------ AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ------
Bienvenue à Tokyo, la capitale du Japon, ou plus de 13 474 454 habitants se croisent ici chaque jours, et chaque nuit. Le rythme Tokyoïte est parfois stressant, pressant, et pourtant, chaque année, de plus en plus d'étrangers rêvent de passer par la capitale Nipponne, pour parfaire leurs expérience, ou vivre l'expérience la plus folle de leur vie. Il faut dire que le Japon est un pays extraordinaire, tant par sa culture, son éducation, ses traditions et le bien être qui y règne. Les Japonais sont accueillants, souriants, bons vivants, tant de qualités qui font de l'archipel, la destination rêvée. Certes, vous allez vous envoler pour l'autre bout du monde, mais quelle folle aventure vous attend...

Il y a les Tokyoïtes, les travailleurs actifs, du grand PDG au vendeur de tomates sur le marché, en passant par le Cast-Member du Tokyo Disneyland. Les étudiants de Todaï University, le campus Tokyoïte, le plus réputé du pays, mais aussi les jeunes lycéens, les yeux remplis de rêves, d'espoirs et d'ambitions. Et puis il y a Eita Academy. Le phénomène de ces quatre-vingt dernières années. L'école des arts de la scène de Tokyo, qui a fait au fil des décennies, sa renommée, aujourd'hui mondiale. Eita forme les jeunes venus des quatre coins du globe, aux durs métiers de la scène, et depuis 2014, elle les produit officiellement, sous son propre label, Eita Entertainment. Une maison de production qui rafle tout en moins d'un an, avec son groupe pop le plus en vue du moment : B.A.G - Best Asian Generation. Partout ou ils mettent les pieds, ils provoquent l'hystérie, ne faisant que gonfler la popularité de l'école.

Ho tout serait bien trop beau s'il n'y avait pas une ombre à l'histoire. Celle ci se nomme Krystal. Une Gossip-Girl de talent, qui s'il fut un temps, ne s'attaquait qu'aux couloirs d'Eita, elle a aujourd'hui élargit son champs d'attaque à tout Tokyo. Son blog, dans le quel elle publie toutes sortes de rumeurs et secrets les plus intimes, est le plus visité de la toile nipponne. Krystal fait trembler la capitale, et prouve que chacun ici, de la plus grande idole à l'éboueur du quartier oublié, peu devenir un vrai phénomène de foire. C'est elle qui dirige, c'est elle qui décide qui ira haut, et qui retombera bien bas. Un conseil chers amis Tokyoïtes, surveillez vos arrières, Krystal est partout...
>>> The Dream Team
>>> Nos copains
>>> On les attend
Shia, Ryota et Liang sont là pour vous aider, n'hésitez pas à les contacter en cas de problème, ils ne mordent pas. Ils sont aidés par Rin, Erena et Heaven, la modo-team. ♥
>>> FÉLICITATION
>>> Navigation
>>> flash news
Félicitation à Arisa, Odeline, Shia, Rin, Yoko, Ryo, Mika, Yue, Shige, Ryan, Minami, et Risa, pour leur grand cumul de points cette année! Les compteurs sont remis à zéro.
19.02.2016. Attention les inscriptions à Eita en section Danse sont fermées, afin de remplir les cursus Comédie, Mannequinat et Musique. Evitez la section Chant, déjà bien encombrée aussi ;). Les inscriptions aux personnages Coréens, Chinois, Thaïlandais et/ou double nationalités similaires sont aussi fermées, pour cause de petite invasion temporaire. Merci de favoriser les personnages Japonais. Vous pouvez bien évidemment créer un personnage Japonais avec un avatar Coréen, Chinois ou autre asiatique bien évidemment. Plus d'informations sur ce sujet

18.02.2016. Grosse maj' du mois! Nouveau design, installation des fiches partenaires, ouverture du réseau Instagram pour vos personnages, et mise en place des tags pour tagguer les membres dans un sujet. Une boîte à idées a été ouverte pour vous, afin d'y donner vos suggestions, et le système des points a été remanié, et remis à zéro.

01.12.2015. La seconde génération des Best Asian Generation est enfin dévoilée! Découvrez la sur leur site officiel. L'équipe d'Eita Ent. remercie tous ceux qui ont voté lors de l'émission du casting!

29.09.2015. Les B.A.G créent la surprise en sortant un single, alors qu'on les croyait en hiatus, réduit à deux membres! Visiblement, rien n'arrête Rin et Shia, qui présentent aujourd'hui My Resistance, un clip vidéo qui fera la promotion de leur casting, en recherche d'une seconde génération. Des images exclusives de leur tournée d'été, des fans, et des backdancers, sont à l'honneur de ce clip, aussi dédié à Murakami, qui a quitté le groupe il y a une semaine. Pensez à en discuter sur le forum des fans!

20.09.2015. Murakami Shinsuke, membre des B.A.G, vient d'annoncer son retrait du groupe! Mais que les fans se rassurent, l'aventure continue, et l'Eita Ent. a dors et déjà lancé un grand casting national, afin de former la seconde génération du groupe, pour combler le vide laissé par Shinsuke. Et si tu tentais ta chance ?! Accéder au casting.

26.10.13. Rôle play ouvert à tous, que vous soyez plutôt petits rps (300/500 mots), si vous manquez de temps ou que vous débutez, ou bien plutôt roman rp (+1000 mots) pour les grands passionnés d'écriture, tout le monde est admis! Le plus important est de s'amuser.

26.10.13. Forum lancé depuis le 26.10.2013, optimisé pour Mozilla Firefox uniquement. Bannissez tout autre navigateur pour une bonne optimisation des codages!.
Forum optimisé pour Mozilla Firefox uniquement. Merci de bannir tout autre navigateur pour une meilleure optimisation des codages.
Forum city réel + niveau de rp ouvert à tous + avatars réels asiatiques, occidentaux...
©2013-2016 toute reproduction même partielle est strictement interdite.

 

 golden shower ▫ seiji onodera

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4385-takagi-hiro-cellphone#301723 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4384-takagi-hiro-ft-park-jimin-bts#301717 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4397-takagi-hiro-twitter#301881 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4396-takagi-hiro-mails-box#301855 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4340-butfirstletmetakeaselfie
b&w

Carte d'identité :
(22.08.1995) # ♌️ ## 20yo # osaka japan # 176cm # B+ # problem child

Activité de fainéant :



étudiant à eita (cursus comédie, personne ne sait pourquoi) # future idole (priez pour lui) # workaholic # démon de minuit # délégué modèle # petit frère

Statut marital :



phoque soit-disant incompatible avec la vie de couple # friendship is better with her

Mes trucs à moi :



ado à problèmes # ouvre un peu trop sa gueule # tendance à l'autodestruction # constant besoin d'affection et de reconnaissance # devrait probablement avoir plus confiance en lui



