sans cesse s'il n'avait pas fait quelque chose de mal. Il avait besoin de sa bénédiction, après tout, même s'il lui fallait ouvrir tous ses chakras! Pour la première fois de sa vie, le chakra de son plexus solaire était moins gorgé d'énergie qu'à l'habitude, ce qui n'était pas pour lui faire du mal : on a tous besoin d'un peu d'équilibre, parfois. Il allait montrer à cette daronne qu'il pouvait parfaitement combler sa fille, même si elle n'en avait pas conscience elle-même!

« Hm... T'aurais pu les faire toi-même! Tu sais, avec des photos? Si j'avais su, je t'en aurais imprimé. » Quoique, dans le fond, il ne savait pas s'il avait envie qu'elle l'admire à l'aide de quelques images placardés aux murs. Il avait besoin de plus d'affection que ça. « Non, en fait c'est bien comme ça. »

Un doux sourire étira les lèvres de l'américain alors qu'il venait caresser du bout des doigts la joue d'Anastasia. Même si elle n'avait pas de posters de lui, il l'aimait comme ça. Il l'aimait déjà lorsqu'elle le traumatisait dans leur jeunesse, alors pourquoi cela aurait-il dû changer? Il n'avait jamais été capable d'objectivité. Elle aurait encore décidé que Paris était la capitale de la Mongolie qu'il l'aurait défendue bec et ongles... Mais savait-il seulement quelle en était la capitale? Ça n'avait aucune espèce d'importance à ses yeux : Anastasia faisait loi, et quiconque s'en prenait à elle était un démon, même s'il n'était pas capable de les combattre.

Au fond de lui, Gabriel était rassuré de voir que les choses n'étaient pas totalement identiques à ce qu'elles étaient avant. Depuis ces aveux un peu hasardeux, trop rapides pour qu'il y croie sur le moment, leur relation avait changé. Un combat avait pris fin pour laisser place à un autre, plus difficile encore : un duel contre lui-même. Il se pensait beau, fort, doué dans tout ce qu'il faisait, mais il n'était qu'un raté ; il s'agissait d'atteindre celui qu'il voulait être, mais il devait pour cela faire face à celui qu'il était. S'il était prêt à le faire pour Anastasia? La réponse était simple : il aurait fait n'importe quoi pour elle, même essayer de se présenter aux présidentielles.

N'importe quoi? Cette conviction fut quelque peu ébranlée lorsqu'il posa les yeux sur son assiette et constata son contenu attristant. Des graines. Des graines et rien d'autre. Gabriel avait envie de soulever chacune d'entre elles dans l'espoir de découvrir au-dessous un aliment plus comestible, mais il savait avec tristesse qu'il avait tort. Avec de la chance, l'humour allait le sauver.

« Mais c'est pas possible de survivre avec ça, Ana... » Il était convaincu de ce qu'il avançait, bizarrement. Ses lèvres se pincèrent doucement et il garda les yeux posés sur elle, silencieux. Il se rappelait de tout ça, mais il ne l'avait jamais invitée, lui. Elle lui avait tout au plus piqué son plateau repas au lycée. « Oui, je vais essayer. »

Esquissant un sourire face aux yeux de biche de la coach, Gabriel commença à manger, non sans essayer d'imaginer qu'il était en train de manger des cacahuètes enrobées de chocolat. Oui, du chocolat, du sucre. Une friandise bien industrielle, bien mauvaise pour sa pauvre petite santé d'homme frêle. Délicieux. Ces graines, par contre, elles étaient dégueulasses, elles lui laissaient en bouche un goût pâteux, lui asséchaient la gorge. Comment cette femme faisait-elle pour se nourrir ainsi? Il prendrait un McFlurry en dessert, pour se récompenser. Et un BigMac. L'idée semblait parfaite.

Quand il ne resta dans l'assiette qu'une petite quantité de miettes dont il ignorait la provenance - sûrement les coques des graines, mais pouvait-il le comprendre? - Gabriel repoussa le récipient devant lui et prit une autre gorgée du breuvage particulier que lui avait servi la mère d'Anastasia avant de se redresser.

« C'était très bon en tout cas ! » Un sourire figé placardé sur la face, il essayait d'être crédible. « Tu viens, Ana? »

Il fallait qu'il lui parle, il se sentait de moins en moins à l'aise, avec ces histoires de graines, et elle venait de lui promettre un McDo. Pouvait-il attendre alors que la faim lui tiraillait l'estomac? Son regard se fit plus insistant alors qu'il l'attendait.
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



« when I grow up » They used to tell me I was silly Until I popped up on the TV I always wanted to be a superstar And knew that singing songs would get me this far But I ain't complaining We all wanna be famous So go ahead and say what you wanna sayomega

▬▬▬▬▬▬
MADE IN RUSSIA
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
29.02.1992 » Vladivostok » Orlando » Tokyo » Japanese Father » Russian Mother » Chef de gang

Activité de fainéant :
Ancienne militaire reconvertie depuis son arrivée au Japon en coach sportive » C'est qui qui va te réveiller au milieu de la nuit pour faire des pompes ? Ben c'est elle. Ehwai. Beware, elle fait même des cours d'histoires, tu veux savoir comment ça se passait dans les goulags sibérienne ? Let her show u.

Statut marital :
#TeamCatin ♥️ #TeamPuppylovers ♥️ #TeamReloudesoirée ♥️ #Team15deQI



Célibataire. Et depuis pas mal d'année. Il n'empêche qu'elle ait un meilleur ami duquel elle est un peu trop proche, couverture de sa vraie ambition » devenir la Reine des gueux ♡

Mes trucs à moi :



Si toi aussi t'es une victime du staff qui s'incruste dans ton profil, rejoins la team #VictimedeStockholm
why u lying? :/

Si toi aussi tu mets des chaussettes avec tes sandales parce que t'es trop jap, clap ur hands
#NoShame




Mar 23 Aoû - 0:58

" You're my American Dream  "



Sa mère survivait avec ça. Mais sa mère était Russe donc forcément, elle était bien plus résistante que le commun des mortels. Oui, c'était une femme d'exception, souvient sous-estimée, mais Anastasia que sa mère n'était pas commune, avec ses histoires de chakra, elle survivrait aux pires situations parce qu'elle s'infligeait le pire au quotidien. C'était une histoire de paix intérieur. Plus ta vie terrestre est difficile, plus ta vie dans l'au-delà sera douce. Anastasia savait qu'elle avait déjà grillé ses chances d'être bien vu dans sa prochaine vie alors elle avait bien envie de profiter de celle la. Elle profitait un peu trop. Hiromu pouvait tenter de la sermonner, il n'était pas mieux. Mais qu'on se le dise, elle s'était calmée ! Depuis Liang, plus rien. Enfin, elle avait participé à une soirée sextoy avec des amies et elle en avait acheté pour compenser mais, vraiment, elle s'était calmée. Il fallait bien qu'elle souffre aussi un peu dans l'histoire, si déjà Gabriel se donnait à fond pour réussir, pour faire quelque chose de sa vie. Parce qu'elle le lui avait demandé. Elle ne pouvait pas égoïstement continuer comme ça. Bon, ça ne serait pas dérangeant. Une fois. Il n'en saurait rien. Non, elle devait rester forte avec son petit canard et plus si affinité.