Mar 26 Avr - 19:29


hiro & seiji
flashback
Play | Tout plein de couleurs : des bleus, des vertes, des rouges, des jaunes qui remuaient, enfermées dans leur petite boîte. Il suffisait de la secouer un peu pour en obtenir un bruit apaisant ; clac clac, clac clac raisonnant à chaque fois que l’une des pilules heurtait la paroi de sa prison en plastique. Un son qu’Hiro pouvait écouter des heures durant, jusqu’à ce que ses doigts ne se lassent de remuer la boîte de comprimés dans tous les sens. Il finissait alors généralement par s’asseoir et sortir les cachets, un à un, pour les observer, comme s’il attendait quelque chose, un mouvement, une réaction, un miracle. Pour finalement se lasser aussi de cette activité.
Adolescent, c’était quelque chose qu’il faisait beaucoup : se lasser. Il se lassait de sa famille, de son frère qu’il ne voyait plus tant que ça, il se lassait de ses amis, avec qu’il finissait par se brouiller, il se lassait de ses nuits, pourtant passer dans des bras différents, dans des lits différents. Il se lassait du monde et de sa petite boîte de cachetons colorés, de ses rêves qui lui paressaient trop loin et de lui-même, un être sans intérêt.
La seule chose dont il ne s’était pas lassé, c’était Seiji.
Il n’aurait pas su dire pourquoi et même maintenant, encore, il ignore quels mots pourraient expliquer cela. Peut-être parce que c’était Seiji, juste Seiji et que contrairement à des milliers d’autres, il ne cherchait pas lui à prouver quelque chose. Il n’était pas comme sa famille et ses amis, qui essayaient de lui prouver qu’ils étaient indispensables à son existence. Il n’était pas comme ces types qui voulaient lui prouver qu’ils étaient bons dans un lit ou qu'importe où d'ailleurs. Il n’était pas comme ces cachetons et toutes leurs couleurs qui croyait avoir besoin de lui prouver qu’il se sentirait mieux en les gobant. Non, Seiji, c’était juste Seiji, ce grand gamin qui arrivait encore à s’amuser avec deux épées en bois et un peu d’imagination. Une explication qui se serait voulue suffisante si Hiro n’était pas, à ce moment-là déjà, convaincu qu’il y avait autre chose.
Seiji, pour lui, c’était aussi une drogue, la plus bizarre, la plus addictive parmi toutes celles qu’il avait bien pu consommer –soit un bon paquet-. C’était ce qui le faisait se sentir bien, tellement bien, euphorique quand il avait sa dose, jusqu’à ce que le petit nuage cède, jusqu’à ce qu’il ne soit plus là. La chute était plus brutale encore, il se sentait seul, si seul, désespérément seul sans lui, angoissé, incapable de trouver le sommeil sans avoir eu un mot, une preuve même infime que le plus âgé pensait à lui. C’était terrifiant, cette dépendance, mais comme toutes les drogues, il n’avait pas arrêté, il y était retourné encore et encore et contrairement aux autres, il ne s’en était pas encore lassé. C’était simplement devenu plus enivrant, meilleur à chaque fois qu’il parvenait à en prendre un peu plus pour lui : un regard, un sourire, une parole, un geste. Plus dur aussi, lorsqu’il était seul et qu’il n’avait que le souvenir pour ne pas céder à l’envie de le rejoindre.


La piscine n’était pas un endroit qu’il chérissait plus que ça. Il y appréciait simplement la tranquillité qu’il pouvait y trouver, dans ses nuits sans sommeil où sa chambre étudiante lui paraissait trop petite et le monde trop grand.
Il profitait un peu de ses privilèges de délégué, de ce double de clef qui lui permettait de pénétrer à l’intérieur, de s’asseoir au bord de l’eau et de profiter du silence. C’était un autre monde, vraiment ; la clef de voûte qui tenait son être décadent en quelque chose d’un tant soit peu cohérent, son moment pour faire le point loin de cet univers de la nuit qui le bouffait comme le cancer ; petit à petit et sans douleur, jusqu’à ce qu’il ne soit trop tard. Personne ne savait qu’il était ici. Personne, sauf Seiji.
Ce soir, ce n’était qu’un de ces –trop- nombreux soirs où il s’allongeait sur la bordure du grand bassin, sa jambe et son bras se balançant au-dessus de l’eau, dans le vide. Un de ces –trop- nombreux soirs où il avait amené sa boîte de cachetons, qu’il en avait avalé un –ou deux- sur le chemin. Un de ces –trop- nombreux soirs où il réfléchissait dans son drôle de delirium à des scénarios improbables.
Il pensa à Seiji ce soir-là, à ces moments où il était, sans le vouloir, sans nécessairement s’en rendre compte, tout en provocation. Il pensa à ce qu’il se passerait si l’adulte en lui finissait par se réveiller totalement, par embrasser Hiro, là, au bord de l’eau, à poser ses doigts sur sa trachée jusqu’à ce qu’il le supplie pour un peu d’air. Il pensa à ce qu’il se passerait s’il n’enlevait jamais ses pouces, s’il appuyait plus fort jusqu’à ce qu’il suffoque, s’étouffe contre ses lèvres, jusqu’à ce qu’Hiro n’ait plus de pouvoir sur rien, jusqu’à ce que Seiji le dévore tout entier.
Mais ce n’était qu’un scénario improbable parmi tant d’autres, des centaines et des centaines qu’il aimait apparenter à des rêves éveillés, des hallucinations qui finissaient par s’évanouir avec sa mémoire, une fois sobre.


——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


a house made of cards and us inside
©️ okinnel
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
Né à Osaka
Le 18.02.1994
Habite à Tokyo
178 cm
65 kg
Type A

Activité de fainéant :



Il est actuellement élève à Eita et s'est récemment inscrit dans une petite agence afin de servir de modèle photo.

Statut marital :
En couple avec Poong-Poong. Ils projettent de se marier très prochainement si personne ne se porte volontaire pour s'occuper de cet enfant.

Mes trucs à moi :




Mer 27 Avr - 4:34


hiro & seiji
flashback
Quand il poussa la lourde porte qui menait à l'extérieur, l'air frais de la nuit vint lui mordre la peau avec férocité. Un gémissement plaintif s'échappa de ses lèvres un peu gercées et il remonta le col de son haut sur son nez rougi. Ses yeux balayèrent rapidement les environs avant qu'il ne se glisse le long des bâtiments. Seiji n'aimait pas trop enfreindre le règlement, mais quelque part, comme tous les enfants, il trouvait ça excitant. Son cœur battait un peu plus fort dans sa poitrine, son sang battait plus fort dans ses tempes. Il souriait bêtement, comme un gosse insolent prêt à faire une bêtise et se mit à courir en riant silencieusement. Hiro lui avait donné rendez-vous à la piscine. C'était devenu une habitude pour les deux garçons. Une habitude à laquelle Seiji avait pris goût.
Peut être un peu trop.

Ses jambes battaient le sol, foulaient l'herbe qui poussait contre la façade de la structure. C'était un jeu pour lui, un jeu où il incarnait sa propre ombre, furtif et sans bruit. Il ne fallait pas se faire attraper s'il ne voulait pas se faire gronder. À cette pensée, il renversa sa lèvre inférieure, arborant une petite moue inquiète. Mais l'idée de retrouver son meilleur ami l'effaça aussitôt. Il avait hâte de savoir à quelles activités ils allaient s'adonner ce soir. Ou si ils allaient juste regarder le reflet de l'eau onduler sur la grande voûte au-dessus de leur tête, sans rien dire, juste à rêver en silence en profitant de la présence de l'autre.

La porte lui apparu enfin et après un dernier coup d’œil derrière lui, il la poussa avec son épaule, pénétrant dans le bâtiment aux allures inquiétantes. Lentement, il s'avança. Un pas, deux, trois. Stop. Son cœur cognait fort contre sa cage thoracique alors qu'il fixait le long couloir sombre devant lui. Seiji avait toujours eu peur du noir, des espaces confinés où on n’apercevait pas le bout. Normalement, Hiro était toujours là pour le rassurer, prendre sa main et le guider.
Mais cette fois, il était tout seul.

Son corps fut parcouru par un violent frisson et sa respiration se fit plus rapide, plus sifflante alors qu'il prit sur lui pour continuer son avancée, tâtonnant le mur jusqu'à rencontrer l'interrupteur. Clic. Mais rien ne vint. On avait dû couper le courant pour la nuit. Seiji déglutit, soufflant le prénom de son ami. Une fois. Pas de réponse. Une seconde, plus fort. Toujours rien.
Alors il se mit à courir. Vite.

Jusqu'à arriver dans la salle du grand bassin. Il s'arrêta sur le coup, toujours aussi émerveillé par le spectacle que lui offrait cet endroit qu'il aimait à qualifier de magique. L'eau dansait sur les murs et la lune se reflétait sur la surface endormie, brillant de mille éclats. Le tout nappée dans une douce atmosphère, baignée dans une ambiance légèrement bleutée.