Pour preuve qu'elle devait continuer, il essayait de manger la nourriture de sa mère. Franchement, elle pouvait bien attendre sagement. Puis, un peu d'abstinence ne lui ferait pas de mal. Être la Tiger Wood féminine, ce n'était pas bien glorieux et il fallait qu'elle laisse les hommes moyens moins voler de leurs propres ailes, sa mission était accomplie, elle prenait se retraite. Souriant un peu pour elle-même, elle picora dans son assiette, écoutant distraitement sa mère parler avec son fort accent russe, expliquer des choses à Gabriel sur les chakra, sur l'âme, l'esprit, la sciences. Des choses que Anastasia ne saisissait pas et parfois, elle phasait en regardant sa mère, se demandant si elle n'avait pas appris une nouvelle langue. En tout cas, elle la maîtrisait bien. Oh. Peut-être que c'était de l'allemand ? C'était sûrement ça, parce que c'était moche et qu'elle n'y comprenait rien. Elle félicita sa mère pour ses aptitudes à parler la langue de Goethe, ne se formalisant pas du regard perplexe de sa génitrice tandis qu'elle finissait son assiette.

« T'as vraiment trouvé ça bon ? » Elle cligna plusieurs fois les yeux sous la surprise. Ben ça alors, elle pensait qu'il allait détester ! Où voulait-il aller dans ce cas ? Étrange. Elle sourit à sa mère qui lui dit qu'elle pouvait y aller, la grande manouche s'occupera de débarrasser.

Prenant la main de Gabriel, elle l'entraîna à sa suite vers la sortie de l'appartement, glissant son sac à main sur l'épaule. Il faut dire qu'on était jamais vraiment rassasié avec des graines, c'était quand même bizarre. Passant sa main dans sa belle chevelure blonde, elle se tourna vers Gabriel pour le recoiffer un peu. Il était si mignon, à chaque fois, son cœur battait beaucoup plus vite quand elle le regardait. Elle était infiniment plus heureuse que ce qu'elle pourrait bien admettre. Comme un rêve qui se réalisait, d'être ici avec lui.

« Tu veux aller où ? Comme t'as aimé, t'as pas envie d'aller au Macdo encore ? J'ai quand même un peu faim moi. » Une mine un peu boudeuse prit place sur son visage. C'était injuste qu'il soit rassasié et pas elle. « J'aurais pas pensé que tu aimerais. »

C'était vraiment surprenant ! Mais le beau Choi était plein de surprise, il fallait l'avouer et Anastasia l'aimait pour ça aussi. Il la surprenait souvent et pour beaucoup de choses, c'était vraiment un homme phénoménal, peu de gens le réalisait, mais elle, elle le savait et ça l'émouvait presque de se le dire. Glissant ses doigts sur sa joue, elle lui sourit avant d'appuyer sur le bouton de l'ascenseur.

« On prendra les escalier pour remonter. » Un peu de sport, Gabriel n'allait pas chômer, qu'il n'oublie pas avec qui il était venu. « Tu veux aller voir tes parents quand ? »

La Russe craignait un peu cette rencontre. Au fond, elle avait envie qu'ils l'apprécient, qu'ils l'acceptent. C'était étrange, elle n'avait jamais ressenti cette crainte avant mais elle voulait se faire aimer des parents Gabriel. Parce qu'elle l'aimait et au fond d'elle, n'avait-elle pas toujours rêvé de faire partie de la vie du métis ? D'en faire réellement partie comme la personne si spéciale avec qui il partagerait sa vie. Ses parents faisaient partis de lui, ils comptaient beaucoup. De ce fait, elle avait besoin de se faire aimer par eux, comme quelque chose d'absolument nécessaire. Et au fond, elle craignait sincèrement d'échouer. Qu'ils ne l'apprécient pas, qu'ils trouvent qu'elle ne correspondait pas à leur fils, qu'il pourrait trouver mieux qu'elle, ce qui était faux sur un point de vue physique, mais il pourrait trouver une fille plus gentille, drôle, intelligente, qui saurait prendre soin de lui mieux qu'elle ne saurait le faire jamais. Après tout, son éternel célibat n'était pas là sans raison, elle le savait bien. Elle ne savait même pas faire vivre des petits cactus, alors s'occuper d'un homme, c'était compliqué. Pourtant, pour Gabriel, elle voulait essayer. Il survivra, il sera le cactus survivant. Elle y mettra tout son cœur.


——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



Moi j'aime les moches


On se sent plus beau à côté et j'ai du mal à m'en passer. Fini la haute gastronomie ! Moi j'veux une boite de raviolis. Moi j'aime les moches, ça donne un côté tolérent, ça rend plus intelligent.

▬▬▬▬▬▬
ADMINS + AMERICAN' MAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3799-choi-gabriel-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3789-choi-gabriel-ft-byun-baekhyun http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3798-choi-gabriel-twitter http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3787-gabriel-o-qui-peut-me-stopper#267785


Mar 23 Aoû - 17:32

" You're my American Dream  "



Un effort, un petit effort pour s’alimenter avec des graines. Afin de mériter l’amour d’Anastasia, il était prêt à tout. Ce n’était pas la meilleure idée qu’il avait pu avoir de sa vie, ses toilettes allaient sûrement lui en vouloir pendant des semaines à dater de ce jour, mais il avait encore l’espoir de survivre, même si la situation était préoccupante. La mère de son amie était-elle à ce point persuadée d’être un oiseau ? Pas qu’il jugeait, mais il se posait des questions, comme n’importe quelle personne à peu près saine d’esprit l’aurait fait, en vérité. Le sourire de Gabriel resta planté sur son visage jusqu’à ce qu’ils soient hors de vue de la mère de la Russe, dont il écouta les propos en s’efforçant de ne pas rouler des yeux. Était-il si bon acteur ? Il s’en étonnait presque, pour le coup.

« Anastasia… » Il lui pinça délicatement la joue avant de retrouver un sourire plus sincère, abandonnant le rictus qu’il s’efforçait de maintenir en place depuis quelques longues minutes désormais. « J’ai pas vraiment aimé, mais j’avais pas envie de vexer ta mère… » Et pour ne pas la vexer elle, la Vodkalina de ses jours, il n’allait pas dire qu’il avait détesté. « Il faut qu’on aille chez MacDo avant que je meure de faim. » Et ça risquait d’arriver très vite s’ils ne bougeaient pas, compte tenu de son appétit au moment où ils avaient été invités à manger.