Seiji posa les yeux sur la silhouette de Hiro qui lui tournait le dos et toute son inquiétude s'envola aussitôt. Il se glissa sans bruit derrière lui avant de jeter ses bras autour de ses épaules et de coller son dos contre son torse. « Hirooo, devine qui c'eeest ! » Il resserra un peu plus son étreinte, nichant son visage contre son cou, s'imprégnant de la présence rassurante de son ami. Il le lâcha ensuite, ses yeux coulant un regard vers la boîte en plastique posée à côté du plus jeune. Cette boîte qu'il ne connaissait que trop bien. Mais à laquelle il n'avait encore jamais goûté. Il se risqua à la prendre, la faire rouler entre ses doigts et regarder les pilules s'entrechoquer entres elles dans un léger tintement. Ce bruit lui plaisait étrangement. La gardant dans sa main, il s'installa aux côtés de Hiro, renversant ensuite l'une des gélules dans sa paume. Il la contempla un instant, l'admirant presque avant de la coincer entre son pouce et son index et de la lever à en l'air, plissant ses yeux sans cesser de l'observer. « Est-ce qu'un jour j'aurai le droit d'en prendre une ? Moi aussi je veux voir plus d'étoiles... Moi aussi je veux ressentir tout ce que tu ressens, Hiro. » Je veux juste comprendre. Il glissa un regard vers son compagnon avant d'entrouvrir la bouche, le défiant, prêt à glisser la pilule dans sa bouche. Mais il se ravisa rapidement, la remettant dans la boîte et se mit à tirer la langue à l'attention de son ami. Puis doucement, il posa sa tête sur son épaule avant de venir murmurer près de son oreille. « Bon, on joue à quoi ce soir ? »

 
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4385-takagi-hiro-cellphone#301723 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4384-takagi-hiro-ft-park-jimin-bts#301717 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4397-takagi-hiro-twitter#301881 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4396-takagi-hiro-mails-box#301855 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4340-butfirstletmetakeaselfie
b&w

Carte d'identité :
(22.08.1995) # ♌️ ## 20yo # osaka japan # 176cm # B+ # problem child

Activité de fainéant :



étudiant à eita (cursus comédie, personne ne sait pourquoi) # future idole (priez pour lui) # workaholic # démon de minuit # délégué modèle # petit frère

Statut marital :



phoque soit-disant incompatible avec la vie de couple # friendship is better with her

Mes trucs à moi :



ado à problèmes # ouvre un peu trop sa gueule # tendance à l'autodestruction # constant besoin d'affection et de reconnaissance # devrait probablement avoir plus confiance en lui



Mer 27 Avr - 23:09


hiro & seiji
flashback
Play | Même les yeux fermés, il pouvait sentir ses autres sens se réveiller ; le touché tiède de l’eau contre la pulpe de ses doigts, la bordure en granite contre son dos, le léger courant d’air qui lui donnait la chair de poule. Il entendait l’eau se mouvoir à son contact, un glissement presque inaudible qui le berçait, l’apaisait, et l’odeur du chlore qui lui emplissait les narines, jusqu’à ce qu’il ne puisse rien sentir  d’autre. Il avait encore le goût du whisky dans la bouche, l’arôme du malt qui lui brûlait le palais et la trachée, la sensation de petites gélules qui tombent dans sa bouche.
C’était ce qu’il préférait, ce sentiment d’être surhomme, d’avoir les sens débordaient de minuscules petits détails, de rien et de pas grand-chose qui lui donnait l’impression d’être pleinement maître de lui-même. Il n’était plus si léthargique, si fatigué, si malheureux. Il avait envie de rire du monde, de voir du monde, de faire le grand saut.
Il ne réfléchissait même plus à ce qu’il faisait lorsqu’il sortit son téléphone.

A : Seiji
Envoyé à : 23h47

Viens

Mais il savait d’instinct qu’il n’avait besoin que d’un mot pour ne plus être seul très longtemps.

Il avait entendu aussi, tandis qu’il avançait en équilibre tel un funambule, debout sur le muret, défiant le grand bassin comme s’il défiait le vide : la lourde porte de l’entrée qui s’ouvre sans effort, grince dans le long couloir qui le séparait de son monde, son univers. Hiro descendit pour retourner s’asseoir au bord de l’eau, ses orteils baignant dans la soupe translucide en dessous de lui. Il fixait les déformations sous la surface, attendait, attendait comme s’il ne l’avait pas remarqué, mais le sourire qui illuminait son visage disait tout le contraire.
Il sursauta pourtant lorsqu’il le sentit contre lui, tout contre lui. « Hirooo, devine qui c'eeest ! » Il sentait tout, même les yeux clos ; il sentait sa chaleur comme une flamme contre sa peau glacée, son souffle contre sa nuque, ses cheveux qui lui chatouillaient la base du cou. C’était presque trop d’un coup, presque douloureux, mais bien moins que lorsque Seiji recula, lâcha prise, ne laissant derrière lui que le fantôme tiède de son étreinte. Le plus jeune dût attendre qu’un long frisson ne le traverse avant que ses sens ne cessent enfin de s’affoler.
Hiro ne lui répondit alors que d’un doux sourire lorsqu’il tourna la tête dans la direction du plus âgé. Il n’était jamais très bavard dans cet état, préférant les gestes aux mots –sans doute de peur de dire quelque chose qu’il serait à même de regretter-. Alors il remonta ses pieds sur le bord, ramenant ses genoux contre lui pour les enlacer, observant son camarade sans autre son que celui de la boîte entre les doigts de ce dernier. Il n’y avait que ce bruit : tchak, tchak, de petits moments d’extases bariolés, tchak, tchak. Seiji ne s’en lassa que lorsqu’il tira un cachet de sa prison pour l’observer avec presque autant de fascination qu’Hiro. A l’exception près qu’Hiro avait perdu tout intérêt en la boîte et en son contenu.
« Est-ce qu'un jour j'aurai le droit d'en prendre une ? Moi aussi je veux voir plus d'étoiles... Moi aussi je veux ressentir tout ce que tu ressens, Hiro. » Il s’arrêta de sourire. Seiji connaissait la réponse, ce n’était pas la première fois qu’il demandait, mais ça ne l’empêcha pas de tenter sa chance, de faire comme si, avant que les doigts du plus jeune ne se retrouvent fermement verrouillés autour de son poignet. « Non. » Non il ne le laisserait pas tomber là-dedans, devenir dépendant de ces merdes pour avoir le sourire. Il ne voulait pas être responsable de ça, il ne voulait pas avoir à se blâmer de lui avoir brûlé les ailes, lui qui le retenait déjà trop loin des autres anges, dans son égoïsme, sa faiblesse. Il n’avait tout simplement pas la force de le laisser partir même s’il était conscient quelque part que c’était la meilleure chose à faire.
Mais Seiji était un bon garçon, il n’alla pas contre ses mots, ni contre sa volonté, reposant la pilule à sa juste place. Hiro libéra alors son poignet. Il sentait ses traits se détendre, ses pupilles se dilataient un peu plus. Il ne lui fallut pas plus que l’air amusé de Seiji pour être souriant à nouveau. Il ne pouvait pas rester fâché bien longtemps devant cette tête-là.

C’était moins brusque cette fois, lorsqu’il posa sa tête sur son épaule, même si Hiro pouvait le sentir proche, si proche, tellement proche qu’il n’avait qu’à tendre la main pour attraper la sienne. Il pouvait même sentir son odeur, par-dessus les reflux de chlore qui menaçaient encore de l’asphyxier. C’était quelque chose de frais et de sucré, comme des fleurs et des agrumes, tout en contraste avec son souffle chaud contre la peau sensible de son cou, juste derrière son oreille. « Bon, on joue à quoi ce soir ? »
Des idées, Hiro en avait. Beaucoup. Il songea à prendre ses mains, ses longs doigts entre les siens, de les mettre sur sa nuque et de lui dire de serrer. Il songea aussi à les garder ses mains, à les tenir tout simplement avec les siennes, à embrasser toutes les petites écorchures qu’il pouvait y trouver, ses petits bobos. Et puis il coula un regard à côté de lui, sur la surface de l’eau translucide où il pouvait apercevoir leurs reflets et les lueurs ocres de la lune, cette dernière lui intimant qu’il serait idiot de ne pas profiter du cadre. Du moins, il pensait que c’était elle qui lui avait soufflé cette idée dans le creux de l’oreille. « Déshabille-toi. » Hiro pencha sa tête à son tour, pour lui susurrer, comme un secret que la piscine vide de ses occupants ne devait pas savoir. Il ne perdit pas de temps pour se délester de ses vêtements lui-même, retirant sa veste, son t-shirt, son jean, jusqu’à ce qu’il ne lui reste plus que ses sous-vêtements pour le couvrir. Il se leva d’un bond, retourna sur le muret pour n’y tenir que sur les talons, en équilibre. Du moins, c’est ce qu’il s’imaginait jusqu’à ce que tout son corps tombe vers l’avant, crevant la surface jusqu’alors lisse de l’eau en un mouvement fluide et sonore. Splash.


——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


a house made of cards and us inside
©️ okinnel


Dernière édition par Takagi Hiro le Sam 30 Avr - 23:49, édité 1 fois
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
Né à Osaka
Le 18.02.1994
Habite à Tokyo
178 cm
65 kg
Type A

Activité de fainéant :



Il est actuellement élève à Eita et s'est récemment inscrit dans une petite agence afin de servir de modèle photo.

Statut marital :
En couple avec Poong-Poong. Ils projettent de se marier très prochainement si personne ne se porte volontaire pour s'occuper de cet enfant.