Debout devant l’ascenseur, il écouta les propos de la métisse en hochant la tête. Ils pouvaient prendre tous les escaliers du monde, tant qu’il y avait de la nourriture à la fin. Pour ce qui était de l’appartement de la mère de sa dulcinée, il ne savait pas trop s’il avait envie d’y retourner, par contre. Un sourire quelque peu crispé dessina ses lèvres alors qu’il reposait les yeux sur Anastasia. Sa voix elle-même se fit un peu plus douce, comme pour la convaincre.

« On devrait peut-être y aller bientôt ? Je crois que ta mère a beaucoup de choses à faire. Enfin, elle en avait l’air. » Il voulait surtout partir loin des graines. Il n’allait pas survivre si on le laissait là.

Alors, le sourire aux lèvres, il se saisit de la main d’Anastasia pour la tirer au dehors de l’ascenseur, prêt à prendre la direction du fast-food le plus proche. De la nourriture grasse, des boissons pétillantes à volonté, taille XL, il en avait besoin, là, tout de suite. Son sourire s’étira quand il aperçut au loin l’enseigne qui faisait battre son cœur depuis déjà des années, et il serra doucement la main de la Russe dans la sienne afin d’attirer son attention. « Here we go ! »

Motivé comme jamais, il s’engouffra dans l’établissement où discutaient des dizaines de clients. Entendre de nouveau cette langue familière lui faisait du bien. La ville était endeuillée par les récents événements, mais on pouvait néanmoins comprendre que la vie continuait. C’était le principal. La main toujours fermée sur celle d’Anastasia, l’apprenti idole rayonnait. Il savait déjà ce qu’il allait prendre. Plusieurs sandwiches, plusieurs sauces… Une boisson pour commencer. « Choisis tout ce que tu veux, Vodkalina, je te l’offre ! » Ils avaient un moment pour eux, alors autant en profiter.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



« when I grow up » They used to tell me I was silly Until I popped up on the TV I always wanted to be a superstar And knew that singing songs would get me this far But I ain't complaining We all wanna be famous So go ahead and say what you wanna sayomega

▬▬▬▬▬▬
MADE IN RUSSIA
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
29.02.1992 » Vladivostok » Orlando » Tokyo » Japanese Father » Russian Mother » Chef de gang

Activité de fainéant :
Ancienne militaire reconvertie depuis son arrivée au Japon en coach sportive » C'est qui qui va te réveiller au milieu de la nuit pour faire des pompes ? Ben c'est elle. Ehwai. Beware, elle fait même des cours d'histoires, tu veux savoir comment ça se passait dans les goulags sibérienne ? Let her show u.

Statut marital :
#TeamCatin ♥️ #TeamPuppylovers ♥️ #TeamReloudesoirée ♥️ #Team15deQI



Célibataire. Et depuis pas mal d'année. Il n'empêche qu'elle ait un meilleur ami duquel elle est un peu trop proche, couverture de sa vraie ambition » devenir la Reine des gueux ♡

Mes trucs à moi :



Si toi aussi t'es une victime du staff qui s'incruste dans ton profil, rejoins la team #VictimedeStockholm
why u lying? :/

Si toi aussi tu mets des chaussettes avec tes sandales parce que t'es trop jap, clap ur hands
#NoShame




Sam 3 Sep - 0:15

" You're my American Dream  "



Vraiment, Gabriel était impressionnant. Anastasia se trouvait terriblement douée au fond d'elle, comme une sorte d'élue, pour voir en lui ce que personne ne voyait, la personne exceptionnelle qu'était Choi Gabriel, l'être unique. On pourrait aller voir chaque être humain, elle mettrait sa main à couper sans hésiter qu'il n'y en avait pas deux comme Gabriel, avec ce même esprit. Certes, il n'était pas très intelligent, mais il avait beaucoup d'autres choses pour lui ! Il était doux. Enfin, surtout ses cheveux. Drôle, à sa manière. Il avait une vision du monde qui n'appartenait qu'à lui. Puis, il était ouvert d'esprit, même si on en s'en rendait pas forcément compte. Il est vrai que ses défauts étaient si marqués qu'on avait tendance à omettre ses qualités. Mais elles étaient bien là. Et si personne n'y prêtait attention, Anastasia les voyait. Toutes.

Comme ses formidables talents d'acteur. Incroyable ! Alors comme, ça, il n'avait pas aimé ? Et elle et sa mère n'y ont vu que du feu ! Pourquoi s'obtiner dans la chanson alors que Choi Gabriel était de toute évidence le nouveau Leonardo Di Caprio ! On pourait penser qu'elle en rajoute, mais non. Vraiment pas. Il était très bien. Ou elle était très conne. Il faudrait sans doute penser à analyser la seconde proposition qui semblait un peu plus cohérente.

« Oh ! Mais tu avais l'air si convainquant ! » C'était gentil de penser aux sentiments de sa mère mais ça allait sans doute l'encourager à recommencer à faire ce type de plat et ça, la jeune Russe doutait que son beau métis apprécie. « D'accord. On y va. Mais tu m'apprendras ? » Son sourire se fit un peu plus marqué alors qu'elle s'approcha, attrapant son bras. « A jouer la comédie ? » Ses lèvres se posèrent malicieusement sur sa joue. Elle aussi, elle voulait devenir une grande actrice.

Il voulait aller rapidement chez ses parents ? Elle pouvait le comprendre, il avait l'air proche d'eux. Elle ne savait pas vraiment en réalité, il n'avait pas eu l'air très à l'aise avec sa génitrice. Comme elle ne serait sans doute que peu à l'aise avec les Choi. Elle craignait réellement qu'ils ne l'apprécient pas. Au fond, si elle était le fantasme de tout homme, elle était bien loin du cliché de la belle fille qu'on rêvait d'avoir. Une grande apréhension la gagnait quand elle y pensait mais elle devait voir la vérité en face. L'appartement de sa mère était minuscule, ils y seront vite à l'étroit.

« D'accord, on ira demain si tu veux. » Réfléchissant un instant, elle quitta l'ascenseur, finissant par se tourner vers lui. « Sinon, je peux rester chez ma mère et toi chez tes parents ? Je veux pas trop m'imposer chez eux, tu sais, ils veulent peut-être t'avoir que pour eux... »

Non, elle ne se défilait pas, pas du tout. Elle n'avait pas peur de ses parents. Bon, pour sûre qu'elle pourra se faire aimer de son père mais sa mère, c'était une autre paire de manche. Serrant la main de Gabriel dans la sienne, elle sourit, hochant la tête. Allons-y, oui. Les Mac Donald américain ne lui avaient pas particulièrement manqué mais voir Gabriel si excité l'amusait un peu et elle rit doucement à sa proposition. Prendre ce qu'elle voulait.

« Tu me l'offres ? T'es si romantique ! » Taquine, elle le poussa un peu, elle leva son regard sur le tableau de commande. « Je crois que je vais prendre un truc classique. Menu bigmac, frites, sprite. J'aime pas trop le coca du macdo. Oh ! Et des nuggets. Faudra qu'on aille faire du sport ce soir, d'accord ? » Sinon, elle allait pleurer. « Tu prends quoi ? » Son regard se posa sur lui, alors qu'il arrivaient devant la caissière.


——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



Moi j'aime les moches


On se sent plus beau à côté et j'ai du mal à m'en passer. Fini la haute gastronomie ! Moi j'veux une boite de raviolis. Moi j'aime les moches, ça donne un côté tolérent, ça rend plus intelligent.

▬▬▬▬▬▬
ADMINS + AMERICAN' MAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3799-choi-gabriel-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3789-choi-gabriel-ft-byun-baekhyun http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3798-choi-gabriel-twitter http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3787-gabriel-o-qui-peut-me-stopper#267785


Dim 11 Sep - 23:23

" You're my American Dream  "



Gabriel se demandait parfois par quel miracle Anastasia s’était retrouvée sur son chemin. Elle avait l’air sortie d’un autre univers, un peu à côté de la plaque, à ne pas savoir exactement quand il était sérieux ou non. Depuis combien de temps se connaissaient-ils, déjà ? Quelques années. Et elle n’avait jamais remarqué qu’il n’était pas très réceptif à la nourriture particulière de certaines personnes. Dingue. Il ne comprenait pas les mangeurs de légumes, alors laissez tomber les bouffeurs de graines. Pour autant, ça ne voulait pas dire qu’il ne les acceptait pas. Il se contentait de leur tenir le même discours qu’à la mère de son amie : « c’est bon », alors que ses tripes hurlaient au drame. Si Anastasia n’avait pas compris cela après des années, il en était un peu triste. Il se contenta d’ébaucher un sourire en réponse à la question de la belle, qu’il emmena ensuite en direction du grand M, son vénéré maître, souriant plus largement suite à son baiser.

« Bien sûr, tout ce que tu veux, Ana ! »

Il pourrait lui apprendre tout ce qu’elle souhaitait, si elle le lui demandait. Enfin, c’était ce qu’il pensait. Il rêvait de lui apprendre à manipuler une guitare, à jouer la comédie, si elle le voulait. Dans la pratique, il n’était capable que de pousser la chansonnette d’une voix un peu trop forte et sans prêter attention aux notes qui lui échappaient. Le pire, c’est qu’il n’en avait qu’à peine conscience, convaincu, au contraire, qu’il était un bien meilleur chanteur que d’autres étudiants. Il s’était implanté l’idée dans la tête, et même si elle tendait à s’effriter depuis quelques temps, cette idée était encore bien installée.

« Hm, demain, ça me va. » Il hocha la tête alors qu’ils quittaient l’ascenseur, puis la secoua doucement. « Non, je suis sûr qu’ils seraient contents de te rencontrer ! »

Les Choi n’avaient jamais été particulièrement mauvais. Rien à leurs yeux n’importait davantage que le bonheur de leur fils unique, Gabriel, qui passait ses journées, durant son enfance, à réclamer des choses qu’ils ne pouvaient se permettre en raison d’un revenu à peine au-dessus du satisfaisant. Il ne les avait plus revus depuis qu’ils avaient réalisé son dernier caprice : ce voyage au Japon. À ses yeux, ils seraient forcément heureux de les voir, lui et Anastasia. Laissant leurs yeux se rencontrer, ses doigts renforcèrent leur prise sur ceux d’Anastasia.

« On verra après avoir mangé. »

Car là, il n’était plus temps de plaisanter. Son esprit était tourné vers la nourriture qui allait leur être servie lorsqu’ils auraient pu faire leur choix, et dieu sait combien Gabriel avait hâte de pouvoir se régaler d’un plat aussi gras que les hamburgers de l’établissement. Il prendrait des potatoes en accompagnement. Et un dessert ? Allait-il se laisser tenter pour un dessert ? Son regard était perdu sur les panneaux riches en couleurs qui se trouvaient au-dessus du comptoir et il réfléchissait à la question quand la voix d’Ana lui parvint de nouveau. Oui, il était romantique ! Un véritable prince en cheval blanc sur son armure ! Euh… Il n’était plus certain, là.

« Quoi ? Tu veux qu’on aille faire du sport ? » Son sourire se déforma en une moue boudeuse, mais il retrouva instantanément le sourire. Ne pas râler. Pas avec Anastasia, surtout. « D’accord ! Moi, je vais prendre… Deux menus spéciaux, ça fait trop longtemps ! » Et s’il parvenait à en terminer un, ça serait déjà un miracle, mais on ne pouvait arrêter un homme affamé. « Tu veux pas prendre le truc là ? Ils offrent un truc Avengers avec. » Ajouta-t-il en pointant du doigt l’item en question, avant de tourner la tête vers la Russe pour lui adresser un regard entendu, un sourire malicieux aux lèvres. « Et si tu veux faire du sport, j’ai une chambre chez mes parents aussi. »

Le changer ? Dans vos rêves, peut-être. Il continuait d’espérer.
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



« when I grow up » They used to tell me I was silly Until I popped up on the TV I always wanted to be a superstar And knew that singing songs would get me this far But I ain't complaining We all wanna be famous So go ahead and say what you wanna sayomega

▬▬▬▬▬▬
MADE IN RUSSIA
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
29.02.1992 » Vladivostok » Orlando » Tokyo » Japanese Father » Russian Mother » Chef de gang

Activité de fainéant :
Ancienne militaire reconvertie depuis son arrivée au Japon en coach sportive » C'est qui qui va te réveiller au milieu de la nuit pour faire des pompes ? Ben c'est elle. Ehwai. Beware, elle fait même des cours d'histoires, tu veux savoir comment ça se passait dans les goulags sibérienne ? Let her show u.

Statut marital :
#TeamCatin ♥️ #TeamPuppylovers ♥️ #TeamReloudesoirée ♥️ #Team15deQI



Célibataire. Et depuis pas mal d'année. Il n'empêche qu'elle ait un meilleur ami duquel elle est un peu trop proche, couverture de sa vraie ambition » devenir la Reine des gueux ♡

Mes trucs à moi :



Si toi aussi t'es une victime du staff qui s'incruste dans ton profil, rejoins la team #VictimedeStockholm
why u lying? :/

Si toi aussi tu mets des chaussettes avec tes sandales parce que t'es trop jap, clap ur hands
#NoShame




Ven 30 Sep - 22:44

" You're my American Dream  "

Sans doute que ce pays lui avait un peu manqué ? Elle s'y sentait moins stupide. Probablement que la présence de Gabriel l'y aidait. Elle se sentait bien avec lui parce qu'il était pareil. Tout aussi bizarre qu'elle. Et il était bien plus gentil que la plupart des hommes qu'elle connaissait. Bon, Hiromu était gentil mais ce n'était pas pareil. Hiromu, c'était un peu comme son frère. Le frère qu'elle n'avait jamais eu et qu'elle devait forcément protéger, il était un peu fragile au fond. En soi, toutes les personnes habitant ce monde étaient fragiles selon elle, cependant, lui un peu plus. Quand on avait peur des canards, on ne pouvait pas vraiment être un homme.