Mes trucs à moi :




Ven 29 Avr - 2:37


hiro & seiji
flashback
Il était bien, là.
Sa tête reposant sur l'épaule de l'être qui lui était le plus cher au monde (après Poongpoong évidemment), profitant du silence qui s'était fait maître des lieux le temps d'un instant. Les deux silhouettes ne formèrent plus qu'une seule forme unie, baignant sous les rayons de la lune qui filtraient par la grande façade en verre devant eux. Ouais, Seiji était bien là, les yeux mi-clos et un sourire bienheureux sur le visage, arborant un air paisible et candide. Avec tendresse, il encercla la taille de son ami et le serra doucement, se blottissant davantage contre lui en poussant un long soupir, frottant sa joue contre le haut de son bras. Hiro avait, quant à lui, l'air perdu dans ses pensées les plus mystiques, celles que Seiji n'arrivait jamais à déchiffrer dans ses billes devenues noires sous les effets de quelques poudres ou pilules. Il y avait dans son regard une lueur, comme une flamme, bien que faible. Le plus vieux pouvait la regarder danser pendant des heures dans les prunelles de Takagi. C'était presque hypnotisant. Mais il n'avait jamais compris ce que cette petite étincelle pouvait signifier.

« Déshabille-toi. » Hiro venait de sortir de sa léthargie pour venir susurrer cet ordre à l'oreille de Seiji. Celui-ci frissonna sous son ton presque autoritaire et la sensation de son souffle chaud sur sa nuque. Il n'assimila pas tout de suite, observant son ami se lever pour se délester de ses vêtements un à un. Jusqu'à ce qu'il ne laisse que la dernière pièce de tissu sur lui. Puis, comme un funambule, un équilibriste, il vint flirter avec le rebord, avançant le long de la surface de l'eau en posant lentement un pied devant l'autre. Ses talons vacillèrent dangereusement quand il s'immobilisa sur l'arrêt. Ça dura quelques secondes. Quelques secondes de lutte pour retrouver son équilibre. En vain, il chuta, son corps disparaissant sous la masse d'eau. Une multitude de goûtes jaillirent, venant arroser le plus âgé qui laissa échapper un cri amusé. Le spectacle le persuada tout à fait. Seiji sauta sur ses deux pieds pour se dévêtir à son tour, ne gardant que son sous-vêtement. Mais au lieu de se jeter directement dans l'eau, il courra jusqu'à une échelle à l'autre bout du bassin.

Seiji avait peur du vide.
Mais pas là. Enfin, juste un peu. Un tout petit peu. C'était ce qu'il essayait de se persuader. Ses doigts s'accrochèrent fermement aux barreaux rouillés, gravissant les 10 mètres qui séparaient le haut du plongeoir du sol. Il s'agrippa aux barrières, déglutissant et hésitant un instant. Il voulait le faire. Il l'avait déjà fait, des dizaines de fois même. Mais il appréhendait, comme toujours.
Il recula.

Un. Deux.

Trois.

Seiji pris son élan avant de se mettre à courir et une fois arrivé au bout, il étira ses bras comme un oiseau dépliant ses ailes, un ange prenant son envol. Il resta suspendu dans les airs un quart de seconde qui lui parut pourtant comme une éternité. Puis il retomba dans le vide, ramenant ses genoux contre lui jusqu'à ce que splash son corps ne rencontre l'eau. Il resta sous la surface le plus longtemps possible, ne remontant qu'une fois que l'air lui manqua vraiment.

« T'as vu ça Hiro ? Je l'ai fait ! C'était bien, dis ? » Il se mis à nager le plus vite possible jusqu'à son ami, s'agrippant à ses épaules pour le couler avec lui. Son rire s'estompa dans l'eau, se transformant en bulles alors qu'il encercla ensuite le corps d'Hiro avec ses bras et le remonta à la surface. Il le lâcha ensuite, regagnant le bord, essoufflé, avant de couler un regard au plus jeune et de pencher sa tête sur son épaule. Toujours en souriant.
Parce que Seiji ne cessait jamais de sourire.

 
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


Dernière édition par Onodera Seiji le Sam 30 Avr - 21:04, édité 1 fois
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4385-takagi-hiro-cellphone#301723 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4384-takagi-hiro-ft-park-jimin-bts#301717 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4397-takagi-hiro-twitter#301881 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4396-takagi-hiro-mails-box#301855 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4340-butfirstletmetakeaselfie
b&w

Carte d'identité :
(22.08.1995) # ♌️ ## 20yo # osaka japan # 176cm # B+ # problem child

Activité de fainéant :



étudiant à eita (cursus comédie, personne ne sait pourquoi) # future idole (priez pour lui) # workaholic # démon de minuit # délégué modèle # petit frère

Statut marital :



phoque soit-disant incompatible avec la vie de couple # friendship is better with her

Mes trucs à moi :



ado à problèmes # ouvre un peu trop sa gueule # tendance à l'autodestruction # constant besoin d'affection et de reconnaissance # devrait probablement avoir plus confiance en lui



Ven 29 Avr - 23:55


hiro & seiji
flashback
Play | C’est un constat qu’il n’avait fait que plus tard, lorsqu’il était sûr, enfin, que cette période-là était derrière lui pour de bon : il aimait Seiji. Ce n’était pas un amour tendre d’adolescents, timide et inexpérimenté, s’aventurant sur les sentiers inconnus du cœur et de ses limites. Ce n’était pas non plus un intérêt passager, le résultat de quelques hormones et d’une attirance exclusivement physique. C’était un amour toxique et incompris, un sentiment confus qui nous dévore de l’intérieur, faute de réponses qui ne finissent par arriver que bien plus tard, bien trop tard. C’est le sentiment qu’éprouve probablement un nouveau-né lorsqu’il vient au monde ; il étouffe, le monde l’étouffe, jusqu’à ce qu’il découvre qu’il peut en fait respirer.
Mais à cet instant, Hiro était encore sous l’eau, à se battre pour un peu d’air. Il battait des bras et des jambes pour remonter à la surface ; une lutte de quelques instants qui ne se termina que lorsque sa tête creva la surface. Il inspira, longuement, son palpitant emballé par l’effet des médicaments et de l’adrénaline, avant qu’il n’éclate en un rire incontrôlé. Il venait de tomber, pensait-il. Il venait de tomber, et cette pensée le rendait hilare.
Il reporta alors son attention sur Seiji qu’il retrouva sur le plongeoir, les genoux tremblants mais l’air déterminé. Il ne s’était pas arrêté de rire, même lorsqu’il se laissa flotter jusqu’au rebord pour s’y accrocher, observant le plus âgé faire le grand saut avec la même euphorie. Il ne le contrôlait plus, il ne contrôlait plus grand-chose, mais il était tellement bien qu’il s’en moquait. « T'as vu ça Hiro ? Je l'ai fait ! C'était bien, dis ? » Hiro ne répondit pas, pas avec des paroles en tout cas, parce qu’il n’arrivait pas à articuler un mot sans se remettre à glousser de plus belle. Alors il se mit à applaudir, lâchant le rebord, se laissant agripper par Seiji pour retourner sous l’eau. Il aurait dû fermer la bouche, au lieu de rire, mais même en toussant pour recracher le liquide dans ses poumons, il ne pouvait s’empêcher de continuer.

Il retourna sur le bord avec lui, retrouvant de son calme et de son souffle. Le plus jeune toussotait encore un peu, tapant sur sa poitrine pour faire sortir l’eau restait coincée dans sa trachée. « C’était pas mal. » Il répondit, enfin. Il passa alors sa main dans les cheveux humides de Seiji, décollant quelques mèches éparses de son front. Il était mouillé. Ce n’était qu’un constat, d’abord, innocent et sans conséquences, idiot en vue des circonstances : ils étaient dans une piscine, évidemment qu’il était mouillé, mais de se le répéter, Hiro avait fini par reculer sa main précautionneusement pour revenir agripper le bord à s’en blanchir les phalanges. « Elle est bonne l’eau. » Ce n’était alors qu’une formule d’usage, une distraction pour ne pas regarder à côté de lui, quelques centimètres sur sa droite. Il était pourtant bien conscient de ce qu’il s’y trouvait, bien plus que lorsqu’il riait à s’en faire mal au ventre au milieu du bassin. Ce n’était pas la première fois qu’il le voyait comme ça d’ailleurs, sa mémoire avait même déjà eu l’occasion d’en imprimer les détails, en conservant un souvenir net et vivide. La peau dorée et moite, parsemée de petites gouttelettes, les cheveux aplatis, caressant la base de sa nuque, la légère chair de poule sur ses bras, posés sur le rebord. Hiro ignorait comment il pouvait s’en faire une image si claire, jusqu’à ce qu’il réalise qu’il s’était tout simplement mis à regarder, la tête reposant contre ses avant-bras  sur le rebord.
Il se mit à sourire sans vraiment savoir pourquoi avant que son regard ne se fixe sur l’une des nombreuses petites perles qui ruisselait le long de son visage. Il ne se rendit pas compte tout de suite, ni que son bras droit s’était retirée de sous sa tête, ni que sa main s’était approchée, ni que son doigt s’était mis à suivre le parcours de la goutte sur la peau de Seiji ; de sa mâchoire à son menton, sur son cou, sa clavicule, puis dans l’immensité de toutes les autres petites gouttes qui composaient le bassin. Et il recommença, avec celle qui glissa le long de son épaule avant de suivre avec son pouce celle qui vint mourir sur le seuil de ses lèvres. Et sans cesser de sourire, il se redressa, s’approcha, sans retirer son pouce, jusqu’à ce que seul un souffle ne les sépare. « T’es tout trempé. » Il déclara finalement avant de se remettre à rire de plus belle.


——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


a house made of cards and us inside
©️ okinnel
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
Né à Osaka
Le 18.02.1994
Habite à Tokyo
178 cm
65 kg
Type A

Activité de fainéant :



Il est actuellement élève à Eita et s'est récemment inscrit dans une petite agence afin de servir de modèle photo.

Statut marital :
En couple avec Poong-Poong. Ils projettent de se marier très prochainement si personne ne se porte volontaire pour s'occuper de cet enfant.

Mes trucs à moi :




Sam 30 Avr - 5:00


hiro & seiji
flashback
Il l'avait applaudit. Hiro l'avait applaudit. C'était peut-être complètement stupide mais pourtant, ça remplissait de joie le cœur de Seiji. Parce que ça lui rappelait tout ce chemin parcouru grâce à Hiro. De tous les efforts qu'il avait fait, de cette métamorphose. Son ami l'aidait à avancer, à se défaire de ses peurs, à le rassurer et à l'encourager.
Et puis aussi à le féliciter.

Mais ce qui le remplissait encore plus de joie, c'était de le voir rire. Ce rire hystérique et contagieux qui, bientôt, fut imité par Seiji. Il ne savait même pas pourquoi il rigolait, mais honnêtement, il s'en foutait. Il était juste bien là, à en cracher ses poumons, à s'en saigner la gorge. Il était bien, et surtout il était le plus heureux des hommes. Surtout en compagnie de cet être qu'il chérissait tant et sûrement plus que n'importe qui. Cet être qui lui permettait de faire un constat flagrant sur le passé et le présent et sans qui il ne pouvait pas se projeter dans le futur. Parce qu'Hiro et Seiji ils étaient ensemble depuis le début et ils le resteraient jusqu'à la fin. Hiro lui en avait fait la promesse des centaines de fois quand ils étaient gosses. La promesse du petit doigt que rien ni personne ne peut briser.
Du moins, c'est ce qu'il croyait.

Seiji regagna le bord à son tour, suivant de près son ami. Comme toujours. Parce qu'il ne pouvait jamais vraiment s'en détacher trop longtemps. Il avait ce besoin presque vital de le voir là où il posait les yeux, se besoin presque vital d'entendre sa voix, de sentir sa présence, et parfois de le toucher un peu. Comme pour se rassurer. Comme une troisième figure paternelle. Non, il ne pouvait définitivement pas s'en défaire. C'était un fait. Il ne pouvait pas perdre quelqu'un d'aussi précieux que lui.

« L'eau est bonne. » Sa voix le tira de ses pensées et Seiji se surprit à sourire bêtement depuis plusieurs minutes, à fixer un point vide dans l'espace, accoudé sur le rebord de la piscine et le menton posé dans le creux de ses bras. Il hocha vivement la tête pour partager son avis et coula un regard vers Hiro. Il semblait aussi heureux que fatigué. Avec ses dents dévoilées, ce croissant de lune au milieu de sa figure un peu pâle, juste en dessus de ces auréoles violacées qui soulignaient ses pupilles dilatées. Il était beau, Hiro. Il ressemblait à un ange. Un ange déchu, aux ailes salies par de multiples péchés comme la luxure, la tentation, l'avarice. Et tout plein d'autres. Et pourtant, malgré cette souillure, il restait beau, magnifique. Presque intact. Seiji ne pouvait jamais s'empêcher de l'admirer. Ce n'était plus un secret. En fait, il ne s'en cachait même pas. Et parfois même, il se risquait à l'envier.

Hiro aussi le regardait. Il semblait même perdu dans sa contemplation. Il l'observait avec une telle intensité que Seiji aurait juré que son ami pouvait voir au travers de lui. Il lui donnait la sensation de pouvoir le mettre à nu juste avec l'aide de ses yeux ombres, toujours animés par la même lueur, la même flamme vacillante au fond du regard. Puis, doucement, comme un prédateur s'approchant de sa proie pour ne pas l'effrayer, Hiro réduisit la distance entre eux. Ses longs doigts trouvèrent facilement leur chemin jusqu'au visage du plus âgé, celui-ci parsemé par une multitude de gouttes qui semblaient hypnotiser son cadet. Bientôt, Seiji senti la pulpe de son index l'effleurer avant de se poser tout à fait sur sa joue pour descendre jusqu'à son menton, jusqu'à ses lèvres, suivant inlassablement la course de l'eau sur sa peau. Parfois, il venait même flirter avec son cou, jusqu'à pouvoir caresser ses clavicules saillantes. Il frissonna sous ce toucher et ses paupières s'affaissèrent un peu. Les yeux mi-clos, enfin calmé, il attendit qu'Hiro se lasse de son activité, comme il le faisait si souvent. Fasciné d'un rien, lassé de tout.

La course se poursuivit, suivant un autre trajet, sur son épaule cette fois. Puis s'arrêta à ses lippes. Hiro s'approcha encore, tenant toujours son visage entre ses mains et bientôt, Seiji sentit son souffle chaud mourir tout contre sa bouche, chatouillant en même temps le creux de son cou. Un silence, une pause. Une attente de quelque chose. Et puis. « T’es tout trempé. »

C'était idiot. Assez pour faire bêtement sourire Seiji et le faire glousser un peu. Hiro se remis à rire de plus belle, emportant une nouvelle fois le plus âgé dans sa folie démente, cette folie et ces éclats de rire qui ne se tenaient qu'à une misérable pilule et qui avait explosé dans sa gorge, son corps, son crâne et ses pupilles où Seiji pouvait apercevoir une nouvelle galaxie et des centaines d'étoiles.

À nouveau, il se calma, saisissant à son tour le visage de son ami entre ses mains, retraçant brièvement les contours de sa mâchoire avec ses paumes. Il imita son ami, approchant également ses lèvres de son faciès, se prêtant à ce nouveau jeu. « Toi aussi. » Et sans prévenir, il éclaboussa Hiro dans un grand éclat de rire avant de se jeter sur lui, les bras autour de ses épaules en tentant de le noyer une seconde fois et de le faire disparaître sous la surface de l'eau avec lui.