Demain, elle allait rencontrer les parents de l'homme qu'elle aimait depuis le lycée. Tant de pressions. Et s'ils ne l'aimaient pas ? S'ils la trouvaient trop particulière ? S'ils ne l'aimaient pas parce qu'elle était Russe ? Après tout, c'était des Américains. C'était raciste, les Américains. Surtout envers les Russes, alors qu'ils étaient un peuple si doux, si pur. Forcément. Et elle aussi. Non, elle n'était ni douce, ni pure. Oh mon Dieu, et s'ils ne l'aimaient pas parce qu'elle n'était pas douce ou pure ? Ils devaient l'aimer. Absolument. Cette nuit, elle cherchera sur internet, comme se faire aimer par les parents de son élu.elle suivra les conseils à la lettre. Et ils l'aimeront.

Et oui, ils iront faire du sport. Anastasia en avait définitivement besoin. Pour son corps, sa tête, tout son être. C'était l'évidence même. Et Gabriel en avait besoin aussi, c'était encore plus évident en réalité. Il n'était pas gros mais il était mou et être mou, c'était mal. Surtout qu'il prenait deux menus au Macdonald's. Elle porta son attention sur l'objet Avengers qu'il désignait, hochant doucement la tête. Elle allait prendre ça, si ça lui faisait plaisir. De toute manière, elle s'en fichait bien de ce qu'elle prendrait, elle aimait tout, en général.

A la remarque de son cher et tendre, elle fronça légèrement les sourcils. « Tu as peur de le faire devant tes parents ? » Forcément, ce n'était pas le plus sportif mais ses parents le savaient déjà. Réfléchissant un instant, elle leva la main, comprenant enfin avant de la laisser tomber sur l'épaule de Gabriel pour le frapper. « Non ! Jamais chez tes parents ! Je veux qu'ils m'aiment, avoir l'air pure. » D'un hochement de tête, elle prit un air convaincu. Jamais chez eux, non. Ils allaient l'aimer. La trouver parfaite pour leur fils. Elle se le promettait.

_ _

C'était le grand jour, elle allait les rencontrer. Anxieuse, elle analysa à nouveau son image devant le miroir. Parfaite. Elle le savait bien, qu'elle était. Elle était née jolie et elle allait probablement mourir dans cette même conditions de beauté. Mais, et si la mère la trouvait trop belle et se sentait en compétition ? Il fallait qu'elle attache ses cheveux pour avoir l'air moins belle. Et si elle se maquillait plus ? Histoire d'avoir l'air belle moins naturellement ? Non, on allait la prendre pour une prostituée Russe. Un soupir quitta ses lèvres et elle se traîna hors de sa chambre, sa mère approuva de loin mais elle avait besoin de l'avis de quelqu'un qui les connaissait. Trouvant son homme dans la salle de bain, elle tendit les bras puis tourna sur elle-même.

« Alors ? Comment tu me trouves ? Tu penses qu'ils vont aimer ? » Qu'ils vont l'aimer elle, surtout. C'était le principal. Elle soupira à nouveau. « Je dois mettre autre chose ? Ça fait bien ? Je me suis inspirée du style Desperate Housewives. »

Elle voulait tellement qu'ils la trouvent sympathique. Elle avait consulté des sites cette nuit pour ça. Ils l'aimeront. Forcément. Il y avait un point qui disait « rendre son fils heureux ». Elle le rendait heureux, non ? Elle aurait du coucher avec lui. Il serait encore plus heureux. Elle pouvait encore le faire. Son regard se posa sur Gabriel. Mais s'ils le faisaient, ça prendrait trop de temps, ils allaient être en retard, et ce serait carrément pire.

« Dis, en général, quand tu le fais, tu mets combien de temps ? »

Il fallait mettre toutes ses chances de son côtés, la parfaite belle-fille, c'était ça, sa nouvelle ambition.

——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



Moi j'aime les moches


On se sent plus beau à côté et j'ai du mal à m'en passer. Fini la haute gastronomie ! Moi j'veux une boite de raviolis. Moi j'aime les moches, ça donne un côté tolérent, ça rend plus intelligent.

▬▬▬▬▬▬
ADMINS + AMERICAN' MAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3799-choi-gabriel-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3789-choi-gabriel-ft-byun-baekhyun http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3798-choi-gabriel-twitter http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3787-gabriel-o-qui-peut-me-stopper#267785


Sam 1 Oct - 20:17

" You're my American Dream  "



Jamais au cours de sa vie Gabriel n’avait réussi à accepter ses défauts. Il était au contraire passé maître dans l’art de l’auto-conviction et essayait de surpasser les autres sans faire le moindre effort. Comme on pouvait s’y attendre, ce n’était pas très concluant, et il lui avait fallu des années pour réaliser qu’il n’était en vérité pas aussi doué qu’il le pensait. Il était paresseux, ne s’intéressait qu’à ce qui pouvait lui profiter, sans oublier cette fâcheuse tendance à l’opportunisme qui l’avait guidé pendant toute ses études secondaires et au-delà. Non, les Choi ne pouvaient affirmer qu’ils étaient fiers de leur enfant. Ils pouvaient tout au plus prétendre qu’il faisait de son mieux, qu’ils avaient, de leur côté, tenté de lui donner la meilleure éducation qui soit. Une éducation qu’il avait envoyée valser lorsqu’il en avait eu l’occasion, au grand dam de ses parents qu’ils espéraient avoir réussi à faire quelque chose de lui. À presque vingt-cinq ans, pourtant, il n’était rien de plus qu’un adolescent immature qui ne souhaitait accepter la réalité.

Toutes les belles choses qu’on lui avait apprises, qu’on avait essayé de lui faire comprendre, le métis les avaient repoussées sans arrêt. Il n’avait gardé des leçons et des explications que ce qui pouvait lui être utile, ce qui lui plaisait. Va vite. Va loin. Fais tout ce qui est en ton pouvoir pour obtenir ce dont tu as besoin. La nuance entre caprice et argumentation s’était amenuisée jusqu’à disparaître, laissant l’enfant qu’il était devenir incontrôlable et impertinent, puisqu’il pensait que tout lui revenait de droit. Cela faisait des années qu’il se prenait pour ce qu’il n’était pas, en envoyant balader les personnes qu’il estimait indignes de lui. Il pouvait rejeter les autres, mais ces-derniers devaient l’accepter comme il était. C’était la règle ultime.  