 
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4385-takagi-hiro-cellphone#301723 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4384-takagi-hiro-ft-park-jimin-bts#301717 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4397-takagi-hiro-twitter#301881 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4396-takagi-hiro-mails-box#301855 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4340-butfirstletmetakeaselfie
b&w

Carte d'identité :
(22.08.1995) # ♌️ ## 20yo # osaka japan # 176cm # B+ # problem child

Activité de fainéant :



étudiant à eita (cursus comédie, personne ne sait pourquoi) # future idole (priez pour lui) # workaholic # démon de minuit # délégué modèle # petit frère

Statut marital :



phoque soit-disant incompatible avec la vie de couple # friendship is better with her

Mes trucs à moi :



ado à problèmes # ouvre un peu trop sa gueule # tendance à l'autodestruction # constant besoin d'affection et de reconnaissance # devrait probablement avoir plus confiance en lui



Sam 30 Avr - 22:59


hiro & seiji
flashback
Play | De si près, il voyait chaque petit détail, chaque imperfection, chaque trait de ce visage qu’il pouvait contempler pendant des heures sans avoir le sentiment d’en avoir exploré chaque parcelle. Il y avait ses yeux, mi-clos et chaque petit cil qu’il aurait pu s’amuser à compter indéfiniment, son front dégagé de toutes ses mèches humides et noires comme la nuit, ses pommettes saillantes, ses lèvres entrouvertes, comme s’il s’apprêtait à dire quelque chose. Il y avait son souffle chaud qui venait se mêler au sien, lui brûler la peau jusqu’à ce que les joues du plus jeune ne se teintent légèrement de rouge, jusqu’à ce qu’il sente cette chaleur partout, absolument partout, et qu’il ne puisse plus supporter cette proximité sans avoir le sentiment de se consumer sur place.
Un fou rire et quelques minutes pour se calmer ; c’était ce moment que Seiji avait choisi pour reprendre ce qu’il pensait être un jeu, bien qu’il s’agissait ici davantage de tester des nerfs à vif, une maîtrise qui commençait à flirter avec ses limites de la même façon que le plus âgé flirtait avec les courbes du visage de son cadet, s’approchait de lui, dangereusement. Chaque centimètre, chaque millimètre parcouru devenait une pulsation supplémentaire, plus forte et plus rapide dans la poitrine de ce dernier. De si près, il avait le sentiment que son cœur voulait s’évader de sa prison de chair et d’os pour qu’il puisse le tenir entre ses mains et lui offrir. Tiens c’est pour toi. Ce n’est pas grand-chose, mais c’est tout ce que j’ai.
« Toi aussi. » Deux mots et c’était fini. Seiji venait de l’éclabousser, et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, ils étaient de nouveau la tête sous la surface. Ce n’était pas pour autant que son palpitant s’était calmé. Les doigts sur ses épaules, occupés à le maintenir sous l’eau, ne lui donnaient pas moins le sentiment de se consumer de l’intérieur. Hiro ne chercha pas non plus à se débattre, en sentant l’air quittant petit à petit ses poumons jusqu’à ce qu’il en ressente le manque. Il attendit que le plus âgé le ramène vers le haut, dans une longue inspiration, sa main cherchant le bord pour appuie, un simple réflexe. Il prit alors le temps de se calmer, de respirer, ses mains fermement verrouillées sur le granite.
Quelques instants et il s’en détacha légèrement, relevant la tête vers le brun, un début de sourire se dessinant sur ses lèvres. D’un large mouvement de bras il commença alors par l’éclabousser à son tour avant de se remettre à rire, nageant à ses côtés pour pouvoir lui pincer les cotes, chatouillant du bout des doigts chaque parcelle de peau à sa portée. Il essaya de l’acculer vers le bord du mieux qu’il pouvait, en s’attaquant à la base de son cou, sous ses bras aussi, jusqu’à ce que le dos de Seiji ne se trouve bloqué par le rebord. Hiro arrêta pour saisir ses mains, faisant rempart avec son corps pour que son ami ne puisse pas s’échapper. « J’ai gagné. » Il tira la langue, immensément satisfait de son entreprise.

C’était fou ce qu’une simple image pouvait évoquer : Seiji, prisonnier entre le mur et son torse, essoufflé et presque nu. Ca ne l’aidait pas, ça ne l’aidait pas du tout. C’était Hiro qui se sentait pris au piège soudainement, dans sa peau, ses vêtements, paralysé par il ne sait sortilège et pourtant attiré, sans même qu’il ne s’en rende compte. Tout devenait alors très clair, loin du chaos de la lutte et des chamailleries, tout était limpide.
Seiji, il était beau comme ça, sans défense, mais l’air confiant, persuadé qu’il ne craignait rien entre ses mains, persuadé qu’il ne lui ferait aucun mal. C’était beau et triste parce qu’Hiro, lui, était conscient, trop conscient de tout le mal qu’il pouvait lui faire. Il suffisait d’un geste, de quelques paroles, d’un rien qu’il n’aurait peut-être pas fait si son cerveau n’était pas intoxiqué par de la chimie de comptoir. « Embrasse-moi. » C’était tout ce qu’il pouvait souffler, à quelques centimètres de ses lèvres qui semblaient vouloir lui dire quelque chose. Parlez, avant que je ne vous fasse taire moi-même, il pensait, dites-moi non ou je ne partirai plus.


——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


a house made of cards and us inside
©️ okinnel
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
Né à Osaka
Le 18.02.1994
Habite à Tokyo
178 cm
65 kg
Type A

Activité de fainéant :



Il est actuellement élève à Eita et s'est récemment inscrit dans une petite agence afin de servir de modèle photo.

Statut marital :
En couple avec Poong-Poong. Ils projettent de se marier très prochainement si personne ne se porte volontaire pour s'occuper de cet enfant.

Mes trucs à moi :




Sam 7 Mai - 5:25


hiro & seiji
flashback
Comme dans une bulle, plus rien ne pouvait les attendre.
Pas un bruit. Juste les remous de l'eau, d'un cri étouffé à peine perceptible et les mouvements de leurs corps agités sous l'eau. Qui s'atténuèrent ensuite petit à petit, comme un abandon après une lutte vaine et acharnée. Seiji pouvait sentir le poids mort de Hiro et ses doigts se serrèrent davantage sur ses épaules, jusqu'à en creuser sa peau et blanchir ses phalanges. Ils se laissèrent flotter dans une sorte d’apesanteur, dans leur espace, dans leur univers rien qu'à eux. Seiji pouvait facilement imaginer tout ce que pouvait voir Hiro et que lui ne pouvait percevoir. Il avait parfois envie de savoir, de le vivre. Mais il en avait pas le droit. Il le savait parfaitement. C'était un bon garçon, Seiji. Toujours obéissant. Mais tenté, comme tous les enfants.

Une douleur lui creva le cœur et les poumons alors que les dernière bulles d'air s'échappèrent de sa bouche pour éclater au-dessus de leur tête. Le manque d'air commençait à devenir intenable et pourtant, il se sentant incroyablement bien là, sous l'eau, ses bras venant entourer la taille d'Hiro pour le saisir contre lui. Ses pieds rencontrèrent le sol et dans une impulsion, il regagna la surface. Un bruit d'inspiration, de souffle, une quinte de toux et ils regagnèrent le rebord, verrouillant leurs doigts sur le granite pour se maintenir, à bout. Seiji ferma les yeux, les lèvres entrouvertes et la tête renversée en arrière, à la recherche d'oxygène. Une demi lune vint éclairer son visage et il retint un nouveau rire. Mais pas pour longtemps.

Hiro était revenu vers lui, l'éclaboussant et le plus âgé se mit à s'esclaffer bruyamment, suivi de son ami. Il senti le brun l'assaillir de toute part, ses doigts venant courir partout sur sa peau ruisselante, attaquant ses côtes et son cou. Seiji rentra la tête dans ses épaules en ramenant ses jambes et ses bras contre lui pour se protéger, manquant à plusieurs reprises de s'étouffer avec l'eau. Rapidement, il se retrouva bloqué entre Hiro et le bord, son dos marqué par les motifs du carrelage. Il grimaça sous la douleur mais ne put s'empêcher de continuer de rire sous les assauts du plus jeune. Acculé, à bout de souffle, il finit par arrêter de se débattre et son assaillant en profita pour attraper ses poignets et écarter ses bras de son corps meurtri, lui ôtant sa seule défense. « J'ai gagné. » T'as gagné.

Un silence s'installa, tout juste perturbé par leur respiration sifflante. Tous les deux avaient les yeux voilés, mais pas pour la même raison. C'était bête, et pourtant. Hiro le bouffait du regard, avec une intensité telle que Seiji avait l'impression d'être littéralement déshabiller par ses iris, et de fondre, consumé par celles-ci. La façon dont il le contemplait lui donnait la sensation d'être vulnérable, de céder complètement. Même son cœur ressentit cette pression puisqu'il s'était mis à battre plus fort – boum boum – dans sa poitrine. Ça cognait fort entre ses côtes, entre ses poumons. Pourtant ce n'était pas douloureux. Ça lui donnait juste étrangement chaud, sans vraiment qu'il ne sache pourquoi.

Le visage d'Hiro lui parut soudainement plus proche. En fait, il ne savait pas vraiment lequel des deux s'était rapproché de l'autre. Peut-être l'avaient-ils fait ensemble. Peut-être. Honnêtement, il s'en fichait. Le nez du brun frôlait presque le sien maintenant, et Seiji plongea ses yeux dans ceux qu'il rencontra en face de lui. Le silence se fit plus pesant. Plus pressant. Et c'est Hiro qui céda, y mettant fin. Avec seulement deux mots. « Embrasse-moi. » Embrasse-moi. Seulement deux mots qui résonnait dans sa tête. Un écho sans fin.