Puis un beau jour, il l’avait rencontrée, elle. Anastasia. Elle avait un accent assez particulier qui lui donnait envie de sourire à longueur de journée, il ne pouvait s’empêcher de s’en moquer. Sans comprendre comment, il en était tombé amoureux. Amoureux d’elle, de ce qu’elle dégageait. Il la trouvait belle, si belle, mais jamais il ne parvenait à l’approcher. À chaque fois qu’il essayait, il se retrouvait à coup sûr la tête enfoncée dans un casier ou le bras coincé dans le dos, immobilisé. Il hurlait sur le moment, au quart pour la forme, le reste parce qu’il avait vraiment mal, mais jamais il ne s’était plaint du comportement de la belle Russe en rentrant chez lui. Pas une seule fois il n’avait osé, de peur que quelqu’un aille le lui reprocher et qu’elle cesse de l’ennuyer. Après tout, si elle l’approchait de cette manière, peut-être avait-elle simplement envie de le fréquenter ? À l’époque, il s’en était persuadé.

Maintenant qu’ils en avaient discuté et qu’ils s’étaient avoués la vérité, Gabriel peinait à y croire. Pendant toutes ces années, il avait eu raison. Pendant toutes ces années, il avait subi les coups de la femme pour laquelle son cœur battait, dont le cœur battait pour lui. C’était juste dingue. Mais même si les choses avaient changé, qu’il venait de rencontrer sa mère et qu’elle lui avait semblé un peu bizarre (mais la sienne n’était-elle pas étrange, elle aussi ?), il existait encore un mur invisible entre eux. Ils étaient différents, il le savait ; elle avait un travail, une vie, il n’était rien de plus qu’un étudiant au travail infructueux. Il voulait réussir pour elle pour lui prouver qu’il était davantage qu’un raté qui se vantait d’être un héros. Il n’avait jamais été aussi déterminé jusqu’alors.

C’est pour cela que même s’il rebondissait sur la proposition d’Anastasia en plaisantant à sa manière un peu balourde, il savait qu’il n’obtiendrait pas ce qu’il espérait. Il n’était pas prêt. De plus, même s’il l’avait souhaité, il craignait de ne pas être assez bien pour elle. Pour la toute première fois, il doutait à l’idée de le faire. Alors, plutôt que rester perdu dans ses pensées, le métis leva les yeux vers Anastasia et chouina sous son geste, avant de rire doucement à ses mots.

«   Ils t’aimeront de toute façon, j’en suis sûr. »

Il connaissait ses parents, il avait toujours vécu avec eux. Du moins, c’était sa conviction.

- ♥ -

Gabriel fixait d’un regard absent ses affaires éparpillées sur le sol de la salle de bain. La réflexion était aussi profonde que l’appréhension était présente ; il ignorait comment les choses se passeraient une fois qu’ils auraient franchi le seuil de l’appartement dans lequel il avait grandi. Ses parents accepteraient-il vraiment l’arrivée d’une parfaite inconnue, bien qu’elle ne soit pas si inconnue que cela ? Il avait tellement parlé d’Anastasia, tellement vanté ses qualités, sa beauté, qu’il commençait à imaginer le pire. Si elle ne plaisait pas à ses parents, qu’allait-il faire ? Rien de plus que d’habitude, sans doute, mais pouvait-il seulement se rebeller et les envoyer paître devant elle ? C’était exclus, totalement exclus. Agir comme un idiot était l’assurance d’éloigner celle qu’il aimait de lui, de se donner mauvaise image à ses yeux. À éviter à tout prix.

Un sourire gêné déforma les lèvres du métis quand Anastasia pénétra dans la pièce, il laissa ses yeux marrons parcourir distraitement le corps de la coach. Comment il la trouvait, s’ils allaient aimer. C’était une bonne question, mais elle ne gagnait rien à lui poser : à ses yeux, elle était toujours parfaite. « Je préfère quand tu lâches tes cheveux, mais ça te va bien.  » Il secoua la tête en réponse à la question suivante et un léger rire lui échappa à sa remarque. «   Faut bien trouver des idées quelque part. » Depuis quelques temps, il s’inspirait bien de certaines célébrités coréennes afin de composer ses tenues. Il prétendait le contraire, mais il n’arrivait jamais à le faire par lui-même. En même temps, qui aurait pu avoir autant d’imagination ? Il n’était pas payé pour ça, mais il voulait être beau. «   Je suis sûr qu’ils t’aimeront beaucoup. » Ajouta-t-il en se tournant vers elle avec un sourire plus large. Il voulait s’en convaincre, même s’il était effrayé. Ils allaient l’aimer. Ils allaient l’accepter. Ils devaient l’approuver. Ce n’est qu’en entendant sa question qu’il parvint à arrêter d’y songer.

«   De quoi tu parles ? » Ses sourcils se froncèrent légèrement, puis il comprit et détourna le regard pour s’observer dans la glace en tirant sur le bord inférieur de son t-shirt pour le remettre en place. Avec son jean et un haut des plus simples, il n’avait pas changé de celui que ses parents avaient vu partir. Il ne s’en faisait pas de trop. « Je sais pas, je calcule pas ce genre de choses. [/color] » Répondit-il sans conviction. Pas longtemps, aurait-il dû dire, mais pour sa défense, il ne le faisait pas si souvent. «   Bon, on y va, ils vont nous attendre après.  »

Sur ces mots, il quitta la salle de bain, après avoir rassemblé ses affaires, et se dirigea vers la sortie où attendait un taxi, prêt à affronter ceux qu’il avait délaissé pendant des mois pour vivre au Japon, ce pays dont il ne connaissait presque rien. Il avait tellement raconté de choses à sa mère, il s’était tellement vanté. Il allait devoir leur dire qu’en vérité, il n’était nulle part, qu’il peinait à trouver un appartement et que leur argent partait pour des conneries, comme de la bouffe ou des jeux vidéo. L’appréhension lui nouait douloureusement l’estomac quand il vit se profiler devant eux l’immeuble dans lequel il avait vécu la plus grande partie de sa vie. Ses doigts cherchèrent ceux d’Anastasia et s’y agrippèrent par réflexe alors qu’il posait les yeux sur elle. «   On est arrivés. » Annonça-t-il finalement, en poussant la porte du véhicule avant de payer la course avec le peu d’argent qu’il avait encore sur lui. Il avait peut-être mal évalué les coûts du voyage.

Devant la porte principale, il jeta un regard incertain en direction de la charmante créature qui l’accompagnait, et à côté de laquelle il faisait pâle figure, puis prit une profonde inspiration avant d’ouvrir sans avoir besoin d’entrer un code quelconque. Il leva les yeux vers l’ascenseur, si petit qu’il avait toujours eu peur d’y entrer pour rejoindre l’étage, et bifurqua juste avant d’y arriver afin d’emprunter les escaliers. À force d’y penser, il ne savait plus s’il avait hâte ou peur de retrouver ses parents. Les choses avaient-elles changé ? Il l’ignorait. Il se tourna vers Anastasia avant de commencer à monter, lui adressant un sourire.

« Tu peux utiliser l’ascenseur si tu veux, je prends les escaliers. » Commença-t-il, se sentant soudainement obligé de se justifier. «   On dira que c’est un peu de sport comme ça !  »

Ça lui donnait un peu plus de répit avant de retrouver ce petit appartement dans lequel ils vivaient tous les trois. Une pièce de vie, une salle de bain, la cuisine et une chambre pour chacun. C’était amplement suffisant, disait toujours sa mère lorsqu’il vivait avec eux, mais maintenant qu’il y pensait, Gabriel se demandait s’ils avaient vraiment tout ce qu’ils souhaitaient en vivant là. Ce n’était pas ce à quoi tout le monde aspirait, après tout, quand bien même ses parents prétendaient toujours qu’ils n’avaient pas de problèmes d’argent. Ses parents aimaient mettre de l’argent de côté et Gabriel savait que son voyage avait planté un pieu dans leurs économies. Il garda les yeux crispés sur la porte de la cage d’escalier pendant quelques secondes, puis s’approcha d’Anastasia. Le semblant de confiance qu’il entretenait depuis le début venait de s’envoler.

« Je… Je sais pas si c’est une bonne idée d’y aller, pour finir... »
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



« when I grow up » They used to tell me I was silly Until I popped up on the TV I always wanted to be a superstar And knew that singing songs would get me this far But I ain't complaining We all wanna be famous So go ahead and say what you wanna sayomega

▬▬▬▬▬▬
MADE IN RUSSIA
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
29.02.1992 » Vladivostok » Orlando » Tokyo » Japanese Father » Russian Mother » Chef de gang

Activité de fainéant :
Ancienne militaire reconvertie depuis son arrivée au Japon en coach sportive » C'est qui qui va te réveiller au milieu de la nuit pour faire des pompes ? Ben c'est elle. Ehwai. Beware, elle fait même des cours d'histoires, tu veux savoir comment ça se passait dans les goulags sibérienne ? Let her show u.

Statut marital :
#TeamCatin ♥️ #TeamPuppylovers ♥️ #TeamReloudesoirée ♥️ #Team15deQI



Célibataire. Et depuis pas mal d'année. Il n'empêche qu'elle ait un meilleur ami duquel elle est un peu trop proche, couverture de sa vraie ambition » devenir la Reine des gueux ♡

Mes trucs à moi :



Si toi aussi t'es une victime du staff qui s'incruste dans ton profil, rejoins la team #VictimedeStockholm
why u lying? :/

Si toi aussi tu mets des chaussettes avec tes sandales parce que t'es trop jap, clap ur hands
#NoShame




Dim 23 Oct - 2:16

" You're my American Dream  "

Rencontrer les parents de Gabriel l'angoissait plus que ce qu'elle pouvait laisser voir. Et Anastasia témoignait assez souvent son angoisse. Pour dire combien ça l'angoissait. Elle avait peur qu'ils ne l'aimaient pas, qu'ils jugent qu'elle n'était pas assez bien pour fréquenter leur fils. Alors que c'était faux. Ils se valaient dans la stupidité mais leur amour était sincère malgré tout. Elle savait qu'un jour, ça marcherait entre eux, qu'ils seront heureux comme un vrai couple. Pour l'instant, Gabriel devait réussir un petit quelque chose. Elle se fichait qu'il devienne une star, elle voulait juste qu'il arrête de se reposer sur ses acquis, qu'au lieu de se vanter de ce qu'il n'avait, Gabriel arrive enfin à quelque chose. Qu'il puisse être fier de lui. Vraiment fier de lui.

Sans discuter, elle lâcha ses cheveux puisqu'il la préférait ainsi. Les goûts étaient héréditaires, ses parents préféreront ainsi aussi, elle le savait. Jamais sa tenue n'était si sage. Pas de décolleté, pas de jupe trop courte. Elle était parfaite, la belle-fille idéale. Elle avait regardé sur internet et pour sûre qu'internet avait raison pour ce genre de choses. Ils devaient l'aimer. Gabriel la rassurait un peu. Il les connaissait, il ne pouvait pas se tromper, si ? S'il disait qu'ils l'aimeraient, avec un peu de chance, c'était ce qui allait arriver. Anastasia regrettait un peu de ne pas avoir fait en sorte de satisfaire Gabriel. Ca allait à l'encontre de ce qu'elle prévoyait, mais voilà. Il pourrait être plus heureux que ça.

Sa réponse la déçue un peu. Il ne voyait pas de quoi elle parlait. Dommage. Cependant, ça finit par lui monter au cerveaux et elle fut encore plus déçue, allant enfiler ses chaussures. Ne pas arriver en retard. Sous aucun prétexte. Sagement, elle suivit Gabriel, silencieuse durant tout le trajet, trop anxieuse, son regard se leva finalement vers l'immeuble dans lequel ils habitaient. Ils étaient là. A quelques mètres d'elle. Un soupir s'échappa de ses lèvres et elle prit furtivement la main de Gabriel pour s'encourager.

« Moi ? Prendre l'ascenseur ? » Savait-il encore à qui il parlait. Faisait une petite moue, elle le suivit jusqu'aux escaliers, surprise de le voir s'arrêter. Lui aussi, il était anxieux ? Pourtant, c'était ses parents, il ne devrait pas. Son regard resta figé sur lui durant un long moment, et une crainte la gagna quand il reprit la parole. Pas une bonne idée ? Et s'il avait honte d'elle ? Si elle était trop stupide ? C'était ça ? Son cœur se brisa un peu et elle baissa la tête un instant. Non. Elle allait lui prouver qu'il avait tort. Il n'avait pas à s'en faire. « On a pas fait chemin pour rien, c'est tes parents, on va les voir. »

Poussant Gabriel, elle ouvrit la cage d'escalier, avançant devant lui, finissant par réaliser qu'elle ne connaissait pas l'étage, elle se mit un peu en retrait, le laisser avancer d'abord. « T'as peur que ça se passe mal ? Tu penses qu'ils vont pas m'aimer ? » Elle craignait réellement une réponse positive, et peut-être qu'elle lui en voudrait un peu de ne même pas lui laisser sa chance. Elle lui prouvera qu'il avait tort, elle fera tout pour.