Un sourire vint étirer les lèvres de Seiji lentement. Il le regardait presque avec tendresse maintenant. Après un instant, il se défit de l'emprise du plus jeune pour pouvoir attraper son visage entre ses mains. Doucement, ses pouces vinrent caresser ses joues et il pencha légèrement la tête le côté. Il réduisit encore la distance, s'arrêta juste à quelques millimètres de sa bouche pour souffler un mot. Juste un. Celui que Hiro attendait. « D'accord. » Sa voix c'était faite plus grave, plus profonde alors que son souffle se mêla un court instant avec celui du garçon en face de lui avant qu'il ne mette fin à l'attente interminable. Ses lippes effleurent celle de Hiro dans une courte hésitation avant qu'elles ne rencontrent tout à fait. C'était étrangement chaud, étrangement doux. Étrangement... Plaisant.

Ses mains glissèrent pour venir se verrouiller derrière la nuque de Hiro, ses lèvres écrasées contre les siennes, son corps pressé contre celui du brun.
Seiji ne savait pas vraiment pourquoi il faisait ça. Mais c'était un bon garçon, Seiji. Alors il obéissait à ce qu'on lui disait. Surtout quand c'était Hiro. Parce que ça ne pouvait pas être mal venant de lui. Mais il en était intimement persuadé ; il n'y avait pas ça.

Il en – un peu – avait envie lui aussi. 

 
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4385-takagi-hiro-cellphone#301723 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4384-takagi-hiro-ft-park-jimin-bts#301717 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4397-takagi-hiro-twitter#301881 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4396-takagi-hiro-mails-box#301855 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4340-butfirstletmetakeaselfie
b&w

Carte d'identité :
(22.08.1995) # ♌️ ## 20yo # osaka japan # 176cm # B+ # problem child

Activité de fainéant :



étudiant à eita (cursus comédie, personne ne sait pourquoi) # future idole (priez pour lui) # workaholic # démon de minuit # délégué modèle # petit frère

Statut marital :



phoque soit-disant incompatible avec la vie de couple # friendship is better with her

Mes trucs à moi :



ado à problèmes # ouvre un peu trop sa gueule # tendance à l'autodestruction # constant besoin d'affection et de reconnaissance # devrait probablement avoir plus confiance en lui



Jeu 12 Mai - 22:08


hiro & seiji
flashback
Play | Hiro ignorait ce qu’il espérait, en demandant ça. Il ignorait ce que ça impliquait. Mais ce n’était pas de la naïveté, c’était volontaire. Il ne voulait pas savoir, il voulait noyer sa responsabilité au fond de cette piscine, avec ses angoisses, ses doutes. Il voulait, l’espace de quelques instants, prétendre que ces petites pilules de bonheur l’avaient amené trop loin, dans une autre galaxie très éloignée où ses idées noires et sa lucidité n’auraient pas l’idée d’aller le retrouver. Mensonge.
Il sentait ce nœud se formait dans sa gorge, son estomac se contractait et si son corps n’était pas immergé jusqu’aux épaules, il aurait juré que ses yeux étaient devenus humides. Il s’attendait à un refus, un « non », il s’attendait à ce que Seiji le repousse, et son premier réflexe lorsque le plus âgé bougea son bras fut de fermer les yeux en baissant la tête. La gifle qu’il espérait ne vint jamais.
Au lieu de ça, c’était doux et tendre, et il pouvait sentir ses doigts froissés à force d’être restées dans l’eau se posaient délicatement sur ses joues. Il n’osa pourtant pas rouvrir les yeux, de peur de se réveiller d’un rêve trop réel pour être réalité, et ce alors même qu’il pouvait sentir le souffle chaud de Seiji contre le sien, alors même qu’il pouvait l’entendre dire très distinctement « D’accord. » Il pouvait le sentir se rapprocher- encore-, aussi distinctement que le martèlement dans sa poitrine, il pouvait le sentir si proche qu’il avait l’impression de s’intoxiquer avec lui, son odeur, sa respiration tout juste audible et ce quelque chose qui avait effleuré ces lèvres dans une caresse qui l’aurait presque fait gémir.
C’était trop, beaucoup trop, et il n’avait pas pu s’en empêcher lorsque Seiji avait fini par l’embrasser ; il s’était noyé dedans comme un assoiffé devant une oasis, le plaquant contre ce rebord et ravissant ses lippes dont il avait rêvé, rêvé, avec la vélocité d’une bête. C’était à coup de langue et de dents et ça n’avait plus rien de doux, ce n’était plus Hiro, sinon des pastilles colorées qui le ramenaient à son état le plus primitif, soumis à ses bas instincts. On venait de lui donner l’autorisation de conquérir ce qu’il désirait le plus.

Dans un instant de lucidité, peut-être qu’il se serait calmé, probablement pour apprécier le goût sucré de ses lèvres, ses mains posées sur sa nuque qui semblait l’inviter à venir plus prés. Il se serait peut-être mis à rire, à pleurer, parce qu’il ne savait pas vraiment s’il s’agissait ce qu’il voulait le plus ou ce qu’il redoutait par-dessus tout. Il se serait peut-être rendu compte qu’il était en train de brûler les ailes de son ange, de consumer sa pureté et son innocence avec son être tout entier. Il se serait arrêté, probablement. Pardon, ça, cette chose, c’est pas le moi que tu dois connaître.
Mais au lieu de ça, il le tenait prisonnier sous tout son poids, clamait ses lèvres comme s’il craignait qu’on ne lui les arrache, posait ses mains sur chaque parcelle de peau qui lui était offert comme pour en apprendre chaque défaut, chaque grain de beauté, chaque détail qu’il aurait peur de perdre ou d’oublier. Il commença par ses épaules, son torse, ses hanches qu’il agrippa assez fort pour y laisser la trace de son passage. Il se serra contre lui comme pour lui faire sentir à quelle point il avait besoin de lui, pour s’assurer qu’il ne puisse pas –plus- lui échapper, et lorsque le manque d’air lui força à rompre le contact avec ses lèvres, ça ne l’empêcha pas de le dévorer tout entier du regard, ses pupilles noircies par l’envie et les lèvres rougies, tuméfiées par la violence de ses baisers. Je devrais être désolé d’être ce que je suis.
Mais il ne s’en excusa pas, ne pensa qu’à prendre, prendre, autant qu’il le pouvait avant que ça ne se finisse et qu’il ne puisse plus.


——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


a house made of cards and us inside
©️ okinnel
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/ http://a-japanese-dream.forumgratuit.org

Carte d'identité :
Né à Osaka
Le 18.02.1994
Habite à Tokyo
178 cm
65 kg
Type A

Activité de fainéant :



Il est actuellement élève à Eita et s'est récemment inscrit dans une petite agence afin de servir de modèle photo.

Statut marital :
En couple avec Poong-Poong. Ils projettent de se marier très prochainement si personne ne se porte volontaire pour s'occuper de cet enfant.

Mes trucs à moi :




Mar 30 Aoû - 1:50


hiro & seiji
flashback
Seiji ne savait pas dans quoi il s'était lancé pour être honnête. Et il ne voulait pas savoir. Il préférait découvrir sur le moment plutôt que de deviner. Mais l'angoisse affluait dans ses veines, battait dans ses tempes. Il était terrifié à l'idée que ce simple baiser change quelque chose entre eux, qu'il y perde son ami. Un peu comme dans les films ou les livres. Mais là, c'était la réalité. Et il ne connaissait pas les conséquences de ses actes alors que ses lèvres rencontrèrent celles de Hiro.

C’était complètement novateur. Tant qu’il n’arrivait pas à mettre un mot ou même un sentiment sur tout ça. Si. Il était chamboulé. Ecrasé. Pris au piège contre ce mur, le motif des dalles imprimés contre son dos meurtri, et le torse de Hiro contre le sien. Il n’avait pas imaginé son premier baiser de cette manière, non. Il avait pensé à quelque chose de plus doux, plus lent. À un goût sucré sur ses lèvres, à des mains autour de son cou. Quelque chose de plus hésitant, plus enfantin. Mais il n’en était rien.

Si son cœur s’était emballé au départ, c’était par anticipation, excitation. Maintenant c’était davantage par peur. Hiro l’avait littéralement plaqué contre la paroi et il crut entendre ses os craquer douloureusement, ce qui lui arracha une grimace. Puis plus rien. Seiji s’était noyé dans ces iris noires juste en face lui, dilatées par le plaisir et par une petite pilule de couleur qui avait fondu sur la langue.

Hiro n'était plus Hiro. Son esprit avait quitté son enveloppe charnelle pour laisser place à un être différent, à une bête avide de plaisir et de chair. Il était semblable à un prédateur, un fauve, et il avait planté ses crocs dans le cou de Seiji, lui portant ainsi le coup fatal. C'était douloureux, terrifiant. Et pourtant. Et pourtant Seiji ne trouvait pas ça complètement désagréable. Son corps réagissait à celui d'en face sans qu'il ne puisse rien y faire, en proie au désir et à la bouche de Hiro. Il ravissait la sienne à coups de dents, à coups de langue, et le plus vieux tentait d'y répondre. C'était timide, innocent, complètement différent de ce que lui faisait subir son ami. Mais ils y trouvèrent tous les deux leur compte.

Les mains que Seiji avait verrouillé derrière la nuque du plus jeune se détachèrent lentement pour se poser sur ses épaules et glisser sur son torse. Une descente paresseuse et fébrile, hésitante mais ravageuse à la fois. L'aîné avait planté ses ongles dans la peau du brun et y imprima des stigmates vermeilles jusqu'à son ventre. Comme un désespéré qui tentait de se rattraper à ce qu'il pouvait dans sa chute, sans penser à rien d'autre que sauver sa peau. Se sauver de cette ascension dans la décadence à laquelle il commençait à prendre goût et à lui donner chaud. Quand bien même il trempait dans un bassin d'eau froide, il avait l'impression que les flammes de l'incendie qu'avait provoqué Hiro lui léchaient le corps. C'était un brasier ardent, brûlant. Et Seiji se sentait comme une bouteille de gaz près d'une cheminée, prêt à exploser.

Le brun finit par apaiser le feu en séparant ses lippes de celles du plus vieux. Elles avaient la couleur du vin et leur goût était tout aussi sucré. C'était divin et enivrant. Mais amer. Amer regret que d'avoir cédé à cet ordre. Seiji leva timidement les yeux vers Hiro, planta son regard dans le sien, tremblant, le haut des joues encore rouge.

« Hiro..? »

Ses ongles lacérèrent encore une fois la peau de son ami, par peur cette fois plus que par plaisir. Hiro. Hiro. Il continuait de l'appeler doucement, en vain. En face de lui, le japonais était plongé dans un état de trans. Il en voulait plus, encore avide, assoiffé. Insatiable. Et c'était tout aussi terrifiant que excitant.

 
——————————————— EITA ACADEMY ———————————————
▬▬▬▬▬▬
MADE IN JAPAN
avatar
Voir le profil de l'utilisateur http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4385-takagi-hiro-cellphone#301723 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4384-takagi-hiro-ft-park-jimin-bts#301717 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4397-takagi-hiro-twitter#301881 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4396-takagi-hiro-mails-box#301855 http://a-japanese-dream.forumgratuit.org/t4340-butfirstletmetakeaselfie
b&w

Carte d'identité :
(22.08.1995) # ♌️ ## 20yo # osaka japan # 176cm # B+ # problem child

Activité de fainéant :



étudiant à eita (cursus comédie, personne ne sait pourquoi) # future idole (priez pour lui) # workaholic # démon de minuit # délégué modèle # petit frère

Statut marital :



phoque soit-disant incompatible avec la vie de couple # friendship is better with her

Mes trucs à moi :



ado à problèmes # ouvre un peu trop sa gueule # tendance à l'autodestruction # constant besoin d'affection et de reconnaissance # devrait probablement avoir plus confiance en lui



Mar 30 Aoû - 3:59


hiro & seiji
flashback
Play | Hiro aurait eu du mal à dire ce qui rendait tout cela si intense, si différent de tout ce qu’il avait connu jusqu’à maintenant. Ce n’était pas la première fois qu’il embrassait un garçon, ni la première fois qu’il le faisait aussi brusquement. Il avait déjà eu chaud, comme ça, par le passé, malgré toute cette eau qui aurait pu contribuer à refroidir ses ardeurs. Il avait déjà ressenti ce besoin de se faire territorial, laissant ses doigts conquérants explorer chaque parcelle de peau qui s’offrait à lui. C’était une autre de ces fois où son corps s’exprimait à sa place, clamant dans un élan bestial tout le contact charnel qu’il pouvait obtenir. Ce n’était pas si diffèrent que d’habitude, en fait ; mais Hiro avait ce sentiment de découvrir quelque chose de nouveau, de faire ses premiers pas dans un domaine inconnu.
Avec Seiji, c’était toxique. Il perdait le fil de ses pensées à mesure que celles-ci lui rappelaient qu’il s’agissait bien de son ami, là, contre lui, tout à lui. Il avait l’impression de se consumer sur place, de céder du terrain un peu plus à toutes ses envies qu’il lui prenait, détruisant chaque barrière soigneusement placée au fil de toutes ses années. Si aimer Seiji était prohibé, il se sentait pour la première fois capable de briser cet interdit et de lui montrer.

« Hiro..? »

Ce n’était pas que son imagination qui murmurait son nom, doucement, tentant de raisonner la bête qui le fixait comme s’il s’apprêtait à le dévorer. Hiro ne se sentit pas plus apaisé. Le tumulte dans sa tête ne trouvait que rarement du repos.
Au contraire, il pouvait tout sentir, milles sensations indélébiles qu’il ne voulait surtout pas voir disparaitre. Ses lèvres contre les siennes, fantôme dont ne demeurait de concret que le goût sucré de ses lippes. Ses doigts sur son torse, la délicieuse sensation de ses ongles contre sa peau agressée à vif. La brulure de sa peau contre la sienne, de son regard ancré dans le sien et de toutes ses émotions qu’il n’arrivait pas à exprimer avec des mots. Il n’avait pas besoin de l’exprimer de toute façon ; il voulait juste sentir, le sentir, contre lui, tout autour de lui, en lui. La pensée seule lui arracha un grognement sourd.
Si son cerveau ne réagissait pas, son corps lui s’était déjà laissé tenter par cette éventualité, revenant à l’attaque comme pour saigner son gibier un peu plus, le laisser se vider de son sang, s’épuiser pour mieux l’achever ensuite. Ses mains se posèrent sur ses joues, enlaçant son visage pour le rapprocher du sien, ravivant la sensation de ses lèvres contre les siennes, de sa langue chassant impitoyablement sa voisine. Son torse cherchait le contact de ses doigts, de ses ongles, des marques qu’il pouvait y laisser ; un trophée, son trophée. Ses pieds le maintenaient sur la bordure de la piscine, son genou remontant entre ses jambes, créant l’espace nécessaire pour qu’il puisse s’y glisser. Il pouvait le sentir, au travers du tissu. Il pouvait le sentir si distinctement et pourtant, l’espace d’un instant, il douta que tout cela ne soit qu’un rêve, qu’il ne se réveille en sueur dans son lit et se retrouve contraint de glisser sous la douche pour chasser ses mauvaises pensées. Mais il avait beau mordre sa lèvre il ne se réveilla pas, il avait beau se faire plus brusque, plus bruyant, plus insistant, il était encore là, dans cette piscine, avec Seiji.

Toute appréhension chassée, il ne s’était jamais senti si vivant qu’à cet instant et l’idée le rendit plus téméraire : si ses lèvres ne s’étaient guère éloignées de son visage, elles commencèrent à se faire carnassière un peu plus bas, constellant sa mâchoire et le haut de son torse de baisers violacés. Ses mains revinrent se saisir de ses hanches, imprimant la marque de ses doigts sur sa peau, continuant cette démarche en descendant jusqu’à ce que le tissu de son sous-vêtement ne vienne gêner son entreprise. Il n’hésita pas, tira dessus pour l’en défaire, n’arrêtant sa frénésie que pour soupirer quelques rares fois son prénom contre sa peau brûlante.


——————————————— EITA ACADEMY ———————————————


a house made of cards and us inside
©️ okinnel
Contenu sponsorisé


——————————————— EITA ACADEMY ———————————————
 

golden shower ▫ seiji onodera

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EITA ✩ ACADEMY :: Tokyo City :: Eita Academy :: (Rez de chaussée) La Piscine-