——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



Moi j'aime les moches


On se sent plus beau à côté et j'ai du mal à m'en passer. Fini la haute gastronomie ! Moi j'veux une boite de raviolis. Moi j'aime les moches, ça donne un côté tolérent, ça rend plus intelligent.

▬▬▬▬▬▬
ADMINS + AMERICAN' MAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3799-choi-gabriel-cellphone http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3789-choi-gabriel-ft-byun-baekhyun http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3798-choi-gabriel-twitter http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t3787-gabriel-o-qui-peut-me-stopper#267785


Lun 7 Nov - 20:35

" You're my American Dream  "


Gabriel se sentait tellement stupide d'avoir proposé à Anastasia de rencontrer ses parents. Qu'on ne s'y trompe pas, il aimait énormément les deux êtres qui lui avaient donné naissance, mais il avait également l'impression que ceux-ci ne seraient jamais assez bien pour elle ou, au contraire, qu'ils n'apprécieraient pas la femme qu'il aimait bien malgré lui. Pourtant, les Choi ne possédaient pas une vision fermée ; que du contraire, ils avaient toujours essayé d'inculquer à leur enfant de bonnes valeurs et une éducation digne de ce nom. C'était lui, l'idiot, celui qui avait décidé de fouler au pied les idées que ses parents exprimaient, en considérant qu'il valait mieux que d'autres. Maintenant, il allait devoir leur faire face, leur présenter celle qui hantait ses pensées depuis bien trop longtemps désormais. Qu'elle accepte de le suivre jusque-là était déjà bien.

Ce n'était jamais grand-chose, mais l'américain était profondément heureux à chaque fois qu'il gagnait un peu de terrain dans le coeur d'Anastasia. Cela avait toujours été le cas. Déjà au lycée, il passait son temps à se pavaner, essayant d'attirer son attention, gagnant surtout les coups. Il l'aimait, vraiment, sincèrement, plus qu'il n'avait jamais aimé auparavant, plus qu'il n'aimait la sauce spécialement réservée aux frites qu'ils servaient dans les restaurants (ce qui était déjà très fort). Tout ce dont il avait besoin, c'était de son attention. En acceptant de venir avec lui, elle lui avait donné l'impression d'avoir, pour une fois, vraiment réussi quelque chose. Même si les circonstances n'étaient pas les plus agréables.

Les questions d'Anastasia le mettaient mal à l'aise. Il n'était pas puceau, il avait déjà mis des femmes dans son lit. Ce n'était pas de sa faute si les gueuses avec lesquelles il l'avait fait jusque-là n'étaient pas capable d'apprécier ce qu'il savait faire ! Il avait honte de lui expliquer qu'il ne tenait généralement pas longtemps, pour une raison qu'il ignorait totalement. Le manque d'expérience, un enthousiasme un peu trop prononcé à l'idée de coucher avec une fille ? Il n'en savait rien et ne voulait pas savoir. Pour l'heure, il y avait plus important que savoir combien de temps il était capable de tenir le coup. Ses parents attendaient. Ses parents, à qui il devait présenter Anastasia. Il en avait peur.

« Peut-être que t'avais la flemme, hm ? » Répondit-il en un rire. La flemme, c'était une bonne excuse pour tout ce qu'il ne souhaitait pas faire. Les doigts de Gabriel se refermèrent doucement sur ceux d'Ana, vers qui il se tourna pour procéder à son aveu. Pas suffisant pour la décourager, ni pour s'encourager, visiblement. Il fit la moue. « Oui, enfin... Non, t'as raison. »

Comme s'il avait le choix. Se retrouvant dans l'escalier plus rapidement qu'il le pensait, Gabriel prit la tête du duo, quand Ana lui en donna l'occasion, et commença à monter, se mordillant inconsciemment la lèvre inférieure, le coeur battant à l'idée de revoir ses parents.

« C'est pas ça, Ana... » Il avait vu la maison de son amie, sa mère. Ce n'était pas non plus un palace, mais il craignait qu'elle le juge malgré tout. Qu'ils le jugent également. « C'est compliqué. »

Choi Gabriel n'était pas l'ange pour lequel il se prenait. Il n'était pas capable d'apporter la paix dans le monde d'un claquement de doigts, tout comme il était incapable de rapporter à ses parents l'argent qu'ils avaient dépensé pour lui. De l'argent qu'ils auraient pu utiliser autrement. Lui, qui ne s'en souciait jamais, pas même quand sa mère lui expliquait la situation au téléphone, commençait à sincèrement douter de ce qu'il avait fait.

« C'est ici. »

Ses yeux noisette s'accrochèrent un instant au numéro affiché à droite de la porte et, après une profonde inspiration, il pressa le petit bouton de la sonnette, dont le son désagréable et strident ne lui avait pas manqué. Il saisit la main d'Anastasia avec plus de force, pour se donner du courage.

Rapidement, de petits pas pressés retentirent dans l’appartement, une voix féminine cria à plein poumon à son mari de se dépêcher, approchant de la porte. Elle appartenait à Aileen, sa mère, qui ne tarda pas à enlacer son fils, manquant de l’étouffer avec son affection, alors que son père se tenait un peu en retrait. Gabriel se retint de respirer un instant, soutenant son regard durant de longues secondes, avant de relâcher la pression : un sourire amusé venait de paraître aux coins des lèvres de Min Seok.

« Papa, Maman… » Commença-t-il, hésitant. « Je vous présente Ana. C’est ma… ma… »

Il ne savait même pas. Arborant un sourire embarrassé, il adressa un bref regard à Anastasia, puis revint vers ses parents.

« Une ancienne camarade de classe. Je sais pas si vous vous en souvenez. »
« Oui, bien sûr qu’on s’en souvient. » Un soupir faussement exaspéré échappa à Aileen. « Tu nous en parles tous les jours ! Venez ! J’ai préparé du gâteau ! »

Elle adressa un signe de la main à la petite assemblée et les invita à la suivre jusqu’au canapé, devant lequel traînait un magnifique gâteau qu’elle avait préparé spécialement pour l’occasion. À la pâte de sucre. Celle que préférait son fils. Ce dernier ne tarda d’ailleurs pas à rejoindre son père qui avait déjà pris place sur le canapé et vérifiait que rien ne manquait. Sa mère, en revanche, avait plus à dire et s’attarda en compagnie d’Ana, dont elle prit le bras en souriant.

« Gabriel m’a dit que vous étiez allée jusqu’au Japon pour lui ? C’est vrai ? »
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————



« when I grow up » They used to tell me I was silly Until I popped up on the TV I always wanted to be a superstar And knew that singing songs would get me this far But I ain't complaining We all wanna be famous So go ahead and say what you wanna sayomega

Contenu sponsorisé


——————————————— EITA ACADEMY ———————————————
 

{ You're My American Dream } ft. Anastasia ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EITA ✩ ACADEMY :: Tokyo City :: Pays étrangers :: Etats-Unis-